background preloader

MOOC: ce que les taux d’abandon signifient

MOOC: ce que les taux d’abandon signifient
Sur Coursera, environ 10% des participants inscrits à un cours vont jusqu’au bout. Le record y est détenu par le cours de programmation Functional Programming in Scala: 20% des 50.000 participants avaient obtenu la certification l’hiver dernier. Le MOOC Gestion de Projet a « doublé » le record du monde, 37% des inscrits ayant obtenu le certificat basique. Les raisons en sont multiples: taille réduite, durée courte, pédagogie différenciée et recrutement qualitatif sont les principales à mes yeux. Au-delà de la bataille de chiffres autour du nombre d’inscrits et des taux de certification, cherchons à comprendre ce qui sous-tend les taux d’abandon observés. Les critiques sur les taux d’abandon élevés relèvent à mon sens d’une erreur d’interprétation. Rémi Bachelet: Le chiffre le plus souvent cité dans un MOOC est celui des inscrits totaux : c’est le plus gros, le plus impressionnant, le plus « Massif ». 160.000, 230.000, et même 3600 ça en jette ! Quelle conclusion en tirer ? Matthieu Cisel: Related:  MOOCs

Mooc : après la révolution, l’âge de raison « Le Mooc de l’année » : c’est le nom du concours qui vient d’être lancé et désignera, le 19 janvier 2017, les meilleurs de ces « cours ouverts en ligne massifs ». Organisée par MyMooc, une plateforme qui se veut « le trip advisor » des Mooc », en partenariat avec le journal du net, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et Google France, cette compétition vise à « récompenser les acteurs de la formation digitale », universités et grandes écoles, mais aussi start-up et grandes entreprises. Doit-on y voir le signe d’une institutionnalisation de ce nouveau mode de formation ? Entre Mooc-mania et abandon Quand ils ont débarqué en France, en 2012-2013, les Mooc (Massive open online courses) ont suscité un profond enthousiasme des universités et des écoles qui y voyaient l’occasion d’étendre leur rayonnement en touchant des publics bien plus larges que leurs traditionnelles cohortes d’étudiants, notamment sur le continent africain. Ni graal, ni gadget

Compilation de Mooc pour tout apprendre chez soi Apparus dès 2011 aux États-Unis, les Mooc (Massive Open Online Courses) donnent la possibilité, sans sortir de chez soi grâce à sa connexion Internet et à son ordinateur ou sa tablette, de bénéficier de l’enseignement prodigué traditionnellement par les universités et les grandes écoles (parfois prestigieuses comme Standford, Harvard, le Mit, Polytechnique, Science-Po, L’INSA…). Pour ma part, pour éviter le terme Mooc qui fait quand même très branchouille, je préfère parler de formations interactives en ligne. Évidemment, le phénomène a traversé l’Atlantique et on trouve maintenant bons nombre de sites en langue française dont l’objectif est de diffuser le savoir au plus grand nombre. Les thèmes abordés ne se cantonnent pas à l’informatique, toutes les disciplines sont au programme et cela pour tous les niveaux, du cours préparatoire aux cursus universitaires.

The 50 Most Popular MOOCs of All Time Twenty years ago, online education made higher ed exponentially more affordable and accessible. Today, MOOCs are poised to do the same. MOOCs – or Massive Open Online Courses – are picking up momentum in popularity – at least in terms of initial enrollment. Unlike regular college/ university courses, MOOCs can attract many thousands of enrollees around the world. They can come in the form of active course sessions with participant interaction, or as archived content for self-paced study. MOOCs can be free, or there can be a charge – either on a subscription basis or a one-time charge. There are now thousands of MOOCs available worldwide from several hundred colleges, universities and other institutions of higher learning. All-time MOOC enrollment numbers are obviously a moving target. Some of the courses listed here have had no recent active sessions, and some do not have archived content. 50. Additional info: 49. 48. Additional Information: 47. 46. Additional info: 45. 44. 43. 42. 41. 40.

Plus de 50 MOOC créatifs d’étudiants sur la culture numérique (Université Lille 3) La culture numérique, cela existe-t-il ? Laurence Allard, maîtresse de conférences en Sciences de la Communication (IRCAV-Paris 3-Lille 3) a initié un impressionnant travail sur cette thématique avec des étudiants qui rassemblent, extraient et cherchent à formaliser des connaissances de 3 ans d’études en Culture et Médias (présentement en cursus L3 Culture et Médias à l’Université Lille 3 – Charles de Gaulle). Ils s’appuient également sur leurs propres pratiques numériques et recherches via des travaux inventifs, : Le Mooc des Etudiant-e-s : savoirs situés, classe renversée et créativité digitale – voir les réalisations à cette adresse : le réseau du MOOC des étudiants. Des savoirs numériques situés D’un savoir « institué », les étudiants se saisissent d’un savoir « situé ». Le travail a été réalisé sur un semestre, de janvier à mai 2014 sans budget spécifique et avec les ressources propres des étudiants. MOOC créatifs Plus de 50 MOOC d’étudiants sur la culture numérique

Pourquoi les MOOC ne tiennent pas leurs promesses Chroniques d’experts Digital Le 22/08/2018 © Getty Images Temps de lecture : 9 minutes S’ils ont suscité un grand nombre d’espoirs à leur apparition, les cours en ligne ouverts et massifs peinent à convaincre. La transformation numérique du secteur de l’éducation se fait attendre. Des espoirs déçus Les cours en ligne ont initialement suscité un grand nombre d’espoirs auprès d’une partie significative des acteurs du monde de l’éducation. La promesse était alléchante. Des chiffres révélateurs Pour apporter la démonstration du revers rencontré par les MOOC, il suffit d’avancer quelques chiffres. Par ailleurs, certaines enquêtes réalisées sur les apprenants ayant suivi des MOOC jusqu’à la fin montrent que la moitié d’entre eux n’ont pas l’impression d’avoir acquis les savoirs qu’ils venaient chercher initialement. Remarquons que la notoriété de certaines plateformes pourrait laisser croire en une forme d’appropriation massive des MOOC. Une expérience insatisfaisante Un changement de paradigme

Cours en ligne 1S6-Site de cours en ligne de lycée MOOC : critiques et attentes irréalistes de certains participants Le MOOC « Monter un MOOC de A à Z » s’est terminé il y a maintenant quelques semaines, avec plus de 4000 inscriptions pour cette seconde session. Encore de nombreuses imperfections, mais on progresse. Si le cours est améliorable (comme toujours), je me suis rendu compte que de nombreux participants avaient une conception erronée de ce qu’étaient les MOOC, et tenaient des propos qui n’étaient pas toujours très agréables à lire pour l’équipe pédagogique. Aussi j’aimerais répondre à quelques-unes de ces critiques… L’animation d’un MOOC est une étape importante (on en a d’ailleurs déjà parlé), et l’on ne peut laisser les participants livrés à eux-mêmes sur les forums. Cependant, j’ai une thèse à terminer, et si j’ai poursuivi personnellement l’animation des réseaux sociaux, je me suis désengagé des forums cette fois-ci. Tout d’abord, sur le contenu du cours. Par ailleurs, certains nous a reproché de pas avoir mis en place un tutorat individualisé pour tout le monde. Quoi d’autre ?

20 sites qui vous donnent envie d’apprendre De nombreuses initiatives visant à « révolutionner » l’apprentissage tout au long de la vie ont émergé avec le numérique. Des enseignants et universités ont mis en ligne leurs cours, les ont ouverts aux commentaires et aux échanges. Certains ont même lancé des Massive Open Online Courses (MOOC), des sessions de cours en ligne ouvertes à des milliers de participants qui partagent et alimentent le programme. Des particuliers se sont également investis dans cette transformation de l’apprentissage par le numérique en proposant des échanges entre pairs, accessibles au plus grand nombre. Petit tour d’horizon de ses initiatives intéressantes et inspirantes pour apprendre autrement, à son rythme, à sa façon (1). Les plateformes de ressources éducatives libres (REL) Quelques sites proposant des cours en ligne avec une dimension « sociale » relativement développée. 1. 2. 3. 5. Voir aussi : CanalU.tv, TED-Ed, YouTube Edu, etc. Les MOOCs connectivistes 6. 7. 8. 10. Les plateformes de MOOCs 11. 12. 14.

Les moocs, ou l'avènement de l'amphi planétaire - Idées Des cours de qualité, sur tous les sujets, ouverts à tous, gratuitement, à travers le monde entier. Composés de vidéos, de quiz et d'animations... Utopie ? Sur Internet, c'est la réalité. Ce sont les moocs, et ils prennent une ampleur exponentielle. « Le Wifi fonctionne bien ? Entièrement gratuits, ces cours, composés de vidéos, quiz, forums et animations sur les réseaux sociaux, sont ouverts à un nombre illimité de participants : pas de sélection à l'entrée, si ce n'est la recommandation d'un « niveau prérequis », pour bénéficier pleinement de l'enseignement des meilleures facultés américaines ou européennes ! Une nièce larguée en math S'il fallait donner une date et un lieu de naissance à ce phénomène, on proposerait volontiers : 2001 aux Etats-Unis. Cap à franchir pour les enseignants Apprendre, c'est beau. Huit cent mille heures de travail Mais réaliser un mooc, c'est du boulot : de cinq cents à mille huit cents heures de travail pour des sessions de quatre à dix semaines.

Related: