background preloader

Milton Friedman

Milton Friedman
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Friedman. Photographie représentant Milton Friedman. Milton Friedman a inauguré une pensée économique d'inspiration libérale dont les prescriptions s'opposent de front à celle du keynésianisme. En réponse à la fonction de consommation keynésienne, il développa la théorie du revenu permanent. Avec cette théorie et l'introduction du taux de chômage naturel, Friedman remet en cause le bien-fondé des politiques de relance qui, pour lui, ne peuvent que provoquer de l'inflation contre laquelle il faut lutter. Ses idées se diffusèrent progressivement et furent prises en compte par les milieux politiques dans les années 1980, influençant profondément les mouvements conservateurs et libertariens américains. Biographie[modifier | modifier le code] Jeunesse et formation[modifier | modifier le code] Le campus de l'université de Chicago Travail au niveau fédéral[modifier | modifier le code] Débuts[modifier | modifier le code]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Milton_Friedman

Related:  HistoriqueRVDarwinisme social et néolibéralismeIdéologues & théoriciensEcole de Chicago (economie)Economics

Clifford Hugh Douglas Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Douglas. Clifford Hugh Douglas est né à Stockport en Écosse en 1879 et est mort en 1952. C'est un ingénieur et un auteur britannique connu pour avoir créé le concept de Crédit social. Biographie[modifier | modifier le code] Capital humain Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le capital humain est l'ensemble des aptitudes, talents, qualifications, expériences accumulés par un individu et qui déterminent en partie sa capacité à travailler ou à produire pour lui-même ou pour les autres[1]. Histoire du concept[modifier | modifier le code] Le concept de « capital humain » est développé pour la première fois en 1961, par l’économiste américain Theodore Schultz qui l’exprime en ces termes : « Alors qu’il apparaît évident que les individus acquièrent des savoir-faire et des savoirs utiles, il n’est pas si évident que ces savoir-faire et savoirs constituent une forme de capital [et] que ce capital soit pour une part substantielle le produit d’un investissement délibéré. » À partir de 1965, Gary Becker approfondit le concept et le vulgarise, obtenant en 1992 le prix Nobel d’économie pour son développement de la théorie du capital humain. La théorie du capital humain[modifier | modifier le code]

Friedrich Hayek Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Hayek. Friedrich Hayek École de Chicago (économie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'École de Chicago est un groupe informel d'économistes libéraux. Ils sont généralement associés à la théorie néoclassique des prix, au libre marché libertarien et au monétarisme ainsi qu'à une opposition au keynésianisme. Leur nom vient du département d'économie de l'Université de Chicago dont la majorité des professeurs étaient membres de cette école de pensée. Chicago Boys Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le surnom de « Chicago Boys » désigne un groupe d'économistes chiliens des années 1970, formés à l'Université de Chicago et influencés par Milton Friedman et Arnold Harberger. Ils travaillèrent pour la dictature militaire chilienne dirigée par le général Augusto Pinochet, et jouèrent un rôle majeur dans ce qui est parfois appelé le « miracle chilien », selon une formule de Milton Friedman. Formation[modifier | modifier le code] Les Chicago Boys suivent une formation en économie à l'université pontificale catholique du Chili, organisée en partenariat avec l'université de Chicago dans le cadre de cet accord ; des professeurs de l'université enseignent ainsi sur place, une bibliothèque moderne est financée sur place ainsi que des bourses pour les meilleurs étudiants.

Impôt négatif sur le revenu Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Taux équivalent d'un impôt négatif sur le revenu associant une allocation de 10 000 et un taux de prélèvement de 25 % L'impôt négatif sur le revenu est un système d'impôt unique appliqué principalement depuis les années 1990 et 2000 qui consiste en l’allocation à tout individu d’un montant fixe par l’État, un « impôt négatif », couplé à « impôt positif normal, progressif » à partir d’un certain niveau de revenu[1]. Juliet Rhys-Williams théorisa le concept dans les années 1940, puis il fut repris par l'économiste et « Prix Nobel » d'économie Milton Friedman en 1962 dans Capitalisme et liberté[2]. L'impôt négatif a été défendu par ce dernier afin de simplifier et démocratiser le versement des allocations en pénalisant moins l'activité économique.

Aristocratie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les rois d'Arcadie, voir Aristocrate Ier et Aristocrate II Le terme aristocratie (en grec : aristos : meilleur, excellent, et kratos : le pouvoir, l'autorité : gouvernement des meilleurs) désigne : une forme de gouvernement dans laquelle le pouvoir est officiellement détenu par une élite (parfois par une caste, une classe, une famille, ou bien une élite intellectuelle) ; à ne pas confondre toutefois avec le système politique oligarchique ;les membres de cette classe que ce soit les nobles, les notables ou tout autre forme d'élite, telle la nomenklatura. L'aristocratie n'est pas à confondre avec la noblesse. Milton Friedman n’est pas mort, par Serge Halimi (Le Monde diplomatique, 30 novembre 2006) Avec Friedrich Hayek, Milton Friedman est sans doute le penseur qui aura le plus inspiré la révolution néolibérale. Son décès, le 16 novembre dernier, n’en marque nullement la fin, comme le démontrent à la fois les niveaux particulièrement élevés de rémunération du capital et les orientations monétaristes de certaines banques centrales, la Banque centrale européenne (BCE) en particulier. Outre son influence intellectuelle, Milton Friedman fut un combattant. S’il a prétendu que seule « la force des événements » expliquait le triomphe de ses idées, il n’aura rien laissé au hasard. Dès 1947, il participe avec Hayek, mais aussi George Stigler et Maurice Allais, tous futurs prix « Nobel d’économie » (1), à la création de la Société du Mont-Pèlerin, une « boîte à idées » dont l’objectif déclaré était de refouler le socialisme, mais aussi plus largement la « pensée unique » keynésienne alors en vogue en Europe et aux Etats-Unis. Mission accomplie aujourd’hui.

Qui veut nuire à l’UPR ? Dr Jekyll & Mrs Hyde : « L’antifasciste » Boutoleau et la très américanophile « Professor » Guyet - Élections présidentielles 2012, F. ASSELINEAU L’Union Populaire républicaine et son président François Asselineau ont fait l’objet, depuis plusieurs semaines, d’attaques extrêmement virulentes de la part de « Marie-Anne Boutoleau », prétendue « journaliste indépendante » dont le véritable nom est Mlle Ornella Guyet. Ces attaques, diffusées sur les sites Internet Indymedia Paris et Rebellyon, ont eu notamment pour effet d’empêcher la tenue d’une conférence à Lyon, deux gérants d’établissements ayant été successivement contraints, sous l’effet du climat de violence entretenu sciemment par Mlle Guyet et ses relais locaux, d’annuler les locations qu’ils nous avaient accordées. Nous n’avions rien demandé à personne. Mais lorsque l’on nous cherche et que l’on veut nous intimider, au mépris des lois de la République, on nous trouve.

Capitalisme et liberté Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Capitalisme et liberté (titre original : Capitalism and Freedom) est un livre de Milton Friedman, publié en 1962. Sa thèse principale est que la liberté économique est une condition nécessaire à toute liberté politique. S'adressant à un large public et non aux seuls économistes, Friedman fait l'apologie du libéralisme, terme qu'il utilise dans son acception classique et non dans son sens moderne en américain[1]. Friedman développe aussi dans cet ouvrage des travaux de ses collègues[2] de l'Université de Chicago[3], notamment Frank Knight, Friedrich Hayek et George Stigler.

Ploutocratie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La ploutocratie (du grec ploutos : richesse ; kratos : pouvoir) consiste en un système de gouvernement où l'argent constitue la base principale du pouvoir[1]. Définition[modifier | modifier le code]

Related:  groupes d'influence : Qui ?