background preloader

Europe et lobbying anti-IVG

Facebook Twitter

Le vote européen contre le rapport Estrela sur la liberté sexuelle faussé ? Le 10 décembre dernier, le parlement européen a rejeté par sept voix le « Rapport sur la santé et les droits sexuels et génésiques », porté par l’eurodéputée Edith Estrela.

Le vote européen contre le rapport Estrela sur la liberté sexuelle faussé ?

Il s’agit d’un rapport très controversé, reconnaissant le droit à la contraception, à l’avortement et abordant des questions sensibles comme la procréation médicalement assistée ou l’éducation sexuelle. Une résolution alternative, portée par les partis conservateurs, a été mise au vote. Très courte, elle proposait que la rédaction et l’application des politiques sur la santé et les droits sexuels et génésiques ainsi que sur l’éducation sexuelle dans les écoles relève « de la compétence des Etats membres ».

Cette résolution alternative a été adoptée par 334 voix contre 327, avec 35 abstentions. Cette vidéo conteste le résultat de ce vote et demande un nouveau vote. . « Je termine en demandant d’appuyer [et non “de rejeter”, ndlr] la résolution alternative pour permettre que mon rapport soit voté. » Les droits des femmes victimes d'une erreur de traduction ? Le 10 décembre, le Parlement européen enterrait le « Rapport Estrela », du nom de la députée socialiste portugaise Edite Estrela, vice-présidente de la commission pour les droits de la femme et l‘égalité des genres.

Les droits des femmes victimes d'une erreur de traduction ?

Ce « rapport d’initiative » prônait un accès généralisé en Europe à la contraception et à de services d’avortements sûrs, reconnaissant ainsi, sur le principe, l’avortement comme un droit européen. Ce texte purement symbolique, puisque non-contraignant, a déclenché l’ire des députés conservateurs qui ont contré la proposition en déposant un texte alternatif affirmant la primauté des Etats-membres sur de telles questions. A l’heure du vote, c’est cette motion alternative qui a été adoptée, par 334 voix contre 327, enterrant définitivement le rapport Estrela, au grand dam de la gauche et des associations féministes. Mais depuis dimanche, une vidéo circule sur Internet, contestant les résultats et demandant un nouveau vote des textes. [Enquête] IVG: comment une erreur de traduction a faussé le vote du Parlement européen. Il est bientôt 13h, mardi 10 décembre, dans l’hémicycle du Parlement européen à Strasbourg.

Dans une dizaine de minutes, le rapport de la députée socialiste portugaise Édite Estrela sera soumis au vote. Il ne s’agit pas d’une loi, mais d’un texte sans véritable portée législative. IVG sous pression en Europe. Le droit à l’avortement menacé en Europe. Espagne, Italie, Lituanie, la liste des pays européens où le droit à l’avortement est menacé n’en finit pas de s’allonger. Ce vendredi, Danielle Bousquet, la présidente du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCEFH), alerte François Hollande et les dirigeants européens « sur les menaces graves et répétées pesant sur le droit des femmes à avorter en Europe ».

Dans un communiqué, elle déplore que l’Europe assiste « trop passivement aux victoires des intégristes religieux, intégristes que l’on est pourtant si prompts - et à juste titre - à dénoncer de l’autre côté de la Méditerranée ». En Italie, de plus en plus de gynécologues refusent de pratiquer des IVG, invoquant « l’objection de conscience ». En 2008, près de 70 % des praticiens transalpins défendaient cette position, selon « Le Parisien ». Les chiffres parlent d’eux-mêmes : d’après le site « Avortement IVG », 234 801 avortements ont été pratiqués en 1982, contre 121 406 en 2008. VIDÉO. Strasbourg vote contre l'avortement suite à une erreur de traduction. Mardi 13 décembre, les députés de droite et d'extrême droite poussent des cris de joie dans l'hémicycle du Parlement européen de Strasbourg.

VIDÉO. Strasbourg vote contre l'avortement suite à une erreur de traduction

Les élus viennent de voter un texte qui enterre "le rapport Estrela" porté par la députée socialiste portugaise du même nom, qui devait consacrer l'avortement comme "un droit européen". One of Us: Complaint by Citizens’ Committee brings EU Institutions into embarrassing situation. Posted on | August 1, 2014 by J.C. von Krempach, J.D. | Following the flat refusal of the European Commission to take any action in response to the successful European Citizen Initiative ONE OF US, the organisers of the initiative have now filed a formal lawsuit against the EU’s executive.

One of Us: Complaint by Citizens’ Committee brings EU Institutions into embarrassing situation.

In the 30-page complaint (which we make available online on this blog for the convenience of our readers), the citizens’ committee meticulously exposes the lack of argument and intellectual poverty of the Commission’s answer to the initiative, which had been signed by nearly two million citizens. It comes to the conclusion that this response was inadequate, and hence violates the Commission’s obligations. It will be very interesting to follow the further developments of this lawsuit. In other words, this is not about abortion anymore. The Court may be strongly tempted to wriggle out of this dilemma by finding some formal subterfuge for not dealing with the complaint.

REQUETE One of US rev-FINAL. Pro-life campaign accused of harassing women as they visit Cardiff abortion clinic.