background preloader

Les petites claques

Les petites claques
« La raison du plus fort est toujours la meilleure. » JDLF« Tu verras, quand t’auras des enfants. » Des gens. Ces derniers temps il a été question de violence physique envers les enfants, suite à la campagne « il n’y a pas de petite claque » initiée par la Fondation pour l’Enfance. On a vu aussi, encore une fois, le défilé de justifications. Il faut bien qu’ils apprennent les limites. Il faut bien qu’ils ne deviennent pas des enfants-roi, des enfants-tyrans; le spectre de l’enfant-roi est agité comme une marionnette, dressant encore des enfants le portrait de petites bêtes à civiliser de peur qu’ils ne deviennent des monstres. sinon on a de jeunes cons dehors a points d’heure, 12ans avec une clope et plaisantant sur sa première cuite! On en frémit d’horreur. il y a 30 ans il y avait ce meme courant de pensée « il est interdit d’interdire » l’enfant devait apprendre et découvrir les limites par lui même… on a vu le résultat! Frappons-le, ça lui apprendra la non-violence. Bref. Related:  par les parents (ou autres): élever un gosse/un ado

Sexualité de nos adolescents : interdire à tout-va est un leurre Adolescente allongée dans l'herbe ecoutant de la musique sur son iPod (CAPMAN VINCENT/SIPA) Il m’est arrivé de le mentionner au hasard des chroniques : je suis mère de deux adolescents. Enfin quand je dis "deux", ce serait plutôt "un et demi", ma fille approchant les 12 ans tandis que mon fils brandit fièrement ses 13 ans et demi, comme si le sol qu’il foule n’était pas assez bien pour lui. La morgue, le conformisme et les certitudes des adolescents n’ont d’égales que leur crainte de l’inconnu et leurs angoisses quotidiennes dont nous autres, vieux débris, ne saisissons JAMAIS l’ampleur et la profondeur. Car comme me l’a récemment souligné mon fils, moi, je n’ai jamais été jeune, je ne sais pas ce que c’est. Bien sûr. J’ai été adolescente. Et une chose est sûre : si je me souviens aussi bien de la fille de 15 ans que j’étais il y a, euh… très peu de temps (tss, tss, on se tait), c’est parce que ses émotions, ses attentes, ses peurs et ses désirs me sont encore très familiers.

Violences Âgistes Le harcèlement moral au sujet de mon apparence physique était une spécialité de ma mère. Dès mon enfance je fus convaincue d’être une immondice, une tache disgracieuse qu’elle avait la bonté de tolérer dans son sillage. Cependant, elle devait tâcher de rester discrète afin de ne pas passer pour un monstre auprès de ses proches mais se faire passer pour une mère respectable qui soutient son enfant. J’étais une enfant particulièrement maigre. Ma mère quant à elle en était ravie et voulait absolument que je reste ainsi. Malgré toutes ses précautions, je devins grosse à ses yeux dès que ma puberté commença, et qu’il y eu donc quelque chose entre ma peau et mes os. Puis je pris réellement du poids. 40 kilos à 13 ans, 50 à 14 ans, 60 à 15 et 70 à 16. Ma mère écumait. Ma mère se plaint à toute la famille de ma prise de poids et combien elle le vivait mal, la pauvre, elle qui avait tant fait pour m’éviter cette honte. Connards. Je mesure 1m65, je pèse 70 kilos.

« Il n'y a pas de petite claque » : stop à la violence éducative Pondu par Marie.Charlotte le 18 juin 2013 « Une petite claque pour vous. Une grosse claque pour lui. Ce spot de 30 secondes réalisé gracieusement par 75 et Circus pour l’agence ROSAPARK met en scène la violence réelle d’une « petite » claque : Il y aurait des « bonnes » et des « mauvaises » raisons de mettre des claques. Toutes ces idées reçues et bien d’autres sont non seulement fausses, mais dangereuses pour l’enfant. « Il n’y a pas de petite claque, ni de petit coup, toute violence envers nos enfants peut avoir des conséquences sur leur santé physique et psychologique. [...] Un « héritage » qu’il est urgent d’abandonner À la question posée sur le site du Parisien « Enfants : Faut-il définitivement proscrire les claques ? C’est un cercle vicieux : les adultes qui ont été « éduqués » à coups de claques et de fessées ont tendance à reproduire ces comportements avec leurs propres enfants. Ce slogan pouvait prêter à confusion. 50% des parents frappent leurs enfants avant l’âge de 2 ans.

Ne le prend pas dans tes bras Quelle mère n’a jamais entendu ça? « Ne le prend pas dans tes bras, il va s’habituer ». « Laisse-le pleurer, ça lui fera les poumons ». La violence éducative commence tôt, très tôt. Même en n’en sachant que très peu sur les enfants, il m’a toujours semblé que ces gentils théoriciens du « ne le prend pas dans ses bras, il pourrait s’habituer » en savent encore beaucoup moins que moi. Autonomie. Je ne veux pas parler ici de façons de s’occuper des enfants, ce n’est pas vraiment le sujet. La mère et l’enfant dans les théories psychanalytiques Un bébé, pour beaucoup de gens, c’est un tube digestif armé de puissantes cordes vocales. Un bébé, pour moi, c’est un être vulnérable, sans la moindre autonomie, totalement dépendant de ses parents (et en particulier de sa mère chez la plupart des mammifères non-humains et dans de nombreuses cultures humaines) pour sa survie, son bien-être et son développement. J’exagère encore? Toujours sur Psychologie pour tous, à propos du rôle du père: (1). (2) M.

La première oppression Tu ne m’en voudras pas, lecteurice, d’avoir attendu longtemps avant de vraiment aborder le sujet. Trop de choses à dire et je ne sais pas par où commencer. Bien que j’ai déjà abordé le sujet ça et là entre les lignes, et que je suis presque entré dans le vif avec l’article Insoumission à l’école obligatoire, j’ai longuement hésité avant de livrer mes propres réflexions. Diverses formes d’oppression nous touchent et s’entrecroisent, se renforcent les unes les autres. Le terme lui-même n’est pas très clair parce qu’il est utilisé pour définir des formes de discrimination qui sont, en fait, multiples. Mais ce dont je veux parler ici, c’est de la façon dont on traite les enfants. Considérons quelques faits: En France, les enfants demeurent la seule catégorie d’être humains qu’il demeure légal de frapper. Les enfants sont les seuls êtres humains que l’on laisse hurler de détresse sans juger utile d’intervenir, sans s’émouvoir plus que ça. Les enfants n’ont pas à donner leur avis. Voilà.

Le harcèlement scolaire... et ses conséquences Pourquoi témoigner ? Parce que 18 ans après, la douleur reste la même. J’ai seulement appris à ne plus penser à ces années insoutenables pour pouvoir avancer. En regardant l’émission Capital consacrée au harcèlement scolaire, j’ai pleuré à chaudes larmes et les souvenirs sont remontés à la surface. Je suis atterrée qu’en 2013 le harcèlement reste un sujet tabou et surtout toujours d’actualité. Oui, j’aurais pu me défendre, mais ce n’était pas ma nature. Une enfant fragile face à un bourreau costaud Je n’ai jamais aimé l’école. Pour certains cours, on changeait de classe et de maître pour nous préparer au collège. L’été précédant mon entrée en sixième, j’étais en colonie de vacances, un camp d’une semaine où l’on était peu nombreux. Brimades, violences et silence des adultes Pourtant il avait vu juste. Je ne saurai jamais ce que j’ai pu faire de mal. En athlétisme, on me donnait des coups de pieds dans le tendon d’Achille pour être sûr que je perde. Insomnies, angoisse et cours de boxe

Le féminisme c'est aussi pour les (petites) filles. Harcèlement scolaire : parole aux « harceleuses » Journée de lutte contre le harcèlement scolaireCe 8 novembre, c’est la Journée Nationale de lutte contre le harcèlement scolaire. L’occasion de remettre en avant nos ressources sur le sujet et de sensibiliser à cette problématique qui touche beaucoup enfants. Retrouve tous nos contenus sur le sujet dans notre dossier ! Le 23 juillet 2013 Longtemps tabou, le harcèlement scolaire commence à faire parler de lui. « Ça va, c’était juste pour rigoler », était la chute d’un de ces clips, qui visait à faire prendre conscience que le harcèlement n’est jamais « juste pour rigoler ». Aucune des madmoiZelles nous ayant envoyé leur témoignage n’a harcelé ou participé à un harcèlement scolaire « juste pour rigoler ». Les harceleuses s’expliquent Elles avancent plusieurs raisons à leurs actes passés, des justifications parfois, mais pas d’excuse. Cause du harcèlement scolaire : la violence subie à la maison Plusieurs filles qui ont participé à du harcèlement scolaire témoignent d’un cadre familial violent.

Comment une féminisse hystérique, misandre, castratrice, poilue et mal baisée éduque-t-elle ses enfants ? Kaa en train d’hypnotiser Mowgli, telles les féminisses en train d’endoctriner leurs enfants. Comme vous le savez toutes et tous, les féministes sont des hystériques, dont le projet même pas secret est d’émasculer les hommes avec des tenailles rouillées, pour manger ensuite les couilles de ces messieurs avec de la sauce samouraï entre deux tranches de pain, autour d’une immense table joliment décorée de bites tranchées et empaillées, en compagnie de milliers d’autres féministes hystériques, le tout dans une cordiale ambiance de haine misandre assaisonnée de chants de guerre à la gloire du clitoris. Pourtant, en dépit de leur propension au meurtre de bébés nichés dans leur ventre des mômans, il arrive parfois que des féministes se reproduisent, grâce à l’admirable abnégation des quelques mâles courageux qui prennent le risque de les saillir au péril de leur intégrité pénienne. « Le féminisme est un complot ». Par Tanxxx ©. Cliquez sur l’image pour accéder à la source. Feminymous.

Traitée de "pute", de "boloss" : Marion, 13 ans, s'est suicidée Ce mercredi matin, Marion voulait rester au lit. Après le petit déjeuner, elle est remontée dans sa chambre. La veille, déjà, elle se disait " fatiguée" afin d'échapper aux dernières heures de cours. Au retour de son travail, sa mère l'avait trouvée "pâlotte" sans s'inquiéter davantage. Les petits maux, de ventre, de tête, de coeur... éclosent bien souvent à l'adolescence. Nora Fraisse a simplement suggéré à sa fille de ne pas rester dans le noir, puis elle a déposé le téléphone de la maison près de l'oreiller, pour pouvoir la joindre. Silence encore quand Nora Fraisse, soudain prise de panique, est rentrée précipitamment chez elle vers 13h30, laissant la voiture en marche avec ses petits à l'intérieur. "Ma vie a basculé. Le lendemain, en première page, "le Parisien" relate le drame. Merci, votre inscription a bien été prise en compte. "Pour nous, c'est désormais évident. Sa douleur l'emporte et la porte. "Laissez-les tranquilles. "Demain, à l'arrêt de bus, t'es morte"

« Ma chère fille, j’espère que tu auras une vie sexuelle épanouie. » En réaction aux « 10 règles à suivre pour sortir avec ma fille », un père a écrit une lettre ouverte à sa fille, intitulée « Ma chère fille, j’espère que tu auras une vie sexuelle épanouie ». Il est temps d'en finir avec l’hypocrisie générationnelle à propos de la sexualité des jeunes femmes. Les 10 règles à suivre pour sortir avec ma fille tournent à plein tube sur les réseaux sociaux. Supposément écrite par le « père inquiet » typique, elles s’adressent aux potentiels prétendants désireux d’entrer en contact intime avec la fille-du-père-inquiet. La dernière mode est de les porter en T-shirt. 1. Il existe plusieurs variantes de cet ensemble de règles, qui reposent toutes sur les mêmes concepts : réduction de la fille à l’état de propriété de son pèreopposition entre le père et le petit ami, le bonheur de l’un faisant nécessairement le malheur de l’autreintimidation et menaces de violence (mais c’est pour riiiire, c’est du second degré, n’est-ce pas !). Ferrett Steinmetz est écrivain. Oui.

Related: