background preloader

Actualité des études féministes, genre et sexualité

Facebook Twitter

La sociologue Colette Guillaumin est morte. Les travaux sur l’idéologie raciste de cette spécialiste des rapports de la domination ont bouleversé la pensée scientifique.

La sociologue Colette Guillaumin est morte

LE MONDE | | Par Danielle Juteau (Professeure émérite, département de sociologie université de Montréal) La sociologue Colette Guillaumin est morte à Lyon, mercredi 10 mai. Elle était âgée de 83 ans. Ses travaux sur l’idéologie raciste ont bouleversé la pensée scientifique alors que sa théorisation des rapports sociaux de sexe a ébranlé des certitudes ancrées dans la nuit des temps. Elle a repensé le social de fond en comble. S’interrogeant d’abord – elle qui avait grandi sous Vichy – sur la catégorie de « race », elle n’a eu cesse de scruter des catégories sociales traitées comme évidentes et de dévoiler, chemin faisant, les rapports sociaux qui se cachent derrière elles.

Dialogue souvent ininterrompu Entrée au CNRS en 1963, elle a évolué principalement dans un groupe informel intitulé « Laboratoire de sociologie de la dominance ». Décès de la sociologue et féministe Colette Guillaumin. Pour la création d’un musée de l’histoire du genre. En 2002, pour la première fois était formulée la demande de création d’un musée «de l’histoire des femmes» en France.

Pour la création d’un musée de l’histoire du genre

Sans grand succès. A l’étranger pourtant, ce type d’institution existe: Etats-Unis, Sénégal, Vietnam, Canada, Turquie, Argentine, Mexique, Chine, ou encore Allemagne, Autriche, Danemark, Italie, Espagne, Pays-Bas... L’an dernier, le prix Simone de Beauvoir a récompensé le National Museum of Women in the arts de Washington, fondé en 1987, seul musée au monde dédié à la production artistique féminine. Il y a actuellement plus de 60 musées des femmes dans le monde ; des cybermusées naissant un peu partout. En France, c’est en 2004 que le site Musea est inauguré (Université d’Angers). Les réticences sont en effet nombreuses. Mais les avantages espérés balaient, me semble-t-il, ces objections. Disons aussi franchement tout ce que ce musée ne devrait pas être: un musée de La Femme (au singulier !)

L'Université d'Angers se lance dans la féminisation de Wikipedia. L'encyclopédie en ligne, qui se présente comme libre et universelle, est écrite à 90% par des hommes.

L'Université d'Angers se lance dans la féminisation de Wikipedia

Elle consacre plus des trois quarts de ses notices à des personnalités masculines. La bibliothèque universitaire d'Angers crée un atelier afin de promouvoir la place de la femme sur la plateforme. Wikipedia est le cinquième site le plus consulté en France mais seul 10% des contributeurs sont des femmes. Pis, la plateforme ne consacre pas plus de 12% de ses fiches à des personnalités féminines. Pour lutter contre ce déséquilibre flagrant, la bibliothèque de l'Université d'Angers organise en parallèle de la Journée des droits des femmes son premier atelier pour féminiser Wikipedia le 16 mars prochain.

Sur sa page d'accueil, Wikipedia se présente comme un «projet d'encyclopédie libre que vous pouvez améliorer». Concrètement, le travail se divise en deux axes. Le «genre», nouveau domaine éditorial de Sciences-Po. Trouble dans les études de genre. Après la décision de Valérie Pécresse de ne plus subventionner les études de genre au niveau de la région Ile-de-France (Libération du 15 décembre), ce champ de recherche tente de sauver sa peau et avance pour sa défense des arguments qui méritent discussion.

Trouble dans les études de genre

Tout d’abord, cette intox persistante et contre-productive qui consiste à dire que la théorie du genre n’existe pas en réponse aux accusations du pape, de la Manif pour tous et des antigenres qui ont lu John Money dans le texte. Ensuite, le fait de dire que les études de genre cherchent somme toute des aménagements raisonnables avec la différence sexuelle, source d’inégalités, en faisant la chasse aux stéréotypes. Il ne s’agirait donc pas d’en finir avec cette fiction fondatrice, eurocentrique et coloniale de notre modernité à l’origine des inégalités en question que sont la différence sexuelle et ses dualismes. Quant à la différence sexuelle, c’est le sparadrap du capitaine Haddock du féminisme. Du Pécresse ?