background preloader

Comparaison internationale

Comparaison internationale

onisep lyceens a besoins particuliers Chaque année, environ 140 000 jeunes sortent sans qualification du système scolaire. Ces élèves "décrocheurs" sont les premières victimes des difficultés d'insertion professionnelle et du chômage. Des établissements de formation proposent des solutions innovantes et adaptées. Zoom sur ces différentes structures. © Phovoir De nombreux disposititfs sont mis en oeuvre pour aider les jeunes qui se trouvent dans des situations difficiles À lire aussi Collèges lycées élitaires pour tous (CLEPT)/ Ecoles de la 2e chance (E2C)/ Etablissements publics d'insertion de la Défense (EPIDe)/ Lycées de la nouvelle chance/ Micro-lycées/ Lycées expérimentaux/ Lycées municipaux d'adultes (LMA)/ Maisons familiales et rurales (MFR) Des établissements de formation pour les élèves "décrocheurs" On appelle "décrocheur" un élève qui quitte, ou risque de quitter, prématurément le système scolaire sans avoir obtenu de diplôme (CAP certificat d'aptitude professionnelle, bac pro ou bac). Les micro-lycées

Le décrochage scolaire Échec scolaire, manque d’intérêt, absentéisme… Chaque année, 120 000 élèves abandonnent leurs études, parfois pour raccrocher quelques années après. Décryptage d’un phénomène qui inquiète l’opinion et agite régulièrement les médias. Décrochage, rupture, abandon, déscolarisation… De nombreux termes sont récemment apparus pour désigner ce que l’on qualifiait autrefois, de manière générique, d’échec scolaire. Deux textes ministériels récents (31 décembre 2010 et 10 février 2011) précisent la notion de décrocheur, défini institutionnellement comme un jeune qui quitte prématurément un système de formation initiale, sans avoir obtenu ni le baccalauréat, ni un diplôme à finalité professionnelle de niveau V ou IV (BEP ou CAP) et qui n’est plus inscrit dans un cycle de formation.

Remédiation du décrochage scolaire - Lutte contre le décrochage Une responsabilité partagée La mission de lutte contre le décrochage scolaire est une mission partagée par l'ensemble des acteurs du système éducatif, à tous les niveaux de pilotage. Un personnel spécifique lui est dédié. Missions : accompagner les établissements et les équipes dans la construction du volet décrochage du projet d'établissement dans le cadre d'une politique académique globale ;prendre en charge en cours d'année les élèves de plus de 16 ans, à la demande des établissements, et proposer des solutions : retour en formation initiale ou recours à la plate-forme de suivi et d'appui aux décrocheurs ; organiser au niveau d'un territoire les actions de raccrochage de l'Éducation nationale au bénéfice des jeunes pour lesquels la reprise de scolarité en formation initiale est la solution la plus adaptée. Projets et réflexion : une dynamique en cours Des exemples illustrent le dynamisme des différents acteurs : débats, offre académique, espaces d'accueil dédiés aux jeunes, dossiers, etc

Projet de loi pour la refondation de l'École : une École juste pour tous et exigeante pour chacun La loi d’orientation et de programmation constitue une étape majeure de la refondation de l’École qui a été érigée en priorité par la Nation. Découvrez les mesures clés du projet de loi. © MEN / Délégation à la communication Télécharger l'infographie au format Pdf Une loi qui s'inscrit dans un projet global Télécharger l'infographie au format Pdf Des débats et des actes pour refonder l'École Télécharger l'infographie au format Pdf Les objectifs fixés par le projet de loi Télécharger l'infographie au format Pdf La programmation des moyens Télécharger l'infographie au format Pdf Mettre en place une nouvelle formation initiale et continue aux métiers du professorat et de l'éducation et faire évoluer les pratiques pédagogiques Donner la priorité à l’école primaire pour assurer l’apprentissage des fondamentaux et réduire les inégalités La scolarité d’un enfant se joue pour beaucoup dans les premières années : les bases y sont posées et, trop souvent, l’échec scolaire s’y forme.

Selon une étude, certains indicateurs aident à prédire le risque de décrochage MONTRÉAL - Les difficultés en lecture dès la première année peuvent indiquer un risque éventuel de difficultés scolaires plus tard et même un risque de décrochage. C'est ce qu'indique une étude réalisée par des chercheurs de l'Université de Montréal rendue publique lundi par l'Institut de la statistique du Québec (ISQ), au moment même où sont lancées les Journées de la persévérance scolaire. Les données de l'Institut, recueillies auprès d'un échantillon d'enfants nés en 1997-1998, démontrent qu'environ 15 pour cent de ces enfants se classent dans le groupe des élèves à risque de décrochage lorsqu'ils arrivent à l'âge de 12 ans. Selon les chercheurs, les difficultés de lecture sont d'ailleurs un indicateur de risque beaucoup plus important que le statut socioéconomique d'un enfant. De leur côté, les organisateurs des Journées de la persévérance scolaire ont dévoilé les dernières données sur le décrochage scolaire et les nouvelles sont plutôt encourageantes.

La lutte contre le décrochage scolaire En vidéo : La lutte contre le décrochage scolaireLutte contre le décrochage scolaire : témoignages Toutes les vidéos sur le décrochage scolaire Vaincre le décrochage : un enjeu de cohésion sociale La lutte contre le décrochage constitue un enjeu majeur humain, social et économique. Le préjudice psychologique du décrochage est important en termes d’estime de soi, de qualité de vie. Les jeunes sans diplôme se trouvent plus souvent au chômage, notamment de longue durée, occupent plus souvent des emplois précaires et présentent un état de santé dégradé. Du point de vue économique, le décrochage génère des coûts importants pour la société. Les pays qui ont réussi à réduire significativement le décrochage en ont fait une cause nationale, un enjeu du vivre-ensemble.Le décrochage scolaire n’est pas un phénomène uniforme et homogène. Le décrochage n’est pas une fatalité. [Infographie] Année scolaire 2017-2018 : des solutions concrètes pour vaincre le décrochage Les chiffres du décrochage Prévenir

Les grandes orientations de la refondation de l'École : une loi qui s'inscrit dans un projet global Les réformes du système éducatif ne nécessitent pas toutes le recours à des mesures législatives, mais toutes s’inscrivent dans une stratégie d’ensemble. Retrouvez les grandes orientations de la refondation de l’École. Télécharger l'infographie au format Pdf Réinvestir dans les moyens humains Création de 60 000 postes dont 54 000 pour le ministère de l’éducation nationaleRéforme de la formation initiale des enseignants, création des écoles supérieures du professorat et de l’éducationCréation des emplois d’avenir professeurRenforcement de l’attractivité du métier d’enseignant Donner la priorité à l’école primaire Rééquilibrage des moyens en faveur du primaireRéforme des rythmes scolairesRedéfinition des missions de l’école maternelle et développement de l’accueil des moins de trois ansMise en place du dispositif "plus de maîtres que de classes" Faire évoluer le contenu des enseignements, leur organisation et leur évaluation Renforcer les politiques de réussite éducative

Phobie scolaire Qu’est ce que la phobie scolaire? La phobie scolaire est une angoisse allant crescendo survenant dès que l’élève doit se rendre dans son établissement, jusqu’à l’impossibilité pour certains de quitter la maison. Elle peut s’exprimer avec des signes de souffrance physique réels plus ou moins marqués : douleurs abdominales, nausées, palpitations, sensation de malaise insupportable, crises bruyantes. Mon enfant souffre de phobie scolaire, que faire? Si les symptômes que représentent la phobie scolaire ou refus scolaire anxieux ne sont pas pris en compte rapidement, la situation de l’élève peut s’aggraver sévèrement et son avenir en pâtir :descolarisation totale, isolement, désocialisation, dépression, refuge dans des addictions tel que lesjeux vidéos, suicide Une évaluation spécialisée par un thérapeute est indispensable pour permettre de choisir la meilleure prise en charge. Des exemples d’accueil dans certaines académies Académie de Rennes classe à projets lycée Chateaubriand Lire la suite

Que faire si mon enfant souffre de phobie scolaire ? - PARENTS.fr Que ce soit en école, au collège ou au lycée, certains enfants peuvent souffrir de phobie scolaire. Un phénomène encore tabou et difficile à chiffrer, selon le président de l'association "Phobie scolaire" qui explique la démarche à suivre. © iStock La phobie scolaire correspond à la situation de jeunes qui n’arrivent pas à aller à l’école pour des raisons irrationnelles. Le président de l'association explique en premier lieu que la phobie scolaire se manifeste pratiquement toujours de la même manière, mais que les causes peuvent être très variées. « Ça commence avec des maux de ventre, des vertiges, des envies de vomir, et au final un blocage complet par rapport à l'idée d'aller à l'école. Harcèlement, dyslexie... le plus important est d'en comprendre les raisons, et pour cela l'aide d'un psychologue est essentielle. Outre des mesures envers l'enfant, les parents ne doivent pas hésiter à demander de l'aide.

Phobie scolaire : pourquoi lui ? pourquoi elle ? | La Voix des Parents Derrière l’expression assez floue de phobie scolaire ou refus scolaire anxieux se cachent des situations diverses mais une détresse commune : une peur panique à l’idée de se rendre à l’école. Une souffrance partagée par des milliers d’enfants et leurs parents, en mal d’écoute et de reconnaissance. «Nous l’emmenions à l’école et le CPE était obligé de le tenir pour que nous puissions partir sinon il courait après la voiture. » Pour Sophie et Gwenaël, la deuxième semaine de rentrée en 6e de leur fils Nicolas a sonné le début du cauchemar. Maux de ventre, maux de tête… ils ne se sont pas tout de suite inquiétés pensant que cela allait passer, mais un matin Nicolas n’a pas pu se lever. « Les maux n’apparaissaient plus seulement le matin avant de partir au collège mais aussi le soir, du coup il dormait mal. » Quand l’angoisse monte… « On ne sait pas vers où nous diriger » Pour Nicolas, le verdict du centre médico-psychopédagogique (CMPP) consulté est sans appel : trouble du comportement. Notes

Enfances et psy - Même pas peur ? Les phobies de l’enfant et de l’adolescent D.S.D.E.N. 74 -Avatars de la phobie scolaire : une clinique médico-scolaire Christophe Guigné : Médecin de Santé Publique - Médecin de l’Education Nationale Revue INS-HEA N° 62 juillet 2013 "la médecine scolaire s’intéresse de près à l’absentéisme scolaire et à la phobie scolaire en s’inscrivant dans une approche biopsychosociale d’un syndrome pris dans une acception plus large de syndrome d’inadaptation scolaire. Une étude menée sur la Haute-Savoie permet de décrire quelques avatars de cette pathologie, leur évolution et les lectures parfois divergentes qu’en font les jeunes, leur famille, l’école et les professionnels du soin ou de l’éducation. La signification que revêtent ces retraits scolaires est interrogée et le phénomène connexe de retrait social chez certains brièvement décrit. Des pistes sont dégagées pour la réinscription du jeune dans la communauté scolaire et la diminution de la pression ressentie par l’élève, en particulier celle liée au système d’évaluation." Avatars de la phobie scolaire : une clinique médico-scolaire

Related: