background preloader

Site-Mémorial du Camp des Milles - Aix-en-Provence : un mémorial pour l'avenir

Site-Mémorial du Camp des Milles - Aix-en-Provence : un mémorial pour l'avenir

http://www.campdesmilles.org/

Related:  GUERRES ET CONFLITS EN EUROPE AU XX SIECLEShoahLes CampsCamp des Milles & Concours de la Résistance & de la DéportationSolution Finale

31 janvier 1943 - Les Allemands capitulent à Stalingrad Le 31 janvier 1943, à Stalingrad, le maréchal Friedrich Paulus (*) signe la capitulation de son armée du secteur sud de la ville. Le 2 février, c'est au tour du secteur nord de cesser toute résistance. Le choc des titans Ayant soumis l'Europe continentale au terme de plusieurs guerres-éclair, Hitler ne trouva que l'Angleterre de Winston Churchill pour lui résister pendant un an. Shoah Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Insurrection du Ghetto de Varsovie, avril-mai 1943. Photo extraite du rapport de mai 1943 de Jürgen Stroop à Himmler. Légende originale en allemand : « Poussés hors de leurs trous ». Certaines des personnes visibles sur cette photo ont été identifiées : - le garçon au premier plan est peut-être Artur Dab Siemiatek, Levi Zelinwarger (près de sa mère Chana Zelinwarger) ou Tsvi Nussbaum ; - Hanka Lamet, la petite fille à gauche ; - Matylda Lamet Goldfinger, la mère de Hanka, deuxième en partant de la gauche ; - Leo Kartuziński, en arrière-plan avec un sac blanc sur l'épaule ; - Golda Stavarowski, la première femme à droite, au fond, qui ne lève qu’une main ; - Josef Blösche, le SS avec une arme à feu à droite, exécuté en 1969.

Camps de concentration nazis Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les camps de concentration nazis sont des centres de détention de grande taille créés par le Troisième Reich à partir de 1933 et jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour interner, exploiter la force de travail et tuer des opposants politiques, des résidents d'un pays conquis, des groupes ethniques ou religieux spécifiques, etc. Ce sont les détenus qui sont forcés de construire ces camps, les victimes travaillant dans des conditions inhumaines, y laissant souvent leur vie.

Revue ESPRIT La tuilerie qui abrite le Site-Mémorial du Camp des Milles n'est pas immédiatement accessible. Elle surgit soudainement, on l'aperçoit quand survient l'extrême bout des maisons basses d'une longue rue qui traverse le village. Il faut franchir le passage à niveau du chemin de fer et les hautes grilles de l'entrée pour appréhender pleinement le silence de son grand vaisseau. Des bâtiments longs et puissants, deux ailes et trois étages. Les volets sont clos, les matériaux vétustes et les couleurs de la façade sont intimement liées au travail de l'argile. Dans les parages immédiats, l'apparition des premiers iris se révèle chaque année merveilleusement éclatante.

Des textes et des témoignages sur la Shoah Dernière modification de cette page : 01/24/2012 17:10:26 Avant les camps : antisémitisme et persécution / La collaboration et la résistance à la déportation / La déportation : les arrestations, les rafles, Drancy, les trains / Les camps de concentration / L'extermination : les camps d'extermination, autres formes d'extermination / Après les camps : justice, jugements, réflexions AVANT LES CAMPS : antisémitisme, persécution LA COLLABORATION ET LA RÉSISTANCE à la déportation LA DÉPORTATION : les arrestations, les rafles, Drancy, les trains

ENQUÊTE EN MACEDOINE SUR LES CRIMES DE GUERRE ET CRIMES CONTRE Les deux chargés de mission se sont entretenus avec des réfugiés originaires de Pristina, de Lipjan, de Gnjilane (Gilan), de Kacanik (Han I Elezit) et de nombreux villages situés à l’est de la province. D’ores et déjà, il apparaît que l’ensemble de ces opérations ont été préparées, réfléchies, conduites de façon méthodique et systématique, et qu’elles s’inscrivent dans un plan concerté dont la mise en œuvre a été entreprise avant même le début des bombardements. Ces actes, constitutifs d’assassinats, de déportations, de persécutions pour des raisons politiques, raciales et religieuses, commis dans le cadre d’un conflit armé de caractère interne à l’encontre de la population civile et de façon systématique, sont de nature à recouvrir la qualification de crimes contre l’humanité, tels que prévus par l’article 5 des statuts du TPI.

Extrait de « Les historiens allemands relisent la Shoah » « Face à la Shoah, il y a une obscénité absolue du projet de comprendre (1). » Cette déclaration de Claude Lanzmann a le mérite de la clarté. Le réalisateur du film Shoah affirme ainsi non seulement l’inintelligibilité du génocide des juifs, mais encore le caractère pornographique de toute tentative de l’éclairer. Quiconque, en effet, réfléchit avec un minimum de recul à que fut le génocide des juifs, à la détermination brutale que sa mise en œuvre nécessita ne peut qu’être saisi de vertige.

Chambre à gaz Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Chambre. Une chambre à gaz est généralement un dispositif destiné à donner la mort, consistant en une pièce hermétiquement close dans laquelle un gaz toxique ou asphyxiant est introduit. L'agent toxique le plus communément utilisé est le cyanure d'hydrogène[1]. Des chambres à gaz furent utilisées par l'Allemagne hitlérienne, pour assassiner un peu moins de trois millions de Juifs, dans le cadre du programme génocidaire des nazis, et plusieurs milliers de Tziganes[2]. Ferdinand Springer exposé au camp des Milles L’œuvre de Ferdinand Springer (1907-1998) est aussi polymorphe que sa vie fut surprenante. Ce peintre allemand, qui étudia à Zurich, Milan et Paris et séjourna brièvement à New York à la fin des années 1930 avait choisi de s’établir dans le Sud de la France. En septembre 1939, et bien que sa femme fût juive, il fut interné en tant qu’Allemand au Fort d’Antibes, transféré au camp des Milles jusqu’en mai 1940 puis à Forcalquier d’où il fut libéré l’été suivant. Le couple, qui put passer clandestinement la frontière suisse en 1942, rejoignit Grasse après la Libération. Durant ce séjour au camp des Milles (ancienne tuilerie située près d’Aix-en-Provence qui, de lieu d’internement, se transforma après 1942 en camp de déportation vers Auschwitz), il se lia avec d’autres artistes détenus, notamment Max Ernst et, surtout, Hans Bellmer. A Grasse, il fréquenta notamment Alberto Magnelli (présent ici avec une gouache), Sonia Delaunay (dont un dessin est exposé) et Hans Arp.

La Shoah Enseigner la Shoah est « une mission pédagogique exaltante et féconde, qui s’inscrit dans une démarche résolument citoyenne » (Serge Klarsfeld). L’enseignement de la Shoah à l’école permet d’assurer le devoir de mémoire à travers le savoir historique et la connaissance précise de son Histoire. En plus de la dimension historique, cet enseignement possède une dimension civique offrant aux élèves des éléments de réflexion et de culture afin de pouvoir refuser, demain, toutes formes de racisme et de discrimination. Comme l’a dit l’inspecteur général Dominique Borne lors d’une interview en 2000 pour Le Nouvel Observateur : "L'histoire dérange et guérit tout à la fois. Elle est thérapie ; elle guérit les conflits de mémoire… La finalité de l'enseignement de l'histoire n'est pas morale, elle est civique. La défense des valeurs démocratiques des droits de l'homme ne concerne pas que la seule 2ème guerre mondiale, mais tout enseignement de l'histoire".

LA SOLUTION FINALE DE LA QUESTION JUIVE Le document présent est un exemplaire du procès-verbal rédigé par Adolf Eichmann et adressé au sous-secrétaire d'Etat aux affaires étrangères, Luther, qui avait participé à la planification de la solution finale de la question juive sous l'angle diplomatique depuis 1941, faisant le compte-rendu de la conférence de Wannsee, qui s'est déroulée le 20 janvier 1942. Classé secret du Reich 30 exemplaires Exemplaire no. 16 Le 20 janvier 1942 à Berlin, Am Großen Wannsee no. 56-58, a eu lieu une conférence sur la solution finale de la question juive, à laquelle ont pris part :

Nouvelles perspectives sur la Shoah L’historiographie de la Shoah a profondément évolué depuis quelques années. Nouvelles sources, nouvelles méthodes, nouveaux regards ont permis de renouveler un champ qui se caractérise aujourd’hui par son dynamisme et son ouverture. Ces transformations ne sont pas sans incidence sur les manières d’écrire l’histoire et de se souvenir : à nouvelle histoire, nouvelle mémoire. Le champ d’études que constitue la Shoah se caractérise par son ouverture et son dynamisme. La génération des Poliakov, des Hilberg, des Friedländer a jeté les fondements de la discipline. Mais déjà d’autres sources, d’autres questionnements, d’autres formes d’écriture émergent : comparatisme, histoire économique, rôle des administrations, micro-histoire, enquête familiale, etc.

Related:  Sorties journées