background preloader

Le décrochage scolaire n’est pas une fatalité

Le décrochage scolaire n’est pas une fatalité
Chaque année, plus de 150 000 jeunes sortent prématurément du système scolaire, sans qualification, ni diplôme. L’école leur renvoie une image écornée d’eux-mêmes qui leur est insupportable, entraînant un rejet total. Quels sont les signes à repérer ? Fabienne Broucaret Sommaire A découvrir Le taux de scolarisation des 15-19 ans est en baisse Les indicateurs 2012 de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) montre que le taux de scolarisation des 15-19 ans régresse en France. « J’ai pris l’habitude de sécher les cours au collège, se souvient Justine, aujourd’hui âgée de 24 ans. Comme Justine, ils sont plus de 150 000 par an, majoritairement des garçons, à sortir du système scolaire sans qualification. Un phénomène multifactoriel Les premiers signes à repérer Les phrases à éviter… On émet parfois des doutes sur l’école, mais mieux vaut s’en abstenir devant ses enfants. Il est possible de prévenir cette spirale du décrochage. Related:  PEDAGOGIE

Adolescent à l'école ? Adolescent à l’école : est-ce possible ? Philippe Meirieu L’école française s’est construite, très largement, avant l’émergence de l’adolescence comme phénomène de société. Texte paru dans Cultures adolescentes, sous la direction de David Le Breton, Paris, Autrement, 2008 Même si l’on y parle parfois de l’adolescence et si l’on y évoque quelques grands mythes, comme celui de Rimbaud, les adolescents et les adolescentes concrets et vivants n’ont guère droit de cité dans l’École française. La République ne connaît pas les adolescents Notre tradition philosophique républicaine, revisitée par Hannah Arendt, ne connaît que deux étapes de la vie : l’enfance et l’âge adulte. À l’opposé, l’adulte est celui qui, certes, peut continuer d’apprendre, mais que nul n’a le droit d’éduquer : seuls les tyrans, les publicitaires et les clercs peuvent tenter d’éduquer les adultes, c’est-à-dire décider à leur place de leur bien. L’École se contente de séparer les enfants des adultes L’enjeu est de taille.

Phobie scolaire Qu’est ce que la phobie scolaire? La phobie scolaire est une angoisse allant crescendo survenant dès que l’élève doit se rendre dans son établissement, jusqu’à l’impossibilité pour certains de quitter la maison. Elle peut s’exprimer avec des signes de souffrance physique réels plus ou moins marqués : douleurs abdominales, nausées, palpitations, sensation de malaise insupportable, crises bruyantes. Mon enfant souffre de phobie scolaire, que faire? Si les symptômes que représentent la phobie scolaire ou refus scolaire anxieux ne sont pas pris en compte rapidement, la situation de l’élève peut s’aggraver sévèrement et son avenir en pâtir :descolarisation totale, isolement, désocialisation, dépression, refuge dans des addictions tel que lesjeux vidéos, suicide Une évaluation spécialisée par un thérapeute est indispensable pour permettre de choisir la meilleure prise en charge. Des exemples d’accueil dans certaines académies Académie de Rennes classe à projets lycée Chateaubriand Lire la suite

Quand l’école rend malade : la phobie scolaire vécue de l’intérieur C'est la rentrée ! Les vacances de la Toussaint sont finies. Deux semaines passées si vite & un zébrillon qui a du reprendre ce matin le chemin du collège, non sans mal Je pressentais que la veille de la reprise, & la reprise elle-même ne seraient pas simples... Et, si l'angoisse n'a pas été aussi forte que début septembre, elle fut tout de même très présente & pesante toute la soirée d'hier & plus encore avant 08h00 aujourd'hui. Par hasard (si tant est qu'il existe...), hier soir nous regardions le JT de France 2 lorsqu'un reportage tourné dans le service de pédopsychiatrie de l'hôpital neurologique de Lyon dirigé par le Dr Olivier Revol fut lancé. Depuis son entrée en sixième, il y a un an, Mathéo souffre de phobie scolaire. Car il s'agit bien d'une incommensurable peur, qui submerge, qui envahit tout notre être. De celle-ci va découler des somatisations, des maux (de ventre, de tête), des irruptions dermatologiques (eczéma, parapsoriasis). Qui sont ces enfants ? Le Dr Revol précise :

Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire Infographie : l’essentiel des mesures Découvrez l'infographie interactive Le décrochage scolaire : enjeux et diagnostic Le décrochage : de quoi parle t-on ? C’est un processus qui conduit chaque année 140 000 jeunes (1) à quitter le système de formation initiale (2) sans avoir obtenu une qualification équivalente au baccalauréat ou un diplôme à finalité professionnelle (certificat d’aptitude professionnelle - CAP, brevet d’études professionnelles - BEP (3)). Ce sont aussi 620 000 jeunes de 18 à 24 ans qui sortent précocement du système éducatif sans diplôme du second cycle du secondaire (4), et restent durablement en dehors de tout dispositif de formation. C’est la conséquence d’un désintérêt progressif de l’élève pour l’école, fruit d’une accumulation de facteurs qui tiennent à la fois au parcours personnel du jeune et à la façon dont fonctionne le système éducatif (5). La lutte contre le décrochage concerne tous les territoires, toutes les catégories de la société et toutes les formations.

La lutte contre le décrochage scolaire En vidéo : La lutte contre le décrochage scolaireLutte contre le décrochage scolaire : témoignages Toutes les vidéos sur le décrochage scolaire Vaincre le décrochage : un enjeu de cohésion sociale La lutte contre le décrochage constitue un enjeu majeur humain, social et économique. Les jeunes sans diplôme se trouvent plus souvent au chômage, notamment de longue durée, occupent plus souvent des emplois précaires et présentent un état de santé dégradé. Du point de vue économique, le décrochage génère des coûts importants pour la société. Les pays qui ont réussi à réduire significativement le décrochage en ont fait une cause nationale, un enjeu du vivre-ensemble.Le décrochage scolaire n’est pas un phénomène uniforme et homogène. Le décrochage n’est pas une fatalité. [Infographie] Année scolaire 2017-2018 : des solutions concrètes pour vaincre le décrochage Les chiffres du décrochage Une politique ambitieuse qui se déploie sur tous les territoires Prévenir Actions déjà réalisées Nouvelles étapes

La motivation en situation d’apprentissage : les apports de la psychologie de l’éducation Tablette à l’école CM : La tablette a fait son entrée dans les établissements scolaires il y a trois ans. Où en est-on aujourd’hui ? TC : Le développement de la tablette dans l’éducation a été plus rapide que ce à quoi on s’attendait. Dix millions d’unités équipent déjà des écoles dans le monde entier. C’est d’ailleurs pour cela que l’éducation est un des axes prioritaires pour des constructeurs comme Apple ou Samsung. En France on estime qu’environ 100 000 tablettes ont déjà été commandées par les collectivités locales. Le financement de ce terminal par les familles, comme c’est le cas pour d’autres fournitures scolaires, est un point clé, puisqu’il peut permettre une généralisation très rapide. Des responsables politiques, comme Pascale Luciani Boyer (porte-parole de l’Association des Maires de France pour le numérique et membre du Conseil National du Numérique) vont même jusqu’à demander à ce qu’elle soit remboursée par la Caisse d’Allocation Familiale ! CM : Quels sont les établissements concernés ?

Phobie Scolaire

Related: