background preloader

[Site du CNMHE, Comité national pour la Mémoire et l'Histoire de l'Esclavage]

[Site du CNMHE, Comité national pour la Mémoire et l'Histoire de l'Esclavage]

http://www.cnmhe.fr/

Related:  histoire optionsLittérature et société : les esclavagesEsclavage et nantes

Un monument musical à la mémoire des ancêtres esclaves : le maloya (île de la Réunion) « Maty indray mandeha zaka ihany : maty indroa tsy laitra »(« Mourir une fois on le supporte, mourir deux fois est intolérable ») Proverbe malgache « Raconter ou chanter l’histoire entraîne de terribles dangers ; mais ne pas la raconter ni la chanter entraînerait la perte définitive du savoir » (Price, 1994 : 42). 1Lorsqu’en 2005 je demandais à Madame Baba, âgée de 87 ans, de raconter comment elle avait appris ou composé les chants qu’elle enregistra en 1998 pour l’anthologie Bourbon maloya1, ce monument discographique sans précédent réalisé pour le 150e anniversaire de l’accession des esclaves à la citoyenneté, elle se mit à évoquer longuement ses souvenirs de travaux agricoles dans les champs de canne à sucre et les circonstances dans lesquelles, à peine âgée d’une dizaine d’années, elle recevait des coups de sabouk (fouet) après que la cloche de l’Habitation2 ait sonnée. « Gratter, couper la canne, tout ça pour une misère : l’esclavage c’était dur ! « Mes parents étaient communistes.

L'interculturel dans la littérature de jeunesse - Animation pédagogique CRDP académie de Créteil - Centre ressources littérature de jeunesse Sans scripts, Télémaque reste entièrement accessible mais certaines fonctions sont désactivées. CRDP mercredi 17 mai 2006 © Photo de Roland Poux Intervenante : Christiane Falgayrettes-Leveau Christiane Falgayrettes-Leveau, directrice du Musée Dapper est venue présenter la fondation Dapper, la collection du fonds jeunesse et son travail au sein du CPME (Comité pour la mémoire de l'esclavage), à l'occasion d'une animation pédagogique organisée par Aude Désiré, responsable de la Médiathèque du CRDP-siège.

Mémoire de la traite négrière de l'esclavage et de leurs abolitions Des journées de commémoration de l’abolition de l’esclavage sont aussi célébrées à Mayotte le 27 avril, le 22 mai en Martinique, le 27 mai en Guadeloupe, le 10 juin en Guyane et le 20 décembre à La Réunion. De la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen en 1789 à la première abolition en France en 1794, puis à la seconde en 1848 ; de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme en 1948 à la reconnaissance en France en 2001, de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité, le combat abolitionniste depuis plus de deux siècles se situe au cœur du droit à la dignité humaine. Si la traite atlantique et les systèmes esclavagistes avaient disparu à la fin du dix-neuvième siècle, l’engagement pour l’abolition de l’esclavage est toujours d’actualité.

Glossaire : les mots de l'esclavage Publié le 29-03-2013 - Mis à jour le 17-09-2015 Code noir C'est un recueil d'une soixantaine d'articles promulgués en 1685 sous le règne de Louis XIV. Il rassemble toutes les dispositions réglant la vie des esclaves noirs dans les colonies françaises des Antilles et de Guyane. L'esclavage et la traite négrière - Bibliographie CRDP académie de Créteil - Centre ressources littérature de jeunesse Sans scripts, Télémaque reste entièrement accessible mais certaines fonctions sont désactivées. Cette bibliographie n'est pas exhaustive. Certains titres sont malheureusement épuisés mais vous pouvez les emprunter en bibliothèque. Cette bibliographie est en lien avec une animation pédagogique du CRDP : L'interculturel dans la littérature de jeunesse.

Un bateau négrier sur L'Histoire par l'image La propagande abolitionniste Vers 1770, apparaît en Angleterre et aux Etats-Unis l’abolitionnisme, mouvement d’une nouveauté radicale qui remet en cause l’esclavage aux colonies. Il engage le combat contre ce qui apparaît alors comme une institution économiquement solide, efficace, fructueuse et donc tout à fait moderne. A l’origine, les idées religieuses d’égalité entre les hommes sont lancées par les quakers des deux côtés de l’Atlantique, puis répandues par de nombreuses églises protestantes. Elles rejoignent le message universel des Lumières. En Angleterre se cristallise un mouvement de grande ampleur. Révoltes armées d'esclaves en Guyane Contexte historique La région des Guyanes, et particulièrement la colonie hollandaise qui rassemble près de 50 000 esclaves, se caractérise par des révoltes incessantes et de grande ampleur. Mis en échec, le Gouvernement de Surinam a pour seule solution de conclure des traités reconnaissant comme peuples libres deux groupes d’esclaves rebelles, les Njuka (1760) et Saramaka (1762) qui s’établissent au-delà de la zone de colonisation.

L'Afrique et ses diasporas - Sélection jeunesse du Musée Dapper -Bibliographie CRDP académie de Créteil - Centre ressources littérature de jeunesse Sans scripts, Télémaque reste entièrement accessible mais certaines fonctions sont désactivées. Cette bibliographie, non exhaustive, est proposée par la médiathèque du CRDP de Champigny, en complément d'une animation pédagogique organisée par Aude Désiré, médiathèque du CRDP, et Christiane Falgayrettes-Leveau, directrice du Musée Dapper et responsable de la collection jeunesse de ce musée : L'interculturel dans la littérature de jeunesse. Pour une mémoire partagée.lire le compte rendu de cette animation La plupart des ouvrages de cette sélection sont disponibles en prêt à la médiathèque du CRDP (contact : Aude Désiré - 01 41 81 20 20).

Victor Schoelcher. Dossier du Sénat 2 2004, déclarée par l’Organisation des Nations Unies Année internationale de commémoration des luttes contre l’esclavage et de son abolition, marque aussi le bicentenaire de l’indépendance de Haïti, et celui de Victor Schoelcher (1804-1893). Un homme qui associa sa vie aux grandes transformations sociales et politiques de son siècle, s’impliquant notamment dans la lutte pour les valeurs républicaines. Son engagement le plus connu est son combat pour l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises, intervenue en 1848 à la faveur de la Révolution de février et de l’instauration d’un gouvernement républicain. Il voyagea et publia beaucoup, analysant notamment les sociétés coloniales des Caraïbes, le système esclavagiste, les phénomènes de résistance des esclaves. Représentant du peuple (député) élu en Guadeloupe et en Martinique entre 1848 et 1851 au suffrage universel masculin, puis en Martinique en 1871, Victor Schoelcher devint sénateur inamovible en 1875.

Le marronnage Contexte historique Le marronnage, résistance à l’esclavage La fuite hors des espaces contrôlés par les maîtres est facilitée en Guyane par la géographie qui fait voisiner les habitations, vastes exploitations agricoles où est concentrée la main d’œuvre servile, avec l’univers, alors infini, de la forêt amazonienne. Les esclaves, soumis à une contrainte permanente dans les habitations, sont partagés entre le grand atelier qui regroupe les hommes et les femmes employés aux travaux les plus rudes (défrichage, terrassement, plantation) et le petit atelier où sont rassemblés, pour les tâches plus légères, les femmes enceintes, les plus âgés et les enfants. Tous les détails de leur existence sont régis par la « police des ateliers » qui autorise aussi le maître à pratiquer le droit de correction pour punir les délits et manquements. Le marronnage est, selon le Code noir, puni par la mutilation puis par la mort à la troisième récidive.

Olaudah Equiano Olaudah Equiano (vers 1745-1797), également connu sous son nom occidental de Gustavus Vassa est un esclave affranchi, commerçant, activiste et écrivain originaire de l’ethnie igbo (actuel Nigéria du Sud-Est). Son auto-biographie, très populaire dès sa sortie, a grandement contribué à l’abolition de l’esclavage dans les colonies britanniques. Par Sandro CAPO CHICHI / Nofipédia Origines Olaudah Equiano est né vers 1745 dans une ville qu’il appelle Essaka et qui correspondrait à la ville actuelle d’Isseke, située dans l’Etat d’Anambra de la République fédérale du Nigéria et qui était alors sous la domination du lointain royaume de Benin. Il serait le fils d’un chef igbo, (qui correspondrait à son ethnie qu’il appelle ‘eboe’).

Ruptures postcoloniales - Achille MBEMBE, Ahmed BOUBEKER, Françoise VERGÈS, Florence BERNAULT, Nicolas BANCEL, Pascal BLANCHARD Comment penser la France d'aujourd'hui sans verser dans la nostalgie à l'égard de sa mythique grandeur passée, et comment construire un nouveau « vivre ensemble » ? De quelle manière sortir des pièges de l'identité nationale et des fantasmes sur les dangers de l'immigration ? Comment penser les relations de la France dans le monde postcolonial, alors que le continent africain fête les cinquante ans d'indépendance des anciennes colonies françaises, que les territoires des outre-mers réclament de nouveaux rôles dans la République et que de nouveaux centres et périphéries émergent ?Prolongeant le tableau dressé en 2005 dans La Fracture coloniale (également paru à La Découverte), les auteurs de ce livre apportent un éclairage original sur les courant encore mal connus en France des post-colonial et subaltern studies. Ahmed Boubeker, sociologue, spécialiste des processus migratoires et des immigrations, maghrébines, est professeur l'université de Metz (Laboratoire ERASE 2L2S).

La véridique histoire d'Olaudah Equiano Olaudah Equiano naquit au Nigeria en 1745. Originaire du pays Ibo, il fut enlevé à 11 ans par des Africains chasseurs d'esclaves en même temps que sa soeur dont il fut rapidement séparé. Acheté 172 cauris par un artisan et revendu à plusieurs maîtres en l'espace de quelques mois, Olaudah a donc été d'abord un "esclave de case".

Related: