background preloader

Idéologues & théoriciens

Facebook Twitter

Le krach de la pensée économique. Quand Messieurs Cahuc et Zylberberg découvrent la science. Il n’est pas facile de lire sereinement le livre de Messieurs Pierre Cahuc et André Zylberberg.

Quand Messieurs Cahuc et Zylberberg découvrent la science

Non seulement parce que la violence du ton et des attaques peuvent dissuader les meilleures volontés, mais surtout parce que, sans cesse, le lecteur se trouve confronté à des contre-vérités manifestes et à des manipulations. Ce livre n’éclaire pas ; il obscurcit et déforme sciemment. Son but n’est pas la recherche de la vérité mais le désir de faire mal – ou de faire du buzz, ce qui est à peu près la même chose.

L’usage du terme « négationnisme » est pleinement révélateur de cette volonté, non pas de réfuter ou de contredire, comme il sied à un débat contradictoire argumenté, mais de salir. "Négationnisme économique" : ce pamphlet est ignoble. C'est un appel direct à l'épuration. L'économiste Pierre Cahuc, dans son laboratoire de macroéconomie à Malakoff, le 19 janvier 2016 (V.

"Négationnisme économique" : ce pamphlet est ignoble. C'est un appel direct à l'épuration

MILIVOJEVIC/SIPA). Deux économistes, Pierre Cahuc et André Zylberberg, viennent de commettre un pamphlet ignoble, contre tous les économistes critiques, contre ceux qui proposent aux citoyens des pistes de réflexion pour sortir de l’impasse du néo-libéralisme. L’imposture, par Hazel Henderson. Une querelle inhabituelle a récemment secoué l’atmosphère feutrée de la remise des prix Nobel.

L’imposture, par Hazel Henderson

La voix de M. Peter Nobel, un des héritiers du fondateur Alfred Nobel, s’est ajoutée au concert de protestations de scientifiques de plus en plus nombreux contre la confusion entourant le « prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel ». Adam Smith. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Adam Smith

Friedrich Hayek. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Friedrich Hayek

Pour les articles homonymes, voir Hayek. Friedrich Hayek Philosophe occidentalÉconomiste autrichien XXe siècle. Walter Lippmann. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Walter Lippmann

Pour les articles homonymes, voir Lippmann. Ludwig von Mises. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ludwig von Mises

Ludwig von Mises École autrichienne XXe siècle. Wilhelm Röpke. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Wilhelm Röpke

Milton Friedman. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Milton Friedman

Pour les articles homonymes, voir Friedman. Photographie représentant Milton Friedman. Milton Friedman a inauguré une pensée économique d'inspiration libérale dont les prescriptions s'opposent de front à celle du keynésianisme. Milton Friedman n’est pas mort, par Serge Halimi (Le Monde diplomatique, 30 novembre 2006) Avec Friedrich Hayek, Milton Friedman est sans doute le penseur qui aura le plus inspiré la révolution néolibérale.

Milton Friedman n’est pas mort, par Serge Halimi (Le Monde diplomatique, 30 novembre 2006)

Son décès, le 16 novembre dernier, n’en marque nullement la fin, comme le démontrent à la fois les niveaux particulièrement élevés de rémunération du capital et les orientations monétaristes de certaines banques centrales, la Banque centrale européenne (BCE) en particulier. Outre son influence intellectuelle, Milton Friedman fut un combattant. Milton Friedman, «l'homme qui a sauvé le capitalisme» L'économiste, universitaire et prix Nobel Milton Friedman aurait eu 100 ans le 31 juillet.

Pour le Wall Street Journal, les analyses de cet apôtre fervent du libéralisme seraient particulièrement utiles en cette période de crise financière et économique planétaire et de remise en cause du système. Pour le chroniqueur Stephen Moore, c'est même «une tragédie» que Barack Obama ne puisse recevoir et surtout suivre les conseils de Milton Friedman, «l'homme qui a sauvé le capitalisme», l'économie américaine et celle du monde «ne s'en porteraient que mieux». «No free lunch» Milton Friedman, fondateur de l'école monétariste de l'université de Chicago, est à l'origine du courant néolibéral en économie qui est devenu le contrepoids du keynésianisme.

Il est mort en 2006 à l'âge de 94 ans et a commencé à devenir célèbre dans les années 1960 en expliquant qu'il n'existe pas «such thing as a free lunch» (quelque chose comme un repas gratuit). Héros de la droite américaine. Chicago Boys. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le surnom de « Chicago Boys » désigne un groupe d'économistes chiliens des années 1970, formés à l'Université de Chicago et influencés par Milton Friedman et Arnold Harberger.

Chicago Boys. The Chicago Boys (c. 1970s) were a group of young male, mostly Chilean economists, the majority of whom trained at the Department of Economics of the University of Chicago under Milton Friedman and Arnold Harberger, or at its affiliate in the economics department at the Catholic University of Chile. Upon their return to Latin America most occupied leading positions in government, finance and education.

History[edit] The term Chicago Boys has been used at least as early as the 1980s[1] to describe Latin American economists who studied or identified with the neoliberal economic theories then taught at the University of Chicago, even though some of them earned degrees at Harvard or MIT (see below). Bertrand de Jouvenel. Maurice Allais. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Allais. Maurice Félix Charles Allais Maurice Félix Charles Allais en 2001 Maurice Félix Charles Allais est un économiste français, né à Paris le et mort le à Saint-Cloud[1]. Après Gérard Debreu en 1983[2], il est le second français à recevoir le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel en 1988.

Ses travaux lui valent de nombreuses récompenses qui culminent avec l'attribution du « prix Nobel » d'économie en 1988. Il dénonce les changes flottants, la dérèglementation financière, et la suppression des protections douanières[4]. La crise économique sévère que connaît le monde depuis 2007, et dont il s'était fait inlassablement l'augure dans de nombreux ouvrages successifs[5], a fait renaître le débat autour de nombre de questions sur lesquelles Maurice Allais avait pris des positions marquées qu'il considérait comme prémonitoires.

Ayn Rand. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Rand. Ayn Rand (prononcé [ˈaɪn ˈrænd]), née Alissa Zinovievna Rosenbaum (en cyrillique russe : Алиса Зиновьевна Розенбаум), est une philosophe[1], scénariste et romancière[2] américaine d'origine russe, juive athée, née le 2 février 1905 à Saint-Pétersbourg et morte le 6 mars 1982 à New York. Ayn Rand est considérée comme la théoricienne d'un capitalisme individualiste ainsi que d'un libertarianisme refusant toute forme de coercition et prônant les valeurs de la raison, du travail et de l'« égoïsme rationnel », son concept central. Figure de l'anti-communisme radical, Ayn Rand prône également l'indépendance et le « laissez-faire » face à toute forme de collectivisme ou de religion établis. George Stigler. Francis Fukuyama. Francis Fukuyama. Alan Greenspan.

Alan Greenspan (/ˈælɨn ˈɡriːnspæn/; born March 6, 1926) is an American economist who served as Chairman of the Federal Reserve of the United States from 1987 to 2006. He currently works as a private adviser and provides consulting for firms through his company, Greenspan Associates LLC. Alan Greenspan. George Gilder. In the 1970s Gilder established himself as a critic of feminism and government welfare policies, arguing that they eroded the "sexual constitution" that civilized and socialized men in the roles of fathers and providers. In the 1990s he became an enthusiastic evangelist of technology and the Internet through several books and his newsletter the Gilder Technology Report. He's also known as the chairman of George Gilder Fund Management, LLC. Early years[edit] Gilder was born in New York City and raised in New York and Massachusetts.

His father Richard Gilder was killed flying in the Army Air Force in World War II when Gilder was three. Jean Tirole, prix Nobel des «imposteurs de l’économie»