background preloader

[Dossier] Panorama du crowdfunding en France

[Dossier] Panorama du crowdfunding en France
Inspiré en partie par le succès outre-atlantique de Kickstarter, le crowdfunding est un terrain fertile pour les startups en France. Au point qu’entre celles qui vous proposent d’investir, de soutenir ou de prêter, qui financent des mégaproductions ou de modestes projets, il y a de quoi se perdre. Essayons-donc de mettre de l’ordre dans cette jungle. Mais d’abord, vous demandez-vous peut-être, le crowdfunding, c’est quoi ? En français, on traduit parfois par “financement participatif”. De nombreux sites se sont lancés ces dernières années sur ce principe, dans le monde et en France, et d’autres ne vont pas tarder à le faire, comme Ooctopus, qui a la particularité de mêler crowdfunding et crowdsourcing des compétences. Si vous avez un projet, une idée, voici un petit tour d’horizon des sites français qui pourraient vous aider à leur donner vie : Les sites d’investissement My Major Company : Le plus connu en France, My Major Company a permis de lancer la carrière du chanteur Grégoire.

http://frenchweb.fr/dossier-panorama-du-crowdfunding-en-france-50135/30449

Related:  Crowdfunding

Crowdfunding : adapter le cadre réglementaire pour faciliter son développement Le phénomène du financement participatif n’est pas nouveau. Il est né aux États-Unis et l’on se plait à rappeler que le piédestal de la statue de la Liberté à New York fut financé par un appel au public lancé par Joseph Pulitzer dans New York World en 1884. Mais son essor date du début des années 2000. Il a débarqué en Europe il y a déjà quelques années, mais avec la crise, il apparait comme une alternative au financement bancaire, en particulier dans le cadre des ETI et Start-up (2). Présenté comme un moyen de faciliter le financement des projets innovants, des start-ups et ETI, le "crowdfunding" se heurte aux restrictions réglementaires de l’"offre au public" et du "monopole bancaire".

Le Medef veut développer le "crowd funding" La présidente du Medef Laurence Parisot a annoncé jeudi que son organisation patronale proposerait au prochain gouvernement d'introduire en France le "crowd funding" afin de permettre le financement des entreprises de l'internet par des particuliers via la toile. "Nous allons au Medef proposer une modalité qu'on appelle aux Etats-Unis le crowd funding", a-t-elle déclaré dans un entretien accordé au Journal du Net. "C'est-à-dire que nous voulons que tout entrepreneur puisse via internet s'adresser à des quantités d'investisseurs même modestes qui pourraient online mettre quelques milliers d'euros dans l'entreprise", a-t-elle expliqué. Selon Mme Parisot, ce projet serait, pour des Français "qui ne connaissent pas les nouvelles entreprises du web, une façon d'y accéder, d'en devenir même partie prenante via cet actionnariat modeste et démultiplié". Le crowdfunding est déjà en vogue en France : en 2011, il a permis de rassembler 6 millions d'euros pour financer 15 000 projets innovants.

Crowdfunding, la levée de fonds en mode 2.0 ! - LES FONDAMENTAUX - Financement En 2008, le succès du chanteur Grégoire, dont le premier album est financé par une communauté d'internautes via MyMajorCompany.com, redonne espoir à tous les chanteurs en devenir. Et donne des idées à d'autres... Ce principe de financement, faisant appel aux internautes, baptisé crowdfunding (littéralement le financement par la foule), peut en effet s'adapter à d'autres secteurs. Hello Merci, la version branchouille du prêt solidaire Les gens sont prêts à faire des dons pour des projets artistiques qui les intéressent contre la simple promesse d’obtenir en retour un produit dédicacé ou une invitation à un vernissage. C’est en partant de ce postulat que KissKissBankBank (KKBB) a réussi : en trois ans, la société de financement participatif a collecté 5 millions d’euros et permis de réaliser 2 800 projets. En lançant la plateforme Hello Merci cette semaine, la startup d’une douzaine d’employés a décidé d’aller plus loin – ou plutôt, ailleurs. Vincent Ricordeau, cofondateur de KKBB : « Beaucoup de projets n’étaient pas qualifiés pour KKBB. Certains souhaitaient financer un permis, une brasserie, un commerce de vélos... rien qui soit créatif, donc pas qualifié pour Kiss Kiss. »

JCDecaux va acheter le gérant des kiosques de journaux à Presstalis (presse) Le conseil d'administration de l'entreprise de distribution de presse Presstalis a validé la cession de sa filiale Mediakiosk au leader mondial de l'affichage JCDecaux, sur la base d'une valorisation de 60 millions d'euros, affirme vendredi le quotidien Les Echos. Le journal économique précise que la transaction devrait être signée "dans les prochains jours, après consultation des représentants du personnel". Mediakiosk gère 750 kiosques de presse dans 170 villes. En vertu de l'accord, adopté jeudi soir par Presstalis, JCDecaux détiendra à l'avenir 95% du capital de cette société et Presstalis 5%.

Le duel Noob (Ulule) VS Laroque (Touscoprod) Mise à jour 26 mai 2013 : Si le projet Jeux dangereux détient pour le moment le record de la plus grosse collecte, le projet Noob détient quant à lui le record du plus grand nombre de contributeurs sur un projet participatif en France. Rien n’est encore définitif vous avez encore plusieurs jours pour faire évoluer cette situation. Mise à jour 3 juin 2013 : le projet Noob devance le projet Jeux dangereux et revendique pour l’instant la meilleure performance jamais atteinte auparavant pour ce type de levée de fonds pour un projet audiovisuel. Mise à jour 2 juillet 2013 : Le projet Jeux dangereux est bouclé.

Le crowdfunding, planche de salut des créateurs ? par Sébastien Lachaussée - Chronique e-Business Le crowdfunding, aussi appelé production communautaire, production participative ou financement participatif, est un système de « financement par la foule » via des sites web communautaires permettant aux internautes de soutenir financièrement un projet artistique. Le plus célèbre site de financement communautaire dans le domaine artistique est le site My Major Company spécialisé dans la musique qui a notamment révélé l’artiste « Grégoire ». Ces sites permettent de donner une chance aux artistes qui n’auraient pas été repérés par les majors de financer leurs projets musicaux. Deux exemples de plateformes : Touscoprod et Peopleforcinema

Paul's Blog – Pourquoi le crowdfunding participera au renouveau du capitalisme Le crowdfunding de startup est cette nouvelle méthode qui consiste à financer des entreprise en création ou n’importe quel autre projet, par le biais de levée de fonds auprès du grand public grâce à l’utilisation des nouvelles technologies et des tickets d’entrée très faibles (10aines d’euros). Les demandeurs de capitaux peuvent ainsi trouver une nouvelle forme de financement face aux levée de fonds classiques et emprunts coûteux (private equity, venture capital, …), et trouver des fonds qui se rarifient sensiblement notamment pour le financement des phases d’amorçage de startup. Le système capitaliste actuel, et les crises récentes montrent, entre autres, 3 limites au système : - La déconnexion du système financier de l’économie “réelle”, les banques rivalisant d’ingéniosité pour faire des produits financiers complexes qu’elles seules maîtrisent. - La toute puissance des banques, gérant des sommes telles qu’elles sont capables de manipuler des cours de bourse.

Related:  Crowfundingusages du WebCrowdfundingDoumentation crowfundingDossiers d'actualité