background preloader

Non, les hommes n’avortent pas.

Non, les hommes n’avortent pas.
« Aucun degré d’empathie ne peut remplacer l’expérience. Compatir n’est pas pâtir » (Christine Delphy) Rue89 a publié un article ayant pour titre « les hommes avortent aussi, personne ne s’en soucie« , sous la plume de Frédéric Leclerc-imhoff. Je suis choquée et agacée par cet article, rien que le titre est dérangeant. Si je parle de cet article néanmoins, c’est que tout n’est pas à jeter. Je voudrais, tant que faire se peut, être parfaitement juste. Voilà pour ce qu’il y a à sauver de l’article. 1) Non, les hommes* n’avortent pas. Le titre de l’article est révoltant. Bien sur, toute les femmes ne connaîtront pas forcément la grossesse ou l’avortement au cours de leur vie. On pourrait penser que le titre est simplement maladroit, mais de nombreux éléments de l’article semblent aller dans le sens d’une absence de considération de ces différences biologiques entre hommes et femmes. 2) L’IVG pour les femmes: un droit fragile et sans cesse menacé Minute papillon. Ben voyons. Related:  IVG Interruption Volontaire de Grossesse

Abortion Care and Reproductive Healthcare Services As well as being the UK's leading provider of abortion care, bpas Healthcare offers several other reproductive healthcare and diagnostic services on behalf of NHS PCTs. We pioneer new developments and innovations in our field, and set the standard for good practice in this sensitive area of healthcare. In the generation that has grown up since the Abortion Act 1967, new expectations and changed attitudes to abortion and sexual health have placed greater focus on bpas’ work. The credibility and reliability attained by 40 years’ success has made us leaders in our field. As a registered charity we are a not-for-profit organisation, so any surplus we generate are used to improve our [UK] service. Our clients for these healthcare and diagnostic services, including specialist booking services are mainly Primary Care Trusts (PCTs), NHS Trusts, GPs or groups of practices who commission our services on behalf of the NHS.

La convergence. Twitter promet de très belles rencontres, ouais, mais aussi de se manger de sacrées surprises moins géniales. La semaine dernière, avec son 8 mars et son cortège de remise en question du féminisme et de sa légitimité, a été un festival de déni. Vraiment trop bien, les féministes de tout poil (haha) ont eu droit à tout : la culture du viol est un mythe, en France on a plus rien à revendiquer, y'a des problèmes plus importants, et j'en passe et des meilleures (sans oublier les blagues sur la vaisselle sans quoi le 8 mars ne serait pas complet). J'ai même appris, dis donc, que le patriarcat était mort en 68 et que du coup les féministes luttaient sans doute contre des fantômes. Exorcisons une féministe "fear le patriarcaaaaaarrgh" Dans le torrent de merde, j'ai dégoté des faux alliés parmi les twittos que je suis. Il y aurait des luttes prioritaires, on pourrait résumer ça comme ça. Le Capitalisme Manif de femmes de 36 ans à cheveux verts qui dessinent pour vivre

Avortement avec pilules — Women on Waves Bingo féministe et « mansplaining  | «Genre! Hier, Sophie Gourion, une féministe que j’apprécie et que je suis sur Twitter, a eu un long débat à propos du marketing genré. Elle a écrit, il y a quelques mois, un article pour Slate sur cette stratégie « qui consiste à segmenter l’offre produit en fonction du sexe », »une façon indirecte de démultiplier les intentions d’achat, deux produits sexués devant ainsi se substituer à un seul produit mixte au sein d’un ménage ». Une des personnes avec qui elle discutait n’y voyait pas de sexisme et, surtout, pas un sujet de préoccupation pour les féministes; d’où ce tweet (écrit par un homme): @Sophie_Gourion le vrai combat du féminisme est dans l’égalité des droits, pas dans l’uniformité des produits ni de la comm.— [Anonyme] Juillet 13, 2012 Précisons que cette personne, avec qui j’ai discuté ensuite, se considère comme féministe et que mon objectif n’est pas de lui contester cette appellation. Tu crois que je suis en train de faire du mansplaining? Alors, vous voyez ce que je veux dire?

Les hommes avortent aussi ; personne ne s’en soucie ? L’IVG est une affaire de couple. Pourtant, de la décision, où son avis ne compte pas toujours, au manque d’écoute dans les centres, l’homme ne trouve pas sa place. Au moins 40% des femmes ont recours à une IVG au cours de leur vie. 220 000 chaque année. « Dans la rue, quand on croise des femmes, on se dit qu’une sur deux a connu l’IVG. Mais quand on voit des hommes, on ne pense jamais à ça. » Coline Bost est animatrice au planning familial de Bordeaux. « Ils ne peuvent pas comprendre ce qu’elles ressentent » L’IVG, question délicate pour eux, car s’ils ont leur mot à dire, légalement la décision ne leur revient pas. C’est ce qu’explique Muguette Rose, conseillère au centre de planification de l’hôpital Pellegrin de Bordeaux : « C’est une histoire de couple, mais c’est une histoire de femme. Gabriel : « un bref moment de joie » « Je ne pense pas que les hommes se sentent satisfaits de l’accueil qu’ils reçoivent dans les différentes structures. Lui et un autre mec, en pleurs « J’étais énervé.

Pas si grave | Polyvalence mon pote Je crois que le pire dans les violences sexistes, qu’elles soient physiques ou autres, c’est qu’on tente toujours de les minimiser. De te dire qu’ailleurs c’est pire, que tu exagères… C’est d’ailleurs très parlant, puisque comme dit Christine Delphy « Quand une féministe est accusée d’exagérer, c’est qu’elle est sur la bonne voie. » S’agissant du harcèlement de rue par exemple, il m’aura fallu de longues discussions sur Internet, et en particulier sur Twitter, pour mettre le doigt sur ce que ces comportements avaient de terrible et de glaçant sous leurs dehors de drague un peu cheap. Evidemment, ça m’énervait qu’on me parle mal parce que ma jupe était trop courte, mon pantalon trop moulant, ou t-shirt trop échancré et que de surcroît j’avais l’outrecuidance de ne pas répondre aux sifflements ou invectives supposément flatteuses. Mais ce n’est pas grave, n’est-ce pas, ce ne sont que des mots… C’est donc d’actes qu’il faut parler ? Diane L’ombre de la domination Illustration par Shetty

Brochure « Le droit à l’avortement : 25 ans de reconnaissance officielle » Soumis par Mélissa Lessard le 28 janvier 2013 - 12h57 Québec, le 28 janvier 2013 — Le Conseil du statut de la femme souligne aujourd’hui le 25e anniversaire de la décriminalisation de l’avortement par la Cour suprême du Canada survenu en 1988 avec le célèbre arrêt Morgentaler en publiant la brochure Le droit à l’avortement – 25 ans de reconnaissance officielle. Dans un jugement majoritaire, la Cour suprême a décidé que l’article 251 du Code criminel – qui interdisait tout avortement provoqué, à moins qu’il soit autorisé par un comité d’avortement thérapeutique – était inconstitutionnel. L’article portait une atteinte injustifiée aux droits de la femme, garantis dans la Charte des droits et libertés. « Cette courte brochure s’adresse aux jeunes femmes et aux jeunes hommes afin de les sensibiliser au fait que l’avortement a longtemps été un acte criminel, que beaucoup de femmes sont mortes des suites d’avortements clandestins bâclés. -> Consultez la brochure (PDF)

Les « vérités » d’Eric Zemmour : les femmes diluent-elles le pouvoir ? | Olympe, traqueuse de stéréotypes Si les contradicteurs d’Eric Zemmour ont tellement de mal avec lui, c’est qu’il part toujours de faits observables et peu contestables. Auxquels il fait ensuite dire ce qui lui convient. Il y a quelques semaines, cette interview par Ruth Elkrief a pas mal circulé sur les réseaux sociaux et donné lieu à quelques réactions (le blog des Martiennes, les Nouvelles News). Eric Zemmour y énonce une série de « vérités » : « Il y a un lien entre pouvoir et virilité, les hommes ont inventé le pouvoir », « le pouvoir est masculin » et il ne manque pas de préciser, que, bien entendu, il y a des exceptions et des femmes qui ont accédé au pouvoir en utilisant des valeurs masculines. Qu’y a t-il à redire à ça ? Rien, il a raison sur tout. Et polémiquer là-dessus revient d’une part à renforcer sa position puisque l’auditeur ne peut que lui donner raison, et se retrouver à défendre des positions peu assurées, ce qu’il ne manquera pas évidemment de souligner. On reste loin de la parité

Pirouette4 : Dossier 5 #ECN2013... Ozon pense que les femmes fantasment sur la prostitution Pondu par Sophie-Pierre Pernaut le 21 mai 2013 François Ozon a déclaré qu’à ses yeux, les femmes fantasment sur la prostitution, lors d’une interview pour le Hollywood Reporter. Craquage de slip total. La semaine dernière, Fab te parlait de Jeune & Jolie en se demandant si, par hasard, François Ozon ne serait pas un peu à côté de la plaque en ce qui concerne la prostitution. Le réalisateur qu’on croyait « « « « amoureux des femmes » » » » (j’ai toujours eu du mal à supporter ce terme, excuse donc ces multiples guillemets), ou du moins suffisamment respectueux pour comprendre qu’il vaut mieux éviter de mettre des millions de personnes dans le même sac parce qu’elles ont une vulve. « Je pense que les femmes comprennent mieux le film que les hommes. Je t’avouerai qu’à part mon respect pour les prostitué-e-s, je n’ai pas d’avis tranché, éclairé à 100% sur la prostitution – j’y travaille – et ce n’est pas cette partie du débat que j’ai envie de commenter. Faux, faux, mille fois faux.

Related: