background preloader

Dyslexie – Dysorthographie

La dyslexie est un handicap qui se caractérise par une difficulté durable d’apprentissage de la lecture et de son automatisation, chez des enfants :– intelligents– normalement scolarisés– sans troubles sensoriels ou psychologiques préexistants La dyslexie est un trouble d’origine neurobiologique, qui ne disparaît pas avec l’âge. Il existe plusieurs types de dyslexies : L’enfant a des difficultés à lire en décomposant les mots (b et a = ba), il lit les mots qu’il connaît de manière globale mais peine à lire des mots nouveaux ou inexistants (dyslexie phonologique)L’enfant a des difficultés à lire les mots globalement, il passe sans cesse par la décomposition des mots (dyslexie de surface)L’enfant a des difficultés à lire tous types de mots, il est touché par les deux dyslexies citées ci-dessus (dyslexie mixte) Chacun de ces types de dyslexie peut être plus ou moins sévère. Toute dyslexie s’accompagne d’un trouble d’acquisition et de maîtrise de l’orthographe appelée dysorthographie.

http://guidespratiquesavs.fr/dyslexie-dysorthographie/

Related:  Les Dys et l'école#EBEPDYSLEXIEDyslexie - Dysorthographie

Dyscalculie: Trouble du calcul ou Trouble d'apprentissage en mathématiques - troubles d'apprentissage au CENOP La dyscalculie est un trouble spécifique des apprentissages. Elle persiste tout au long de la vie. Ses manifestations et ses répercussions fonctionnelles au quotidien seront toutefois amenées à varier. Les personnes dyscalculiques ont malgré tout de grandes forces cognitives sur lesquelles elles peuvent s’appuyer afin de développer des stratégies de travail pour compenser leurs lacunes, souvent dans la sphère langagière. Les enfants dyscalculiques voient souvent leurs difficultés amplifier au fil des ans, et les adolescents peuvent avoir du mal à compléter leur cursus scolaire régulier en mathématiques. Bien entendu, cela dépendra du profil cognitif de la personne, mais aussi des interventions et de la rééducation reçue.

Dyslexie: la formation des enseignant(e)s indispensable à une meilleure inclusion La dyslexie entraîne des difficultés à lire, écrire et épeler. Elle va souvent de pair avec des problèmes de concentration, de mémoire à court terme et d’organisation. Elle n’est toutefois pas due à un manque de motivation pour apprendre ni à des troubles de la vision, de l’audition ou de la motricité, bien qu’elle puisse y être associée. D’après DI, ce n’est que depuis peu que les effets dévastateurs de ces troubles spécifiques de l’apprentissage sont pris en considération.

adapter ? quoi ? mais pourquoi ? Samedi, en faisant réviser Léo en vue d’une évaluation de vocabulaire, je me suis encore rendue compte comme LA FORME du support pouvait être pénalisante. (et ,même si j’en suis persuadée , j’essaie toujours de voir comment il s’y prend pour voir quelle adaptation est nécessaire, en lui présentant au départ des exercices « comme tout le monde ») J’ai pris un exercice d’une classe de CE2 sur le blog d’un enseignant et ai imprimé la fiche telle quelle ( Attention : je ne juge pas le travail de l’enseignant , je cherche à comprendre dans quelle mesure un support peut pénaliser un enfant , ici, dyspraxique visuo-spatial). Malgré le mélange des polices (italique, cursive, étiquettes…) , Léo a bien lu la consigne et savait ce qu’il fallait faire . Seulement : - il y avait plusieurs exercices dans la même page : un premier stress s’installe (d ‘abord je fais celui-ci , puis l’autre …), déjà les yeux « se baladent »

FicheDyslexie et dysorthographie[aspects médicaux] Qu'est-ce que c'est Les dyslexies et dysorthographies sont un ensemble de troubles durables d'apprentissage de la lecture et de l'orthographe malgré une intelligence normale, une bonne acuité visuelle et auditive, l'absence de troubles psychologiques, psychiatriques ou neurologiques avérés, chez un enfant évoluant dans un milieu socio-culturel normalement stimulant et suivant une scolarisation normale et régulière. Ce trouble de l'apprentissage de l'écrit se caractérise par une diminution significative des performances en lecture ou orthographe par rapport à la norme d'âge (un retard de lecture d'au moins 18 mois par rapport à l'âge réel étant classiquement nécessaire au diagnostic). Ces difficultés sont durables, et non pas un simple retard d'acquisitions. Pourquoi ? Plusieurs hypothèses explicatives ont été évoquées avec de multiples recherches scientifiques, actuellement les deux hypothèses le plus souvent retenues sont :

Dyscalculie - Institut IRLES - Problèmes scolaires : Cibler pour aider et accompagner Par Fabrice PASTOR, Neuropsychologue, IRLES. www.irles-aquitaine.fr Article sous licence Creative Commons. La dyscalculie est un terme qui fait référence à un large éventail de problèmes liés à l’apprentissage des compétences en mathématiques. Il y a autant de garçons que de filles atteints de dyscalculie. La dyscalculie touche entre 3% et 6,5% des enfants en âge scolaire, selon les études. D'autres troubles apparaîssent fréquemment avec une dyscalculie, comme des troubles de l’attention/concentration avec ou sans hyperactivité (TDA/H) dans environ 30% des cas ou une dyslexie dans environ 20% des cas.

La dyspraxie : quelles difficultés et quelles solutions? Recommander cette page à un(e) ami(e) Souvent prise pour de la maladresse, un retard mental ou un manque de volonté, la dyspraxie peut ternir la vie d'un enfant et de son entourage si elle n'est pas prise en charge complètement et mesurée dans ses conséquences sur le quotidien. Et la réussite d'un élève dyspraxique va passer par la compréhension et la connaissance des adaptations engagées par le corps enseignant sur les méthodes d'apprentissage de l'enfant. Des retards en graphisme et en mathématiques Guides de survie Les guides de survie Ces guides ont été écrits à partir de l'année scolaire 2010-2011. Vous en trouverez trois:- un pour les enseignants confrontés à des élèves dys (collège et lycée) ;- deux pour les élèves dys eux-mêmes (lycée).Ils sont (plus ou moins) régulièrement mis à jour.Ils sont gratuits et protégés par une licence Creative Commons. Les versions en .pdf sont imprimables. Les versions ePub se lisent sur liseuse ou avec une app ou un logiciel de lecteur d'ePub, comme iBooks par exemple.Si vous souhaitez me contacter pour échanger autour de ces guides, vous pouvez le faire par Twitter (@Celia_Guerrieri). Guide de survie de l'élève dys au lycée

La dysorthographie, trouble de l'apprentissage de l'orthographe chez l'enfant La dysorthographie est un trouble persistant de l’acquisition et de la maîtrise de l’orthographe. Il affecte principalement l’apprentissage et l’automatisation de la correspondance phonème‑graphème (correspondance de l’unité sonore à son unité écrite) ainsi que la capacité à se représenter visuellement l’orthographe des mots. Ce trouble d’apprentissage engendre fréquemment des omissions (fagile pour fragile), des inversions (fargile pour fragile) et des substitutions de lettres et/ou de syllabes (vragile pour fragile) dans les mots écrits. De façon générale, les troubles de l’orthographe sont souvent plus sévères, mais surtout persistent plus longtemps que les difficultés en lecture. Néanmoins, un enfant peut être affecté d’un trouble spécifique de l’orthographe sans qu’il n’y ait de trouble de la lecture. Les manifestations

lettres - le plan de travail 1. Un peu d’histoire Le plan de travail en France a été mis en place par Célestin Freinet. A l’origine, on découvre une pédagogue américaine, Helen Parkhurst, qui développa ce que l’on a appelé le "Plan Dalton" (du nom de la ville). Influencée par Maria Montessori et John Dewey (théorie du "Learning by doing"), elle créa un modèle pédagogique alliant la pédagogie "classique" d’apports culturels par le biais des livres notamment, et une pédagogie plus active basée sur le fait que tous les enfants n’apprennent pas les mêmes choses aux mêmes moments, et surtout, qu’ils peuvent s’entraider, coopérer. Dans les années 1920, elle avait eu cette intuition que les élèves, faisant partie d’une communauté d’apprenants, apprendraient les uns des autres.

Dyslexie et lecture sur support numérique : interview de Marco Zorzi En 2012, une équipe de recherche franco-italienne co-dirigée par Marco Zorzi du Department of General Psychology and Center for Cognitive Science de l’Université de Padoue tentait de prouver, par une expérience menée sur un panel d’enfants dyslexiques, que lorsque l’on augmentait l’espace situé entre deux lettres, la vitesse de lecture des enfants augmentait. Nous avons donc interrogé Marco Zorzi sur la possibilité d’étendre les résultats de l’étude à la lecture sur support numérique. Pour rappel, et parce qu’on a déjà évoqué cette étude ici, les chercheurs ont testé les effets de l’espacement des lettres sur la lecture chez 54 enfants dyslexiques italiens et 40 enfants dyslexiques français, âgés entre 8 et 14 ans. Les enfants devaient lire un texte composé de 24 phrases dans lesquelles l’espacement était soit normal, soit plus grand.

Un CDI adapté aux élèves dyslexiques Le collège Jean Jaurès à Montauban est engagé depuis 5 ans dans un projet d’accueil des enfants ayant des troubles « dys » (Albadys). Voici la version réactualisée de l’article paru en 2010 et surtout, le descriptif complet du projet en PDF. Bonne lecture !

Related: