background preloader

Connecté à vie : notre cerveau, le meilleur des réseaux (2/3) - Thema - Museum

Connecté à vie : notre cerveau, le meilleur des réseaux (2/3) - Thema - Museum
Copyright CNRS Photothèque/Université de Strasbourg - GRIGIS Antoine, mise en évidence par IRM (imagerie par résonance magnétique) de faisceaux de substance blanche dans un cerveau humain. Au même titre que le cerveau embryonnaire se débarasse d'un surplus de neurones « non cablés », le cerveau sélectionne les synapses les plus actives et donc les plus indispensables à son activité. Une quantité excessive de synapses peut en effet nuire à la qualité de la transmission de l'information car celles qui ne sont pas porteuses de sens produisent un bruit de fond parasite et gaspillent de l'énergie. Les synapses inutiles, reépérables par leur faible activité, sont sélectivement éliminées de façon à permettre aux neurones d'établir de nouveaux contacts. Source : Muséum de Marseilles Elle est indispensable à l'acquisition de nouveaux apprentissages et à l'entretien de nos capacités de réflexion et d'imagination. Ccc by-nc-nd Hé'louïse. Related:  zigueLES NEUROSCIENCES EN EBULLITION

- TIMIDES: UN CERVEAU HYPERACTIF! - - TROMMENSCHLAGER FRANCK -PSYCHANALYSTE ET THERAPEUTE FAMILIAL SECTEUR LUXEUIL-LES-BAINS, LURE ET REMIREMONT Samedi 2 octobre 2010 6 02 /10 /Oct /2010 11:59 Le cerveau des timides est le siège d'une activité intense qui le rend très sensible aux visages des autres. Ils se cachent dans les soirées, bafouillent lors des présentations, rougissent à la moindre occasion... Les timides n'ont pas toujours la vie facile, et ils le doivent peut-être à leur cerveau. Une étude de l'Université de Sacramento a montré que le cerveau timide est surtout un cerveau très réactif, qui s'emballe facilement lors des situations inhabituelles. Elliott Beaton et ses collègues ont fait passer des tests de timidité à une centaine d'étudiants et ont retenu les 12 les plus timides ainsi que les 12 les moins timides pour une expérience. E. Est-ce héréditaire ? Source: Pour la science.

Connecté à vie : notre cerveau, le meilleur des réseaux (1/3) - Thema - Museum © Inserm, P. Dournaud - Neurone de l'hippocampe avec ses très nombreux prolongements (axone et dendrites) Le cerveau est déjà à l'œuvre avant même que nous ayons conscience d'exister. En effet, dès la 3ème semaine de grossesse, le cerveau commence à se développer dans la tête de l'embryon humain. Tout démarre à partir de cellules particulières, les cellules souches neurales, qui prolifèrent à une vitesse frénétique qui peut atteindre à son pic 200.000 cellules/minute ! Certains des jeunes neurones sont guidés par des cellules «assistantes» (les cellules gliales) vers la surface où ils s'empilent en couches successives pour former le cortex. Photo : maquette du cerveau (Zone en plis : le cortex - Zone notée 6.45 : le thalamus). Cependant, ces 2 régions sont fonctionnellement indissociables car tous les stimuli qui parviennent au cortex en provenance des organes et de l'environnement sont d'abord traités au niveau du thalamus.

Notre cerveau à l’heure des nouvelles lectures Maryanne Wolf, directrice du Centre de recherche sur la lecture et le langage de l’université Tufts est l’auteur de Proust et le Calmar (en référence à la façon dont ces animaux développent leurs réseaux de neurones, que nous avions déjà évoqué en 2009). Sur la scène des Entretiens du Nouveau Monde industriel au Centre Pompidou, la spécialiste dans le développement de l’enfant est venue évoquer « la modification de notre cerveau-lecteur au 21e siècle » (voir et écouter la vidéo de son intervention)… Image : Maryanne Wolf face au public sur la scène du Centre Pompidou, photographiée par Victor Feuillat. Comment lisons-nous ? « Le cerveau humain n’était pas programmé pour être capable de lire. La présentation de Marianne Wolf via l’IRI. Pour autant, le circuit de la lecture n’est pas homogène. Ce qui stimule le plus notre cerveau, selon l’imagerie médicale, c’est d’abord jouer une pièce au piano puis lire un poème très difficile, explique Maryanne Wolf. Notre avenir cognitif en sursis ?

Le cerveau des femmes est plus compact et efficace Il est notoire que les femmes ont un cerveau qui affiche une taille moins importante que celle des hommes. Ces derniers ne manquent peut-être pas de le rappeler parfois... La différence de taille est d'environ 8%. Des chercheurs américains et espagnols ont voulu savoir en effet comment il se faisait qu'en ayant un cerveau plus petit, les tests de QI, eux, ne montrent pas de différence en moyenne entre les deux genres sexuels. Chez les femmes, cette corrélation entre la taille de l'hippocampe et l'intelligence n'existe pas. En gros, en l'état actuel des recherches, la taille du cerveau n'apporte pas quelque chose de concluant sur l'intelligence lorsque l'on veut comparer les deux genres sexuels. Références: Roberto Colom, Jason L.

Neurones miroirs (I) Une découverte monumentale mais ignorée En 1996, Giacomo Rizzolatti, neurologue de l’Université de Parme, fit la surprenante découverte des neurones miroirs. Une découverte qui, bien que très peu connue du grand public, pourrait être à l’origine d’une révolution scientifique majeure dont on ne pressent que quelques contours. 1. Evoquer les neurones miroirs en un seul billet risque de laisser de côté nombre d’implications scientifiques mais aussi philosophiques. Rappel des faits. « Les neurones miroirs constituent une classe particulière de neurones initialement identifiés dans le cortex précentral du macaque. Depuis 1996, la présence des neurones miroirs a été confirmée par nombres d’études ouvrant la voie vers une compréhension des mécanismes perceptifs ainsi que des processus cognitifs essentiels comme l’interprétation des actions perçues. Chez l’homme, on a observé la présence des neurones miroirs dans le cerveau encore immature du jeune enfant. 2. Il existe une sorte de mécanique, voire de dialectique des miroirs.

Connecté à vie : notre cerveau, le meilleur des réseaux (3/3) - Thema - Museum cc by-nc-sa Argonne National Laboratory On peut théoriquement concevoir de traiter ces maladies par une greffe de cellules souches neurales qui permettraient, en recolonisant les territoires perdus, de restaurer les fonctions cognitives. Cependant, les essais réalisés sur des modèles animaux ont montré les limites de ces approches. Très récemment, on a montré que les cellules adultes de différents tissus, en particulier celles provenant de la peau ou du tissu adipeux, pouvaient être reprogrammées en neurones. © Inserm, C. Cependant, si le patient souffre d'une forme familiale de la maladie, c'est à dire liée à la mutation d'un gène, l'utilisation de ses propres cellules ne peut s'envisager car la reprogrammation ne permet pas d'éliminer les mutations et les cellules reprogrammées ne pourraient que reproduire la maladie. Notre cerveau est à la fois incroyablement puissant et extrêmement fragile.

6 techniques pour savourer l’instant : Psychanalyse : la nécessaire patience S’il est un espace où le temps continue de régner en maître absolu, c’est celui de la psychanalyse. En premier lieu, cette technique thérapeutique suppose que nous nous y prêtions pendant des années. Elle ne saurait donc être conseillée aux impatients et aux ennemis de la lenteur. Ensuite, nous venons en analyse car, dans notre inconscient, le temps s’obstine à ne pas passer. Le temps pour comprendre la cause de nos conflits intérieurs ne peut être déterminé à l’avance. Si la psychanalyse travaille avec et sur le temps, elle est aussi un temps hors temps, où nous ne nous consacrons qu’à nous-mêmes. avril 2005

Le cerveau: siège de l’intelligence | La mesure de l'intelligence Schéma d’une coupe transversale d’un cerveau humain Bienvenue dans le cerveau Le cerveau est un organe fascinant qui détermine ce que nous pensons, comment nous percevons le monde et ses aspects. Il gère également chacun de nos processus internes sans que nous ayons besoin d’intervenir consciemment, notamment à l’aide de systèmes nerveux. Le cerveau est de plus le siège de l’intelligence, mais on peut se poser la question: qu’est-ce qui pense dans le cerveau? La connaissance des différents composants ainsi que leur fonction permet entre autre de répondre à cette question. La première chose qui saute aux yeux, c’est la grosse masse de tissus sur le devant; le cortex cérébral. Ce dernier est en réalité une couche de corps cellulaires plissée, «ée»; souvent appelé matière grise en raison de sa couleur: cet surface est composé de plus de 60 milliards de cellules nerveuses. Un cerveau multiple et organisé Les lobes; pas que pour les oreilles! Le cerveau, une autoroute de l’information ( blague )

LES GROS CAILLOUX Cette histoire, vous la connaissez probablement car elle est un "best seller" à l'occasion des formations, souvent racontée avec enthousiasme par les formateurs. Pourtant, je vous invite à l'écouter , à la lire avec un regard neuf. En vous mettant dans la peau de ce vieux professeur. Imaginer le. Un jour, un vieux professeur fut engagé pour faire une intervention sur la gestion du temps à l'occasion d'un colloque international réunissant les plus brillants cerveaux d'entreprises du monde entier. Le jour J est arrivé. De son cartable en cuir, il sortit un bocal ressemblant à un bocal de chimiste se terminant par un goulot puis, avec un geste lent, il y plaça à l'intérieur, un par un, des cailloux gros comme des balles de tennis. Tous répondirent sans hésitation : " Oui" et il ajouta " Vraiment ?" Alors, il replongea vers son cartable en cuir pour en extraire un sac de gravier qu'il versa dans le bocal jusqu'à ras bord. " Bien !" Et le vieux professeur de conclure : D'abord la simplicité.

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! Le phénomène de latéralisation dans le cerveau implique qu’une fonction donnée est contrôlée préférentiellement par un côté du cerveau. Les hémisphères droit et gauche du cerveau sont ainsi le siège de fonctions cognitives distinctes dont la complémentarité est assurée par le corps calleux, principal faisceau de fibres nerveuses reliant les deux hémisphères. La latéralisation semble être une ingénieuse stratégie mise en place au cours de l’évolution pour rentabiliser au mieux l’espace disponible dans le cerveau. Elle augmente par exemple la vitesse de traitement en évitant les longues connexions nécessaires pour relier entre elles deux régions situées de part et d’autre de l’encéphale. De plus, lorsque deux zones symétriques n’assument pas la même fonction, on « double » d’une certaine manière les capacités cognitives du cerveau. La préférence manuelle et le langage sont deux fonctions particulièrement latéralisées.

Nos pensées et nos intentions influencent-elles la réalité ? Et si nos pensées exerçaient une influence sur la réalité Et si la vigueur de nos intentions, focalisées sur ce que l’on souhaite vraiment, avait le pouvoir d’induire de véritables changements dans notre vie et de façonner le monde qui nous entoure ? Le Secret, best-seller de Rhonda Byrne, traduit en quarante-six langues, évoquait déjà en 2008 la loi de l’attraction de la pensée. Selon l’auteure, il suffit de visualiser l’objet de nos désirs et d'être convaincu qu’on l’aura pour qu’un message soit alors envoyé à l’Univers, qui se débrouillera pour réaliser notre souhait dans n’importe quel domaine : amour, santé, bonheur mais aussi pouvoir, argent, biens matériels, etc. Une recette simpliste, généreusement saupoudrée de « magie » et de « new age », un peu dure à avaler pour les plus cartésiens – qui taxèrent ce livre de « tissu de mensonges » -, et trop difficile à digérer pour les plus ouverts d’esprit– qui reprochèrent à l’auteure de mélanger ambitions matérialistes et spiritualité.

Le cerveau d'un foetus de 6 mois est déjà équipé pour le langage Alors même que le cerveau est en construction, les fœtus de 6 mois utilisent spécifiquement certaines régions à l'écoute d'un nouveau mot ou d'une voix inconnue. À cet âge précoce, le cerveau se prépare déjà au langage. © Emily Evans, Wellcome Images, Flickr, cc by nc nd 2.0 Le cerveau d'un foetus de 6 mois est déjà équipé pour le langage - 2 Photos À la naissance, les nouveau-nés sont capables de distinguer des syllabes proches, de reconnaître la voix de leur mère et de différencier diverses langues humaines. Des hommes, des femmes et des syllabes À ce stade de développement, le cerveau est immature puisque les neurones sont encore en train de migrer vers leur localisation définitive. Les cerveaux des bébés nés 3 mois avant le terme répondent presque comme ceux des adultes à la nouveauté ou au changement de syllabe. Le cerveau des fœtus s’adapte très tôt au langage A voir aussi sur Internet Sur le même sujet

article - déjouer les pièges de la communication Au sein d’un groupe ou de relations inter-personnelles, une communication floue peut générer des dysfonctionnements et des problèmes relationnels. Apprenez à maîtriser sur le bout des doigts les questions simples qui dissipent les malentendus, aidez vos interlocuteurs à préciser leur propos et remotivez toute la troupe ! Cliquez sur l'image pour l'agrandir Mémorisez ce schéma et découvrez en détail dans les pages suivantes les flous de communication les plus courants et quelles questions poser pour les dissiper. Le modèle de précision : les questions qui améliorent la communication. Vous échangez à plusieurs sur un projet commun et, c’est bien normal, tout le monde n’est pas du même avis. Découvrez les 5 types de questions du modèle de précision.

Psyrene le site du développement de potentiel chez l'enfant.

Related: