background preloader

Affaires

Facebook Twitter

France : Pancarte «Casse-toi pov'con»: la France condamnée. La Cour européenne des droits de l'homme estime que Paris a violé le principe de liberté d'expression en condamnant pour offense à Nicolas Sarkozy le militant de gauche qui avait brandi en 2008 une affichette «Casse-toi pov'con» lors d'une visite présidentielle. Une décision «disproportionnée» et attentatoire au principe de liberté d'expression. C'est ainsi que la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) qualifie jeudi la condamnation d'Hervé Eon, un militant de gauche jugé coupable d'avoir brandi une pancarte «Casse-toi pov'con» au passage de Nicolas Sarkozy.

C'était en 2008, lors d'une visite présidentielle à Laval, en Mayenne. Cet ancien conseiller général socialiste passé au Parti de gauche, alors âgé de 56 ans, avait choisi de détourner l'insulte prononcée quelques mois plus tôt par Nicolas Sarkozy au Salon de l'agriculture à l'encontre d'un visiteur qui avait refusé de lui serrer la main. Une satire, selon les juges. Carla Bruni ou 132 756 euros pour quelques pages d'un Wordpress.

Ce n'est pas le rôle de Numerama d'évoquer des affaires sans lien avec le numérique, comme l'affaire Carla Bruni mise au jour par Frédéric Martel dans un article publié par Marianne. Les soupçons qui pèsent sur la Première dame de France et sa Fondation sont loin de l'univers que nos commentons quotidiennement. Sauf lorsqu'une partie touche à Internet, et qu'elle nous fait bondir. Dans un article publié vendredi, Mediapart révèle que le Fonds mondial de lutte contre le sida a versé 132 756 euros à une entreprise baptisée La Fabrique du Net, "pour réaliser la partie " lutte contre le sida " du site Carlabrunisarkozy.org". De quoi nous donner l'envie de creuser... Cette société, comme toute bonne entreprise spécialisée dans le web, ne semble pas avoir son propre site internet. Il s'agit d'une SARL unipersonnelle fondée en 2009 et gérée par son associé unique, Jérôme Blouin. Un professionnel de la pub et du marketing qui a fait ses armes principalement chez FKGB et Heaven/Edelman.

Karachi vu par Washington. Dès le 8 mai 2002, les services américains estimaient que l’attentat de Karachi ne ressemblait à aucun autre intervenu dans la mégapole pakistanaise. OWNI révèle 28 pages de notes du consulat américain de Karachi en relation directe avec l’attentat contre le bus de la DCN. Et permettant d'évoquer l'implication des forces paramilitaires pakistanaises. Le 8 mai 2002 et dans les semaines suivantes, les services de sécurité du consulat américain de Karachi ont suivi et analysé l’attentat perpétré contre le bus de la Direction des constructions navales (DCN – désormais appelée DCNS). Au titre de leur mission de renseignement sur les actes terroristes perpétrés au Pakistan, en particulier lorsqu’ils visent des cibles des États-Unis ou de leurs alliés.

Nous avons obtenu auprès de Washington les notes qu’ils ont rédigées en relation avec l’attaque terroriste perpétrée ce jour-là contre le bus des employés français de la DCN provoquant la mort de 15 personnes et en blessant 23 autres. Comment le "chantier" monté par l'IGS s'est retourné contre les policiers. Procédure truquée par l'IGS : à l'Assemblée, l'opposition dénonce des faits graves. Pourquoi l'affaire Karachi s'envenime. - Ziad Takieddine, le 5 octobre 2011, peu avant son audition par le juge Van Ruymbeke. REUTERS/Gonzalo Fuentes. - Longtemps réputé pour sa discrétion, Ziad Takieddine fait désormais feu de tout bois dans l'affaire Karachi.

Persuadé d’être victime d’un complot, l’homme d’affaires franco-libanais n’hésite plus à appeler lui-même certains journalistes pour mettre les choses au clair. Alors que les deux magistrats du pôle financier cherchent depuis des mois à comprendre comment des rétro-commissions ont pu servir à financer la campagne d’Edouard Balladur en 1995, Takieddine explique aujourd’hui que ce système occulte n’a jamais pris fin. Publicité «Je les tiens tous par les couilles» Cantonnée pendant des mois aux révélations de Mediapart et à l’obstination du juge Van Ruymbeke, l’affaire Karachi s’est accélérée au mois de septembre. Dernier rebondissement: l’apparition d’un nouveau témoin clé, François Rouichi, dont le frère Akim a été retrouvé pendu à son domicile en août 1995.

20101012 UNE EQUIPE DE TF1 MATRAQUEE PAR LA POLICE - une vidéo Actu et Politique. Michèle Alliot-Marie a profité de l'avion d'un proche de Ben Ali. Affaire Karachi: selon l'avocat des parties civiles, le parquet protège Sarkozy. Affaire Woerth. Karachi Gate. Les caisses noires des ventes d'armes. Cour des comptes - Elysée. Privatisation et népotisme - France XXIe siècle. Les phares de l'UMP. Dominique de Villepin accuse l'Elysée d'avoir ordonné au parquet.