background preloader

Comment Dieudonné est devenu antisémite

Comment Dieudonné est devenu antisémite
Dieudonné a rencontré en Iran le président Mahmoud Ahmadinejad dont la réélection a été qualifiée de truquée par l'opposition qui a multiplié les contestations et est victime d'une répression brutale par le régime islamiste. L'humoriste qualifie pourtant les manifestations qui ont suivi l'élection de Mahmoud Ahmadinejad de «propagande sioniste» et affirme à propos de Clothilde Reiss, la Française arrêtée par les autorités iraniennes et assignée à résidence: «Si son projet est de servir le sionisme, dans ce cas, elle a sa place en prison en Iran». Dieudonné a encore déclaré samedi 28 novembre avoir récolté des fonds pour mener un «combat culturel» contre le sionisme lors de sa rencontre avec Mahmoud Ahmadinejad. Nous republions après cette nouvelle provocation un article de Marc Caen montrant que l'antisémitisme de Dieudonné est loin d'être récent. publicité Chapitre 1 : les prémisses de la haine dès 2002 Chapitre 4 : Le coming-out frontiste, Dieudonné décomplexé (fin 2006 à aujourd'hui) Related:  Contre Dieudonné et sa bande de fachosAffaires

« Mais c’est de l’humour ! » Il se trouve encore des gens, parfois complètement intégrés dans le « paysage médiatique », pour défendre Dieudonné, qui serait « victime de l’ambiance de l’époque ». Soi-disant Desproges et Coluche faisaient des trucs qu’on ne pourrait plus faire aujourd’hui, qu’ils ont pu faire des blagues sur les Juifs sans susciter les mêmes réactions que Dieudonné. Sauf que Desproges ou Coluche n’ont jamais invité des nazis dans leur théâtre1 (ou alors pour leur faire un procès) ont toujours entretenu une large distance avec l’extrême droite, quand Dieudonné s’y est complètement intégré. Ce que tu ne comprends pas Alexandre Astier, c’est que Dieudonné ne peut pas être considéré, comme tu le voudrais « uniquement pour ce qu’il fait sur scène ». « La quenelle », à vomir… Il ne se contente pas de faire des salut nazis « pour rire » sur le plateau de Fogiel mais aussi en vrai, avec cet élégant détournement de la « quenelle » que l’on « glisse ». « Je ne prononce pas le mot juif. On s’en fiche.

Le Cran saisit le CSA après une chronique « xénophobe » d’Eric Zemmour Une chronique d’Eric Zemmour a provoqué la saisie du CSA par une association qui la juge « xénophobe » - AFP/JACQUES DEMARTHON Une association antiraciste, le Cran, a saisi le Conseil supérieur de l’audiovisuel en réaction aux propos tenus par Eric Zemmour qui avait accusé sur RTL « des bandes de Tchétchènes, de Roms, de Kosovars, de Maghrébins, d’Africains » de « dévaliser, violenter ou dépouiller », a-t-on appris vendredi auprès du CSA. Dans sa chronique, Eric Zemmour a estimé que « seules les sociétés homogènes comme le Japon, ayant refusé de longue date l’immigration de masse, et protégées par des barrières naturelles, (...) échappent à cette violence de la rue ». En février 2011, Eric Zemmour avait été jugé coupable d’incitation à la discrimination raciale suite à ses propos dans l’émission de Thierry Ardisson, Salut les Terriens.

Dieudonné, côté obscur Ultime provocation d’un histrion à la carrière en berne pour attirer les feux des projecteurs ou aboutissement logique d’une démarche entamée il y a plusieurs années ? Comment, à 43 ans, Dieudonné - l’ex-comparse d’Elie Semoun, qui s’était présenté à Dreux, en 1997, face à la candidate lepéniste Marie-France Stirbois, dénonçant alors «le cancer FN» et le «grand manitou borgne» - en est-il arrivé à inviter, pour la dernière de son spectacle «J’ai fait le con», au Zénith, Robert Faurisson, le pape du négationnisme (lire ci-contre) ? Pourquoi a-t-il fait baptiser sa fille Plume, en juillet à Bordeaux, dans la paroisse traditionaliste de l’abbé Laguérie, qui avait prononcé l’homélie funèbre du milicien Paul Touvier ? Dans la salle, beaucoup plus en vue, se trouvent aussi Kemi Seba, leader du groupuscule noir racialiste, la Tribu Ka, dissout en juillet 2006 pour «appel à la violence et antisémitisme», et actuel président du Mouvement des damnés de l’impérialisme. En rabbin ultra-orthodoxe

La "quenelle", un coup de mou pour nos luttes Faire le geste de la quenelle n’engage à rien: ni promesse ni action. Elle fait croire à celles et ceux qui la font, qu’elle est subversive en soi et qu’elle prouve l’existence d’une unité entre les soi-disant "anti-système". Il n’y a de concret que la répétition du geste de scène d’un artiste qui a joué sciemment la carte d’une carrière indépendante et l’engagement politique au sein de l’extrême droite. Si des personnes issues de l’immigration peuvent la faire aux côtés de personnes comme Bruno Gollnisch qui est ouvertement anti-musulman, ou de Jean Marie Le Pen qui croit en l’inégalité des races : c’est que ce geste ne signifie rien comme engagement. On peut très bien imaginer la BAC faire ce signe à des jeunes durant un contrôle musclé. La notion qui assimile la pénétration à la domination est un cliché misogyne et homophobe que partagent Dieudonné, Alain Soral et Eric Zemmour. Bras mou comme une quenelle ou poing de panthère, il faut choisir. Like this: J'aime chargement…

Peau noire, white power: Dieudonné au secours des skinheads Il fallait s’y attendre. On est arrivé au point où l’on tente de nous vendre nos ennemis sous la forme d’une gentille blague. Dans une vidéo publiée le 5 juillet dans laquelle il mélange promotion de ses spectacles et politique, Dieudonné annonce sur le ton de la plaisanterie qu’il a interviewé Serge Ayoub, le leader du mouvement désormais dissous Troisième Voie. Dieudonné est un proche du clan Le Pen et fait partie des réseaux d’extrême droite. Cependant, en souvenir de son combat contre le racisme des années 90, il conserve une image positive dans la tête de beaucoup d’habitants des quartiers et au-delà. On met souvent sur le compte de la provocation ses vannes acerbes sur les noirs et les arabes. Aujourd’hui, Dieudonné tente de nous faire croire que Serge Ayoub est un type sympa, sinon fréquentable lorsqu’on est noir ou arabe. La réconciliation a cependant tourné court lorsque Serge Ayoub a organisé les apéros saucisson-pinard avec Riposte Laïque – pas vraiment ouverts aux musulmans…

M. Valls cité à comparaître pour incitation à la haine raciale M. Valls cité à comparaître pour incitation à la haine raciale "Aucune forme de discrimination, de stigmatisation, ne sera tolérée" .... dit le Président Hollande. Mais il nomme à Matignon ... La voix des Rroms fait citer Manuel Carlos Valls pour provocation à la haine raciale envers les Rroms. Les Rroms, quelle que soit leur nationalité et notamment lorsqu’ils sont Français, n’ont pas vocation à « rentrer » en Roumanie ou en Bulgarie. Ils sont par contre décidés à dénoncer le racisme d’Etat qui les frappe. C’est pourquoi ils saisissent la justice pour faire sanctionner Manuel Carlos Valls, dont les propos sont évidemment en confrontation avec les principes des Droits de l’Homme et les valeurs de la République française. Citation directe de M.

La descente aux enfers de Dieudonné (1/17) 17 novembre 2013 | 1 commentaire(s) | vu 16 310 fois C’est une vidéo choc, et des images du même tonneau. 1997: l’éjecteur de Stirbois, l’icône du FN Le point de départ de la dérive d’extrême droite de Dieudonné, se situe assez vite dans sa carrière peu après son discours de Dreux en 1997, où il s’opposait à Marie-France Stirbois. Il jouait alors au grand rassembleur, en se réclamant de Coluche et en réfutant le mot humoriste, souhaitant « offrir un toit » aux plus démunis. Au FN, la pauvre Marie-France se fâchera plus tard avec Le Pen comme tous ses N°2 ou presque , avant de décéder d’un cancer (c’est une constante d’un parti où le chef n’admet aucune critique dans les rangs). « Ses dernières forces (sa maladie l’emportera en avril 2006) et peut-être ses illusions, elle les perd dans des luttes intestines dont son parti a le secret. Le succès de Dieudonné est dû à son incroyable bagout, c’est évident.

Fédération Anarchiste Alain Soral, un poseur, un imposteur Alain Soral s’est illustré, dans une vidéo postée le 6 juillet 2013, en commentant l’assassinat de Clément Méric, qu’il qualifie de « dérisoire », de « grotesque », de « fait divers d’ados » (sic), et en insultant Clément sans retenue, se moquant par exemple de son physique… Pire, au nom de la défense de la « minorité opprimée » que seraient les naziskins, il prétend avoir envoyé de l’argent à Esteban Morillo, le meurtrier de notre camarade. Une provocation de plus de la part de l’un des éléments les plus médiatisés de l’extrême droite française, et l’occasion pour nous de revenir sur ce clown triste : un rappel de quelques vérités semblent nécessaires, en particulier ses fréquentations passées et présentes dans à peu près tout ce que l’extrême droite compte de tordus en tout genre. Une jeunesse bourgeoise Soral à 24 ans Après avoir vécu un temps en province, il revient à Paris en 1976, année à laquelle débute sa période « bourgeois-bohème ». Alain au pays des soviets

Noire et juive: la liberté de l'espèce | Rachel Khan J'ai tourné 7 fois ma langue dans ma bouche. J'ai récité l'alphabet à l'envers comme à l'endroit, j'ai mangé du chocolat pendant les fêtes, beaucoup, beaucoup trop. Mais ça n'est pas passé. J'ai regardé la télé, écouté la radio, regardé les twitts de tous les côtés sans jamais rien dire, coincée au milieu de cette pagaille, cette guerre culturelle, sociale et économique, mais aussi cette guerre d'egos assoiffés d'apparition dans les médias. Pourtant, j'avais souhaité un début d'année serein, passée la crise de foie évidemment, j'avais souhaité une année remplie d'ouverture, d'amour, de bonheur et de fous rires. Je me suis tue, jusqu'au moment où me taire est devenu insoutenable. Ma mère, née en 1940, d'origine juive polonaise a été cachée en France pendant la guerre. Dans les dîners en ville, on se rassure, on me rassure en me disant: "Oh! Je suis le fruit de l'histoire de France, le fruit entre un peuple que l'on a voulu éradiquer et l'autre que l'on a voulu soumis à jamais.

Les démons de Dieudonné (1/3) Ainsi, en juillet 2005, Dieudonné rencontre Pierre Tévanian – enseignant, militant syndicaliste et signataire du manifeste des « Indigènes de la République ». Motif de cette rencontre : Pierre Tévanian a publié en mai 2005, sur le site internet « Les mots sont importants » (lmsi.net) dont il est l’animateur, un article visant des propos de Max Gallo sur l’esclavage ; dans cet article, il évoque au passage la « condamnation légitime » suscitée par les propos de Dieudonné. Ce dernier a donc demandé à le rencontrer pour une « explication ». Des extraits de l’échange entre les deux hommes sont publiés le 14 juillet 2005 par le site de Dieudonné et de ses amis, « Les Ogres ». Face à un Tévanian étrangement timoré, voire complaisant, Dieudonné développe son discours complotiste. Un échange révélateur à la fois des obsessions de Dieudonné et de la frilosité d’une certaine gauche qui n’ose pas répudier l’inacceptable et qui, parfois, lui prête la main.

Related: