background preloader

Mémoire Juive et Education

Mémoire Juive et Education
Related:  Shoah

Histoire de l'Holocauste | Éducation | Musée de l'Holocauste Montréal Ceci est un résumé du guide de référence Brève histoire de l’Holocauste. Les mots suivis d’une astérisque renvoient au glossaire du guide. Qu’est-ce que l’Holocauste? L’Holocauste (aussi appelé Shoah) est la persécution et l’assassinat systématique de 6 millions de Juifs, organisé par l’État nazi et ses collaborateurs de 1933 à 1945. En plus de commettre le génocide des Juifs, les nazis ont commis le génocide des Roms et des Sinti. Ils ont aussi persécuté d’autres groupes tels que: les handicapés (programme T4), les homosexuels, les peuples slaves, les opposants politiques et les témoins de Jéhovah. Les communautés juives avant l’Holocauste* En 1939, les Juifs sont présents en Europe depuis plus de 2 000 ans et en Allemagne, ils représentent moins de 1% de la population totale du pays. La vie juive avant l'Holocauste (photos de l'activité Enquête dans les archives) Enfants juifs à la garderie, Paris, 1934. Élie Dawang et ses parents à Paris, 1938. Juif d’Europe de l’Est avant l'Holocauste

KL-Natzweiler : le Struthof - Archives départementales du Bas-Rhin Année de réalisation : 2015 Niveau : 3e, 1ère et Terminale Matières : histoire, EMC Programme en vigueur : 2016 Le 1er mai 1941, au lieu-dit « le Struthof », les nazis ouvrent un camp de concentration, le KL-Natzweiler. La décision d’implanter un camp à proximité d’une carrière de pierres, repérée par l’ingénieur Blumberg, date en fait de septembre 1940. Seul camp de concentration sur le territoire de la France actuelle, le camp du Struthof est implanté dans une Alsace annexée de fait par l’Allemagne hitlérienne, à la suite de la défaite de la France en mai-juin 1940. La région et ses habitants sont germanisés et nazifiés. L’administration nazie, et en particulier le Gauleiter* Wagner, veillent à lutter contre les réticences de la population et à contrer toute velléité de résistance. Le taux de mortalité qui y est atteint, supérieur à 40 % (75 % pour le camp de Mauthausen, en Autriche), en fait un camp de concentration particulièrement meurtrier dans le système concentrationnaire nazi.

Mémoires des déportations 1939 - 1945 Si je reviens un jour : les lettres retrouvées de Louise Pikovsky En 2010, lors d’un déménagement au sein du lycée Jean-de-La-Fontaine, dans le 16e arrondissement de Paris, des lettres et des photographies ont été trouvées dans une vieille armoire. Enfouis là depuis des dizaines d’années, ces documents appartenaient à une ancienne élève, Louise Pikovsky. Plusieurs mois durant, cette jeune lycéenne a correspondu avec sa professeure de lettres. Son dernier courrier date du 22 janvier 1944, jour où elle est arrêtée avec sa famille. Informée de cette découverte, Stéphanie Trouillard, journaliste de France 24, a prêté main forte à Khalida Hatchy, une professeure de l’établissement qui souhaitait reconstituer le parcours de cette jeune fille.

The Shoah Memorial Historienvirtuel - Reportage choc : les conditions de vie des Juifs d'Europe au temps d'Hitler* | The Virtual Historian Imaginez-vous en janvier 1933. Adolf Hitler vient d'être nommé Chancelier de l'Allemagne. Quelques mois plus tard, à Dachau, Hitler ouvre le premier camp de concentration pour prisonniers perçus comme "ennemis du peuple". L'Allemagne nazie tira parti de l'instabilité politique en Europe pour étendre ses ambitions territoriales. C'est à grand renfort de propagande et d'idéologie raciste et antisémite que l'Allemagne et ses pays voisins seront alors le théâtre d'une des plus sombres pages de l'Histoire du XXe siècle: la ségrégation et l'assassination systématique des Juifs d'Europe (plus tard connue sous le nom d'Holocauste ou de Shoah). Cette activité en est une d'apprentissage et de mise en perspective des réalités entourant les conditions de vie des Juifs de l'époque de l’Allemagne nazie.

« Solution finale ». Expression et projet Cet article a été publié avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah. L’expression « solution finale de la question juive » (Endlösung der Judenfrage) désigne, dans la langue nazie, le traitement des populations juives européennes, promises à la disparition. Cette disparition a revêtu, selon une chronologie fine, plusieurs modalités : l’émigration, l’expulsion-déportation, puis l’assassinat. Qu’est-ce que la « question juive » ? Qui dit « solution » dit « problème » ou « question ». Dans le sillage de la Révolution française et de la diffusion des idées de la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen (1789) puis du Code Civil (1804), l’émancipation des Juifs gagne un nombre croissant de pays européens : les Etats créés par la France (République Batave, 1796), les territoires occupés par la France (Westphalie, 1808) ou alliés à elle (Prusse, 1812), puis d’autres Etats (Suède en 1835, Royaume-Uni en 1858, Russie en révolution en 1917…). L’antisémitisme nazi Automne 1941

Auschwitz-Birkenau Virtual Tour - Auschwitz-Birkenau - Wirtualne zwiedzanie Les Einsatzgruppen, la Shoah par balles - Apocalypse, la seconde guerre mondiale Chargement de la playlist en cours... Les Einsatzgruppen aussi appelés escadrons de la mort sont des unités mobiles d'éxécution mises en place par Himmler et Heydrich dès 1939 après l'Anschluss. Les Einsatzgruppen (traduit en français par groupe d'intervention), étaient principalement composés de SS, de policiers et de soldats de la Wermacht qui raflaient les Juifs, les Tsiganes et plus généralement tous les adversaires politiques ou ennemis raciaux . Réalisateur : Isabelle Clarke, Daniel Costelle Producteur : CC&C, ECPAD, NHK

Les deux albums d'Auschwitz Chefs de projet Cyril Roy et Dominique Trimbur Chef de projet web Olivier Martzloff Un webdocumentaire écrit par Olivier Martzloff, Cyril Roy, David Tessier Conception Olivier Martzloff, Cyril Roy, Vianney Sicard, David Tessier Développement Olivier Martzloff, Vianney Sicard Création graphique David Tessier Sound Design David Tessier Infographie Aurélie Jaumouille Montage vidéo et encodage Bernard Taillat Analyses des photos Album d’Auschwitz : Marcello Pezzetti, Sabine Zeitoun (sauf photos 26 : Alexandre Bande) Sur les photographies présentées ici, des personnes ont pu être identifiées grâce aux chercheurs de l’Institut Yad Vashem de Jérusalem. Album de Höcker : USHMM, traduction Peggy Frankston, Cyril Roy. Notices historiques et fiches pédagogiques Alexandre Bande, Gilles Gaudin, Emmanuelle Hamon, Danielle Simon Voix Hélène Archereau Interview Lili Jacob Les interviews de Lili (Jacob) Meier (1996) sont issues des archives de l’USC Shoah Foundation. Ce site respecte le droit d'auteur.

Une exploitation en classe de la BD "Maus" d’Art Spiegelman Maus d’Art Spiegelman Art spiegelman est un auteur de bande dessinée américain qui propose en 1986 une histoire, "MAUS" racontant la vie de sa famille pendant l’holocauste. Art Spiegelman a utilisé les propos de son père. Fabrice Cayot propose d’utiliser en classe (lycée) quelques pages de l’oeuvre pour expliquer les chambres à gaz. L’utilisation de Maus en classe de 3e Pourquoi utiliser Maus pour évoquer la Shoah : Depuis quelques années, la Bande dessinée apparaît comme un outil intéressant pour aborder certaines points historiques. Plus particulièrement, l’intérêt de la Bande dessinée est de constituer un support assez juste pour évoquer l’indicible, l’horreur absolue de la Shoah. Le choix de la Bande dessinée : Maus ou Auschwitz Deux bandes dessinées traitent du problème de la Shoah avec des partis narratifs, artistiques et mémoriels très différents : Maus d’Art Spiegelman et Auschwitz de Pascal Crocci. Moins précis, Auschwitz cherche l’émotion. Sur le support : De nombreux liens sur :

Auschwitz : un laboratoire grandeur nature de l’idéologie nazie Pour célébrer la date anniversaire de la libération du camp, Arte propose le documentaire “Auschwitz Projekt”, qui révèle qu’Auschwitz ne fut pas seulement un camp de concentration mais un gigantesque complexe avec ses usines, mines et exploitations agricoles, ce qui en fit un laboratoire grandeur nature de l'hubris nazie. Arbeit macht frei (le travail rend libre). Le monde entier connaît cette devise d'un cynisme démoniaque surplombant le portail d’Auschwitz qui trône au seuil de l’Anus mundi. Pour célébrer comme chaque année la libération du camp, le 27 janvier 1945, Arte propose un documentaire qui prend en quelque sorte de la hauteur face à ces images ultra célèbres, et nous révèle, cartes et plans aériens à l'appui, qu’Auschwitz ne fut pas seulement un lieu destiné à détruire les “races inférieures” et les ennemis du Reich mais, comme l'évoque le titre du film, un “projet” conçu pour donner corps à la dystopie hitlérienne. Un cauchemar industriel Un puzzle concentrationnaire

Related: