background preloader

Justice spatiale

Facebook Twitter

Notion à la une : justice spatiale. Le milieu urbain a, le premier, attiré l'attention d'une géographie critique dans les pays anglo-saxons.

Notion à la une : justice spatiale

La ségrégation sociale dans les villes, les inégalités dans l'usage des espaces urbains, la spéculation foncière et immobilière ont été dénoncées comme des injustices. En France, c'est dans la même inspiration que le philosophe marxiste Henri Lefebvre analysait la ville comme un terrain et un enjeu de la lutte des classes. Géographie de la lutte. Recensé : Hélène Combes, David Garibay, Camille Goirand, Les lieux de la colère.

Géographie de la lutte

Occuper l’espace pour contester, de Madrid à Sanaa, Paris, Karthala, 2015, 410 p., 25 euros. La dimension spatiale de la vie sociale, et en particulier des mobilisations, reste insuffisamment analysée en sciences sociales. C’est à cette lacune qu’entend répondre cet ouvrage, qui réunit des chercheurs de différentes disciplines – sciences politiques, anthropologie, sociologie, géographie – pour montrer l’intérêt d’une analyse spatialisée des mouvements sociaux. Les terrains mobilisés à travers les différentes contributions donnent ainsi à voir le rôle de l’espace dans la structuration des mobilisations à différentes échelles – locale, nationale, transnationale – et dans différents contextes politiques. Symbolique de l’espace et espace symbolique L’espace sert d’abord de ressources symboliques. Un enjeu de luttes De l’espace local à l’espace global. Amazon. Carnets de géographes.

Retour sur la création du colloque "Espace et rapports sociaux de domination : chantiers de recherche" Entretien avec Anne Clerval et Serge Weber Entretien réalisé le 19 mars 2012 par Marianne Morange - Maître de conférences en géographie à l’Université Paris Diderot et membre du comité scientifique du colloque - avec Anne Clerval et Serge Weber - maîtres de conférences en géographie à l’Université Paris-Est Marne la vallée - co-organisateurs du colloque « Espace et rapports sociaux de domination : chantiers de recherche » organisé par le laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs (EA 3350, Université Paris-Est Marne-la-Vallée) les 20 et 21 septembre 2012 ( M.M : Le colloque que vous organisez s’intitule « espace et rapports sociaux de domination ».

Carnets de géographes

Pouvez-vous revenir sur le choix de ce titre ? 1426151190 doc. Ségrégation et justice spatiale. Sylvie Fol, Sonia Lehman-Frisch et Marianne Morange (dir.)

Ségrégation et justice spatiale

Alors que depuis quelques années, une réflexion s’est développée sur le concept de justice spatiale, cet ouvrage a pour ambition de contribuer au renouveau des analyses portant plus spécifiquement sur les liens entre ségrégation urbaine et justice, en favorisant les échanges scientifiques entre chercheurs issus d’horizons disciplinaires, géographiques et culturels variés. Il vise également à apporter des éléments nouveaux permettant d’éclairer les politiques urbaines qui, dans de nombreux pays, annoncent haut et fort vouloir remédier à la ségrégation parce qu’elle serait injuste par définition. Sommaire. Justice spatiale et politiques territoriales. Frédéric Dufaux et Pascale Philifert (dir.)

Justice spatiale et politiques territoriales

Métropoles en débat : (dé)constructions de la ville compétitive. Antoine Le Blanc, Jean-Luc Piermay, Philippe Gervais-Lambony, Matthieu Giroud, Céline Pierdet, Samuel Rufat (dir.)

Métropoles en débat : (dé)constructions de la ville compétitive

La compétitivité, un horizon incontournable de la ville ? Aucune ville n’y est en tout cas insensible, ni les favorites des classements internationaux, ni celles ne pouvant prétendre qu’à une place régionale, ni même les autres, reléguées de la hiérarchie mondiale mais impatientes de faire bonne figure. Cet ouvrage a précisément pour objectif d’interroger une telle unanimité. Que signifie au juste ce terme de « compétitivité » dont toutes les villes usent voire abusent ? Pour une géographie du juste. Avant-propos Introduction La Théorie de la Justice, une philosophie morale pour penser le territoire Une théorie rationnelle, des principes universelsUne théorie qui fait débatUne théorie qui répond à d’autres théoriesConclusion Première partie Approche géographique du maximin L’inégalité territoriale peut-elle être juste ?

Pour une géographie du juste

Revisiter le modèle centre – périphérieLe modèle centre-périphérie, une configuration pluriscalaireUne configuration géographique qui évolue avec le tempsConclusion Comment penser l’accès aux ressources naturelles ? La diversité du globe, richesse collective ou injustice de la nature ? Deuxième partie Du maximin à l’égalité citoyenne Echelles des inégalités et maillage politique du monde. Edito / Editorial. N°01.

Edito / Editorial

Avis de naissance n°01. Birth Announcement Frédéric DUFAUX | Philippe GERVAIS-LAMBONY | Sonia LEHMAN-FRISCH | Sophie MOREAU C'est certainement par le mot « bienvenue » que nous avons envie d'ouvrir ce premier numéro de la revue Justice Spatiale | Spatial Justice. “Welcome” is certainly the word we wish to use in this very first line of the very first issue of this new journal: Justice Spatiale | Spatial Justice. Justice et injustices spatiales - Introduction. 1IL POURRAIT APPARAÎTRE PARADOXAL, dans un volume sur la justice, d’inclure la question des identités : la justice n’est-elle pas précisément au-dessus des considérations sur les appartenances identitaires ?

Justice et injustices spatiales - Introduction

Les replacer ici, n’est-ce pas succomber aux dérives du communautarisme ? En fait, comme le montre Bernard Bret dans la première partie de ce volume, selon le degré d’universalisme qu’on attribue aux valeurs à partir desquelles on prononce ce qui est juste ou injuste, les identités sont soit sans incidence sur une justice qui doit être aveugle aux différences entre groupes ou entre individus, soit un élément crucial de la construction individuelle et de l’unité des groupes, qu’il est essentiel de reconnaître, sous peine de commettre une injustice. 2Comme le montre M. La pratique de la justice spatiale en crise. P. 97-142 Texte intégral 1 Je souhaite remercier les organisateurs et participants du colloque « Justice et Injustice Spatial (...)

La pratique de la justice spatiale en crise

Votre vision du monde, votre idéologie, c’était faux, ça ne marchait pas ? C’est précisément pourquoi je suis abasourdi, parce que depuis quarante ans ou plus il me semblait évident que cela marchait exceptionnellement bien.Henry Waxman, membre du Congrès américain, interrogeant l’ancien président de la réserve fédérale américaine, Alan Greenspan, octobre 2008. 2 « Chaîne de Ponzi » désigne l’escroquerie des pyramides financières où les intérêts anormalement é (...) 3 « The End of Wall-street », in Wall Street Journal, 23 septembre, 2008 ; Krugman Paul, « The Magof (...) 4 RGE monitor estime que les prix immobiliers continueront à chuter jusqu’en 2010, et « mettront 40 (...) 5 Voir Stiglitz Joseph, « The Endof Neo-Liberalism ?

L’universalisme rawlsien confronté à la diversité du réel. 1COMMENT COMPRENDRE le monde et sa diversité, combiner l’un et le multiple, lire l’unité de l’humanité derrière la variété des cultures ? Comment qualifier les faits sur le plan moral alors que les pratiques sociales varient selon les temps (l’histoire existe !) Et selon les lieux (la géographie existe aussi !) ? Comment se prémunir d’une approche empirique qui observerait sans parvenir jamais à synthétiser ses observations dans un tout cohérent, rationnel et intelligible ? La ville et la justice spatiale. 1 D’après une présentation faite lors du colloque « Justice et injustice spatiales », Université Par (...) 1L’EXPRESSION « JUSTICE SPATIALE » ne s’est diffusée que très récemment et, encore aujourd’hui, géographes et aménageurs ont tendance à éviter l’usage explicite de l’adjectif « spatial » lorsqu’ils analysent la quête de nos sociétés contemporaines pour plus de justice et de démocratie.

Soit la spatialité de la justice est ignorée dans ces travaux, soit elle est fondue (et souvent vidée de sa substance) dans des concepts apparentés tels que justice territoriale, justice environnementale, urbanisation de l’injustice, réduction des inégalités régionales, voire plus largement encore dans la quête générique d’une ville juste et d’une société juste. 2 Seeking Spatial Justice, University of Minnesota Press, 2010. 3Quel que soit le champ dans lequel on opère, la réflexion ne peut que directement bénéficier d’une perspective critique ancrée dans l’analyse de l’espace. Appréhender la dimension spatiale des inégalités : l’accès au « conservatoire de l’espace » 1APRIORI, JUSTICE OU INJUSTICE SPATIALE concernent tout particulièrement la géographie sociale.

Cet ouvrage est l’occasion de faire le point sur les usages conceptuels et les positionnements théoriques au sein de la géographie sociale française, qui se réfère fortement aux questions d’inégalités sociales sans pour autant mettre en exergue la notion de justice : ce sera l’objet de notre première partie. Nous chercherons à clarifier pourquoi la notion d’inégalité est préférée à celle de justice et comment distinguer ces deux registres tout en les articulant. Dans un second temps, nous analyserons pourquoi les géographes sociaux parlent d’inégalités (voire de justice) sociales et non spatiales : ce décalage par rapport aux termes mêmes qui structurent cet ouvrage mérite d’être explicité et justifié.

Justice et injustices spatiales - Introduction. 1DANS LE MEME TEMPS qu’il s’impose comme nécessaire, le concept de justice spatiale apparaît comme chargé de questionnements. Il doit être interrogé sur le plan de la démarche intellectuelle (est-il un outil pertinent pour lire les configurations géographiques, les analyser et en rendre compte ?) Et sur le plan de l’action (éclaire-t-il sur les objectifs de l’aménagement et sur les moyens d’atteindre ces objectifs ou de s’en rapprocher). 2Le terme de justice spatiale est récent dans le langage des géographes, même si d’autres formules témoignaient depuis longtemps d’une préoccupation éthique chez nombre de chercheurs. Pouvait-il en être autrement alors que les faits traités par les sciences humaines mettent au jour tant de situations ressenties intuitivement comme choquantes ?

Mais, les pages qui suivent n’ont pas pour objet de constater cette sensibilité. Interpréter les inégalités socio-spatiales à la lumière de la Théorie de la Justice de John Rawls. Prendre appui sur la Théorie de la Justice pour conduire un raisonnement géographique peut paraître paradoxal : non seulement John Rawls n’y parle jamais d’espace, mais encore il énonce les principes de justice indépendamment des expériences concrètes, à l’inverse de la démarche le plus souvent suivie par les géographes où la généralisation, qu’on l’appelle modélisation ou autrement, vient après les observations factuelles.

La posture rawlsienne est clairement autre. Cela ne signifie pas que la rencontre serait impossible, car, bien loin de se réduire à un jeu intellectuel confisqué par les seuls spécialistes, la philosophie moralepeut nourrir les sciences humaines, aider à comprendre les faits sociaux, éclairer la prise de décision. La philosophie morale de John Rawls s’inscrit dans la tradition des théories du contrat social. Une objection faite au système rawlsien a consisté à dire qu’il se réduirait à la mise en ordre des principes de la social-démocratie.

La justice spatiale pour dépasser la question des inégalités - P. Gervais-Lambony. Philippe Gervais-Lambony and Frédéric Dufaux. Justice spatiale. Ségrégation et justice spatiale - Distance physique, proximité sociale et inégalités devant le chômage. P. 271-290. Revue Annales de géographie 2009/1. Justice... spatiale ! Intro Dufaux Philifert. JSSJ1 1fr3. Presses universitaires de Paris Ouest. Comité de lecture : Peoples Law Journal vol IV Digital 2.