background preloader

Mytho.pdf

Mytho.pdf

http://mythologica.fr/grec/util/mytho.pdf

Related:  Lecture cycle 3GrecMythologiesGrecMythologie grecque

Maîtresseuh - Maîtresse E.... Maîtresse euh.... Maîîîîtresssseuh ! Le blog RASED Hyperactifs ? Hyperkinétiques ? TDAH ? Alphabet grec LEXILOGOS La lettre Γγ (Gamma) est transcrite par un n devant Γγ Κκ Ξξ Χχ Il se prononce comme le -ng de parking exemple : άγγελος [angelos] ange La lettre Ζζ (zêta) se prononce habituellement dz (comme la prononciation de Zeus). Cependant, cette lettre avait un son intermédiaire entre le dz et le z. La lettre Ττ s'écrit ταυ [tau] : la diphtongue se prononce (comme l'anglais cow, vache) La lettre Σ (Sigma) possède deux minuscules : σ en début ou milieu de mot & ς à la fin d'un mot exemple : θάλασσα [thalassa] mer ; φάρος [pharos] : phare Le grec ancien possédait à l'origine des e,o brefs et des e,o longs, les voyelles brèves sont devenues à l'époque classique des voyelles fermées :Εε se prononce é (voyelle fermée) comme été Ηη se prononce ê (voyelle ouverte) comme être, aimant

Gilgamesh Gilgamesh Palais de Sargon Gilgamesh est un roi à demi légendaire de la cité d'Ourouk (Uruk), qui aurait régné vers 2600 avant notre ère. D'origine sumérienne, ce récit s'est transmis d'abord de manière orale, puis il fut écrit vers 2000 avant notre ère à Babylone. La version la plus achevée, écrite sur douze tablettes, a été retrouvée à Ninive, dans la bibliothèque du roi syrien Assourbanipal (668-627 avant notre ère). Elle comprend 3400 vers répartis sur douze tablettes: Tablette 1 - Présentation de Gilgamesh et d'Enkidu Tablette 2 - Rencontre de Gilgamesh et d'Enkidu Tablette 3 - Décision d'aller combattre Humbaba; inquiétude d'Enkidu et du peuple.

Page d'accueil des mythes gréco-romains Electre Enée Eole Etéocle Guerre de Troie Gygès Hector Hécube Hélène Hélénos Hérodiade Hermès Hésione Hippolyte Hyacinthe Iphigénie Ismène Jason Jocaste Laïos Laocoon Laomédon Léda Marsyas Médée Memnon Ménélas Mercure Midas Myrrha Nausicaa Nécromancies

Lecture CE2 ♦ Contes du stylo magique CONTES DU STYLO MAGIQUE : Un recueil de nouvelles autour du thème de l’école pour démarrer l’année. Des histoires où le fantastique vient à la rescousse du réel pour faire toucher du doigt aux enfants le plaisir de lire, les difficultés à réussir, le goût de l’effort… Jamais moralisateur, mais toujours un petit quelque chose à retenir : ce que veut dire être « plongé dans sa lecture », qu’un « coup de pouce de la maitresse » amène à être capable de tout surmonter soi-même, qu’un « stylo magique » qui fait tout à sa place ne rend pas heureux pour autant, que vouloir faire disparaitre ceux qui nous agacent à un moment donné finit par nous laisser tout seul… Des histoires courtes dans lesquelles de drôles d’élèves nous invitent à découvrir l’école comme on ne l’a jamais vue.

Le Grec ancien sans peine Le grec fait partie, comme les langues germaniques, slaves, romanes et indo-iraniennes, de la famille des langues indo-européennes. Il est attesté depuis le XIVe siècle avant J.-C. par l’écriture crétoise dite Linéaire B (écriture syllabique de 87 signes). Les Grecs ont par la suite, comme nous le verrons, emprunté le système de l’alphabet aux Phéniciens pour noter leur langue. Celle-ci a continué d’évoluer jusqu’à nos jours, puisque le grec moderne en est naturellement issu : quoique la phonologie, la grammaire et dans une moindre mesure, le lexique, aient subi des modifications, c’est au fond la même langue. Þrymskviða Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Il s'agit d'un poème en trente-deux strophes transmis par le Codex Regius. Reproduction de Mjöllnir (marteau de Thor), sous forme de pendentif en argent Récit[modifier | modifier le code] Thrym prépare sa halle pour accueillir Freyja (22), pour qui il éprouve un grand désir (23). Les deux dieux arrivent pour le dîner, au cours duquel Thor dévore entre autres un bœuf et huit saumons, arrosés de trois tonneaux d'hydromel (24).

Mythologies La mythologie évoque tout un univers imaginaire, un monde qui fascine et fait rêver, elle est tellement ancrée dans nos mémoires, qu'on en oublie l'étymologie. D'où vient ce terme de « mythologie » et que signifie-t-il originellement ? Il convient à cette fin de noter que le mot est constitué de deux parties : mytho- et -logie. « Mytho » renvoie au mot d'origine grecque, « muthos » (le u en grec est devenu le y en français) qui désigne, « de manière neutre, tout type de parole ou de discours. Il correspond primitivement à un mode de pensée […] dont il est l'expression. Ce sens large de ''parole proférée'' est le sien jusqu'au Ve siècle avant J-C. [1] » Ainsi, fondamentalement, le mot « muthos » n'est en rien différent du « logos », auquel on l'oppose traditionnellement. Dans ce cas, pourquoi différencie-t-on ces deux termes aujourd'hui ?

Related:  A ClasserLa révolutions française et l'empire.