background preloader

Je_me_souviens

Je_me_souviens
Related:  Seconde guerre mondiale2nde GM

Carte: Guerre, Persécutions Et Massacres 1er SEPTEMBRE L'Allemagne attaque la Pologne le 1er septembre, c’est le début de la Seconde Guerre mondiale. Le 3 septembre, le Royaume-Uni et la France, se tenant garants des frontières polonaises, déclarent la guerre à l'Allemagne. Le 17 septembre, l'URSS envahit l’est de la Pologne. Varsovie se rend le 27 septembre et le pays est divisé en trois régions. L'Allemagne envahit le Danemark et la Norvège. Les forces allemandes envahissent les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg et attaquent la France. Un armistice est signé entre la France et l'Allemagne, divisant la France. La Hongrie rejoint l'Axe. 1er MARS La Bulgarie rejoint l'Axe Le 6 avril, l'Allemagne attaque la Grèce et la Yougoslavie. L'Allemagne et les forces de l'Axe envahissent l'Union soviétique dans le cadre de l'opération Barbarossa. L'Einsatzgruppe A commence ses opérations, tuant les Juifs, les Rom, les responsables politiques soviétiques et les handicapés de Kovno (Kaunas), Vilna (Vilnius ), Siauliai et Riga.

theconversation Nous vous proposons cet article en partenariat avec RetroNews, le site de presse de la Bibliothèque nationale de France. Le 23 octobre 1941, partout en France, les quotidiens publient une liste de 48 otages fusillés par les autorités d’occupation allemande. Dans Le Matin : Dans Le Réveil du Nord : Dans Le Petit Parisien : Ces exécutions correspondent à une accélération dramatique de la répression menée par l’occupant allemand et plus spécifiquement à la mise en œuvre de la « politique des otages » [Sur le sujet, voir l’article de Dominique Tantin]. Le 20 octobre, à Nantes, Karl Hotz est exécuté par un commando composé de Gilbert Brustlein et Spartaco Guisco, membres de l’Organisation spéciale de combat (OS) du Parti communiste clandestin. Ce sont finalement 48 otages qui sont exécutés en différents lieux : 27 à Châteaubriant, 16 au champ de tir du Bêle à Nantes et 5 au Mont-Valérien. Un nouvel avis des autorités allemandes est aussitôt diffusé : « C’étaient des soldats.

Femmes Résistantes - Colloque organisé à l'occasion de la première journée nationale de la Résistance - Sénat Présidence : Mme Rose-Marie ANTOINE, directrice générale de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC) Mme Christine BARD, professeure d’histoire contemporaine à l’Université d’Angers : « Des oubliées de l’histoire ? » Des résistantes en politique : Mme Sabrina TRICAUD, docteure en histoire, chercheure associée à Sciences po : « Des sénatrices issues de la Résistance : portrait de groupe » Présentation, par des sénateurs et sénatrices de la délégation aux droits des femmes, de l’action au Sénat de sénatrices issues de la Résistance : Mme Hélène ÉDELINE, présentée par Mme Laurence COHEN (groupe communiste républicain et citoyen, Val-de-Marne) : Mme Françoise SELIGMANN , présentée par Mme Christiane DEMONTÈS (vice-présidente du Sénat, groupe socialiste, Rhône) : Mme Nicole de HAUTECLOCQUE, présentée par M. Mme Brigitte GROS, présentée par Mme Françoise LABORDE (groupe du Rassemblement démocratique et social européen, Haute-Garonne) :

Enseigner à ses élèves à dénicher les canulars Internet est un terreau libre et où les gens y plantent ce qu'ils veulent. La plupart des jardiniers du Web y font croître du contenu intéressant et pertinent, mais de vilains vauriens s'amusent aussi à semer de mauvaises herbes. De cette façon naissent les canulars sur la Toile. Et ils se reproduisent vite. Pour rester dans la métaphore du jardin, rien n'est hiérarchisé dans ce lopin de terre. Un chiffre effarant qui, bien qu'il n'ait pas de base scientifique, rappelle l'importance d'aiguiser son esprit critique en se promenant sur Internet. Discerner l'info de « l'infaux » Rose-Marie Farinella Elkabbach a donc convié ses élèves de CM2 de l'école primaire de Taninges où elle travaille à obtenir leur diplôme « d'apprenti hoaxbuster ». Évidemment, avant les faussetés, il fallait tout d'abord parler de la véritable information. Ces sites n'ont bien sûr pour but que de faire rire et ne sont pas les plus « menaçants » pour la pollution de l'information. Références : Bussod, Corinne.

Carte: Déportation Et Centres De Mise À Mort Ouverture du camp de concentration d'Auschwitz près de la ville d'Oswiecim, Pologne. Les détenus sont assignés aux travaux forcés. Le gaz Zyklon B est utilisé pour la première fois à Auschwitz pour tuer 600 prisonniers de guerre soviétiques et 250 autres prisonniers considérés comme malades ou faibles. Le camp de concentration de Majdanek est construit en octobre, près de Lublin. Les opérations de meurtre commencent au centre de mise à mort de Chelmno avec le gazage de 800 juifs des villes voisines. La déportation de 65 000 Juifs du ghetto de Lodz à Chelmno commence. Ouverture du centre de mise à mort de Belzec. Ouverture du centre de mise à mort de Sobibor. Construction de chambres à gaz à Birkenau. Ouverture du centre de mise à mort de Treblinka (connu sous le nom de Treblinka II). La déportation systématique des Juifs des Pays-Bas débute le 15 Juillet; au total, 60 000 personnes seront envoyées à Auschwitz-Birkenau et 34 000 à Sobibor. Les détenus de Treblinka II se révoltent.

Auschwitz : un laboratoire grandeur nature de l’idéologie nazie Pour célébrer la date anniversaire de la libération du camp, Arte propose le documentaire “Auschwitz Projekt”, qui révèle qu’Auschwitz ne fut pas seulement un camp de concentration mais un gigantesque complexe avec ses usines, mines et exploitations agricoles, ce qui en fit un laboratoire grandeur nature de l'hubris nazie. Arbeit macht frei (le travail rend libre). Le monde entier connaît cette devise d'un cynisme démoniaque surplombant le portail d’Auschwitz qui trône au seuil de l’Anus mundi. Pour célébrer comme chaque année la libération du camp, le 27 janvier 1945, Arte propose un documentaire qui prend en quelque sorte de la hauteur face à ces images ultra célèbres, et nous révèle, cartes et plans aériens à l'appui, qu’Auschwitz ne fut pas seulement un lieu destiné à détruire les “races inférieures” et les ennemis du Reich mais, comme l'évoque le titre du film, un “projet” conçu pour donner corps à la dystopie hitlérienne. Un cauchemar industriel Un puzzle concentrationnaire

Sonderkommando – Google Cultural Institute Le Sonderkommando était affecté aux tâches suivantes, toutes liées à l'extermination : • Dans les salles de déshabillage des chambres à gaz : les membres du Sonderkommando aidaient les déportés tout en essayant de les mettre à l'aise pendant qu'ils se débarrassaient de leurs vêtements pour ce que l'on nommait “la douche”. Par ailleurs, sous les ordres des SS, ils emmenaient les personnes montrant des signes d'anxiété à l'arrière du bâtiment et les maintenaient pendant leur exécution. Ensuite, lorsque tout le monde était entré dans la chambre à gaz, ils ramassaient les effets personnels des victimes dans les salles de déshabillage et les mettaient dans des camions qui formaient la colonne de transport et stationnaient à proximité. • Dans la chambre à gaz : une fois les locaux ventilés, ils débarrassaient les cadavres des déjections dont ils étaient couverts, recherchaient parmi les corps des objets de valeur et arrachaient les dents en or, ainsi que les prothèses.

Une série documentaire personnalisée consacrée à la vie privée et à l'économie des données personnelles — Enseigner avec le numérique Les épisodes de la série documentaire Do Not Track réalisée par Brett Gaylor ont été diffusés au rythme d’un toutes les deux semaines, du 14 avril au 15 juin 2015. Chaque épisode dure entre 5 et 10 minutes et collecte des informations sur chaque internaute tout au long du visionnement (notamment quand celui-ci procède à une inscription sur le site), utilisant ces divers éléments pour personnaliser leur expérience. Cette série documentaire en ligne est le fruit du travail, précise l'à propos du site, d'un ensemble d'acteurs : diffuseurs publics, journalistes, développeurs, graphistes et membres de médias indépendants de différentes régions du monde. Le premier épisode est une introduction consacrée au pistage en ligne et notamment aux témoins de connexion (habituellement désignés en anglais sous le terme de « cookie ») qui permettent d'alimenter le marché de l'industrie publicitaire. Le troisième épisode de Do Not Track baptisé « Paye ton Like ! Sources et références complémentaires

Chronologie: Lutter Pour Sa Survie: La Résistance Juive 1939 - 1944 Timeline | Chronologie Fighting To Survive: Jewish Resistance | Lutter Pour Sa Survie: La Résistance Juive Commencer Les derniers Compagnons de la Libération Cliquez pour naviguer Sur les 1 038 Compagnons de la Libération, ils ne sont plus que 10 à être encore en vie, âgés de 96 à 103 ans. Cet ordre national, le deuxième après la Légion d’honneur, a été créé par le général de Gaulle au cours de la Seconde Guerre mondiale, le 16 novembre 1940. Il est destiné “à récompenser les personnes ou les collectivités militaires et civiles qui se seront signalées dans l'œuvre de libération de la France et de son Empireˮ. La disparition des derniers Compagnons marquera la fin d’une période héroïque de l’histoire de France. Daniel Cordier,le chancelier d’honneurde l’Ordre de la libération Daniel Cordier aujourd’hui © Stéphanie Trouillard, France 24 À 97 ans, Daniel Cordier est le chancelier d’honneur de l’Ordre de la Libération. En juin 1940, lorsque l’armée française est balayée par la Wehrmacht, il n’a pas encore 20 ans. Daniel Cordier en juillet 1940, en Angleterre. © Musée de l’Ordre de la Libération “La liberté est le soleil de la vieˮ Maréchal Koenig H.

8 mai 1945 à Vire. La vie avait repris son cours dans les ruines Publicité Vire a été libérée le 8 août 1944 par les troupes américaines du 116e RI. Dès lors, la vie dans les ruines et les baraquements a repris son cours petit à petit. À l'annonce de la fin des hostilités en Europe, le 8 mai 1945, les cloches de l'église Notre-Dame ont résonné à 15 h. Quelques bals ont été improvisés en soirée dans certains quartiers de la ville. Un décor de désolation Mais la joie est globalement mesurée dans la cité du Bocage virois. Le 6 juin 1945, à 20 h, la foule se réunit au pied de la Porte-Horloge pour commémorer le premier anniversaire des bombardements de la ville. 400 victimes civiles Les noms des 400 victimes civiles sont égrainés lors d'un émouvant instant de recueillement. Certains résistants, réfractaires au STO, le Service du travail obligatoire, et des accusés d'anglophilie, ont échappé à la mort dans les camps.

Related: