background preloader

Mixité (hommes-femmes) dans l'enseignement

Facebook Twitter

Enseignant : une profession de plus en plus féminisée. 69,2 % des personnels de l'Éducation nationale sont des femmes.

Enseignant : une profession de plus en plus féminisée

Mais plus on s'élève dans la hiérarchie , moins elles sont nombreuses. Selon une étude de la Dares sur «la répartition des hommes et des femmes par métiers», on assiste à «une baisse de la ségrégation depuis 30 ans», même si cela reste très variable selon les secteurs. Les cadres de la fonction publique sont plus mixtes alors que les métiers d'aide à la personne sont toujours très féminisés. Comme à l'Éducation nationale. À l'instar des autres pays occidentaux, la France connaît un taux de féminisation grandissant de ses enseignants depuis soixante ans. Dans l'enseignement secondaire, cet écart reste aussi important, quoique moins impressionnant. La part de femmes chez les enseignants est en augmentation, selon «la structure des personnels de l'enseignement scolaire» de l'État de l'École 2011, une publication du ministère de l'Education nationale, réalisée par la Depp. Un équilibre «difficile à atteindre» Un corps enseignant trop féminisé ?

Aujourd’hui, les filles réussissent plutôt mieux à l’école, et le monde enseignant est de plus en plus féminisé.

Un corps enseignant trop féminisé ?

Y aurait-il un rapport entre ces deux constats, valables en France comme dans les pays de l’OCDE ? Dans ce cas, les enseignant(e)s pratiqueraient, consciemment ou (sans doute plutôt) inconsciemment, un favoritisme envers les élèves de leur sexe. Certains pays comme le Royaume-Uni ont d’ailleurs mis en place des plans pour attirer davantage d’hommes dans l’enseignement, avec l’objectif de réduire ainsi les difficultés des garçons. Une recherche vient démentir ce présupposé souvent tenu pour évident. Des chercheurs ont repris les données allemandes de l’enquête internationale Pirls, sur les élèves de 9-10 ans, et croisé les résultats de ces élèves en langue maternelle, calcul et sciences avec le sexe de leur enseignant.

De fait, on n’observe aucun avantage significatif à avoir un enseignant de même sexe, en termes de progression scolaire ou de notation. Livre vert sur l'évolution du métier d'enseignant. "Il faut élever le niveau de formation des enseignants" Les écoles suisses manquent d’enseignants.

"Il faut élever le niveau de formation des enseignants"

Le constat, tiré par les associations de professionnels, n’est pas nouveau. La population enseignante a augmenté de 9% dans l’enseignement fondamental. IMAGES D’ENSEIGNANTS DANS L’OPINION PUBLIQUE SUISSE. Y a-t-il trop de femmes à l’école ? C’est l’avis de David Cameron.

Y a-t-il trop de femmes à l’école ?

C’est aussi l’avis de l’Elysée, en France, qui dit souhaiter que les enseignants soient des travailleurs qui s’investissent à 100 %. Chaude, la polémique. Chez nous, sept profs sur dix sont des femmes. Et la ministre juge que ce n’est pas un problème en soi. © Roger Milutin. Faut-il avoir peur d'une école trop féminine? Faut-il que plus d'hommes enseignent dans les écoles primaires? Lundi, 22 Mars 2010 00:00 Journal FORUM Philippe Tuttino, qui termine son baccalauréat en sciences de l’éducation cette année, fait son stage dans une école primaire.

Faut-il que plus d'hommes enseignent dans les écoles primaires?

Discrimination positive chez les enseignants: pour ou contre? Les postes d'enseignant sont majoritairement occupés par des femmes, dans les écoles primaires et secondaires.

Discrimination positive chez les enseignants: pour ou contre?

Devant cette situation, une question se pose: devrait-on recourir à la discrimination positive pour attirer les hommes dans la profession d'enseignant? Pour Réjean Parent, président de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), il faut d'abord éviter de mélanger les choses quand on parle de discrimination positive. Il rappelle que ce mode de sélection a été instauré «dans un contexte où l'on a constaté que certaines professions étaient bloquées aux femmes.»

Martineau sur la discrimination positive pour hommes souhaitant devenir enseignants. La féminisation de l’enseignement en France : des faits et des préjugés. La présence majoritaire des femmes dans l’enseignement primaire suscite des interprétations qui méritent d’être corrigées en s’appuyant sur des faits.

La féminisation de l’enseignement en France : des faits et des préjugés

Une école primaire du Mans, en 2009 (GILE MICHEL/SIPA) Contrairement aux idées reçues, le taux de féminisation est déjà élevé, 62 %, en 1923. La figure du "maître" domine jusqu’à la dernière guerre, elle est étroitement liée à la politique de la Troisième République qui institue l’école obligatoire, laïque et gratuite. Cependant, l’attachement des institutrices à leur métier a été souligné par les historien-ne-s, certaines ont assumé des responsabilités politiques et syndicales, même au cours de périodes troublées. Profession enseignanteAnalyse des changements et conclusions pour l’avenir. Faut-il plus d'hommes à l'école pour rétablir l'autorité ? Dossier : S.O.S. Garçons ! - Entretien avec Jean-Louis Auduc. Par François Jarraud "L'école est sans aucun doute un des seuls lieux où le genre masculin est une particularité disqualifiante" écrit Jean-Louis Auduc, dans l'introduction à son nouveau livre"Sauvons les garçons !

Dossier : S.O.S. Garçons ! - Entretien avec Jean-Louis Auduc

". L'ouvrage met en avant les difficultés scolaires des garçons dans le système éducatif français et propose des explications. "Dès le primaire, un bon élève c'est un ensemble d'attitudes : des devoirs soignés, être à l'heure…, ne pas s'agiter… Or la prégnance du modèle traditionnel dans la famille contribue à développer chez les filles des qualités d'écoute et d'ordre.

Alors que faire ? Des remèdes existent… Jean-Louis Auduc nous en parle. Votre livre est à la fois un appel et, un peu, une provocation. Cet ouvrage se veut une contribution à la lutte contre l’échec scolaire, notamment en examinant de près les caractéristiques des élèves concernés. . • 80% d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat • 95% d’une classe d’âge au niveau CAP ou BEP Très faibles capacités 8,9% 4,9% Vers une féminisation à 100% du métier d'enseignant... Il y a encore 50 ans à l’école primaire on rencontrait 54% de femmes enseignants et 46% d’hommes.

Vers une féminisation à 100% du métier d'enseignant...

Une quasi parité professionnelle. Mais aujourd’hui…? Une majorité de femmes dans la profession enseignante.