background preloader

Les combattants de l'ombre

http://lescombattantsdelombre.arte.tv/

Related:  RésistancemanulizaSeconde Guerre MondialeShoah & Résistance

SOCIOLOGIE DES MILIEUX RÉSISTANTS 1) Dresser une liste des milieux résistants de l'agglomération Un jeune homme, portant un blouson de cuir, armé d'une mitraillette Sten, baroudant par monts et par vaux, cette image romanesque du résistant français ne correspond nullement au portrait du résistant saumurois que nous allons dresser. Inspiré par le chapitre d'Olivier Wieviorka, Histoire de la Résistance, p. 410-440, je me suis efforcé de constituer une liste aussi complète que possible des résistants civils, en me limitant à l'agglomération saumuroise, le reste de l'arrondissement ne m'étant pas assez familier. La résistance militaire, celle des gendarmes et celle des maquis de la dernière heure sont exclus de cette étude. Nos sources sont par obligation hétérogènes. 2) Des effectifs fournis

Dossier « Jean Moulin, un héros de l’ombre » L’espace « Pour mémoire » consacre un dossier pédagogique à la personnalité de Jean Moulin et à son action pendant la Seconde Guerre mondiale. Jean Moulin, un héros de l’ombre a été conçu selon les recommandations des programmes et s’adresse aux enseignants du primaire, des classes de troisième et de première. Pour l’enseignant non spécialiste du sujet, l’approche de cette période peut s’avérer complexe : il s’agit de démystifier Jean Moulin, de relater ses actions de façon objective notamment les oppositions qu’il a rencontrées pour créer le Conseil national de la Résistance. Élaboré pour faciliter le travail des enseignants, ce dossier permet une double entrée dans le sujet grâce à : des documents (iconographie, textes) accompagnés de pistes pédagogiques immédiatement exploitables en classe ;un document complet, retraçant les étapes déterminantes de la vie de Jean Moulin, qui intègre les documents et pistes cités ci-dessus.

Concours National de la Résistance et de la Déportation 2013-2014 Le concours national de la Résistance et de la Déportation (CNRD) est ouvert aux collégiens de troisième et aux lycéens en France et dans les établissements scolaires français à l'étranger. Il vise à perpétuer chez les élèves la mémoire de la Résistance et de la Déportation pour leur permettre de s'en inspirer et d'en tirer des leçons civiques dans leur vie d'aujourd'hui. Pour l'année scolaire 2016-2017, le thème est "La négation de l'Homme dans l'univers concentrationnaire nazi".

Après leur défaite, des nazis ont constitué une armée secrète À partir de 1949, près de 2.000 anciens officiers de la Wehrmacht et de la SS ont travaillé secrètement à la constitution d'une armée anticommuniste capable de mobiliser 40.000 hommes en cas d'invasion soviétique ou de guerre civile, rapporte Der Spiegel cette semaine. L'histoire de cette armée de l'ombre, dont l'existence n'avait jusqu'à présent jamais été rendue publique par les autorités allemandes, dormait depuis plus d'un demi-siècle dans les archives du BND, le service des renseignements allemand. Jusqu'à qu'un historien, Agilof Kesselring, qui menait des recherches sur l'histoire du BND, soit tombé par hasard sur un dossier de 321 pages étiqueté sous un nom trompeur: «Assurances». Der Spiegel a pu avoir accès à son contenu. publicité Cette armée secrète voit le jour en 1949 sous l'égide de l'ancien colonel nazi Albert Schnez, dans la région de Stuttgart.

Résistance grecque Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le nom de résistance grecque désigne l'ensemble des mouvements de résistance en Grèce contre l'occupation du pays, de 1941 à 1944 durant la Seconde Guerre mondiale. Le terme utilisé en grec est Εθνική Αντίσταση (Résistance nationale). Sépultures de guerre Les fichiers des sépultures de guerre ont été constitués au moment de la création des nécropoles nationales à la fin de la Première Guerre mondiale. Ils comportent environ 700 000 fiches cartonnées rédigées à la main, dont la saisie informatique a débuté en 1997 et se poursuit à l'heure actuelle. Les fiches originales sont souvent incomplètement remplies et comportent des erreurs, notamment dans l'orthographe des noms et la numérotation des tombes. Compte tenu du nombre de sépultures, il est difficile de procéder à des vérifications systématiques.

Le témoignage inédit d'un pilote américain sur le massacre d'Oradour-sur-Glane McKay Smith sait garder des secrets. En tant que juriste pour le Département de la Justice, au sein de la Division pour la sécurité nationale, il conseille les agences de renseignement américain sur la légalité de quelques-uns des dossiers les plus confidentiels du pays. En particulier, la division est chargée de superviser des opérations de surveillance électronique et de contre-terrorisme et, quotidiennement, Smith voit passer des données et des documents classifiés qui ne sortiront pas au grand jour, au mieux, avant plusieurs dizaines d'années. Résistance en Roumanie pendant la Seconde Guerre mondiale Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le mouvement de résistance en Roumanie commence après le coup d'État de septembre 1940 qui met au pouvoir la Garde de fer et le maréchal Antonescu (auto-proclamé « Pétain roumain »). Il se manifeste de plusieurs manières : des maquis de résistance qui se forment après qu'Antonescu ait « invité » la Wehrmacht à occuper le pays en octobre 1940 ;la constitution des divisions « Tudor Vladimirescu » et « Horia-Cloșca-Crișan » du côté allié ;la résistance civile. Les maquis de la résistance en Roumanie.

Morts pour la France de la Première Guerre mondiale Plus de 1,3 million de militaires décédés au cours de la Grande Guerre et ayant obtenu la mention "Mort pour la France" figurent dans cette base de données. A l’occasion du 11 novembre 2014 et dans le cadre du centenaire du conflit, la direction de la Mémoire, du Patrimoine et des Archives met également à disposition les 95 000 fiches des soldats n’ayant pas obtenu la mention et composant le reste du fichier général. Ces fiches correspondent en partie à des cas non instruits pour l’obtention de la mention. Cette base a été constituée par la numérisation et l’indexation des fiches élaborées au lendemain de la Première Guerre mondiale par l’administration des anciens combattants et aujourd’hui conservées par le ministère de la Défense. La mention "Mort pour la France" est accordée, suivant certaines conditions, en vertu des articles L488 à L492bis du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre.

Les années noires Plusieurs expressions, qui témoignent de l’évolution de l’historiographie, désignent la période que la France a vécue pendant la Seconde Guerre mondiale. Pendant longtemps, on parle de « l’Occupation », mettant ainsi l’accent sur les Allemands, au détriment de l’action du gouvernement du maréchal Pétain. Suite aux travaux de Robert O. Paxton[1], l’expression « la France de Vichy », qui met en valeur les responsabilités françaises, se généralise. Dans ce dossier, nous lui préférerons celle des « années noires », empruntée au titre du livre de Jean Guéhenno [2], parce que, étant plus neutre quant à l’historiographie, elle permet d’en restituer tous les apports.

Mouvement de résistance polonais pendant la Seconde Guerre mondiale Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Organisations[modifier | modifier le code] Partisans polonais de la région de Kielce - unité "Jędrusie" en 1945 La plus importante de toutes les organisations de résistance polonaise était l'Armia Krajowa (Armée de l'Intérieur, AK), fidèle au gouvernement polonais en exil à Londres.

Régime de Vichy 1940-1944 Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le nom de régime de Vichy désigne le régime politique dirigé par le maréchal Philippe Pétain, qui assure le gouvernement de la France au cours de la Seconde Guerre mondiale, du au durant l’occupation du pays par l’Allemagne nazie[3], et dont le siège se situe à Vichy[5], situé en zone libre jusqu'en novembre 1942. Au cours de la guerre, cette collaboration prendra plusieurs formes : coopération économique, arrestations de résistants, de francs-maçons, et d'opposants politiques ainsi que de rafles de Juifs sur le territoire métropolitain. Sur le plan militaire, le régime n’est pas un allié officiel pour le Troisième Reich mais le gouvernement Laval reconnaît la Légion des volontaires français (LVF) comme une association d’utilité publique[9] et contribue aussi à l’effort de guerre allemand via la collaboration de son industrie militaire — comme défini dans les conditions d’armistice[10].

Sénat : témoignages de résistantes Présidence : Mme Rose-Marie ANTOINE, directrice générale de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC) Mme Christine BARD, professeure d’histoire contemporaine à l’Université d’Angers : « Des oubliées de l’histoire ? » Des résistantes en politique : Mme Sabrina TRICAUD, docteure en histoire, chercheure associée à Sciences po : « Des sénatrices issues de la Résistance : portrait de groupe » Présentation, par des sénateurs et sénatrices de la délégation aux droits des femmes, de l’action au Sénat de sénatrices issues de la Résistance :

Related: