background preloader

MOOC et classe inversée : Les défis pédagogiques posés par l’ère numérique

MOOC et classe inversée : Les défis pédagogiques posés par l’ère numérique
On considère aujourd’hui l’arrivée du numérique et des nouvelles technologies comme un bouleversement culturel comparable à la découverte de l’écriture et à l’invention de l’imprimerie. Historiquement, chacune de ces révolutions a eu un impact majeur sur l’enseignement. La situation actuelle n’échappe pas à la règle et soulève des interrogations inédites sur les pratiques éducatives. Parmi les pédagogies actives ‘dernier cri’ inspirées par ce nouveau paradigme culturel figurent les MOOCs et les classes inversées. Le MOOC est un cours en ligne massivement ouvert, qui connecte et rassemble des étudiants (mais pas uniquement) qui décident de se former à un domaine de connaissances. On distingue classiquement deux types de MOOCs : les xMOOCs, visant la transmission d’un savoir et les cMOOCs parfois qualifiés d’événements (9) issus d’un processus de co-création du savoir par une communauté d’apprenants. Qui est l’étudiant face à nous ? De quel savoir parle-t-on ? 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9.

http://blogs.uclouvain.be/ipmblog/2014/04/08/mooc-et-classe-inversee-les-defis-pedagogiques-poses-par-lere-numerique/

Related:  Sites & articles intéressantsTICEMOOC et Vidéo

Le DNB 2012 : ou comment rester sans voix (au chapitre) Rédacteur/Rédactrice : Mickaël Bertrand, Véronique Servat Si la nouvelle formule du Brevet des Collèges en histoire géographie, présentée abruptement et sans aucune concertation en mai dernier, avait besoin d’une ultime caution en cette fin d’année, en voici une qui tombe à pic. Nul doute que bon nombre de membres de la communauté éducative vont pouvoir s’exclamer : « De toute façon, vu ce qu’est devenue cette épreuve, il est vraiment temps d’en changer » ! La question de savoir ce qui va la remplacer n’est pas totalement élucidée, mais si l’on se fie aux sujets « zéro »[1] apparus furtivement sur quelques sites académiques, il n’est pas sûr que l’on gagne au change ; ni les enseignants de collège, ni ceux du lycée, ni les élèves, et encore moins les disciplines concernées. Le sujet d’histoire porte sur la Première Guerre mondiale. Que d’originalité !

Dyspraxie, Dyslexie, Dysgraphie, Dyscalculie : 4 cartes trouvées sur le net Nous vous livrons ces 4 cartes telles que nous les avons trouvées . Voici quelques-unes des remarques que m’inspirent ces cartes ( elles ne sont que personnelles bien sûr !) : Une synthèse de symptômes dans ces 4 cartes, certains se recoupent , on peut y reconnaître nos petits « Dys » parfois dans plusieurs cartes, comme un « saupoudrage » qui prouve encore la complexité de leur fonctionnement mais aussi des remarques notées qui ne sont pas toujours vérifiées chez un enfant en particulier ( et parfois c’est même le contraire que l’on observe !).Des pistes pour comprendre, pour aider à adapter et à compenser tout en gardant en tête que ces enfants qui n’entrent déjà pas dans le « moule scolaire » ne vont pas non plus entrer dans « un moule unique étiqueté par un seul mot »Et la partie positive dans ces cartes ?

Tubechop. Un outil de montage simple pour Youtube Mise à jour le 27 janvier 2015 Tubechop est un outil en ligne gratuit qui permet de réaliser des montages simples à partir de n’importe quelle vidéo YouTube. C’est un petit utilitaire en ligne qui mérite une petite place dans votre boite à outils multimédia. MOOC: comment choisir sa plate-forme? A moins que vous n’enseigniez dans un établissements prestigieux, vous pouvez d’ores et déjà faire une croix sur Coursera ou edX. Vous aurez beau être le meilleur pédagogue du monde, cela n’y changera pas grand chose car les plates-formes américaines sont avant tout dans une logique de marketing. Coursera et à plus forte raison edX cherchent à se construire une image de marque, et la pédagogie n’est pas leur première préoccupation (tout au moins pour Coursera). Ceci dit, cela n’engage à rien de contacter ces plates-formes: Daphne Koller, la fondatrice de Coursera, s’est fait une spécialité d’apprendre à refuser poliment ce genre de demande. Des établissements français réputés se sont déjà heurtés à des refus catégoriques.

Enseigner et former avec le numérique » Le cours est assuré par un collectif d’auteurs de différentes institutions. Il est coordonné par Éric Bruillard, professeur des universités à l'école normale supérieure de Cachan, pour l’institut français de l’éducation. Le cours est sous la responsabilité des école normales supérieures de Cachan et de Lyon. Plusieurs auteurs sont membres de ces deux ENS : Pierre Bénech (ENS Lyon), Matthieu Cisel (ENS Cachan), Mehdi Khaneboubi (ENS Lyon), Isabelle Quentin (ENS Lyon), Françoise Tort (ENS Cachan).

Qu'est-ce qu'un bon prof ? C’est au début du mois de juillet 2010, qu’une journaliste (du Pèlerin magazine) me contacte pour réaliser une interview. Sans jouer les blasés, c’est quelque chose d’assez fréquent et auquel je me plie bien volontiers bien que, à chaque fois, j’ai l’impression de ne pas avoir grand chose d’original à dire. Le sujet ? “Qu’est-ce qu’un bon prof ?”. Même si, comme tous les enseignants, j’ai été amené déjà à réfléchir à cette question (depuis 30 ans…) et que mes fonctions de formateur m’ont fait approfondir le sujet, cette question là n’est pas facile. Car, finalement, elle vous oblige à vous dévoiler et à parler beaucoup de soi et des raisons pour lesquelles on est devenu prof.

Suivez la viralité de vos posts Google + grâce à Écho Google + Écho est un service proposé par le réseau social pour suivre la viralité de vos posts. L’outil marche aussi bien pour les profils personnels que pour les pages. Il peut vous permettre de mieux comprendre les mécanismes de viralité et d’identifier les influenceurs de votre communauté. Étude de ses fonctionnalités dans la suite de cet article… Google a lancé récemment un tableau de bord pour son réseau social ce qui laisse sous-entendre que des statistiques sur les pages devraient bientôt arriver. MOOC : définir son public cible Un des grands classiques quand on se lance dans un projet de MOOC, c’est de ne pas vraiment réfléchir à son public cible, de se dire “le MOOC c’est une vitrine et peu importe qui s’inscrit au fond, l’important c’est de le faire”. C’est une des erreurs les plus répandues dans le numérique éducatif. On pense trop souvent que ce qui a de la valeur, ce sont les ressources. Alors que ce qui a vraiment de la valeur, ce sont les usages. Si vous produisez une ressource de très bonne qualité, mais que personne ne l’utilise, vous avez manqué votre coup.

MOOC et vidéos d’animation : l’exemple d’Explee La fin du mois de juillet est terrible pour les doctorants. La torpeur qui s’empare des laboratoires est un véritable pousse-au-crime. Et au lieu de me plonger dans mes bases de données et de rédiger un article comme tout thésard digne de ce nom devrait faire, je me suis amusé l’été dernier à aller regarder du côté des vidéos d’animation. Cela m’a permis de tester Explee, produit d’une jeune startup parisienne.

Related:  E-LEARNING & MOOC