background preloader

« Quand une féministe est accusée d'exagérer, c'est qu'elle est sur la bonne voie. » Christine Delphy

« Quand une féministe est accusée d'exagérer, c'est qu'elle est sur la bonne voie. » Christine Delphy
IVG « de confort » : les arroseurs arrosés. Tout d’abord, félicitations : vous avez survécu à la journée de Lafâme. Normalement, vous n’avez qu’une envie : passer à autre chose. Dommage, car il nous faut revenir au 8 mars 2009, la journée de Lafâme d’il y a trois ans. À cette occasion, vous aviez pu lire sur ce site un article consacré à l’expression « IVG de confort », expression qui était alors passée complètement inaperçue ou presque. Elle était pourtant inscrite clairement dans le titre d’un article du journal Le Figaro, en date du 25 février 2009 : « De plus en plus d’avortements de confort ».

http://blog.entrailles.fr/

Related:  Féministesblogs chouettes

1. Ces hommes féministes sans frontières 7 milliards de voisins 2. Ces hommes féministes sans frontières Photographes, réalisateur ou fondateur de magazine féminin : qui sont ces hommes qui s’engagent aux côtés des femmes pour leurs droits ? Pierre-Yves Ginet, photographe. Mar_Lard et A-C Husson, deux féministes de la nouvelle génération Le 16 mars dernier paraissait un article de Mar_Lard concernant le sexisme chez les geeks sur le très bon blog Ça fait genre ! tenu et créé par Anne-Charlotte Husson. Depuis, une prise de conscience s’opère et les idées se confrontent sur Internet. Nous les avons toutes deux rencontrées pour parler de leur rapport au féminisme et de leur façon de vivre au quotidien avec leur militantisme. Comment en êtes-vous venues au féminisme ? Anne-Charlotte : Je ne sais pas vraiment depuis combien de temps je m’identifie comme féministe, mais depuis longtemps.

Sexactu Nous en avons tous rêvé, une application vient de sortir qui permet de faire des rencontres fondées sur les détestations communes. La chose s'appelle Hater, est dispo sur vos téléphones préférés et fonctionne comme un Tinder augmenté : outre qu'on peut swiper à gauche et à droite entre nos partenaires potentiels (attention, l'appli est par défaut faite pour des hommes hétéros, pensez à changer vos settings), les matchs s'organisent selon un degré supposé de compatibilité. De fait, la compatibilité, c'est au moins partiellement haïr les mêmes choses – les civilisations n'ont pas inventé les boucs émissaires par hasard, et si vous avez un doute, je n'ai qu'un seul mot à ajouter : « adolescence ». « NOIR » de K.W. JETER Alors que tout le monde avait enterré définitivement K.W. JETER, qui depuis quelques années ne donnait signe de vie qu’au travers de suites sans grand intérêt [Blade Runner] ou de séries SF de seconde zone [Star Trek , Alien nations et autres Starwarseries], voici que paraît en 1998 un roman autrement plus ambitieux, un mélange de polar hard-boiled et de science-fiction pour adultes consentants. « NOIR » c’est un peu la rencontre entre Alfred BESTER et Norman SPINRAD, un univers d’une violence sociale extrême dans lequel évolue un héros pas toujours très net, voire franchement antipathique, écartelé entre un passé difficile et un avenir encore plus incertain. Quand K.W. JETER renoue avec ses démons du passé ça fait mal, très mal, un peu comme « Dr Adder »en son temps... mais en moins jovial. « Vous voyez, c’est là que les dernières variations, notamment dans les films, ont mal tourné (...)

Mais vous voyez du sexisme partout! Cette semaine, cette pub pour une boutique de sport en ligne a créé la polémique sur le web. A celles/ceux qui dénoncent un énième cliché sexiste on a tendance à répondre que décidément, les féministes n’ont aucun humour. C’est exactement ce qu’on a rétorqué aux détracteurs des affiches des Infidèles. Le féminisme pour changer la société Interroger les obstacles à l’égalité amène à questionner les valeurs qui servent de fondement au système actuel et à défaire le cadre idéologique dominant. Le féminisme est aujourd’hui un outil puissant pour modifier en profondeur la société. Christiane Marty (coord.) "J'en ai chié pour vous" “Il a violé personne le gars”“La violence du billet…”“J'suis féministe et pourtant, je trouve pas qu'il faille en faire un fromage”“Je trouve que c'est hyper facile de l'insulter le gars, alors que même si c'est nul, c'est pas non plus une agression…”“Il a dérapé sur un sketch, ça va le lynchage….”“Le descendre comme ça, c'est puéril…”“Féministe de merde.”“On ne parle que de ça en ce moment, écrire sur ce qu'il a fait ou l'insulter ne fait qu'en remettre une couche” Petit mix au “mot pour mot” de ce qui tombe sur twit’, facebook ou autres réseaux sociaux.Alors certes, ça représente en gros 10% de tous les retours que j'ai pu avoir, et ça se noie dans la masse de messages gentils et de repostages.

Le dispositif Bienvenue 1983 - 2011 ... 28 ans déjà ! Autant d'années à accueillir une question simple -en apparence- : "C'est quoi le Non Faire ?". Ceux qui recherchent ici des techniques et secrets pour -faire faire du Non Faire- à leurs publics seront déçus ; parce que le Non Faire est une démarche plus qu'un but en soi. Il est dans la relation à l'autre et dans l'attention qu'on lui porte ; il ne prend son envol que dans le souffle de l'autre. Ce tout nouveau site offre une description de notre dispositif d’accompagnement personnalisé par la créativité ; ainsi que toutes les informations concernant nos ateliers et évènements ; le symposium annuel, les rencontres K-fé, etc. Nos solutions sont développées autour de 6 axes principaux destinés à soulager la souffrance psychique, redonner l'élan vital et accompagner durablement les vocations de celles et ceux qui ont un défi humain à relever.

Déconstruction des clichés les + courants au sujet du féminisme. Il y a quelques jours, j’ai été invitée par Biaise sur twitter à co-écrire une FAQ du sexisme avec tout plein de beau monde tout partout. Beaucoup ont participé, tous n’ont pas signé à la fin (parce qu’ils n’avaient pas envie ou parce qu’ils ne se sont pas manifestés), mais en tout cas, je suis fière de vous présenter cette FAQ à présent terminée. J’espère de tout cœur que cet article commun permettra de chasser un peu les idées reçues liées au féminisme ! À noter que ce texte est donc, totalement libre de droit. Vous pouvez le copier, le diffuser partout, mais en laissant les signatures, par contre. Et en ne modifiant pas le contenu, ça va de soi (manquerait plus que vous nous fassiez dire n’importe quoi).

Droit à l'avortement : "Il ne faut pas baisser la garde" "Quelle histoire !" Les éclats de rire illuminent le visage de Joëlle Brunerie-Kauffmann quand elle raconte son combat avec les "copains" pour la contraception et la libération de la femme dans les années soixante-dix. "Féministe dans l'âme", "obstinée", voire "rentre-dedans", la gynécologue âgée de 71 ans a lutté pour le droit des femmes à l'avortement et bravé la loi.

www.toutalego.com/2014/08/le-brevet-de-feminisme-ou-le-mythe-de.html Quand on se déclare féministe (ce qui n’est toujours pas simple en 2014), c’est un peu la double peine : il y a ceux qui vous traitent immédiatement d’hystérique/de poilue/de mal-baisée. Et ceux qui vous déclarent mauvaise féministe. Enfin, je devrais écrire « celles » car très souvent, d'après ma propre expérience, cette accusation émanait de femmes. On m’a ainsi retiré de nombreuses fois mon brevet de féminisme. Parce que je postais des photos de recettes de cuisine ou de chaussures. Parce que j’écrivais pour des « média bourgeois ». Comment les blogueuses féministes servent-elles la cause des femmes? "Prenons la Une!" Elles sont plusieurs centaines de journalistes à avoir signé un manifeste dans les colonnes de Libération le 3 mars, face à "la trop grande invisibilité des femmes dans les médias". Heureusement, Internet relève quelque peu la barre de la parité. D'après Médiamétrie, elles représentent la moitié des internautes en mars 2014, et 44,3% des créateurs de blogs à la fin de l'année 2012. Parmi ces blogueuses, une poignée défend la cause des femmes. Elles s'appellent Crêpe Georgette, Olympe ou encore Les Martiennes.

Ces études à la con qui nous prennent pour des connes Les dangers du neurosexisme à travers le portrait-robot de «Gwendoline», LA femme telle qu'elle est décrite par des pseudo-études scientifiques. Mi-janvier, le psychologue évolutionnaire, Jesse Bering, a écrit un article pour Slate.com, où il présentait quatre manières dont les femmes avaient évolué pour se protéger des viols lorsqu’elles ovulaient. Son article a déclenché de violentes critiques, au sein de Slate et sur des sites scientifiques notamment. Plusieurs journalistes de Double X, le site féminin de Slate, ont écrit une réponse à son article, et Jesse Bering a lui-même écrit une réponse à ces critiques.

Face ils gagnent, pile je perds – Le terrible dilemme des feministes. Traduit depuis The Terrible Bargain We Have Regretfully StruckPublié par Melissa McEwan le 14 août 2009 sur shakesville.com [Trigger Warning] C’est la réputation des féministes et aussi ma propre réputation cultivée depuis cinq ans grâce à ce blog, pourtant, non, je ne déteste pas les hommes. Beaucoup de misogynes détestent les femmes parce qu’un jour, une femme leur a fait un sale coup et ils s’en servent pour justifier leur haine de toutes les femmes. Et si je respectais cette règle-là, oui, j’aurais plein de raisons de détester les hommes. La plupart des lettres de menaces que je reçois vient d’hommes.

Related: