background preloader

Déchets Radioactifs

Facebook Twitter

Voyage au pays des déchets nucléaires en replay.

Toujours aucun site et aucune technique pour assurer la conservation de ces déchets sur des milliers d'années ! Sacré écueil de cette technique en effet, merci ! – alwen

Voyage aux pays des déchets nucléaires. Physicien atomiste britannique, Charles McCombie travaille depuis quatre décennies pour des programmes nationaux et internationaux axés sur le nucléaire.

Voyage aux pays des déchets nucléaires

Il contribue à la sécurité des réacteurs, au démantèlement des centrales. Depuis trente-cinq ans, il réalise aussi des études géologiques afin de trouver le site "idéal" pour se débarrasser des déchets dangereux et polluants de cette industrie. Leur enfouissement a été recommandé dans des mines de sel, des couches de granit ou des terres argileuses. Mais des risques de séismes et d'infiltrations demeurent. Grave incident au Nouveau-Mexique Le film fait étape à l'ancienne mine de gypse de Felsenau en Suisse, puis aux États-Unis, où des projets d'enfouissement sous Yucca Mountain et Gable Mountain portaient atteinte aux droits et traditions des Amérindiens.

C'est pas sorcier -QUE FAIRE DES DECHETS NUCLEAIRES ? Complexe nucléaire de Hanford. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Complexe nucléaire de Hanford

D'abord ultra-secrète, cette production s'est poursuivie 46 ans sous le contrôle du Département de la défense, pour le compte du gouvernement fédéral des États-Unis et de l'armée. Or « le processus de fabrication du plutonium est extrêmement «inefficace» ; une énorme quantité de déchets liquides et solides est générée pour une très petite quantité de plutonium produite ». De plus, après arrêt de la production, « les installations et infrastructures associées à la mission de défense de Hanford doivent également être désactivées, désaffectées, décontaminés et démolies ». C'est le plus grand chantier de décontamination et démantèlement au monde, qui mobilise aujourd'hui selon le DoE environ 11 000 employés (notamment du groupe AREVA[5].. ) alors que le nombre d'ouvriers n'a jamais dépassé 50 000 durant la construction[6].

Géographie[modifier | modifier le code] Ce territoire est actuellement inhabité et interdit au public. 25 years on at America's most contaminated nuclear waste site. Hanford, Washington, has long been the most contaminated nuclear waste site in the US.

25 years on at America's most contaminated nuclear waste site

But critics say poor management has put the site in further danger. When Susan Leckband moved to eastern Washington state to take a job 30 years ago, radioactive contamination was not on her mind. "I loved my job," she says. But it was only a handful of years before the place she worked, Hanford, turned from a plutonium production complex to a massive environmental clean-up site. For Leckband, the question is not about the past, but the progress made on cleaning contaminated buildings and soil. "It's important to the entire Pacific North-West... the food crops, the salmon, the Indian tribes - it's a huge, huge obligation," she says.

Situated on a plain along the Columbia River, the Hanford site is where the US produced plutonium used in the Manhattan Project, for the bomb that destroyed Nagasaki, and for a Cold War stockpile. Twenty-five years later, the region around Hanford is once again booming. Cigéo: ce qu'il faut savoir sur la future "poubelle nucléaire" française. Somalie : la poubelle à uranium.

La communauté internationale a condamné avec force les pirates-pêcheurs somaliens et leur a déclaré la guerre, tout en dissimulant derrière un voile de discrétion les opérations des flottes qui se consacrent à la pêche illégale non déclarée et non réglementée.

Somalie : la poubelle à uranium

Ces flottes en provenance du monde entier pratiquent la pêche furtive et déchargent des déchets toxiques dans les eaux somaliennes depuis la chute du gouvernement de ce pays, il y a dix-huit ans. Lorsque le gouvernement somalien s’effondra, en 1991, les intérêts étrangers saisirent l’occasion pour entreprendre le pillage des richesses alimentaires marines de la nation et faire de ses eaux échappant à toute surveillance la décharge des déchets nucléaires et toxiques.

Selon le Groupe de travail en haute mer (HSTF, sigle en anglais), en 2005, plus de huit cent bateaux de pêche opéraient dans les eaux somaliennes, tirant profit de l’incapacité dans laquelle se trouvait le pays de surveiller ses eaux et ses zones de pêche. Sources : Déchets nucléaires: EDF suspend le chantier du site de stockage du Bugey. Les travaux sont suspendus.

Déchets nucléaires: EDF suspend le chantier du site de stockage du Bugey

EDF a annoncé vendredi l'arrêt temporaire des travaux de construction d'un site de stockage de déchets nucléaires à la centrale de Bugey, dans l'Ain, après une décision de justice annulant le permis de construire. Le groupe avait entamé à l'été 2010 les travaux d'une installation temporaire sur le site du Bugey, appelée ICEDA (Installation de conditionnement et d'entreposage de déchets activés), qui devait permettre de stocker une partie des déchets issus des neuf réacteurs EDF en cours de démantèlement.

Sur ce site unique en France devaient notamment être entreposés, "à partir de fin 2013-début 2014", les déchets nucléaires du réacteur n°1 du Bugey, implanté dans les années 1960 sur la commune de Saint-Vulbas et à l'arrêt depuis 1994. Devaient également y être acheminés ceux des réacteurs de première génération de Brennillis (Bretagne), Saint-Laurent (Centre), Chinon (Centre), Chooz (Ardennes) et l'ex-Superphénix de Creys-Malville (Rhône-Alpes). Avec. Fukushima, le pire est à venir ? - Vidéo replay du journal televise : Le journal de 20h.