background preloader

Décrochage scolaire

Décrochage scolaire
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le décrochage scolaire est l'arrêt d'études avant l'obtention d'un diplôme. L'expression « décrochage scolaire », assez à la mode dans le milieu éducatif français, provient en fait du ministère de l'éducation du Québec. Introduction[modifier | modifier le code] Le ministère de l’Éducation du Québec étudie le décrochage scolaire dans le cursus menant au diplôme du secondaire. La décision d'abandonner l'école est le résultat d'un cumul de situations complexes scolaires, relationnelles, sociales et/ou personnelles. Caractéristiques de l'élève dit à risque[modifier | modifier le code] Données individuelles[modifier | modifier le code] Parmi les variables d’ordre individuel, les difficultés d’apprentissage et les troubles du comportement constituent des facteurs personnels les plus déterminants du décrochage scolaire. La majorité des études montre que les garçons sont plus nombreux à décrocher de l’école. Inadaptation ou facteurs de risque ? Related:  Décrochage scolaire

La lutte contre le décrochage scolaire En vidéo : La lutte contre le décrochage scolaireLutte contre le décrochage scolaire : témoignages Toutes les vidéos sur le décrochage scolaire Vaincre le décrochage : un enjeu de cohésion sociale La lutte contre le décrochage constitue un enjeu majeur humain, social et économique. Le préjudice psychologique du décrochage est important en termes d’estime de soi, de qualité de vie. Les jeunes sans diplôme se trouvent plus souvent au chômage, notamment de longue durée, occupent plus souvent des emplois précaires et présentent un état de santé dégradé. Du point de vue économique, le décrochage génère des coûts importants pour la société. Les pays qui ont réussi à réduire significativement le décrochage en ont fait une cause nationale, un enjeu du vivre-ensemble.Le décrochage scolaire n’est pas un phénomène uniforme et homogène. Le décrochage n’est pas une fatalité. [Infographie] Année scolaire 2017-2018 : des solutions concrètes pour vaincre le décrochage Les chiffres du décrochage Prévenir

Education: comment aider les "décrocheurs"? Qui sont les "décrocheurs"? Ce sont des jeunes sortis du système scolaire sans diplôme ni qualification. Ils ont abandonné les bancs de l'école à la fin de la scolarité obligatoire - à 16 ans- et n'ont pas de diplôme du second cycle. Est-ce un phénomène récent? Depuis les années 1970, de nets progrès ont été constatés en terme de scolarisation. La France est-elle particulièrement touchée par le problème? Au sommet européen de Lisbonne, en mars 2000, les gouvernements des pays de l'Union s'étaient mis d'accord sur un objectif à atteindre en 2010: le taux de jeunes quittant l'école sans avoir obtenu un diplôme d'études secondaires ou un diplôme professionnel ne devait pas dépasser 10%. Quelles solutions ont été envisagées? En 2009, le président de la République, Nicolas Sarkozy, avait élevé la lutte contre le décrochage scolaire au rang de priorité nationale. L'Académie de Créteil compte par exemple trois micro-lycées. La lutte contre l'absentéisme a, elle aussi, été accentuée.

Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire Infographie : l’essentiel des mesures Découvrez l'infographie interactive Le décrochage scolaire : enjeux et diagnostic Le décrochage : de quoi parle t-on ? C’est un processus qui conduit chaque année 140 000 jeunes (1) à quitter le système de formation initiale (2) sans avoir obtenu une qualification équivalente au baccalauréat ou un diplôme à finalité professionnelle (certificat d’aptitude professionnelle - CAP, brevet d’études professionnelles - BEP (3)). Ce sont aussi 620 000 jeunes de 18 à 24 ans qui sortent précocement du système éducatif sans diplôme du second cycle du secondaire (4), et restent durablement en dehors de tout dispositif de formation. C’est la conséquence d’un désintérêt progressif de l’élève pour l’école, fruit d’une accumulation de facteurs qui tiennent à la fois au parcours personnel du jeune et à la façon dont fonctionne le système éducatif (5). La lutte contre le décrochage concerne tous les territoires, toutes les catégories de la société et toutes les formations.

Prévention du décrochage scolaire La lutte contre le décrochage scolaire est une priorité nationale absolue et un enjeu dans le cadre de la "Stratégie Europe 2020". Elle articule prévention et remédiation sur un objectif central : faire que chaque jeune puisse construire son avenir professionnel et réussir sa vie en société. DéfinitionLa lutte contre le décrochage scolaire constitue un enjeu majeur pour la cohésion sociale et l'équité du système éducatif. Accompagnement renforcé des jeunes décrocheurs - fiche technique AccueilAccompagnement renforcé des jeunes décrocheurs Les fiches techniques juridiques F. Aides financières et à l'insertion Présentation Les jeunes rencontrent des obstacles différents, en fonction de leur situation à la sortie du système éducatif, pour accéder à un emploi. Cet accord prévoit un accompagnement renforcé des jeunes ayant des difficultés d’accès à l’emploi, afin d’améliorer leur entrée sur le marché du travail. Cette fiche concerne l’accompagnement individuel renforcé des jeunes décrocheurs organisé par les missions locales dans le cadre de l’ANI et suite à l’appel à projets lancé par l’Etat en 2011. Les deux autres catégories bénéficient d’un dispositif d’accompagnement mis en place par l’APEC et Pôle emploi (non présenté ici). Jeunes concernés Les jeunes sortis du système éducatif sans qualification ou sans diplôme (y compris ceux dont le contrat en alternance a été rompu). Objectifs L’accompagnement individuel renforcé Les 3 phases et le plan d’action Durée du parcours

Qui sont les décrocheurs scolaires? Par Violaine Jaussent Mis à jour le , publié le Partager Lutter contre le décrochage scolaire, le gouvernement en a fait une de ses priorités. Le ministère de l'Education nationale veut notamment faciliter le retour vers l'école de 20 000 décrocheurs scolaires d'ici la fin de l'année. Ils quittent l'enseignement secondaire sans obtenir de diplôme "Selon le code de l'Education, un décrocheur est un élève qui quitte un cursus de l'enseignement secondaire sans obtenir le diplôme finalisant cette formation", indique l'Insee. Pour expliciter sa définition, l'Insee liste trois situations possibles : l'élève peut avoir suivi un cursus menant à un CAP ou à un BEP sans en obtenir le diplôme. Ainsi, l'Insee estime qu'un quart des élèves entrés en 6e en 1995 sont des décrocheurs. En majorité, ils ont des difficultés scolaires dès la 6e Les décrocheurs se distinguent des autres élèves par leurs difficultés scolaires, et ce dès le début du secondaire. Ils ont des origines sociales plutôt modestes

Le décrochage scolaire en France préoccupe l'OCDE Le taux de scolarisation des jeunes âgés de 15 à 19 ans a légèrement baissé en France depuis quinze ans, un constat "préoccupant" selon le dernier rapport annuel de l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), "Regards sur l'éducation 2012". Eclairage : Education : la France, un pays "atypique" Ce taux est ainsi passé de 89 % en 1995 à 84 % en 2010, relève l'OCDE. Or en France, 71 % des jeunes déscolarisés de cette tranche d'âge sont sans emploi ou inactifs, contre 57 % en moyenne dans les 34 pays membres de l'OCDE, selon les chiffres de 2010. Des difficultés d'insertion qui persistent dans le temps, souligne l'organisation. Le taux de chômage est en France de 22 % parmi les 25-29 ans n'ayant pas de diplôme de fin d'études secondaires, contre 15 % en moyenne dans les pays de l'organisation, selon les chiffres de 2010. Chaque année, environ 140 000 jeunes sortent du système éducatif sans diplôme, d'après les chiffres du ministère de l'éducation.

Qui sont les décrocheurs ? Un regard sur la question du décrochage aujourd’hui Julien Servois et Sandrine Benasé-Rebeyrol, enseignants au Microlycée 94 Nous sommes chargés de coordonner un dossier sur le décrochage dans un numéro des Cahiers Pédagogiques, à paraître au printemps 2012. C’est dans ce contexte que nous avons été amenés à faire un important travail bibliographique sur ce thème. Aujourd’hui, il ne s’agit donc pas, ni de rentrer dans les détails de l’ensemble des recherches et querelles scientifiques et/ou méthodologiques, ni de vous abreuver de références que vous connaissez sûrement déjà, ni encore de vous en faire un résumé, tant ces travaux sont divers. Nous avons donc décidé, comme l’indique le titre de notre intervention, de vous faire partager notre regard sur ces travaux. Cela se fera en trois temps. 1) Montrer que derrière un concept unique, le décrochage, il y a une diversité de facteurs qui se combinent différemment et produisent une multitude de cas particuliers. Ex : « En Seconde, je m’ennuyais » ou « Je m’embrouillais avec les profs. » .

Décrochage : C. Blaya : "Il n’existe pas un seul type de décrocheur" Tout a-t-il été essayé en terme de décrochage ? " La responsabilité du décrochage scolaire est souvent attribuée à des problèmes de déficience parentale. Parfois également elle se naturalise dans un vision du jeune paresseux... Ces deux visions sont pour nous autant de simplismes qui dédouanent le milieu scolaire de toute influence dans la construction de ce décrochage", écrit Catherine Blaya, professeur à l'Université de Bourgogne et co-fondatrice de l'Observatoire européen de la violence scolaire. A-t-on une idée de l’importance de l’absentéisme et du décrochage ? L’institution scolaire sait mieux recenser l’absentéisme lourd ou chronique que l’absentéisme occasionnel. On a l'impression que l'opinion publique est un peu lasse des efforts vers la partie la plus faible de sa population. Le décrochage est plus qu’un problème de l’école ou le problème de jeunes en difficulté, c’est un problème de société. En ce qui concerne la délinquance, là encore, les choses ne sont pas si simples.

Décrochage : C. Blaya : "Il n’existe pas un seul type de décrocheur" Tout a-t-il été essayé en terme de décrochage ? "La responsabilité du décrochage scolaire est souvent attribuée à des problèmes de déficience parentale. Parfois également elle se naturalise dans un vision du jeune paresseux... Ces deux visions sont pour nous autant de simplismes qui dédouanent le milieu scolaire de toute influence dans la construction de ce décrochage", écrit Catherine Blaya, professeur à l'Université de Bourgogne et co-fondatrice de l'Observatoire européen de la violence scolaire. Alors encore un livre qui accuse l'école ? L'ouvrage de Catherine Blaya, "Décrochages scolaires" au pluriel, est bien plus fin et précis que cela. A-t-on une idée de l’importance de l’absentéisme et du décrochage ? L’institution scolaire sait mieux recenser l’absentéisme lourd ou chronique que l’absentéisme occasionnel. On a l'impression que l'opinion publique est un peu lasse des efforts vers la partie la plus faible de sa population. Pourquoi les garçons décrochent-ils plus que les filles ?

Décrocheurs : accrochez-vous ! | Les déchiffreurs de l’éducation Pour savoir combien il y a de « décrocheurs sans diplôme », il faut vraiment s’accrocher ! Depuis un an, le ministre Chatel communique abondamment sur les nombres de « décrocheurs » et de jeunes quittant le système éducatif sans diplôme, en avançant des chiffres aussi variables que fantaisistes, sans que l’on sache comment ils ont été construits. Quelques extraits de ce florilège :[Un] dispositif permet de repérer de façon précise les jeunes en situation de décrochage à partir d’une définition désormais stabilisée : sont considérés comme décrocheurs les jeunes de plus de 16 ans scolarisés l’année précédente, qui ont quitté une formation de niveau V ou IV sans avoir obtenu le diplôme sanctionnant cette formation.Ainsi, pour l’Éducation nationale, entre juin 2010 et mars 2011, 254 000 jeunes répondant à ces critères ont été identifiés et 72 000 d’entre eux sont suivis par le réseau des missions locales. Quand on publie des données chiffrées, la déontologie veut qu’on en donne la méthode.

Mobilisation contre le décrochage scolaire : bilan 2013 et perspectives 2014 Introduction : la Nation mobilisée contre le décrochage scolaire Des engagements tenus pour l'année 2013 En décembre 2012, Vincent Peillon s’était engagé à faire revenir en formation, au cours de l’année 2013, 20 000 jeunes ayant décroché. Un an plus tard, 23 000 décrocheurs sont de nouveau en formation initiale ou en Service civique 20 000 de retour en formation initiale diplômante3 000 effectuent un service civique À ceux-là s’ajoutent 11 000 jeunes décrocheurs qui bénéficient actuellement d’un parcours de retour en formation accompagné par la Mission de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS, anciennement MGI, mission générale d’insertion). Des réseaux FOQUALE ont été créés en face de chacune des 360 plates-formes d’appui et de suivi des décrocheurs à travers le territoire. Un objectif pour 2014 25 000 jeunes décrocheurs de retour en formation initiale. Le Président de la République a ainsi fixé l’objectif de diviser par deux au cours de la mandature le nombre de décrocheurs.

Décrochage scolaire : L'Ile-de-France se mobilise Par François Jarraud "Ils ne sont pas des moins que rien". Reprenant le slogan des jeunes de Seine Saint-Denis, la vice-présidente de la région Ile-de-France en charge des lycées, Henriette Zoughebi, élève la question du décrochage au niveau politique. A l'appel de la région, samedi 22 septembre, les Assises régionales de lutte contre le décrochage ont réuni près de 400 acteurs, ministre, enseignants, chefs d'établissement, jeunes décrocheurs, élus, responsables d'association ou d'administrations, autour d'un objectif : impulser une politique régionale nouvelle pour faire reculer le décrochage. Sans volonté politique rien ne se ferait "Le décrochage est un processus social qui a des conséquences politiques" a rappelé Guillaume Balas, président du groupe PS au conseil régional d'Ile-de-France, auteur d'un ouvrage sur cette question. Définir le décrochage Mais pour agir il faut identifier le problème. Quels facteurs ? L'engagement de la Région Le décrochage scolaire, une plaie inacceptable.

Related: