background preloader

Féministes

Facebook Twitter

Jacqueline Félicie de Almania. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jacqueline Félicie de Almania

Jacqueline Félicie de Almania (en italien Jacobina Felice, en latin Jacobina Felicie) exerça la médecine à Paris vers 1322. Après cette décision et bien que l'exercice de la médecine ne leur ait jamais été formellement retiré, en France les femmes restèrent exclues de son enseignement et de sa pratique jusqu'au XIXe siècle : ce n'est qu'en 1875 qu'une Française, Madeleine Brès, put obtenir un diplôme de docteur en médecine[2],[3]. Lou Andreas-Salomé. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lou Andreas-Salomé

Lou Andreas-Salomé Lou Andreas-Salomé en 1914 Lou Andreas-Salomé, née Louise von Salomé (12 février 1861 à Saint-Pétersbourg - 5 février 1937 à Göttingen), est une femme de lettres allemande d'origine russe. Karen Barad. Karen Michelle Barad (born April, 1956) is an American feminist theorist best known for her theory of Agential Realism.

Karen Barad

She is currently Professor of Feminist Studies, Philosophy, and History of Consciousness at the University of California, Santa Cruz.[1] She is the author of Meeting the Universe Halfway: Quantum Physics and the Entanglement of Matter and Meaning.[2][3] Her research topics include feminist theory, physics, twentieth-century continental philosophy, epistemology, ontology, philosophy of physics, cultural studies of science, and feminist science studies.[4] Barad earned her doctorate in theoretical physics at Stony Brook University. Her dissertation presented computational methods for quantifying properties of quarks, and other fermions, and in the framework of lattice gauge theory.

Simone de Beauvoir. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Simone de Beauvoir

Pour les articles homonymes, voir Beauvoir. Simone de Beauvoir Philosophe occidentale Époque contemporaine Simone de Beauvoir est souvent considérée comme une théoricienne importante du féminisme, et a participé au mouvement de libération des femmes dans les années 1970. Elle a partagé la vie du philosophe Jean-Paul Sartre. Margaret Bondfield. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Margaret Bondfield

Biographie[modifier | modifier le code] Peu éduquée[1], elle devient apprentie chez un drapier à l'âge de 14 ans[1]. Elle y « trouv[e] les conditions de travail misérables », se syndique[1] et adopte des idées socialistes[3]. En 1906 elle participe à la fondation de la Fédération nationale des femmes ouvrières (National Federation of Women Workers)[4]. En 1899 elle avait été la seule femme déléguée au Trades Union Congress, l'organisation fédératrice des syndicats britanniques ; en septembre 1923, elle est la première femme à devenir présidente du TUC[1],[3]. Pacifiste, elle s'oppose à la Première Guerre mondiale[3]. Elle perd son siège de députée (et donc son ministère) aux législatives d'octobre 1931, qui constituent un important revers pour les Travaillistes ; cette défaite constitue de facto la fin de sa carrière politique[5]. Marie-Hélène Bourcier. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marie-Hélène Bourcier

Pour les articles homonymes, voir Bourcier. Marie-Hélène Bourcier est sociologue, maître de conférences à l'université Lille III[1]. Elle est une militante queer reconnue en France. Biographie[modifier | modifier le code] Judith Butler. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Judith Butler

Pour les articles homonymes, voir Butler. Carrie Chapman Catt. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Carrie Chapman Catt

Carrie Chapman Catt en 1914. Biographie[modifier | modifier le code] Elle sera élue deux fois présidente de la National American Woman Suffrage Association (NAWSA) (Association nationale pour le suffrage des femmes américaines), de 1900 à 1904, puis de 1915 à 1920. Son second mandat coïncide avec l'apogée du mouvement qui aboutit à l'adoption en 1920 du 19e amendement qui donne le droit de vote aux femmes dans l'ensemble de l'Union (promulgué le après la ratification de tous les États). Elle a participé à la fondation de l'International Woman Suffrage Alliance (IWSA) (Alliance internationale pour le suffrage des femmes), dont elle a été la présidente de 1904 à 1923. Judy Chicago. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Judy Chicago

Judy Chicago (née Judy Cohen le 20 juillet 1939 à Chicago dans l'Illinois) est une artiste féministe américaine. Biographie[modifier | modifier le code] Née en 1939 à Chicago, elle s'installe à Los Angeles en 1957 pour s'inscrire à la UCLA art school, où elle devient membre de la très sélective Phi Beta Kappa dès 1962. Hélène Cixous. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hélène Cixous

Hélène Cixous Hélène Cixous, septembre 2011. Thérese Clerc, mort d’une femme libre. Atteinte d'un cancer, Thérèse Clerc, « s'est éteinte paisiblement chez elle » a précisé Danielle Michel-Chiche, auteure de la biographie "Thérèse Clerc, Antigone aux cheveux blancs" (édition des Femmes) et son amie de longue date. Femme libre par excellence, elle ne s’interdisait rien. N’hésitant jamais à prendre la parole pour dénoncer une injustice, « pousser un coup de gueule » pour remuer un peu les politiques qui rechignaient à l’aider à mettre en œuvre ses projets… Allant même jusqu’à poser nue pour prouver qu’un corps de « vielle », mot qu’elle revendiquait, pouvait être beau.

Lou Doillon "scandalisée" par Nicki Minaj, Kim Kardashian et Beyoncé: "Ma grand-mère s’est... Claire de Duras. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Claire de Duras. Andrea Dworkin. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Andrea Dworkin Andrea Dworkin en 1988. Activiste anti-guerre et proche de certains milieux anarchistes à la fin des années 1960, Dworkin a écrit plus d'une dizaine de livres sur la théorie et la pratique du féminisme radical. Pendant la fin des années 1970 et les années 1980, elle a a gagné une renommée nationale comme porte-parole du mouvement féministe anti-pornographie, et pour ses écrits sur la pornographie et la sexualité, particulièrement Pornography: Men Possessing Women (1979) et Intercourse (1987) qui restent ses deux ouvrages les plus connus.

Jeunesse et éducation[modifier | modifier le code] Xavière Gauthier. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Biographie[modifier | modifier le code] Née au sein d'une famille ouvrière normande[2], Xavière Gauthier entame des études littéraires à Paris. Titulaire d'un doctorat de 3e cycle en philosophie, elle est chargée de cours à l'Université de Paris I[3]. Elle est ensuite la fondatrice et directrice de la collection « Œuvres de Louise Michel », qui publie jusqu'en 2005 les principales œuvres (inconnues ou méconnues, la plupart inédites) de Louise Michel[5]. Olympe de Gouges. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Marie Gouze, dite Olympe de Gouges, née à Montauban le 7 mai 1748 et morte guillotinée à Paris le 3 novembre 1793, est une femme de lettres française, devenue femme politique.

Elle est considérée comme une des pionnières du féminisme français. Elle est souvent prise pour emblème par les mouvements pour la libération des femmes. Olympe de Gouges n’ira pas au Panthéon : pessimistes, qu’aviez-vous espéré ? Tribune Après quelques semaines de suspense, la décision présidentielle est tombée : les prochains grands hommes auxquels la patrie est reconnaissante seront quatre, dont deux femmes. Ces quatre-là sont admirables, incontestables, et je discerne dans le choix de ces résistants au nazisme – avec un grand plaisir – comme un coup de pied au cul posthume et bienvenu à un précédent Président qui fut le grand et fidèle ami de René Bousquet (l’organisateur de la massive déportation vers la mort des juifs de France), un Président qui faisait déposer une couronne sur la tombe de Pétain chaque année.

Ça et là, quelques articles – tout en approuvant la sélection – manifestent une certaine déception que Marie-Olympe de Gouges ait été souvent citée, puis oubliée ; et ils espèrent que son nom ressortira l’an prochain. Retour sur le parcours édifiant de Benoîte Groult, véritable figure féministe du XXe siècle. Grande figure du féminisme, Benoîte Groult est décédée le 20 juin 2016.

Entre actions politiques et essais révoltés, la romancière s’est appliquée pendant plus de 90 ans à défendre la condition féminine. Retour sur un parcours édifiant. Héloïse d'Argenteuil. Natacha Henry. Aline Kominsky-Crumb. Aline Kominsky-Crumb (born Aline Goldsmith; August 1, 1948) is an American underground comics artist. Life and career[edit] Kominsky-Crumb was born to a middle class Jewish family in the Five Towns area of Long Island, New York.[1][2] Her father was a largely unsuccessful businessman and organized crime associate. She later claimed that the social milieu shown in the movie Goodfellas (some of which was set in the Five Towns area) bore some resemblance to her own childhood. Annie Leclerc. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ursula K. Le Guin. Nicole-Reine Lepaute. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Catharine MacKinnon. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Malinche. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marie Marvingt. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Marie Marvingt. Alice Milliat. Federica Montseny, mère de l’IVG dans l’Espagne de 1936. Julia Mouzon :"Qui sait que le premier algorithme a été écrit par une femme ?" Taslima Nasreen. Lalla Fatma N'Soumer. Camille Paglia. Magdeleine Paz. Madeleine Pelletier.

Adelheid Popp. Madeleine de Puisieux. Rokeya Sakhawat Hussain. Monique Schneider. Alice Schwarzer. Gloria Steinem. Najat Vallaud-Belkacem. Sahra Wagenknecht. Emma Watson, sacrée célébrité féministe 2014. Victoria Woodhull. Frances Wright. Luise Zietz.

Anti-féministes