background preloader

Henry Mintzberg

Henry Mintzberg
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Henry Mintzberg Henry Mintzberg, né le 2 septembre 1939 à Montréal, est un universitaire canadien en sciences de gestion, auteur prolifique d'ouvrages de management sur l'emploi du temps des cadres dirigeants, l'efficacité managériale, la structure des organisations, le pouvoir, la planification stratégique, etc. Il est titulaire de la chaire Cleghorn à la Faculté d'administration de l'Université McGill de Montréal, où il enseigne depuis 1968. Il fut également professeur d'organisation à l'INSEAD, Institut européen d'administration des affaires de Fontainebleau, en France. Biographie[modifier | modifier le code] Après avoir obtenu le diplôme de gestion de l'Université McGill ainsi qu'un doctorat à la Sloan School of Management (Massachusetts Institute of Technology) en 1964, Henry Mintzberg, ingénieur de formation, a marqué la recherche en gestion, en management, en organisation et en stratégie. Stratégie d'entreprise[modifier | modifier le code]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Henry_Mintzberg

Related:  Les théoriciens de managementprepa concfinance économie

Robert S. Kaplan Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Kaplan. Cette méthode développée au début des années 1990 a été adoptée par plusieurs grandes entreprises. Pourquoi votre smartphone n’est-il pas votre meilleur ami Chroniques d’experts Carrière Le 23/01/2019 © Getty Images Henry Mintzberg, ethnographe des organisations modernes Arrivant en vélo à ses rendez-vous et préférant la chemise à carreaux au costume-cravate, Henry Mintzberg a toujours cultivé un anticonformisme qui s’étend à ses méthodes de travail. Il combine de façon surprenante les méthodes de recherche de terrain les plus empiriques et les synthèses encyclopédiques - et néanmoins critiques - de tout ce qui a été écrit sur le thème qu’il étudie. Il veut donner de la réalité une vision simple, concrète et globale, et se livre pour construire ses modèles à des analyses d’une complexité et d’un raffinement peu communs. Bien qu’il ait enseigné à l’université McGill et à HEC Montréal, à la London School of Economics, à l’IAE d’Aix-en-Provence et à l’Insead de Fontainebleau, il critique avec une grande virulence le principe même des formations (MBA) qu’il a assurées pendant des années.

Adhocratie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'adhocratie est un néologisme (provenant du terme latin « ad hoc ») utilisé pour désigner une configuration organisationnelle qui mobilise, dans un contexte d’environnements instables et complexes, des compétences pluridisciplinaires et transversales, pour mener à bien des missions précises (comme la résolution de problèmes, la recherche d'efficience en matière de gestion, le développement d'un nouveau produit, etc.). L’adhocratie a d'abord été formulée par Alvin Toffler dans Le choc du futur (1970) puis a été popularisée par Robert Waterman Jr. dans Adhocracy. The power to change (1990). Ce concept organisationnel s'oppose à la bureaucratie. Les Stagiaires - film 2013 Les Stagiaires Se connecter sur mon AlloCiné Envie de voir ce film ?

Michael Porter Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Michael Porter au World Economic Forum de Davos. Michael Porter, né le 23 mai 1947 à Ann Arbor dans le Michigan, est professeur de stratégie d'entreprise à l'Université Harvard et consultant d'entreprise. Introduction[modifier | modifier le code] Michael Porter a ensuite participé à la fondation du cabinet de conseil en stratégie Monitor Group, dont il est encore un des vice-présidents. L’holacratie redistribue le pouvoir dans l’entreprise Chroniques d’experts Organisation Le 09/02/2017 Temps de lecture : 6 minutes Les grands méchants Gafa en 5 points 1 000 milliards de dollars, c’est la valeur qu’a atteinte Amazon au Nasdaq, la Bourse américaine des entreprises de la high-tech, le 4 septembre dernier. Soit autant que les dix plus grosses valeurs de l’indice du CAC 40 à cette date. Un mois plus tôt, c’est Apple qui avait franchi ce seuil symbolique, qu’aucune entreprise n’avait atteint jusqu’ici. Toutes deux ont été chahutées en Bourse depuis et leur capitalisation boursière est repassée bien en dessous de la barre des 1 000 milliards : face à des prévisions de résultats décevantes pour la période des fêtes, à la montée des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis mais aussi aux velléités du gouvernement américain de réguler les GAFA, les investisseurs paniquent. Il n’empêche, les valorisations des géants du numérique restent sans précédent : elles sont la traduction de success stories foudroyantes, mais surtout de la croyance des investisseurs en de mirifiques profits futurs.

Related: