background preloader

18 Actions

18 Actions
Le numérique au service de la réussite et de l’insertion des étudiants Cet agenda stratégique a pour ambition de faire du numérique un levier pour accompagner l’étudiant à chaque étape de son parcours : s’orienter, se former, s’insérer professionnellement puis mettre à jour régulièrement ses connaissances et compétences, dans un monde en pleine mutation. Action 1 Faciliter et renforcer la mise en place de dispositifs d’aide à l’orientation des lycéens et étudiants. La loi d’orientation pour l’enseignement supérieur et la recherche assure la continuité entre le lycée et le premier cycle de l’enseignement supérieur (bac -3 / bac +3). Un exemple : le MOOC : QuidQuam ? Action 2 Favoriser la réussite des étudiants grâce à une pédagogie rénovée par le numérique. Le numérique doit permettre d’adapter les processus pédagogiques à la très grande diversité des publics universitaires d’aujourd’hui et de demain. Deux exemples : Action 3 Lancer une plateforme nationale Action 4 Action 5 Action 6 Action 7 Related:  Pour une école innovante

Innovation quand tu nous tiens ! Après Jean Paul Moireau dans un article intitulé « et si l’enseignant innovant était un concept utile pour ne pas innover » Philippe Watrelot publie un article intitulé : « École et innovation : je t’aime moi non plus… » . De même Louise Tourret dans son émission « Rue des écoles » sur France Culture en Mai 2013 propose le sujet « l’innovation pour sauver l’école » . Ainsi l’innovation et les enseignants innovants sont questionnés. On pourrait allonger la liste des écrits sur l’innovation en éducation en commençant par les travaux de Michael Hubermann dans les années 1970, ou encore ceux, nombreux, de Françoise Cros (2000), ou de Monica Gather Thurler (2000)…. liste bien évidemment non exhaustive. Les auteurs dénoncent déjà, à cette époque le fossé entre recherche, innovation et monde scolaire ! Alors qu’à chaque fois un contexte nouveau vient remuer le monde scolaire, on fait alors appel à l’innovation pour faire avancer le système, globalement le monde scolaire se fige se fossilise.

05/2013 Les MOOC déshumanisent-ils l’enseignement ? « Le numérique déshumanise l’enseignement ». C’est peut-être la critique la plus récurrente contre l’enseignement en ligne, et les MOOC n’y échappent pas. Quelle est la part de réalité et celle de fantasme dans cette affirmation ? Les MOOC sont-ils moins interactifs que les cours en face-à-face? Pour le MOOC Gestion de Projet, il y a eu 1440 posts sur les forums pour 5 heures de cours magistral, et plus de 1000 posts sur les réseaux sociaux Google + et Facebook. L’intérêt de mettre les étudiants dans une même pièce, c’est de pouvoir interagir avec eux ou de les faire interagir entre eux. Nous n’entrerons pas dans le débat sur les dangers et les inconvénients de la pédagogie inversée, et notamment de la dérive hégémonique qui peut exister si les cours magistraux numérisés sont imposés aux enseignants par leur hiérarchie (cf. le billet Les profs vont-ils perdre leur job?). Si vous ne le faites pas, d’autres le feront. Source Photo

Le S.3.I.T. 2013 : une stratégie numérique Pour répondre aux objectifs du S.3.I.T. 2013, dix axes stratégiques et des orientations à mettre en oeuvre au travers de grands programmes Système d’Information TIC ont été dégagés. Formations, parcours et insertion professionnelle des étudiants Il s’agit d’assurer une meilleure visibilité et une plus grande cohérence de l’offre de formations dispensées dans l’enseignement supérieur, et ce, grâce à un meilleur partage de l’information et à la mise en oeuvre de nomenclatures communes à tous les acteurs. Faire évoluer le Système d’Information de la scolarité par la valorisation du cadre de cohérence Scolarité, par la rénovation des applications et par le développement d’indicateurs outillés permettra de soutenir la stratégie du ministère en matière de parcours, d’insertion professionnelle des étudiants et de vie étudiante. Recherche et innovation Pilotage et autonomie L’Université numérique Gestion des ressources humaines Finances - patrimoine Sécurité numérique

Taille des équipes de travail et innovation On doit cette expérience, datant de 2001, à Curral et Al. Les chercheurs ont mené une étude auprès de 87 équipes de travail (398 personnes) travaillant pour 16 entreprises de divers secteurs. Les managers et les salariés ont été interrogés au sujet des exigences d'innovation de leur secteur, du nombre de personnes dans leur équipe ainsi que de plusieurs critères de fonctionnement très liés au niveau d'innovation (clarté des objectifs, soutient des supérieurs, place accordée la qualité, niveau de participation aux décisions importantes).Les résultats sont les suivants: Il semble que plus l'effectif d'une équipe est important, et moins celle-ci développe un fonctionnement qui amène l'innovation. On constate, en effet que les petites équipes sont généralement plus novatrices. Aussi, la pression à l'innovation ne réussit-elle pas aux grandes équipes.

Différents types de MOOCs Le terme MOOC : Massive Online Open Course, ou cours ouvert massivement multi-apprenants, a été proposé en 2008 et popularisé par quelques universités américaines l’année dernière. La première caractéristique de ces cours est qu’ils sont ouverts à tous, chacun pouvant s’inscrire à son gré. La deuxième dimension est que le nombre d’inscrits fait que les échanges entre participants (on parle aussi de pairs) sont encouragés, voire deviennent la forme primaire de l’apprentissage, ou de l’accompagnement. On assiste donc bien à un phénomène nouveau coté cours en ligne : des cours ouverts, non limités en nombre de participants (et c’est sans doute la caractéristique la plus innovante), et dont certains regroupent effectivement un grand nombre de participants. Par contre, entre le premier MOOC de 2008 (CCK08) et le premier cours proposé par le MIT dans le cadre de son initiative commune avec Harvard, l’approche est visiblement différente. Il y a la question de la certification. J'aime :

Evaluer l'efficacité d'une formation e-learning Quel que soit le type de formation que vous retenez, vous devez, en tant que décideur, mesurer les apports de la formation pour vos collaborateurs et votre organisation. Il s’agit de mesurer d'une part l’efficacité pédagogique du parcours de formation et d'autre part le rapport coût/efficacité du dispositif de formation e-learning. L'efficacité pédagogique L'efficacité pédagogique d'un dispositif de formation peut être évalué en fonction des résultats obtenus par les participants et leur progression pédagogique à partir d'un pré-test et d'un post-test en ligne. Quant à l’entreprise, elle se préoccupera davantage du "transfert" et de l’ "impact" de la formation (1). • Evaluer le transfert des compétences sur le poste de travail Mesurer le transfert des compétences est primordial. Par exemple, plusieurs de vos collaborateurs ont suivi une formation à distance sur la norme ISO 9001 : 2000 qui traite des exigences pour les systèmes de management de la qualité. L'efficacité en terme de coûts

Pour une École innovante : synthèse des travaux du Conseil national de l'innovation pour la réussite éducative Pour une École innovanteSynthèse des travaux du Conseil national de l’innovation pour la réussite éducative L’innovation comme problèmePrincipes et orientations de l’innovationLa fabrique de l’engagement : une école bienveillanteLa fabrique de l’ouverture : une école accueillanteLa fabrique de la compétence : une école performante Les 25 propositions pour la réussite éducative du CNIRé : exemples d'actions sur le terrain Bienveillance et climat scolaire Mots-clés : médiation par les pairs, coopération dans l'établissement, faciliter la prévention et la résolution des conflits en expérimentant des alternatives aux sanctions, permettre une communication bienveillante et respectueuse. Installer la bienveillance à l'intérieur de l'école et agir sur le climat scolaire Collège Victor Hugo - Sarcelles, académie de Versailles, prix de l'innovation 2014, La Communication Non Violente ou la gestion enrichissante des conflits. En savoir plus sur le collège Victor Hugo à Sarcelles Favoriser la coopération

Comprendre les MOOCs selon Sir John Daniel Sir John Daniel a proposé récemment un article où il fait une revue des différents éléments caractéristiques des MOOCs. La démarche est intéressante car elle fait le pont entre les nombreux articles de blogs ou de journaux qui ont parlé des MOOCs et une rédaction plus académique sur le phénomène. Comme le relève cet article de blog, son plan est assez complet et le style plutôt engagé pour un article qui se veut scientifique. Il traite principalement des xMOOCs, considérant que c’est devenu le phénomène principal dans les MOOCs. C’est néanmoins une bonne base pour faire le point sur le phénomène. Je pense reprendre plusieurs informations et points de vue dans la perspective de présentations futures sur les MOOCs. On pourra reprendre les points principaux, et quelques approfondissements intéressants (ici en vrac) Bref une bonne base. Crédit photo : The belgian political system par Lounge! Like this: J'aime chargement…

Du e-learning sur mesure, efficace et à moindre coût ? E-Learning et maîtrise des coûts Il est vrai que le e-learning et la maîtrise des coûts ont une longue histoire commune… Si nous comparons un dispositif de formation en présentiel et son corollaire en blended-learning, les coûts de conception/production du contenu sont à l’avantage du présentiel. Mais cela est rapidement compensé par les coûts d’immobilisation des stagiaires. Lorsqu’une entreprise prend la décision d’introduire du e-learning dans ses dispositifs de formation, trois choix se présentent à elle : l’achat de contenus e-learning « sur étagère », l’achat de contenus e-learning « sur mesure » réalisés par un prestataire externe, ou la conception/réalisation de contenus e-learning sur mesure réalisés en interne. L’achat de e-learning externalisé confronte l’acquéreur à des gammes de produits extrêmement larges. Faut-il alors franchir le pas de la montée en compétence d’une équipe interne ? Les véritables coûts du E-Learning Alors, comment réduire ces coûts ?

Le design thinking dans l'éducation — Enseigner avec le numérique Comme le rappelle Thot Cursus, le design thinking, défini par ailleurs par Nicolas Beudon comme « une méthode d’innovation centrée sur la créativité », peut se concrétiser en plusieurs approches. Il se décompose à l'origine en 7 étapes : Définir (identification du problème), Rechercher (historique des problèmes, collecte des exemples d'échecs, rencontre avec le client), Idéater (identification des besoins et des motivations des clients finaux, remue-méninges), Prototyper (croisement et affinement des idées, créations de maquettes), Sélectionner (révision des objectifs, choix de l'idée), Implémenter (mise en place, plan d’action) et Apprendre (retour du client final, adéquation entre la solution validée et l'objectif initial, solutions d'amélioration). Ces différents stades sont ramenés à 5 éléments (Définir, Idéater, Synthétiser, Prototyper, Tester et Lancer), voire seulement à 4 ou même 3 mouvements fondamentaux pour Tim Brown (Inspiration, Idéation, Implémentation). Sources

05/2013 Les MOOCs vont-ils tuer la FAD? La question qui sert de titre à cet article peut sembler absurde : les MOOCs sont des produits de formation à distance et ne pourraient exister sans les moyens numériques de diffusion de contenu et de communication. Mais si nous posons cette question, c'est qu'entre les MOOCs et la formation à distance telle que nous la connaissons, la pratiquons et la défendons depuis près de 20 ans, il y a des différences importantes. Et l'engouement actuel pour les MOOCs étouffe la voix de ceux qui ont patiemment construit la formation en ligne et n'ont jamais cessé de répondre aux critiques dont elle faisait l'objet. Les MOOCs, de la formation en ligne au rabais ? Les plus enthousiastes défenseurs des MOOCs ne sont pas les acteurs aguerris de la formation à distance. La formation en ligne, toujours une affaire d'experts Et les MOOCs arrivent, qui nous laissent penser que finalement, la FAD, ce n'est pas si compliqué. Alors, les MOOCs vont-ils tuer la formation à distance ?

Formation en ligne Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La formation en ligne est une des technologies de l'information et de la communication pour l'éducation (TICE), intégrée dans la cyberculture[2]. C'est aussi un des éléments et enjeux de ce que certains, comme M. Toupin, désignent comme le « cybermarché de la formation »[3], marché évalué selon la commission européenne à plus de deux milliards de dollars en 2000[4]. Près de 80 % des ressources en ligne viennent aujourd'hui des États-Unis[5], pour les logiciels, de produits et services multimédias éducatifs destinés à la formation et à l’éducation mais une part importante de ces services se construit hors des services marchands (dans les campus virtuels, les espaces virtuels européens du programme Socrates (Comenius, Erasmus, Minerva, Lingua, Grundtvig), ou par exemple via Moodle ou les outils de la Wikimedia Foundation et beaucoup d'autres initiatives dans le monde). Diagramme coût-efficacité. Terminologie[modifier | modifier le code]

Panser l’erreur à l’école. De l’erreur au dysfonctionnement Il faut accepter l’erreur comme un état transitoire de l’apprentissage. On apprend en effet en reliant des connaissances nouvelles à son système de représentations. Parmi ces représentations, certaines seront des appuis à l’ancrage de nouveaux savoirs, d’autres des obstacles. Pour mes vacances de Noël, j’avais deux lectures à mener. Après avoir interrogé la conception « classique » de l’erreur à l’école, qui consiste souvent à interpréter et à catégoriser l’erreur avant de la définir, Yves Reuter dénonce le flou qui règne dans les pratiques et les réflexions autour de cette notion pourtant fondamentale à l’école. Suivent un constat et une mise en débat du traitement actuel et généralisé des erreurs dans les pratiques de classe. Yves Reuter dissipe ensuite l’illusion d’une cause unique et évidente : une erreur peut en effet avoir plusieurs causes, ou être le résultat d’un chaînage de causes. Le dernier chapitre traite de la question de l’intervention. Céline Walkowiak

Concevoir une vidéo pédagogique efficace de A à Z : Guide pratique De plus en plus de projets de sensibilisation, d’initiation et de formation proposent des vidéos pédagogiques courtes. Cela concerne l’univers des EPN, le monde scolaire et universitaire, le secteur associatif et l’écosystème de l’entreprise ou encore l’institutionnel. Concevoir une vidéo pédagogique de qualité s’apprend et incite bien évidemment à ce que les apprenants effectuent un visionnage attentif de différentes séquences. Quelles sont les bonnes pratiques en terme de création de vidéos pédagogiques ? Ressources pour une vidéo pédagogique réussie Que trouve-t-on dans le guide Concevoir une vidéo pédagogique efficace de A à Z ? Les ressources sont proposées sous forme de tableaux récapitulatifs. Sommaire du guide Concevoir une vidéo pédagogique efficace de A à Z A. – Technique de prise de vues – Technique de prise de son – Technique de montage et mixage – Organisation de travail, sauvegardes, archivage – De Powerpoint à YouTube B. – Éviter les problèmes techniques les plus fréquents C. D.

Related: