background preloader

ZONES

La série brosse en particulier un tableau saisissant de la condition des femmes. Betty Draper, la mère au foyer, élevée dans le souci exclusif de son apparence et de sa beauté, qui a tout pour être heureuse selon les critères de son milieu, mais qui crève de solitude et d’ennui ; Peggy Olson, la jeune rédactrice volontaire – seule femme à occuper ce poste –, aux prises avec le dragon ultra-catholique qui lui sert de mère, furieuse à la fois de subir les mains baladeuses de ses collègues et d’être jugée trop menaçante pour correspondre à leur idéal amoureux ; Joan Holloway, la plantureuse secrétaire rousse, qui tente de faire une force de son statut d’objet sexuel, sans que cela la mette à l’abri de la frustration et de la déception : toutes, si différentes soient-elles, se débattent dans les limites que leur assigne la société américaine de cette époque. Et, pourtant, on peut se demander si ce n’est pas cela, précisément, qui est en train de changer dans les mentalités.

http://www.editions-zones.fr/spip.php?page=lyberplayer&id_article=149

Related:  Réflexions féministesFéminisme & féminitésexisme, discriminationsFéminismegenre and co

"Un long processus qui peut être douloureux" Il y a une semaine, une interview de Laurence Bachmann a été publiée sous le titre "on ne naît pas féministe, on le devient". Rares sont les personnes qui ont pu recevoir une éducation suffisamment peu genrée pour n'avoir pas intégré l'identité qu'on impose communément aux gens de leur sexe. La plupart des féministes ont ainsi dû rejeter leurs certitudes et leur éducation pour accepter le genre comme un fait. Laurence Bachmann s'est donc demandé : "Qu’est-ce qui fait que certaines femmes développent un regard critique sur les rapports sociaux de sexe?" Le verdict est sans appel : "Toutes avaient également vécu une situation discriminante durant leur vie."

Qui sont les nouvelles féministes? Mentons garnis et écriteaux en main, elles s'immiscent dans les plus hautes sphères de la société: assemblées générales de grandes entreprises, institutions politiques et culturelles, plateaux télé... L'objectif de ces drôles de dames à barbe? Congratuler, avec un poil d'ironie, tous ces hommes de pouvoir qui, du sommet de la hiérarchie, résistent héroïquement à la féminisation de la société. Frantz Fanon et l'islamophobie contemporaine Images de propagande réalisées à la veille de la Première Guerre mondiale. A gauche : « Le général Lyautey s’est rendu à Marrakech en automitrailleuse » (Le Petit Journal, 13 octobre 1912). A droite : « À Marrakech, le caïd El Glaoui et son frère reçoivent la croix de la Légion d’honneur des mains du général Lyautey » (Le Petit Journal, 27 octobre 1912). Racisme, guerre, colonialisme

Le mythe dangereux de la « virginité » L’hymen, ce faux indice Les “technicien·ne·s” nous répondront qu’on n’est plus vierge si notre hymen est rompu. Voilà, c’était pas si compliqué, et c’est indéniablement objectif, non ? Le plus dérangeant dans cette réponse ce n’est pas tant qu’elle oublie une bonne partie de l’humanité (les propriétaires de pénis) mais plutôt qu’elle repose sur une vision erronée de ce qu’est l’hymen. Contrairement à ce que certain·e·s pensent, l’hymen n’est pas une sorte de membrane épaisse qui “bouche” l’entrée du vagin et qui “se brise” lors du premier rapport sexuel. En dehors de cas très rares dans lequel l’hymen bloque effectivement complètement l’entrée du vagin (auquel cas un médecin devra probablement intervenir), il s’agit d’une membrane très fine et souple qui recouvre partiellement l’entrée du vagin.

100 % des utilisatrices des transports en commun victimes de violences sexistes Toutes les femmes sont victimes de harcèlement sexiste ou d'agression sexuelle dans les transports en commun au cours de leur vie. Constat accablant du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, qui propose des actions pour lutter contre ce fléau. Premières victimes, les jeunes filles. Les courants de pensée féministe : résumé « Les courants de pensée féministe », Louise Toupin, Version revue du texte Qu'est-ce que le féminisme? Trousse d'information sur le féminisme québécois des 25 dernières années, 1997. Louise TOUPIN Chargée de cours en études féministes Résumé TABLE DES MATIÈRES Introduction - au commencement étaient trois grandes tendances - une question préalable : qu'est-ce que le féminisme ?1- Le féminisme libéral égalitaire -causes de la subordination ou qui est "l'ennemi principal"?

Gloria Steinem Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Gloria Steinem en 1972. Biographie[modifier | modifier le code] Elle est aussi connue pour ses conférences avec Florynce Kennedy et Dorothy Pitman Hughes (en). Politiquement, elle soutient Hillary Clinton[3]. Livres[modifier | modifier le code] Le genre dans les sociétés égalitaires Introduction Les représentations populaires des relations hommes-femmes dans les sociétés primitives se résument à l’image de l’« homme des cavernes » de la BD du New Yorker, une massue à la main et tirant sa femme par les cheveux. À un niveau plus élevé, supposé scientifique, les écrits de Robert Ardrey, Desmond Morris et d’autres renforcent cette image. Derrière les éclats de rire que suscite un tel dessin et derrière toutes les images fabriquées à partir d’un bric à brac ethnographique détaché de tout contexte, le message reste essentiellement le même : les êtres humains ont toujours été agressifs et compétitifs, et les hommes, l’étant plus que les femmes, ont toujours été « dominants ». On a beaucoup écrit sur le fait que nos ancêtres primates se tournaient vers la chasse comme complément à la cueillette de produits alimentaires d’origine végétale. Les femmes dans les sociétés sans classes

L’impuissance comme idéal de beauté des femmes – Introduction – Sexisme et Sciences humaines – Féminisme Cet article était à l’origine censé être une simple introduction à un article très long, faisant partie de la série sur l’objectivation sexuelle. J’ai décidé de le fragmenter pour une lecture plus aisée, et d’en faire une série d’articles sur l’impuissance comme idéal de beauté des femmes Comme nous l’avons vu dans la partie 1 sur l’objectivation sexuelle, plusieurs théoriciennes féministes ont discuté du fait que les femmes, dans les sociétés patriarcales, sont assimilées et réduites à leur corps. C’est ce qu’on appelle l’objectivation sexuelle. Comme les femmes sont identifiées à leur corps, elles sont essentiellement évaluées en fonction de leur apparence physique, au détriment de leur personnalité ou de leurs compétences. Andrea Dworkin le dit crûment dans son ouvrage Les femmes de droites1 : « l’intelligence [d’une femme] a moins d’importance que la forme de son cul ».

Art LIVRE De Mâle en père - Frank Cézilly - A LA RECHERCHE DE L'INSTINCT PATERNEL Tout père est un mâle mais tout mâle n’est pas forcément un père ! Certes, dans la nature, les femelles sont en moyenne plus impliquées que les mâles dans les soins parentaux, mais cette règle souffre de très nombreuses exceptions. Comment expliquer ce phénomène ? Pourquoi et comment, au cours de l’évolution, les mâles ont-ils dépassé chez plusieurs espèces le simple rôle de géniteurs pour devenir de bons pères de famille ? Et en quoi l’observation de la nature est-elle pertinente pour mieux comprendre le rôle des pères au sein de notre propre espèce ? Cette histoire naturelle du comportement paternel s’appuie sur de très nombreux exemples de pères, des plus édifiants aux plus insolites, allant des invertébrés jusqu’à l’homme.

Nos identités sont politiques Les choses aléatoires m’avaient dit que si j’avais envie de mettre un texte ici j’étais la bienvenue. Du coup Cassandra prend le clavier pour un petit texte en mode divergence des luttes. Suite à la mort de Clément Méric il y a eu un rassemblement dans ma ville, l’asso militante LGBT a relayé cet appel à rassemblement et j’ai pu lire ceci (j’ai mis certains passages en gras) : « […] Attention aux prises de position trop rapides au nom de [l’Asso]. Souvenez-vous que nous ne sommes pas un parti politique. » G.B « faudrait peut être arreter de manifester pour n importe quoi… je respecte ce militant mais je vois pas pourquoi moi gay devrais je manifester… vu l ambiance actuelle la discretion serait pas un mal » L.L.G Les féministes ne sont pas de vraies femmes. Sans blague, Jean-Marie Bigard! Mercredi 2 novembre 2016, Jean-Marie Bigard, ce grand comique que le monde nous envie, était l’invité de Yann Barthès dans son émission Quotidien. Au cours de l’émission, il est revenu sur les critiques qu’avait suscitées son élégant sketch «le lâché de salopes» permettant ainsi à Monsieur Bigard de nous faire un joli bingo de tous les pires clichés sur les «vraies femmes» que le comique oppose tout naturellement aux «féministes»: «Les féministes ont un gros défaut c’est qu’elles veulent absolument avoir tous les défauts des hommes, si elles pouvaient avoir des couilles elles en auraient. Les vraies femmes, les autres, toutes les autres, la grande majorité, voient mon cœur, elles ne sont pas choquées. (…) La vrai femme ne se sent pas du tout visée, elle ne se sent pas attaquée.» Mona Chollet dans Beauté fatale, les nouveaux visages d’une aliénation féminine décrit brillamment ce vieux stéréotype qui perdure encore en 2016: Les «brûleuses de soutien-gorge»

Ce que militer dans un quartier populaire veut dire. Entretien avec Hamza Aarab (Justice pour le Petit-Bard) Cet Agora des quartiers est l’occasion pour l’association Justice pour le Petit-Bard de commémorer ses onze ans d’existence, mais aussi pour annoncer sa dissolution… Onze ans de l’association, mais pas seulement. C’est l’occasion de parler des dix ans de la rénovation sur le quartier (2005) et commémorer les dix ans des révoltes urbaines. Rester neutre dans une affaire de viol ? Récemment, deux vidéastes français ont été publiquement accusés de viol ou de comportements abusifs par plusieurs victimes sur Twitter (ce qu’on appelle communément un « call-out« ). Une d’entre elles a notamment raconté les relations qu’elle avait eu avec ces deux vidéastes, en décrivant par le menu ce qu’elle avait vécu. Ce qui devait arriver arriva : de nombreux fans des deux accusés se sont précipités dans ses mentions pour la menacer, exiger des preuves ou encore lui envoyer des insultes.

"Soumises aux diktats du complexe mode-beauté les enjoignant à assumer une "féminité consumériste et sexy", les femmes seraient réduites à n'être que des créatures décoratives privées de toute singularité. Au-delà de la diatribe contre les modalités de cette "aliénation participative" (Internet y joue un rôle central), c'est l'assimilation établie entre quête de la beauté et perte de la liberté qui m'interroge : le corps féminin serait le lieu du "refus de leur accession au statut de sujet à part entière". (...) "Incapables de distance critique vis-à-vis de leur propre image et asservies par les mécanismes de la prescription médiatique et commerciale, elles n'auraient en quelque sorte pas d'autre relation au corps que contrainte et déterminée." Féminin singulier le blog de Camille Froidevaux-Metterie, "Sois belle et... sois-toi !" (03.12.2012) by miamiwa Mar 29

Related: