background preloader

Viviane Glikman - entretien AUF sur le tutorat à distance (décembre 2010)

Viviane Glikman - entretien AUF sur le tutorat à distance (décembre 2010)
Related:  Tuteur : nouvelles compétencesjdtice

MÉMOIRE SUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES POUR L’APPRENTISSAGE À DISTANCE : Points de vue des enseignants, tuteurs et apprenants Outil pour l'accompagnement et le soutien technique Channel.me est un pur service de navigation en parallèle, qui permettra à plusieurs personnes de naviguer conjointement et de façon coordonnée sur le site web choisi. vous entrez l’URL de la page que vous désirez partager;vous obtenez en retour une URL à copier ou envoyer à vos compagnons;ceux-ci se connectent et indiquent leur pseudo. À partir de ce moment les curseurs de chacun apparaissent et, s’ils cliquent sur un lien, tous changent de page et le suivent. Une fenêtre de chat est également affichée et permet d’ajouter des commentaires et indications. Utilisation Cas fréquents : une personne essaie de s'inscrire en ligne dans une institution mais ne parvient pas à trouver les bons documents ou à compléter un fornulaire pour une raison ou une autre. On ne peut faire plus simple coté technologique. Niveau : Professionnel

Blog de t@d: Inconvénients de la figure du "tuteur-orchestre". Par Jacques Rodet d'être davantage conscientisées par les tuteurs. Toutefois, ce type de "référentiel" peut sous-tendre l'idée d'un "tuteur-orchestre" d'un "tuteur idéal" qui pourrait ou devrait assumer tous ces rôles. Outre le fait que l'idéal est rarement observable dans la pratique, on peut se demander s'il est souhaitable tant pour les apprenants, que pour l'institution et les tuteurs eux-mêmes. Inconvénients de la figure du "tuteur-orchestre" pour l'apprenantLe premier inconvénient pour l'apprenant réside certainement dans le fait que le tuteur-orchestre tend à devenir son unique interlocuteur. Le deuxième inconvénient pour l'apprenant est relatif à la tension existante entre les différents rôles du tuteur. Inconvénients de la figure du "tuteur-orchestre" pour l'institutionTout d'abord, le "tuteur-orchestre" est une denrée rare. L'institution se tourne fréquemment vers ses ressources internes pour recruter ses tuteurs.

Thèse de Clément Dussarps sur la dimension socio-affective et l'abandon en FOAD Clément Dussarps a soutenu sa thèse le 27 novembre dernier (à paraître). Il a cherché à répondre, et y parvient dans de larges mesures, à la question suivante : Quels sont les facteurs socio-affectifs expliquant l'abandon, ou inversement la persévérance ? Il propose une typologie d'apprenants tirée de l'étude des données recueillies : Les "intégrés" qui attendent des relations de qualité et avec une fréquence régulière avec les enseignants et leurs pairs (25% de l'échantillon étudié)Les "exclusifs avec les enseignants" qui souhaitent de telles relations avec les enseignants et peu, voire jamais, avec leurs pairs. (52% de l'échantillon étudié)Les "exclusifs avec leurs pairs" qui se tournent vers leurs pairs et très peu vers les enseignants. (2% de l'échantillon étudié)Les "isolés" qui échangent peu avec les enseignants et leurs pairs. (21% de l'échantillon étudié). Clément propose également une classification des différentes variables qu'il a étudiées sur le niveau de persévérance

Blog de t@d: Enquête sur la perception des apprenants sur les interventions tutorales réactives quasi instantanées. Par Jacques Rodet Dans un billet précédent, j’évoquais la notion d’intervention tutorale réactive quasi instantanée (ITRqi). Une ITRqi est une intervention réactive de la part d’un tuteur. Elle intervient donc après une sollicitation d’un apprenant. J’estimais que les ITRqi pouvaient permettre à l’apprenant de se sentir mieux pris en compte et de nature à lui rendre service, au moment où il en a besoin. A travers cette première question, il ne s’agissait pas de comparer quantitativement les ITRqi aux autres interventions tutorales. Points aveugles et biais Il est possible que les personnes n’ayant pas répondu à cette enquête ne l’aient justement pas fait parce qu’elles n’avaient pas bénéficié d’ITRqi. Il est remarquable que chaque répondant ait bénéficié d’au moins une ITRqi de la part d’un des tuteurs-pair. Points aveugles et biais Le fait qu’un tuteur n’est pas fourni d’ITRqi peut simplement être causé par le fait qu’aucun étudiant ne l’ait sollicité. Expressions de la part des répondants

Proactivité des interventions tutorales et autonomie de l'apprenant. Par Jacques Rodet "Le modèle de tutorat utilisé est innovant et comporte, à la fois, de l'accompagnement proactif afin de permettre à chacun d'évoluer en totale autonomie dans l'environnement numérique pédagogique mis en place, et de l'accompagnement réactif." Cette formule promotionnelle utilisée ici m'amène à questionner la capacité des interventions tutorales proactives à encourager l'autonomie des apprenants. L'autonomie : un objectifSi l'autonomie des apprenants est une compétence souhaitable, elle ne peut, à mon sens, être un préalable. Dès lors, elle est à concevoir plutôt comme un objectif. Proactivité et autonomie : aspects contradictoiresLa proactivité consiste pour le tuteur à intervenir en prévention, par avance, en allant au devant des éventuels besoins d'aide de l'apprenant. Il n'y a donc pas de contradiction entre interventions proactives et développement de l'autonomie. illustration : Paul Klee, Projet, 1938

Blog de t@d: Choisir entre ou associer les interventions tutorales proactives et réactives. Par Jacques Rodet Natura Mondi, Giorgio Morandi, 1962 Sandrine Decamps, Christian Depover et Bruno De Lièvre dans leur article intitulé "Moduler l'encadrement tutorale dans la scénarisation d'activités à distance" s'intéressent aux différentes modalités de tutorat surles apprentissages réalisés dans le cadre d’une formation organisée à distance. Ils traitent plus particulièrement des trois caractéristiques suivantes de la mise en oeuvre de l’encadrement tutoral : i) modalité d'intervention réactive ou proactive ; ii) la temporalité des interventions tutorales ; iii) les fonctions de l'encadrement tutoral.Je m'intéresse, ici, à la première de ces caractéristiques, à savoir la réactivité et la proactivité.La proactivité et la réactivité du tuteur ont souvent été présentées comme deux options divergentes. Soit l'une, soit l'autre serait à privilégier.

L’innovation en formation est d’abord pédagogique et non technique. De l'ingénierie pédagogique dans les mondes virtuels. Par Jacques Rodet L’innovation est toujours relative à une transgression de l’habituel. Toutefois, transgresser les «règles» sans les connaître et les maîtriser, revient à se donner l’assurance d’arriver à peu près à n’importe quoi. Ce constat est également valable pour l’innovation pédagogique. Penser l’ingénierie pédagogique Afin d’avancer dans notre réflexion, il me semble utile d’utiliser les modèles d’ingénierie pédagogique dans des champs voisins des mondes virtuels, à savoir les formations multi-médiatisées et offertes à distance. Les étapes chronologiques de cette ingénierie, i) Définir le problème de formation ; ii) Proposer une solution préliminaire ; iii) Concevoir l’architecture pédagogique ; iv) Concevoir les matériels et leur diffusion ; v) Réaliser et valider les matériels ; vi) Planifier la diffusion du système d’apprentissage, sont croisées avec quatre axes, celui des connaissances, l’axe pédagogique, l’axe médiatique et celui de diffusion. Le scénario tutoral (cf. Conclusion provisoire

Blog de t@d: Paroles de chercheur : Jean-Jacques Quintin Jacques Rodet : Bonjour Jean-Jacques. Pour commencer cet entretien, j'aimerais savoir ce qui vous a amené à vous engager dans la recherche doctorale qui a été la vôtre. Quels sont les ressorts qui vous ont poussé à vous lancer dans cette aventure intellectuelle ? Comment avez-vous défini votre problématique ? Jean-Jacques Quintin : Je m’y suis pris assez tard à vrai dire. La problématique choisie ne s’est pas imposée d’emblée. Alors, pour répondre à la question de l’encadrement de ma thèse… Le premier de mes directeurs (il faut dire que ma thèse s’est déroulée en co-tutelle) était tout désigné : ce fut Christian Depover avec qui j’ai collaboré pendant une quinzaine d’années à l’université de Mons-Hainaut. J.R. : En quelques mots, pouvez-vous nous résumer les principaux objectifs et hypothèses de votre recherche ? J. J. J.R. : Afin de vérifier vos hypothèses, vous avez procédé à une analyse quantitative des interventions (nombre et longueur des messages). J. J. J. J. J. J.

Comment enseigner le découragement en 5 minutes Je suis tombé sur une vidéo très intéressante qui tourne pas mal sur les réseaux sociaux ces derniers jours. On y voit Charisse Nixon, prof de psychologie à la Penn State Behrend (Pennsylvanie), proposer un exercice très simple à ses étudiants. Chacun d’eux reçoit une feuille sur laquelle figurent trois mots et doit trouver une anagramme pour chaque mot. La suite, je vous laisse la découvrir ici (la vidéo n'est pas très longue). Tout l’intérêt de cette petite expérience réside dans le fait que le troisième mot est le même pour tout le monde. « Repensez à ce qui c’est passé en vous, quand vous avez vu ceux à droite lever la main car ils avaient résolu l’exercice. - Je me suis senti stupide. - J’avais envie de partir. - Je me sentais encore plus confuse. - Frustrée… - J’ai perdu confiance en moi. - … Vous venez de faire l'expérience de l’impuissance apprise, conclut C. - il a du mal à comprendre qu’il peut avoir prise sur les événements (déficit cognitif)

ZPD : espace tutoral La ZPD (zone proximale de développement) est une notion qui nous vient des travaux de Lev Vygotski. Elle couvre l’espace qui sépare ce qu’un individu peut apprendre seul et ce qu’il peut apprendre avec l’aide d’une ou d’autres personnes. Elle est le lieu de l’étayage permettant ensuite l’exercice de son autonomie par l’apprenant. C’est donc une notion particulièrement féconde pour penser et situer le tutorat à distance et il serait souhaitable que les personnes investissant des fonctions tutorales y soient sensibilisées. Pour débuter, ce billet, ancien mais toujours pertinent, de Jacques Lecomte pour Sciences Humaines.

L'écoute active, une stratégie au service du tuteur à distance. Par Jacques Rodet Former les tuteurs à l'écoute active, telle étaient une de mes réflexions il y a quelques jours. Aussi, sans prétendre faire oeuvre de formation, il me semble opportun de publier sur ce blog un texte qui a d'abord été une "chronique à distance" publiée sur mon site en avril et mai 2003 puis une version remaniée pour le blog du GRECO en mai 2006. C'est cette dernière version que je reproduis ci-après. Les médiations entre un tuteur et des apprenants à distance sont forcément médiatisées. Elles sont écrites, orales ou audiovisuelles, synchrones ou asynchrones. André de Peretti (1999) affirme que « je ne peux écouter quelqu'un que si, en même temps, je lui témoigne que je l'écoute et que, par conséquent, j'entre en dialogue avec lui, même si mon dialogue est un dialogue réservé ». Les techniques de l'écoute active Reformuler consiste pour le tuteur à redire en résumant ou en paraphrasant, éventuellement en accentuant les propos de l'apprenant. Ecouter de manière active ne s'improvise pas.

Les Académiciens contre la réforme du collège : enseigner est dépassé. Place au tutorat Beaucoup s'interrogent sur les nouvelles méthodes d'enseignement. (F.SCHEIBER/20 MINUTES/SIPA) Les Académiciens viennent de se prononcer contre la réforme de l'enseignement, mais ne devons-nous pas discuter hardiment des objectifs et des méthodes de l'école, au lieu de rester collés aux éternels arguments des deux bords : aider les plus faibles contre niveler par le bas ? Faut-il encore enseigner ? On parle d'enseignement du premier degré, du deuxième degré, supérieur... Aujourd'hui, le savoir que l'on se procure seul concurrence celui qui est donné par le professeur, au point que des collègues se plaignent que les élèves aillent sur internet, pendant les cours, pour y chercher des validations de ce qui leur est enseigné. Faut-il encore enseigner ? Disons-le autrement : si l'enseignement semble consister à enseigner, c'est aux étudiants seulement qu'il revient d'apprendre. L'enseignant peut être un guide utile À quoi servirait alors l'enseignant ? Se tourner vers un tutorat

Thème 57 : 4 outils pratiques et faciles à utiliser pour échanger et partager des fichiers entre différents périphériques On a parfois besoin ou envie de partager des fichiers de sa tablette vers son PC ou son smartphone et vice versa. Pour ce faire, plusieurs solutions sont possibles, comme brancher l'appareil en USB ou encore utiliser des outils cloud. Une autre solution est d'utiliser des outils dédiés à cette manipulation qui ont le mérite d'être simples d'emploi et assez efficaces pour cette fonction de partage. J'ai sélectionné ici 4 outils que j'ai déjà présenté sur le blog, mais il en existe d'autres, n'hésitez donc pas à faire des propositions en ce sens. On commence avec Dukto qui est vraiment facile à utiliser et que nous vous avions présenté ici. C'est un petit logiciel qui permet d'échanger facilement des fichiers en réseau local par un simple glisser-déposer. Aucune configuration n'est nécessaire, il faut juste que les machines effectuant le transfert aient chacune installé et lancé Dukto. Bon à savoir : une version portable existe si vous ne souhaitez pas l'installer. Téléchargement :Homepage

Related: