background preloader

ZONES

La série brosse en particulier un tableau saisissant de la condition des femmes. Betty Draper, la mère au foyer, élevée dans le souci exclusif de son apparence et de sa beauté, qui a tout pour être heureuse selon les critères de son milieu, mais qui crève de solitude et d’ennui ; Peggy Olson, la jeune rédactrice volontaire – seule femme à occuper ce poste –, aux prises avec le dragon ultra-catholique qui lui sert de mère, furieuse à la fois de subir les mains baladeuses de ses collègues et d’être jugée trop menaçante pour correspondre à leur idéal amoureux ; Joan Holloway, la plantureuse secrétaire rousse, qui tente de faire une force de son statut d’objet sexuel, sans que cela la mette à l’abri de la frustration et de la déception : toutes, si différentes soient-elles, se débattent dans les limites que leur assigne la société américaine de cette époque. Et, pourtant, on peut se demander si ce n’est pas cela, précisément, qui est en train de changer dans les mentalités.

http://www.editions-zones.fr/spip.php?page=lyberplayer&id_article=149

Related:  biblioRéflexions féministesAntisexisme et féminismegenre and coFéminité

Sur la trace de l'humain dans les "objets" de design Quelles sont les conceptions de l’être humain que reflètent ou génèrent les objets du design, déterminés par la modélisation sous-jacente à leur création ? Anthony Masure est designer et théoricien du design, ce qui lui permet de confronter une connaissance de l’histoire et la de philosophie du design à des expériences personnelles de la pratique, des choses du design ou de la « poïétique » du designer. Ancien étudiant du département Design de l’École Normale Supérieure de Cachan et diplômé en design de mode de l’école Duperré (Paris), il a cofondé pendant ses études l’entreprise d’accessoires de mode Molusk . Cette expérience concrète de la création et du monde entrepreneurial (période pendant laquelle il s’est progressivement orienté vers le design d’interactions) lui permet d’avoir un point de vue décalé, par rapport au monde universitaire, dans ses participations à de nombreux projets de recherche. Entre software studies et cultural studies Vers une poïétique du design

Féminisation de la langue: quelques réflexions théoriques et pratiques Les personnes lisant régulièrement ce blog auront sûrement remarqué que j’essaie au maximum d’éviter d’employer le masculin universel (j’explique ci-dessous ce que j’entends par là). Je voudrais tenter d’expliquer pourquoi (c’est le côté théorique) et surtout comment, par quelques réflexions liées à mon parcours sur cette question et à ma pratique comme féministe, blogueuse, mais aussi comme prof de français langue étrangère. Cette pratique est en évolution constante. Alors que j’étais d’abord extrêmement réticente, je me suis habituée à ces graphies à force de lectures et d’échanges militants, et j’aurais du mal aujourd’hui à faire marche arrière.

Femmes puissantes, épisode 2 : femmes et éducation Le Petit Journal supplément du dimanche, n°245, 28 juillet 1895. Conséquence de la Révolution, la plupart des écoles de filles existantes (institutions religieuses) ont été supprimées sans réponse institutionnelle alternative telle que la proposition faite dès 1790 par Stéphanie-Félicité Du Crest dans son Discours sur la suppression des couvens de religieuses et sur l’éducation publique des femmes. Les réflexions et propositions sur l'éducation des filles, dans le contexte de la société post révolutionnaire, mettent en relief le rôle d'épouse et de mère et l'influence de la femme au sein de la sphère privée. Face à la proposition de Sylvain Maréchal d'interdire l'apprentissage de la lecture aux femmes (Projet d'une loi portant défense d'apprendre à lire aux femmes), certaines femmes défendent le droit pour les filles à l'accès à l'instruction, et à la "raison".

100 % des utilisatrices des transports en commun victimes de violences sexistes Toutes les femmes sont victimes de harcèlement sexiste ou d'agression sexuelle dans les transports en commun au cours de leur vie. Constat accablant du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, qui propose des actions pour lutter contre ce fléau. Premières victimes, les jeunes filles. L’impuissance comme idéal de beauté des femmes – figures de la laideur féminine « Au meeting des suffragettes, vous pouvez entendre de vilaines choses – et les voir aussi ! », carte postale britannique, début du XXème siècle (source) Encore une fois : merci à Pimprenelle pour les corrections.

Le Congrès de futurologie (roman) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cet article concerne le roman de Stanislas Lem. Pour le film adapté, voir Le Congrès. Le Congrès de futurologie (titre original : Kongres futurologiczny ze wspomnien ljona tichego) est un roman de l'écrivain polonais Stanislas Lem, paru pour la première en 1971 en Pologne puis traduit en français et publié en 1976. C'est le premier roman de l'auteur avec le personnage de Ijon Tichy.

Virginie Despentes : “La société est devenue plus prude, l’atmosphère plus réactionnaire” A 45 ans, l'auteure trash de “Baise-moi” bouscule toujours ses lecteurs, mais son regard est plus apaisé. Si son écriture évolue, l'énergie, elle, ne faiblit pas. C'était en 1993, Virginie Despentes avait 24 ans et ébranlait la scène littéraire française avec Baise-moi. Femmes puissantes, épisode 1 : Femmes et engagement Réunion concernant le suffrage des femmes, photographie de presse, Agence Rol, 1908, Paris. Le féminisme, mot et idée, date du XIXe siècle. Il plonge pourtant ses racines loin dans l'histoire. Dès la Renaissance, Marguerite de Valois proclame L'excellence des femmes ; au siècle des Lumières, Madeleine de Puisieux entend démontrer que La femme n'est pas inférieure à l'homme ; sous la Révolution française, Olympe de Gouges ose une déclaration des droits de la femme en 17 articles qui contribue à l'envoyer à l'échafaud. Dès 1833, la saint-simonienne Claire Demar avait lancé un Appel d'une femme au peuple sur l'affranchissement de la femme ; en 1846 avait été publié de façon posthume l'ouvrage L'émancipation de la femme, de Flora Tristan, plus connu aujourd’hui sous son sous-titre de Testament de la paria ; en 1858, Juliette Adam avait osé exposer ses Idées anti-proudhoniennes sur l'amour, la femme et le mariage. Portrait de Marguerite de Valois, estampes, XVIIe siècle.

Art LIVRE De Mâle en père - Frank Cézilly - A LA RECHERCHE DE L'INSTINCT PATERNEL Tout père est un mâle mais tout mâle n’est pas forcément un père ! Certes, dans la nature, les femelles sont en moyenne plus impliquées que les mâles dans les soins parentaux, mais cette règle souffre de très nombreuses exceptions. Comment expliquer ce phénomène ? Pourquoi et comment, au cours de l’évolution, les mâles ont-ils dépassé chez plusieurs espèces le simple rôle de géniteurs pour devenir de bons pères de famille ? Et en quoi l’observation de la nature est-elle pertinente pour mieux comprendre le rôle des pères au sein de notre propre espèce ? Cette histoire naturelle du comportement paternel s’appuie sur de très nombreux exemples de pères, des plus édifiants aux plus insolites, allant des invertébrés jusqu’à l’homme.

mobile.lesinrocks Pour leur confort ou par féminisme, de plus en plus de Françaises décident de se passer de soutien-gorge et adoptent le “no bra” (“pas de soutien-gorge”). L’occasion de découvrir à quel point la poitrine des femmes fait encore l’objet de toutes les attentions… et injonctions. Si les féministes ne brûlaient pas vraiment leurs soutiens-gorge dans les années 70 comme le raconte la légende, en 2018, de plus en plus les jettent sans remords à la poubelle.

Sorcières - Mona CHOLLET Qu’elles vendent des grimoires sur Etsy, postent des photos de leur autel orné de cristaux sur Instagram ou se rassemblent pour jeter des sorts à Donald Trump, les sorcières sont partout. Davantage encore que leurs aînées des années 1970, les féministes actuelles semblent hantées par cette figure. La sorcière est à la fois la victime absolue, celle pour qui on réclame justice, et la rebelle obstinée, insaisissable. Mais qui étaient au juste celles qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie ? Julia Kristeva : « Leur regard qui perce nos ombres » – retour sur un colloque / COLLÈGE DES BERNARDINS Intellectuelle transformée par la rencontre avec le handicap, en la personne de son fils David, atteint d’une maladie neurologique orpheline, la philosophe et psychanalyste Julia Kristeva ouvrait le colloque pour évoquer la singularité incommensurable de toute personne, sa vraie valeur, et ce « regard qui perce nos ombres » (selon le titre de sa correspondance avec Jean Vanier, publiée chez Fayard, 2011), car il s’agit bel et bien d’une transfiguration. Julia Kristeva invitait à considérer les deux aspects de cette épreuve qu’est le handicap. D’une part, il est « la face moderne du tragique » car nous confronte à la mortalité : « Je le répète : le handicap diffère des autres « différences » en ceci qu’il nous confronte à la mortalité. (…) L’écart vis-à-vis des normes biologiques et sociales que représente le handicap est perçu comme un déficit qui, bien que réparable dans certains cas et dans certaines limites, me fait mourir si je suis seul, sans prothèse, sans aide humaine. »

Féminisme et littérature I : Blogres, le blog d'écrivains Par Pierre Béguin Les premières opérations du chercheur, ou de l’analyste, est de répertorier, classer, nominaliser des catégories, aussi arbitraire puisse être cette démarche. Littérature et féminisme n’échappent pas à cette règle. Dans cette optique, à l’aube du XXIe siècle, la déjà très ancienne querelle des femmes initiée par Christine de Pisan au début du XVe siècle (Dit de la Rose et La Cité des Dames) semble prendre quatre orientations distinctes: - L’option culturaliste qui s’est développée au cours du XXe siècle, plus spécialement à partir des années 1950, comme une réponse à la domination masculine dont la stratégie principale consistait (consiste toujours?) à s’appuyer sur de fausses évidences biologiques.

En finir avec la fabrique des garçons Quelque chose ne tourne pas rond chez les garçons. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : au collège, ils représentent 80% des élèves sanctionnés tous motifs confondus, 92% des élèves sanctionnés pour des actes relevant d’atteinte aux biens et aux personnes, ou encore 86% des élèves des dispositifs Relais qui accueillent les jeunes entrés dans un processus de rejet de l’institution scolaire. Tous ces garçons ont-ils des problèmes, des troubles du comportement et/ou de l’apprentissage ? Eh bien non, loin s’en faut. Des travaux récents (1) montrent que leurs transgressions et leurs difficultés scolaires sont, le plus souvent et quel que soit leur milieu social d’origine, des conduites liées à la construction même de leur identité masculine.

"Soumises aux diktats du complexe mode-beauté les enjoignant à assumer une "féminité consumériste et sexy", les femmes seraient réduites à n'être que des créatures décoratives privées de toute singularité. Au-delà de la diatribe contre les modalités de cette "aliénation participative" (Internet y joue un rôle central), c'est l'assimilation établie entre quête de la beauté et perte de la liberté qui m'interroge : le corps féminin serait le lieu du "refus de leur accession au statut de sujet à part entière". (...) "Incapables de distance critique vis-à-vis de leur propre image et asservies par les mécanismes de la prescription médiatique et commerciale, elles n'auraient en quelque sorte pas d'autre relation au corps que contrainte et déterminée." Féminin singulier le blog de Camille Froidevaux-Metterie, "Sois belle et... sois-toi !" (03.12.2012) by miamiwa Mar 29

Related: