background preloader

Les pratiques d’écriture numérique des adolescents : entretien avec Elisabeth Schneider

Les pratiques d’écriture numérique des adolescents : entretien avec Elisabeth Schneider
Elisabeth Schneider est Maîtresse de Conférences en Sciences de l'Information et de la Communication à l'Université de Normandie. Elle est responsable du parcours professeur-documentaliste et chargée de mission "Pédagogie du numérique et des médias" à l'ESPE de l'académie de Caen. Elle est l’auteur d’une thèse intitulée Economie scripturale des adolescents : enquête sur les usages de l’écrit de lycéens. Elle a également été enseignante de lettres, notamment en collège classé ZEP. Elle a eu l'amabilité de répondre à nos questions, dans le cadre de ce dossier. Nous l’en remercions chaleureusement. Vous trouverez ci-dessous un ensemble de courtes séquences vidéo abordant les nombreuses problématiques soulevées par l’écriture numérique : définition, types et pratiques d’écriture numérique, écriture sur les réseaux sociaux, enjeux sociaux-culturels pour l’école, intégration dans les enseignements du professeur-documentaliste, translittératie, document de collecte… Du côté de la lecture numérique

https://www.reseau-canope.fr/savoirscdi/cdi-outil-pedagogique/conduire-des-projets/activites-pluridisciplinaires/lecriture-numerique/les-pratiques-decriture-numerique-des-adolescents-entretien-avec-elisabeth-schneider.html

Related:  Boîte à outils du professeur documentalisteAdo et pratiques de lecture écriturePratiques juvéniles numériquesNumérique

Médiation, numérique, désintermédiation : À l’heure d’internet, de Google et du web 2.0, à l’ère de l’accès à distance et de la dématérialisation, la question de la médiation et des médiateurs se pose de façon récurrente et quelquefois douloureuse. Elle s’adresse aux bibliothécaires, comme aux libraires, aux critiques littéraires, aux enseignants, aux parents, bref, à tous ceux qui sont susceptibles de porter une parole, de transmettre un savoir, d’exercer une médiation entre des individus (des élèves, des enfants, des étudiants, des curieux, des lecteurs, des amateurs…) et des documents, des informations, des données, des connaissances… La scolarisation de la société, l’élévation du niveau moyen du diplôme dans la population, les connaissances empiriques que procurent le contexte audiovisuel et le bain numérique dans lequel nous baignons constituent le contexte dans lequel l’accès à l’information, au savoir, à la culture se fait aujourd’hui.

Les adolescents à la bibliothèque - Les actualités de l'École des lettresLes actualités de l'École des lettres Les adolescents à la bibliothèque. Corinne Delalande, Anne Marinet, Claude Poissenot, Violaine Kanmacher, Christine Péclard au théâtre du Vieux-Colombier, à Paris © CR Des enquêtes récentes font apparaître une érosion de la pratique de la lecture de livres chez les jeunes… comme les moins jeunes.

(3) Ados, nés sous une belle toile L’avènement d’Internet et la propagation des mobiles n’ont pas seulement musclé les pouces et permis à de nouveaux mots –ou embryons de mots– de parsemer les conversations de la jeunesse («lol», «mdr» et autres «hashtag»). Les moins de 18 ans ont muté en arborescence humaine, capable de surfer simultanément sur leur portable ou leur tablette tout en changeant les chaînes de la télévision (le multitasking), embrassant avec toujours plus d’aisance les dernières technologies, mettant chaque jour un peu plus à l’amende leurs chers parents. Dans les sociétés industrialisées, le portable est désormais et, dès le plus jeune âge, un prolongement de soi, le premier objet vers lequel on se tourne en se réveillant et le dernier qu’on explore avant de rejoindre Morphée. Beaucoup ont d’abord perçu cet attachement au Net et à tout ce qui lui est connecté, comme un danger potentiel, pointant la vanité des réseaux, l’addiction qu’ils créeraient, l’égocentrisme de la nouvelle génération. Moins de télé

Penser les apprentissages de la perception dans le contexte du numérique : l'image de la page écran Un site Web est constitué d'informations sous forme de textes, images (fixes et animées), sons. On apprend aux élèves à évaluer l'information en fonction de la pertinence de l'information (adaptée au sujet de recherche et à son niveau scolaire), en fonction du niveau d'expertise de l'auteur (à condition que celui-ci ait prévu un texte de présentation dans le site Web) et en fonction de l'intention de publication du site (vendre, divertir, informer…), intention liée à la typologie ou genre du site (site commercial, site collaboratif, site institutionnel…). Toute cette gymnastique réflexive est basée sur un effort cognitif d'analyse et de compréhension du message médiatique souvent textuel, activité cognitive de l'interprétation des informations. Cependant, quelle importance accordons-nous à nos émotions devant une page Web ?

MENE1703794N La note de service n° 2011-091 du 16 juin 2011 relative à la mise en œuvre pédagogique des travaux personnels encadrés, en classe de première des séries générales, à compter de la rentrée 2011 est modifiée comme suit : Au 1, intitulé « Préparation, production et réalisation des TPE » du II, entre la phrase qui s'achève par « [...] excluant la simple copie d'éléments préexistants. » et la phrase qui débute par « Les documents produits ainsi que la soutenance {...] », est insérée la phrase rédigée comme suit : « Cette production devra attester d'un usage pertinent des nouvelles technologies de l'information et de la communication, qui nécessite de la part des élèves un travail d'analyse des sources auxquelles elles donnent accès. » Au 2, intitulé « Carnet de bord » du II, la dernière phrase qui débute par « Témoin de la démarche [...] » et qui s'achève par « {...] des précisions apportées. » est remplacée par la phrase rédigée comme suit :

Devenir de la lecture des jeunes : la bibliothèque comme observatoire (Le) Document faisant partie de cette ressource : 04 décembre 201419m 12s 04 décembre 201438m 5s 04 décembre 20141h 1m 41s 04 décembre 201429m 51s 04 décembre 201436m 0s 04 décembre 201436m 21s 04 décembre 201425m 4s 04 décembre 201454m 59s 04 décembre 201437m 7s Les usages vidéo des jeunes : quels intérêts pédagogiques par Séraphin Alava Professeur en Sciences de l’éducation – Université Toulouse Jean-Jaurès UMR Education, Formation, Travail, Savoirs Le Professeur Alava conduit des recherches sur le lien entre les pratiques numériques des jeunes et leurs pratiques scolaires. Au moment où les enseignements scolaires et les plateformes en ligne utilisent de plus en plus le support vidéo (Mooc), il semble nécessaire de faire le point sur les apports de la recherche en matière d’utilisation de la vidéo en éducation. A travers une analyse critique des recherches européennes sur les utilisations des médias et images numériques à vocation pédagogique, l’article étudie l'évolution des pratiques vidéastes des jeunes et s'intéresse aux pratiques pédagogiques induites par cette évolution à travers les usages des nouveaux écrans connectés. Introduction

Conférence-débat : Lecture et adolescents, à l’heure du numérique Conférence-débat : Lecture et adolescents, à l’heure du numérique Savoir lire ne veut pas dire aimer lire : en quoi l’univers littérature jeunesse permettrait-il alors de raccrocher les adolescents à la littérature, comment le documentaliste pourrait-il être le « passeur » et le CDI ce tiers-lieu favorisant les échanges autour de moments de lecture partagée. A l’heure où l’école marque officiellement son entrée dans l’ère du numérique, les professionnels de la lecture (enseignants, bibliothécaires, éducateurs…) se doivent d’investir le terrain des ados hyperconnectés y compris hors temps scolaire au travers d’espaces virtuels et de réseaux sociaux. Magalie Bossuyt présentera lors de la journée-événement du 4 décembre consacrée à la lecture, une conférence intitulée « Adolescents et lecture à l’heure du numérique ». Cette journée sera l’occasion de faire un point et d’échanger sur la lecture numérique.

Un « speed-reading » comme premier rendez-vous avec un livre 1. Pourquoi un speed-reading ? Proposer un projet lecture à des adolescents est toujours source de perplexité pour nous enseignants, tout d’abord quant à la motivation des élèves à s’investir dans cette aventure mais aussi perplexité dans la manière de conduire ce projet afin de le rendre vivant, attractif et moteur. Ainsi, alors que nous faisons participer chaque année une classe de 4e au Prix des Incorruptibles, nous cherchions un moyen de leur faire découvrir la sélection : comment susciter leur intérêt et curiosité afin de leur donner envie de se plonger dans l’histoire de ces livres et dans l’aventure de ce projet lecture sur plusieurs mois ?

La littérature pour adolescents et le web Aujourd’hui la littérature pour adolescents a investi, dans une large proportion, le web. Il n’est plus inédit de voir apparaître le site web « spécial jeunes » d’un éditeur ou l’ouverture d’un blog par un nouvel auteur. Comme les autres marques, les éditeurs et les auteurs sont là où les jeunes sont. Depuis peu, les éditeurs se sont également penchés sur la question des livres numériques pour adolescents.

Analyses de fond et études Médiamétrie sur les usages et l'audience des médias auduiovisuels et interactifs, ainsi que les comportements du public à leur égard Les jeunes transmettent à leurs aînés leur maîtrise du digital Les 15-24 ans ne se servent pas de leur smartphone, de leur ordinateur ou de leur tablette uniquement pour communiquer entre eux. Dans leur quasi-totalité, ils les utilisent aussi pour communiquer avec leurs parents ou leurs grands-parents. Leur motivation est notamment d’éviter de recevoir des appels (85% le disent) aussi bien que le plaisir de faire un clin d’oeil (71%), voire de s’amuser (54%). En côtoyant les jeunes à l’aise avec les technologies digitales, bon nombre de parents ou de grands-parents ont eu l’occasion de s’en apercevoir : ils aident volontiers leurs aînés à surmonter les difficultés face à la nouveauté et à la complexité parfois du numérique. 90% des jeunes apportent ainsi une aide digitale, à leur famille d’abord, mais à l’extérieur largement aussi. Les modes de consommation médias diffèrent d’une génération à une autre, surtout chez les 15-24 ans.

Related: