background preloader

Contre l'IVG

Facebook Twitter

Les anti-IVG pratiquent la désinformation sur le Web. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Samuel Laurent Tapez "IVG" ou "avortement" sur un moteur de recherche, et vous trouverez, parmi les premiers liens, des sites comme "ecouteivg.org" ou encore "ivg.net".

Les anti-IVG pratiquent la désinformation sur le Web

En apparence, ce sont des sites d'information ou d'aide pour des femmes confrontées à la question de l'avortement. Pour certains c'est bel et bien le cas, et l'information, plus ou moins abondante, est fournie de manière neutre. Mais, comme l'a découvert l'AFP, qui a enquêté longuement sur le sujet, relayée par LeFigaro.fr, ce n'est pas le cas de tous, loin de là.

Derrière l'apparence de l'information se cache en fait une manipulation. Prenons "ivg.net". Sous des apparences d'objectivité et de neutralité, tout son contenu véhicule en fait un argumentaire anti-IVG. Selon plusieurs témoignages, dont celui de la blogueuse Gaëlle-Marie Zimmermann, la "hotline", loin de donner des conseils objectifs, tend à diffuser une information dramatisant l'acte d'avorter et incitant à s'en détourner.

Zemmour sur RTL: "La loi Veil était un pis-aller compassionnel" Comme vous le savez, Eric Zemmour occupe chaque matin le micro de RTL depuis le début du mois de janvier pour y tenir une petite chronique quotidienne.

Zemmour sur RTL: "La loi Veil était un pis-aller compassionnel"

C'est un choix éditorial (le seul jusqu'à présent) du nouveau président de la station Christopher Baldelli. Volonté de créer du buzz, de mettre en avant un journaliste réputé politiquement incorrect, c'est ce que l'on appelle un choix « clivant ». Zemmour peut en effet attirer autant de fans que de gens qui le détestent. C'est « l'effet Polac », le personnage mis en vedette attire téléspectateurs ou auditeurs pour de bonnes et/ou de mauvaises raisons. Cela peut marcher, mais à terme, le risque est grand. Avant-hier, Zemmour a commenté le rapport de l'IGAS présentant la situation de l'IVG en France trente-cinq ans après le vote de la loi Veil et son prolongement de 2001. 200 000 avortements par an, 30 000 grossesses adolescentes, et derrière ces chiffres, des drames, des tourments, des traumatismes. (Source: radiortl) Petit pot-pourri: Zemmour et l'IVG. Le Dico des filles s’attaque au droit à l’avortement. Agissons !

Chaque année, la maison d’édition sort son Dico des filles, un dictionnaire de 200 mots pour répondre aux interrogations des adolescentes de 12 à 16 ans.

Le Dico des filles s’attaque au droit à l’avortement. Agissons !

Adolescence, amitié, sexualité mais aussi mode ou beauté, on trouve ici un manuel très complet. Une question ? Un problème ? Pas d’inquiétude : Fleurus vous explique de A à Z ce qu’être femme veut dire. Une page est particulièrement intéressante : celle qui nous parle de droit à l’avortement. La maison d’édition Fleurus n’y va pas par quatre chemins. Si vous choisissez de disposer librement de votre corps, votre vie ressemblera ensuite à quelque chose de très très triste. Fleurus estime que « les grandes familles religieuses ont leur mot à dire ». La fin de l’article est juste à tomber : « Heureusement, cela ne veut pas dire qu’elles ne pourront, par la suite (…) être de bonnes mères ». Vous cherchez des infos fiables sur l’IVG ? Fleurus a montré à de nombreuses reprises son désintérêt de l’égalité femmes – hommes. IVG : les députés suppriment l’idée d’une «situation de détresse»

L’IVG et les libertés linguistiques du FN. On parle beaucoup d’IVG depuis quelques semaines, et la plupart du temps, ce n’est pas bon signe pour les droits des femmes.

L’IVG et les libertés linguistiques du FN

C’est le cas en France, mais aussi aux Etats-Unis, qui sont eux aussi en période pré-électorale et connaissent un durcissement très marqué du discours républicain ainsi qu’une réactivation de ce que les démocrates ont qualifié de "guerre menée contre les femmes" ("War on Women"). Vous pouvez lire à ce propos une synthèse très intéressante sur le blog d’une amie qui vit là-bas. Si les droits des femmes ne semblent malheureusement pas être une priorité pour la plupart des candidats et des candidates à la présidentielle, l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG), pourtant, apparaît régulièrement dans les radars médiatiques. Il y a ceux qui, comme François Hollande, en parlent à l’occasion de la journée des droits des femmes (il propose que « que tous les établissements hospitaliers [publics] de notre pays puissent être dotés d’un centre IVG »).

L. Like this: