background preloader

Transition énergétique

Facebook Twitter

Tous les indicateurs du réchauffement climatique sont au rouge. Climat : 2016 bat un record de chaleur, la planète entre en « territoire inconnu » Le réchauffement a affecté tous les compartiments du climat, de la hausse du mercure à l’élévation des océans en passant par la chute des surfaces de banquise.

Climat : 2016 bat un record de chaleur, la planète entre en « territoire inconnu »

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart Toutes les institutions dévolues à l’observation du climat l’ont déjà affirmé, avec leurs propres chiffres, en ordre dispersé ; l’Organisation météorologique mondiale (OMM) le confirme. Selon le dernier bilan climatique annuel établi par l’organisation onusienne, publié mardi 21 mars, l’année 2016 a bien été celle de tous les records. L’année 2016, en route pour le record de chaleur. La température devrait dépasser de 1,2 °C la moyenne préindustrielle, bien au-delà de celle de 2015.

L’année 2016, en route pour le record de chaleur

Le lien entre le réchauffement et les catastrophes climatiques est de plus en plus manifeste. Selon l’Organisation météorologique mondiale, les années 2011-2015 ont été les plus chaudes de l’histoire moderne.

Le lien entre le réchauffement et les catastrophes climatiques est de plus en plus manifeste

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Pierre Le Hir Les années 2011-2015 ont été la période quinquennale la plus chaude jamais enregistrée sur Terre depuis le début des relevés de températures, c’est-à-dire depuis 1880. C’est ce qu’a annoncé l’Organisation météorologique mondiale (OMM), dans un rapport sur le climat publié mardi 8 novembre, à l’occasion de la conférence climatique de Marrakech, au Maroc (COP22). Ce constat ne constitue pas une surprise, les dernières années ayant battu des records successifs de chaleur. Classement des pays les plus affectés par le réchauffement climatique.

Quels sont les pays qui subissent le plus les conséquences du réchauffement climatique ?

Classement des pays les plus affectés par le réchauffement climatique

Quels sont les plus vulnérables ? Retour sur l’Indice Mondial des Risques climatiques qui mesure comment les pays du monde ont été affectés par le réchauffement depuis 1996. Les émissions mondiales de CO2 se stabilisent, mais le climat continue de s’emballer. Bonne nouvelle sur le front du climat : les émissions mondiales de CO2, le principal gaz à effet de serre relâché par les activités humaines, ont stagné en 2015, et devraient rester quasiment stables en 2016.

Les émissions mondiales de CO2 se stabilisent, mais le climat continue de s’emballer

C’est ce qui ressort du bilan annuel publié lundi 14 novembre, à la veille de la réunion des chefs d’Etat à la conférence climatique de Marrakech (COP22), par le Global Carbon Project (GCP), un consortium scientifique sous l’égide de l’université britannique d’East Anglia. Ce tassement demeure insuffisant pour enrayer l’emballement de la machine climatique. Sans un changement rapide et radical de modèle énergétique, la planète se prépare à crever le plafond de 2 °C de réchauffement que s’est fixé la communauté internationale. En 2015, les émissions de dioxyde de carbone issues de la combustion de ressources fossiles (charbon, pétrole et gaz) ainsi que des cimenteries se sont élevées à 36,3 milliards de tonnes (gigatonnes ou Gt), au même niveau qu’en 2014.

Climat : les mauvaises nouvelles s’accumulent. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart Que l’on regarde l’élévation du mercure ou les revues scientifiques, les nouvelles du climat ne sont franchement pas bonnes.

Climat : les mauvaises nouvelles s’accumulent

Côté thermomètre, la National Oceanic and Atmospheric Administration américaine vient d’annoncer que le mois d’août avait été, en moyenne mondiale, le plus chaud jamais observé depuis le début des relevés en 1880. Depuis le 8 août, l’humanité vit sur ses réserves. A crédit. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Nicolas Celnik et Martine Valo La journée mondiale du « dépassement » ne se célèbre pas, elle résonne comme un cri d’alerte.

Depuis le 8 août, l’humanité vit sur ses réserves. A crédit.

A partir du lundi 8 août, l’humanité va vivre à crédit, puisant au-delà de ce que la planète peut lui procurer comme ressources naturelles en une année. C’est la date – un peu approximative, mais édifiante – qu’a arrêtée, pour 2016, le Global Footprint Network (GFN). Cet institut de recherches international, basé à Oakland (Californie), aux Etats-Unis, mène régulièrement cette campagne d’information axée sur ce jour fatidique (Earth Overshoot Day, en anglais). 2015 : nouvelle année record. Il fait toujours plus chaud sur la planète Terre. Sale temps pour la planète.

2015 : nouvelle année record. Il fait toujours plus chaud sur la planète Terre

L’expression a déjà servi, mais elle prend plus de sens à chaque nouvelle publication d’une étude globale sur l’évolution du climat. Le volumineux rapport que la National Oceanic and Atmospheric Administration – la NOAA, l’agence américaine responsable de l’étude de l’atmosphère et des océans – consacre à l’année 2015 et qui a été rendu public, mardi 2 août, ne déroge pas à la règle. C’est la vingt-sixième fois qu’elle se livre à cet exercice de référence auquel ont contribué quelque 450 scientifiques de soixante-deux pays.

Et les nouvelles n’ont jamais été aussi mauvaises. « Les luttes environnementales se radicalisent » Venus d’Italie (à vélo), d’Allemagne, d’Espagne et de plusieurs régions françaises, les opposants à des projets d’infrastructures se retrouvent à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), au cœur du Pays basque, du vendredi 15 au dimanche 17 juillet.

« Les luttes environnementales se radicalisent »

Sixième édition, cette rencontre fera le point sur les luttes contre les « grands projets inutiles et imposés », le tunnel ferroviaire de la ligne Lyon-Turin, l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), les lignes à grande vitesse Marseille-Nice, Bordeaux-Dax… ou encore la ligne HS2 (« high speed ») au nord de Londres. Philippe Subra, professeur à l’Institut français de géopolitique-Paris-VIII, auteur de Zones à défendre, de Sivens à Notre-Dame-des-Landes (L’Aube, 14 €, 128 pages), analyse ces conflits environnementaux.

Les irresponsables

Les impacts. La lutte contre le changement climatique est bonne pour la croissance, selon l’OCDE. Une panoplie de mesures bien calibrées en faveur de la transition énergétique devrait permettre au PIB des pays du G20 de progresser de 2,8 % à 5 % d’ici à 2050, selon l’institution.

La lutte contre le changement climatique est bonne pour la croissance, selon l’OCDE

Voilà un rapport qui tombe à point nommé, à quelques jours du sommet du G7 à Taormine (Sicile), vendredi 26 et samedi 27 mai, où la question du changement climatique promet d’être âprement débattue. Investir en faveur de la transition énergétique devrait bénéficier à la croissance : tel est le credo développé par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dans un rapport de plus de 300 pages adressé mardi aux pays du G20. Dans les entrailles du démantèlement nucléaire. Neuf réacteurs sont déjà en déconstruction en France, un chantier démesuré qu’EDF assure maîtriser techniquement et financièrement. Mais les difficultés et les coûts sont considérables. Les énergies renouvelables coûtent moins cher. "Plus avec moins": les énergies renouvelables ont connu un développement record l'an dernier, et cela avec des investissements en baisse, une première depuis 2013, grâce notamment à la baisse des coûts de ces technologies, selon un rapport publié jeudi.

En une année, plus de 138 gigawatts de nouvelles capacités d'éolien, solaire, géothermie, etc.. ont été installées, un chiffre "record", selon cette étude publiée sous l'égide du Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE). Autre élément significatif: cette forte croissance des énergies renouvelables s'est accompagnée d'une baisse de 23% des montants investis par rapport à 2015, soit 241,6 milliards de dollars, le niveau le plus bas depuis 2013. 100% d’énergie renouvelable en 2050 : un scénario de plus en plus crédible. NegaWatt persiste et signe. L’association, pilotée par une vingtaine d’experts, vient de publier son scénario prospectif pour une France propre. Elle propose "une boussole" et "un tempo" pour mener la France vers 100% d’énergies renouvelables d’ici 2050.

Les états et les gouvernants doivent prendre l'initiative

Des entreprises montrent l'exemple. Fermer progressivement les centrales nucléaires. Baisser dès maintenant la production nucléaire pour laisser la place aux renouvelables. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Pierre Le Hir Laisser filer le temps. Ajourner la décision, sans renoncer formellement. C’est la stratégie adoptée par le gouvernement sur le dossier brûlant de la baisse du nucléaire, qui devait être un marqueur fort de sa politique énergétique.

La loi de transition énergétique pour la croissance verte, promulguée en août 2015, prévoit, dans son article 1er, de « réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50 % [contre 77 % en 2014] à l’horizon 2025 ». Un engagement solennel pris par François Hollande avant son élection et réitéré depuis avec constance. Avec sa loi de croissance verte, la France s’est pourtant fixé un cap ambitieux : quatre fois moins d’émissions de gaz à effet de serre en 2050 par rapport à 1990, deux fois moins d’énergie consommée au milieu du siècle, moins 30 % de fossiles en 2030 et 32 % de renouvelables à la même échéance. Fermer progressivement les centrales à charbon.

Développer fortement les énergies renouvelables propres. Continuer à interdire le gaz de schiste. Installer de nombreuses bornes de recharge de voitures. Permettre aux collectivités locales et aux citoyens d'être propriétaires de leurs moyens de production d'énergie. Condamner jusqu'à 15 ans de prison les crimes environnementaux des pollueurs comme en italie. Colibri. En roulant en voiture hybride ou électrique. En achetant son électricité 100% renouvelable chez Enercoop. Enercoop, la coopérative qui vise les citoyens écolos.

En réduisant sa consommation électrique grâce à un programmateur de chauffage. En réduisant son volume de déchets. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Catherine Rollot Réduire drastiquement le volume de ses déchets : venu des Etats-Unis, le mouvement « Zero Waste » s’impose en Europe, pays du Sud en tête. En créant un projet d'énergie citoyen. En compostant, pour réduire nos déchets et augmenter nos engrais naturels. En militant autrement comme Cécile et ses batailles pour le climat. En bloquant une centrale à charbon, comme l'ont fait des défenseurs du climat en Allemagne. Vidéo : en bloquant une centrale à charbon, comme le font des défenseurs du cliamt en Allemagne. En créant un mouvement de désobéissance contre le charbon. En poursuivant nos gouvernants qui ne respectent pas leurs engagements sur le climat. Pétitionnons pour stopper la destruction des récifs coralliens.

Boycottons Nutella à l'huile de palme.