background preloader

100 000 éditeurs et 10 M de pages vues par mois pour Pearltrees

100 000 éditeurs et 10 M de pages vues par mois pour Pearltrees
Le site français de sélection et de partage des perles du web annonce, 15 mois après son lancement et trois mois après la sortie de ses nouvelles fonctionnalités collaboratives, le franchissement de deux caps symboliques: 100 000 éditeurs et 10 M de pages vues / mois. Chaque utilisateur génère plus de 100 pages vues par mois ce qui donne un aperçu de la réelle implication que génèrent la découverte et le partage de perles. En décembre dernier, à l’occasion de la conférence LeWeb10, Pearltrees avait lancé “Team”: la possibilité de créer en temps réel avec un nombre illimité d’utilisateurs un même bouquet de perles. Une nouvelle dimension collaborative qui n’est pas étrangère au développement de nouvelles communautés sur la plateforme. Entretien exclusif avec Patrice Lamothe, créateur et CEO de Pearltrees. Related:  `test 1002

The Curation Buzz... And PearlTrees Posted by Tom Foremski - April 12, 2010 My buddy Dave Galbraith is the first person I remember to first start talking about curation and the Internet, several years ago. He even named his company Curations, and created a tool/site for curation: Wists. And his site SmashingTelly - is great example of curation, a hand-picked collection of great videos. Today, much is written about curation and the Internet but it all seems mostly talk because we don't really have the tools we need. Robert Scoble writes about The Seven Needs of Real-Time Curators "... who does curation? Reading Robert Scoble's post on curation, it almost seemed as if he were describing PearlTrees, a company I've recently been working with in an advisory role, when he talks about "info atoms and molecules." ...what are info atoms? PearlTrees is very similar, it's a curation tool that uses "pearls" as a visual metaphor for a web site, a Twitter post, an image, or a video. More to come... Tweet this story Follow @tomforemski

Laurence Saquer, Danone Communities : « Révéler une façon de voir les contenus avec Pearltrees » Lancé en 2009, l'outil de curation de contenus web Pearltrees (voir ici une présentation détaillée) fait figure d'exception dans la famille des « réseaux éditoriaux participatifs » incarnés par Scoop.it, Curated.ly ou encore Storify.com. Ce service web gratuit, qui permet de cartographier et présenter ses pages web favorites à la communauté Pearltrees, mise sur une présentation proche des arbres à idées (un arbre = un répertoire, une perle = une page web) pour séduire les utilisateurs friands d'outils web visuels. Ses applications sont multiples pour les usagers professionnels : e-veille, networking B2B ou B2C, e-réputation, e-branding, etc.. Voici le retour d'expérience et l'éclairage pratique de Laurence Saquer -sociologue, et online communications manager chez danone.communities- qui est une utilisatrice assidue de Pearltrees. CCM - Dans quel cadre utilisez-vous Pearltrees, et pour quelles applications ? LS - L'aspect visuel est fondamental. LS - Créez les perles de vos passions !

Le nouveau Pearltrees, tactile et collaboratif en temps réel Le site français de sélection et de partage des perles du web a profité de la conférence LeWeb10 pour présenter une nouvelle version que son CEO, Patrice Lamothe qualifie de « révolutionnaire ». Première nouveauté, la fonction tactile, qui offre une expérience assez bluffante mais le véritable gap technologique pour Pearltrees s’appelle « Team »: la possibilité de créer en temps réel avec un nombre illimité d’utilisateurs un même bouquet de perles. Une dimension collaborative qui donne un nouveau sens à cette solution ludique de partage d’informations. Pearltrees continue de séduire les internaute américains qui représentent plus d’un tiers de ses visites. Pour rappel, la start-up a opéré une 3ème levée de fonds de 1,3 millions d’euros avant l’été (après 1 million en 2008, 1,2 millions en 2009). Entretien avec Patrice Lamothe, CEO de Pearltrees

Pearltrees : la bibliothèque aux 100 milles curateurs Lorsqu’on lui demande quel est son parcours, il pousse un soupir “j’ai fait pas mal de choses” : ingénieur, chercheur en sociologie, consultant en stratégie dans les médias…. L’idée de Pearltrees lui serait venue alors qu’il publiait un papier dans la revue française de sciences politiques en 2006 sur la théorie des réseaux mais qui “n’avait rien à voir avec le web”. A l’époque, on se demandait si des initiatives comme Wikipedia et Youtube allaient fonctionner. Deux ans plus tard, Pearltrees, est “un petit projet dans un appart en 2008”. Il part de ce constat simple : il y a énormément de contenu sur le Web, comment laisser l’internaute se l’approprier en l’organisant à sa guise ? Une bibliothèque augmentée Tout d’abord Pearltrees permet d’organiser le contenu que vous visitez sur le Web. Le pearltrees de TedX Paris Rajoutez y une pointe de curation et l’on obtient cette nouveauté qui fait mouche. « Organiser le contenu comme une bibliothèque, mais ouverte .»

Social curation finds an audience: Pearltrees reaches 10M pageviews With its slick visual interface for bookmarking content, Pearltrees is unique enough that I’ve been both impressed and slightly skeptical that a mass audience will actually use it. But it looks like the site has found plenty of users. The French startup just announced that it crossed two big milestones in March: It has more than 100,000 users curating links, and it received more than 10 million pageviews. When you share links on Pearltrees, they show up as little circles called Pearls. Pearltrees launched in December 2009, and it recently enhanced the social aspect with a new teams feature that lets groups of people create Pearltrees collaboratively. Pearltrees has raised 3.8 million euros in funding.

ITW : François Rocaboy, co-fondateur de Pearltrees Vendredi dernier, des membres de l’équipe Pearltrees sont venus nous faire une petite présentation de leur outil. L’occasion pour nous de poser plein de questions à François Rocaboy, l’un des co-fondateur de la start-up, et de mesurer ce qui se cache derrière l’ambition affirmée de l’équipe : donner du sens au web 2. Qui êtes-vous François Rocaboy ? Je m’appelle François Rocaboy,j’ai 32 ans, je suis en charge de la communication, du marketing et de la marque et de la communauté Pearltrees CMO (chief Marketing Officer) et l’un des co-fondateurs de Pearltrees. Pearltrees, qu’est-ce que c’est au juste ? Pearltrees est un réseau d’intérêt collaboratif. Bravo, on parle de plus en plus de Pearltrees, jusqu’à Robert Scoble ou RWW US. Oui. Mais soyons clair, Pearltrees est encore en alpha et de nombreuses fonctionnalités doivent encore venir. La question est celle de la facilité d’adoption. Aujourd’hui, on parle volontiers du web de flux, à travers les flux RSS, twitter ou facebook.

Exclusif. La nouvelle version de Pearltrees Une nouvelle version du site de sélection et de partage des perles du web sort aujourd’hui. Entretien et démo exclusifs avec Patrice Lamothe, CEO de Pearltrees. Pearltrees propose aux internautes de découvrir et de garder sous la main toutes les pages Web qu’ils aiment. Cette construction permet à chacun de conserver, de découvrir et de guider ses amis sur son propre Web. Les nouveautés majeures: - Affichage quasi instantané des pages parcourues grâce à un système de cache élaboré - Avatars modulables et nouveau module « Zoom » - Nouvelle navigation dans l’arborescence et possibilité de « pearler » une page avec le module Firefox Le site a dépassé les 3.5 M de pages vues en août et rencontre un succès certain sur le marché américain.

La puce et le neurone : deux mots sur la « curation » Ah le vilain mot que celui de « curation » ! Il y a décidément des anglicismes qui passent mal. Je ne sais pas pourquoi on ne lui préfère pas le terme d’édition, fût-il imparfait. Quoi qu’il en soit, c’est depuis quelques mois un des mots à la mode sur le Web et il recouvre quelque chose d’important : essayons donc de remonter du son (bruyant) au sens. Mais tout d’abord, qu’est-ce que la curation ? J’ai rencontré plusieurs définitions et, plutôt que de trancher, je vais y aller de la mienne, qui vaudra du moins pour cet article. Maintenant, si l’on considère le Web, on comprend aisément pourquoi c’est une notion importante. Pour ne parler que du Web moderne, celui qui dans mon esprit commence au milieu des années 1990, deux méthodes de curation se dégagent : l’humaine et l’algorithmique. La curation humaine, c’est « David and Jerry’s Guide to the World Wide Web« , à savoir Yahoo! Il est assez aisé de tracer les principaux avantages et inconvénients de ces deux approches. Article original.

Saviez-vous qu’il existe des perles de S.I.Lex ? (Pearltrees et le droit) Serait-ce une perle de silex ? (en fait, du silex rubané poli). Krzemień pasiasty kula. Par Adam Ognisty. CC-BY-SA. Dans la jungle foisonnante des services 2.0 et des médias sociaux, il en est vers lesquels on se tourne d’abord pour leur esthétique et leur élégance, plus que pour leurs fonctionnalités. Il faut dire que Pealtrees est un outil assez atypique, situé quelque part entre les bookmarks sociaux et la cartographie heuristique, qui propose de fournir aux internautes les moyens d’ « éditer » par eux-mêmes le web en construisant sous la forme d’arbres de perles des parcours de page en page. Pearltrees est une start-up française et je vous conseille d’aller faire un tour sur le blog Cratyle.net de Patrice Lamothe, son CEO, où il développe la vision qui est à l’origine du projet et notamment la critique d’une certaine conception du web 2.0 : La démocratisation de la création n’a cependant pas entrainé la démocratisation de l’accès aux contenus. II Narrer le droit de perle en perle

Marketing Télétravail – Quoi ? Combien ? Où ? Notre partenaire Zevillage nous a alertés récemment sur une contestation des chiffres du télétravail, un sujet que nous suivons régulièrement du fait de notre intérêt pour le sujet depuis de nombreuses années. “Depuis 2012, le code du travail définit précisément le télétravail: un travail qui « aurait également pu être exécuté dans les locaux de l’employeur », mais effectué « hors de ces locaux de façon régulière et volontaire » et encadré par un avenant au contrat de travail. Le télétravail c’est la santé Le concept d’ “ergostressie » a été créé par Yves Lasfargue, créateur et animateur de l’Obergo. souvent décrit comme sociologue dans les journaux, ce titre ne figure pas pour autant dans son CV en ligne et cette activité sociologique ne semble pas être pratiquée dans le cadre d’un organisme reconnu (CNRS, EHESS…). L’important est que ce message ne soit pas brouillé par des explications nuancées ou alambiquées. Il n’y a pas UN télétravail

Related: