background preloader

Qui sont les jeunes en décrochage scolaire ?

Qui sont les jeunes en décrochage scolaire ?
Le gouvernement a présenté vendredi un plan pour aider les 620 000 jeunes qui ont quitté l'enseignement scolaire sans diplôme. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Marine Messina Le premier ministre Manuel Valls a présenté vendredi 21 novembre un plan gouvernemental pour diviser par deux le décrochage scolaire des jeunes. Que recouvre ce phénomène ? « Décrochage » : de quoi parle-t-on ? « Selon le code de l'éducation, un décrocheur est un élève qui quitte un cursus de l'enseignement secondaire sans obtenir le diplôme finalisant cette formation », explique l'Insee dans son étude intitulée France, portrait social de 2013. Ainsi, tous les jeunes qui ont quitté l'école au niveau du collège, ceux qui ont abandonné leur cursus de baccalauréat ou leur formation en CAP et BEP font partie des élèves qui ont « décroché » d'une formation de l'enseignement secondaire. Le gouvernement estime que 620 000 jeunes, âgés de 18 à 24 ans, sont dans cette situation en France. Qui est concerné ?

Le décrochage scolaire Échec scolaire, manque d’intérêt, absentéisme… Chaque année, 120 000 élèves abandonnent leurs études, parfois pour raccrocher quelques années après. Décryptage d’un phénomène qui inquiète l’opinion et agite régulièrement les médias. ◊ De quoi parle-t-on exactement ? Décrochage, rupture, abandon, déscolarisation… De nombreux termes sont récemment apparus pour désigner ce que l’on qualifiait autrefois, de manière générique, d’échec scolaire. Ils recouvrent cependant des réalités diverses (1). Deux textes ministériels récents (31 décembre 2010 et 10 février 2011) précisent la notion de décrocheur, défini institutionnellement comme un jeune qui quitte prématurément un système de formation initiale, sans avoir obtenu ni le baccalauréat, ni un diplôme à finalité professionnelle de niveau V ou IV (BEP ou CAP) et qui n’est plus inscrit dans un cycle de formation. ◊ Une préoccupation européenne Les raisons de cet abandon scolaire sont diverses. ◊ Qui décroche ? ◊ Comment décroche-t-on ? Bibliographie

Service civique et décrochage scolaire Le ministère de l’Éducation Nationale a construit un partenariat avec le Ministère des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports et l’Agence du Service Civique afin de proposer, à des jeunes ayant décroché du système scolaire, des solutions spécifiques permettant d’allier projet de formation et mission d’intérêt général. Ce partenariat permet à la fois un engagement de Service Civique et un suivi personnalisé du jeune ayant quitté le système éducatif sans qualification. Décrochage scolaire : l’option « Service Civique à plein temps » Cette formule permet à un jeune de réaliser un Service Civique à plein temps (comme les autres volontaires) tout en bénéficiant d’un accompagnement personnalisé par l’Éducation Nationale. La nature du Service Civique, le choix de l’organisme d’accueil, la durée (entre 6 mois et un an), le temps de mission hebdomadaire (24 heures et plus) sont personnalisés en fonction du profil du jeune, afin de lui proposer ainsi un cadre adapté.

Le décrochage scolaire n’est pas une fatalité Chaque année, plus de 150 000 jeunes sortent prématurément du système scolaire, sans qualification, ni diplôme. L’école leur renvoie une image écornée d’eux-mêmes qui leur est insupportable, entraînant un rejet total. Quels sont les signes à repérer ? Quel rôle pour les parents ? Comment les faire raccrocher ? Explications de professionnels de l’éducation et de psychiatres. Fabienne Broucaret Sommaire A découvrir Le taux de scolarisation des 15-19 ans est en baisse Les indicateurs 2012 de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) montre que le taux de scolarisation des 15-19 ans régresse en France. « J’ai pris l’habitude de sécher les cours au collège, se souvient Justine, aujourd’hui âgée de 24 ans. Comme Justine, ils sont plus de 150 000 par an, majoritairement des garçons, à sortir du système scolaire sans qualification. Un phénomène multifactoriel Les premiers signes à repérer Les phrases à éviter… Il est possible de prévenir cette spirale du décrochage.

Prévention du décrochage scolaire La lutte contre le décrochage scolaire est une priorité nationale absolue et un enjeu dans le cadre de la "Stratégie Europe 2020". Elle articule prévention et remédiation sur un objectif central : faire que chaque jeune puisse construire son avenir professionnel et réussir sa vie en société. DéfinitionLa lutte contre le décrochage scolaire constitue un enjeu majeur pour la cohésion sociale et l'équité du système éducatif. La mobilisation de toute la communauté éducative, en lien avec les collectivités locales et les représentants du monde professionnel, devra permettre, à terme, de proposer une solution à chaque jeune en situation de décrochage.

Décrochage scolaire : définition de Décrochage scolaire et synonymes de Décrochage scolaire Le décrochage scolaire est l'arrêt d'études avant l'obtention d'un diplôme. L'expression « décrochage scolaire », assez à la mode dans le milieu éducatif français, provient en fait du ministère de l'éducation du Québec. Introduction Le ministère de l’Éducation du Québec étudie le décrochage scolaire dans le cursus menant au diplôme du secondaire. La décision d'abandonner l'école est le résultat d'un cumul de situations complexes scolaires, relationnelles, sociales et/ou personnelles. Caractéristiques de l'élève dit à risque Données individuelles Parmi les variables d’ordre individuel, les difficultés d’apprentissage et les troubles du comportement constituent des facteurs personnels les plus déterminants du décrochage scolaire. La majorité des études montre que les garçons sont plus nombreux à décrocher de l’école. Données relationnelles Les écrits relatent également que ces jeunes éprouvent d’importantes lacunes dans leurs habiletés sociales. Données sociales Notion de groupes types L'élève

Selon une étude, certains indicateurs aident à prédire le risque de décrochage MONTRÉAL - Les difficultés en lecture dès la première année peuvent indiquer un risque éventuel de difficultés scolaires plus tard et même un risque de décrochage. C'est ce qu'indique une étude réalisée par des chercheurs de l'Université de Montréal rendue publique lundi par l'Institut de la statistique du Québec (ISQ), au moment même où sont lancées les Journées de la persévérance scolaire. Les données de l'Institut, recueillies auprès d'un échantillon d'enfants nés en 1997-1998, démontrent qu'environ 15 pour cent de ces enfants se classent dans le groupe des élèves à risque de décrochage lorsqu'ils arrivent à l'âge de 12 ans. Selon les chercheurs, les difficultés de lecture sont d'ailleurs un indicateur de risque beaucoup plus important que le statut socioéconomique d'un enfant. De leur côté, les organisateurs des Journées de la persévérance scolaire ont dévoilé les dernières données sur le décrochage scolaire et les nouvelles sont plutôt encourageantes.

La lutte contre le décrochage scolaire En vidéo : La lutte contre le décrochage scolaireLutte contre le décrochage scolaire : témoignages Toutes les vidéos sur le décrochage scolaire Vaincre le décrochage : un enjeu de cohésion sociale La lutte contre le décrochage constitue un enjeu majeur humain, social et économique. Le préjudice psychologique du décrochage est important en termes d’estime de soi, de qualité de vie. Les jeunes sans diplôme se trouvent plus souvent au chômage, notamment de longue durée, occupent plus souvent des emplois précaires et présentent un état de santé dégradé. Du point de vue économique, le décrochage génère des coûts importants pour la société. Les pays qui ont réussi à réduire significativement le décrochage en ont fait une cause nationale, un enjeu du vivre-ensemble.Le décrochage scolaire n’est pas un phénomène uniforme et homogène. Le décrochage n’est pas une fatalité. [Infographie] Année scolaire 2017-2018 : des solutions concrètes pour vaincre le décrochage Les chiffres du décrochage Prévenir

Comment l'Ecole peut causer et réparer le décrochage Deux nouvelles études publiées par la revue Education & formations (n°90 avril 2016) interrogent l'Ecole sur sa participation au décrochage des élèves. Que le "marre de l'école" soit u facteur dominant du décrochage, on le savait depuis une étude nantaise, réalisée en 2013, de Pierre Yves Bernard et Christophe Michaut. Une nouvelle recherche réalisée par eux dans l'académie de Créteil ne change pas la donne. Quels sont les motifs de décrochage ? L'étude de l'académie de Créteil Leur nouvelle étude porte sur le fichier des décrocheurs de l'académie de Créteil C'est un fichier beaucoup plus important contenant 13 527 noms à partir duquel les auteurs ont pris 2061 contacts et ont obtenu 762 réponses pour leur enquête. La particularité de cet échantillon c'est d'abord le fort nombre de descendants de l'immigration (55%) et de jeunes qui ne sont pas nés en France (17%). Cinq portraits de décrocheurs Mais les auteurs vont plus loin et dressent cinq portraits de décrocheur. Comment raccrocher ?

Le "décrochage" scolaire Retour à la semaine de quatre jours, classes de CP et CE1 à 12 élèves en éducation prioritaire, rétablissement des classes bilangues au collège… En ligne de mire : le noyau dur des élèves en échec scolaire qui nous fait figurer dans les profondeurs du classement PISA des pays de l’OCDE. L’hebdomadaire Le un consacre aujourd’hui son édition à la question lancinante du décrochage scolaire. Enseignante et cofondatrice du Clept (Collège-lycée élitaire pour tous), une structure qui ambitionne de ramener des élèves vers le bac et l’université, Marie-Cécile Bloch se refuse à esquisser une typologie du « décrocheur », tant les profils sont divers, et préfère étudier les causes du phénomène. « Bien sûr – explique-t-elle – le décrochage survient plus aisément dans une famille défavorisée, mais ce n’est pas l’origine sociale qui fait décrocher. D’ici à lundi, c’est encore les vacances… Le mensuel Soixante-quinze fait le tour des espaces accueillants pour familles et enfants dans la capitale

Mots clés

Related: