Journalisme

Facebook Twitter
agrégateurs de contenu Internet : l’info taillée sur mesure grâce aux infomédiaires C’est un fait avéré : la toile est aujourd’hui une source d’informations colossale. Elle est d’autant plus sollicitée par les lecteurs avides de news qu’elle met à disposition des contenus actualisés, gratuits et en provenance du monde entier. Le tout, en seulement quelques clics. Mais si Internet fournit une multitude d’informations, il est aussi victime de son succès, le revers de la médaille étant que l’internaute peut très vite se retrouver submergé par une multitude de contenus et avoir du mal à accéder à l’information recherchée. Pire encore, il peut avoir des difficultés à discerner l’info de l’intox. agrégateurs de contenu
journalisme

Six articles par numéro, des photos ou des illustrations fortes, des titres sobres, une édition impeccable, un prix bas… Marco Arment a-t-il trouvé les clés du succès avec The Magazine, une publication destinée en premier lieu à l’iPad ? Peut-être, mais s’il fait pour l’instant la course en tête sur le marché des « publications minimalistes », déjà la concurrence s’organise. Le titre, par sa fausse évidence, est trompeur : The Magazine ; comme si l’on avait à faire à l’un de ses innombrables ePubs mal fagotés qui encombrent les kiosques des smartphones et des tablettes. La couverture l’est tout autant. Dans le [Newsstand] de l’iPad ou de l’iPhone rien ne distingue réellement la publication de ses concurrents. Marc Mentre Marc Mentre
enseignement

local

réseaux

Digital Tech - Article - Database journalism

Digital Tech - Article - Database journalism

Le journalisme de données consiste à exploiter des bases de données, pour en extraire de l’information intelligible et pertinente, présentée de façon attractive. Il vise à donner du sens à d’obscures séries statistiques, à faire émerger des histoires dans de longues séries de données éparses. En cela, il s’inscrit pleinement dans la tradition journalistique consistant à aller chercher de l’information brute pour la présenter de manière adéquate au public. Seulement, il envisage différemment le rôle médiateur du journaliste. Le journalisme de données s’adresse d’abord à l’intelligence visuelle du public, et non à son intelligence verbale.
FlowingData | Data Visualization, Infographics, and Statistics

FlowingData | Data Visualization, Infographics, and Statistics

Pantheon, a project from the Macro Connections group at The MIT Media Lab, explores cultural influences across countries and domains. To make our efforts tractable, Pantheon will not focus on culture, as it is understood in its broadest sense, but on cultural production. In a broad sense, culture can be understood as all of the information that humans—or animals [1]—generate and transmit through non-genetic means [2]. At Pantheon, however, we do not focus on the entire range of cultural information, but in a subset of this information that we define narrowly as cultural production.
Avenir du journalisme

C’est la question que se pose Francis Pisani, et la question qu’il a posé à Clay Shirky (qui a répondu également aux questions de l’Observatoire des Médias) le lundi 31 janvier dernier, lors de la rencontre avec cette universitaire américain, organisé par Microsoft et sa revue Regards sur le Numérique. Jusqu’où peut-on aller avec les réseaux sociaux? Sur son blog, Transnets.net, Francis Pisani parle aussi de cette question, à laquelle Clay Shirky répond, mais pas totalement : En fait Shirky ne précise pas ce qu’il entend par “action” ou, plutôt, ne fait pas de distinction entre les différentes formes d’action. Francis Pisani: « Jusqu’où peut on aller avec les médias sociaux? » & Comment suivre l’actu internationale Francis Pisani: « Jusqu’où peut on aller avec les médias sociaux? » & Comment suivre l’actu internationale
10 conseils de journalistes « shiva » pour réussir son reportage vidéo 10 conseils de journalistes « shiva » pour réussir son reportage vidéo Voici six mois que je participe à la formation au « bimédia » des journalistes de la Nouvelle République et de Centre Presse. Au programme : culture web, écrire web, vidéo et montage. Tout ça en séances de six jours par petits groupes de six. Programme musclé, d’autant que l’on part souvent d’assez loin, mais je dois reconnaître que sur la quarantaine de journalistes que j’ai croisés la plupart ont une vraie curiosité pour la chose web, les outils en ligne et le multimédia. Si l’idée de devenir des journalistes « Shiva » (pour reprendre une expression récente du petit Larousse des médias) ne ravit pas toujours au premier abord, la vidéo est en revanche un jouet qui séduit immédiatement.