background preloader

Ce que les enfants devraient savoir sur leur cerveau à l'école

Ce que les enfants devraient savoir sur leur cerveau à l'école
Les neurosciences apparaissent comme un domaine réservé aux meilleurs étudiants en sciences. Or une étude américaine a démontré que Au plus tôt on apprend à l’école comment fonctionne notre cerveau, au mieux c’est. Suite à une étude menée sur des enfants de 4 à 13 ans, les psychologues Peter Marshall et Christina Comalli ont découvert que les jeunes enfants ne connaissent ni les fonctions ni le fonctionnement de leur cerveau. Les scientifiques attribuent cet état de fait à plusieurs facteurs : 1. les parents et les enseignants ne mentionnent que très rarement le cerveau quand ils apprennent aux enfants comment leurs corps fonctionnent. 2. l’enseignement portant sur l’anatomie et les fonctionnalités du cerveau ne commence qu’au collège. 3. les enfants ne peuvent pas observer leur propre cerveau et sont forcés d’imaginer ce qui se passe à l’intérieur de leur tête. Marshall et Comalli ont alors élaboré une leçon d’une vingtaine de minutes à destination d’élèves de primaire. 1. 2. 1. 2. 3. 4.

http://apprendreaeduquer.fr/ce-les-enfants-devraient-apprendre-propos-cerveau-lecole/

Related:  NeurosciencesModule 1 : être un bon tuteurEcoleNEUROSCIENCES ET EDUCATIONsroyan

Céline Alvarez : les lois d’apprentissage et d’épanouissement humain Vous avez été nombreux à apprécier l’article basé sur des extraits de cette vidéo (7 principes éducatifs validés par les neurosciences consultables ici). Je vous propose donc aujourd’hui de visionner l’intégralité de la vidéo dans laquelle Céline Alvarez explique quels seraient les aménagements à intégrer dans les écoles pour permettre le plein épanouissement des enfants. Pour aller plus loin : Éducation, plasticité cérébrale et recyclage neuronal - Psychologie cognitive expérimentale - Stanislas Dehaene - Collège de France - 06 janvier 2015 09:30 Dans le domaine de l’apprentissage, il est vain d’opposer l’inné et l’acquis, l’environnement et l’hérédité. Dès 1949, le psychologue canadien Donald Hebb l’énonce : Deux facteurs déterminent la croissance intellectuelle : un potentiel inné, absolument indispensable, et un environnement stimulant, tout aussi indispensable. Il est inutile de se demander lequel est le plus important. On pourrait supposer que l’intelligence croît jusqu’à la limite fixée par l’hérédité ou par l’environnement – le minimum des deux.

5 principes issus des neurosciences pour favoriser l'apprentissage en formation Quels sont, à votre avis, les avantages et inconvénients des pédagogies actives, ludiques et participatives ? Si les entreprises semblent conscientes de la nécessité d’amorcer un virage pédagogique dans leurs formations, elles sont parfois réticentes à l’idée de passer à l’action : est-ce vraiment utile et pertinent ? De mon point de vue, la réponse est indéniablement : OUI ! Et les recherches scientifiques menées ces dernières années vont clairement dans ce sens. Suite à la présentation que j’ai eu l’occasion de réaliser au forum, je vous invite donc à découvrir ci-dessous 5 principes essentiels issus des recherches en neurosciences pour mieux former et apprendre :

Le cerveau raconté aux enfants Il y a six ans, le réalisateur Pete Docter et le producteur Jonas Rivera des studios Disney Pixar nous avaient éblouis avec (), film d’animation « oscarisé » au scénario charmant. Ils refont tandem avec (), œuvre où ils ont su se réinventer. les a rencontrés. TORONTO — Les ballons multicolores du long métrage, sorti en 2009, se sont métamorphosés en sphères d’émotions dans , plus récent opus d’animation des studios Disney Pixar, dont la sortie est attendue le 19 juin prochain. Quant au terrain de jeu de l’histoire, il change du tout au tout. Un voyage numérique en Allemagne ! Quatre professeurs. Une bonne quarantaine d’élèves. Seize tablettes. En route pour l’Allemagne ! Savoirs ENS Les bords flous du normal et du patholog... Ali Benmakhlouf Qu'est-ce que l'être humain ? Francis Wolff Au-delà du solipsisme moral et politiqu... Isabelle Delpla Dedans et dehors : qu'est-ce qu'une mora... Frédéric Worms L'ontologie du vide Frédéric Nef Métaphysique de la résurrection des co... Roger Pouivet Y a-t-il des vertus dormitives respectab...

Les mauvaises habitudes ruinent le sommeil des étudiants Les étudiants français ne sont pas épargnés par la phobie du réveil. A l'occasion de la 15e journée mondiale du sommeil, ce vendredi 27 mars, le point sur leurs habitudes et les façons d'améliorer la situation. Si l'on reprend une étude Harris Interactive pour la mutuelle étudiante Smerep, plus de neuf étudiants sur dix déclarent dormir moins de huit heures par nuit, temps de sommeil conseillé chez l'adulte. Pire : 18 % expliquent être en-deça de six heures quotidiennes. « Ils suivent leur rythme de vie, plutôt que leur rythme biologique », explique Pierre Faivre, responsable de prévention pour la Smerep. Neurosciences et numérique pour une pédagogie du succès Un autre regard sur l’échec scolaire Avec la rentrée des classes, les préoccupation des parents, des enseignants et de l’ensemble de la communauté éducative se tournent vers les challenges de cette nouvelle année scolaire. Beaucoup de discours mentionnent la "lutte contre l’échec scolaire" et il est évident que cette question mérite toute notre attention. Ainsi, sans entrer dans une analyse détaillée des statistiques de l’échec scolaire, on observe, en consultant la dernière livraison des "Indicateurs de l’enseignement 2013" publiée par la Fédération Wallonie-Bruxelles, qu’un nombre important de nos enfants sortent de l’enseignement primaire et secondaire avec une ou plusieurs années de retard. Ainsi en 2012, dès la fin de l’école primaire, près de 22% des élèves accusent déjà un retard d’une année au moins et 4% de deux ans ou plus.

Related: