background preloader

Les communes

Les communes
Émergence des communes Suite à l’essor urbain et commercial, les habitants des villes ont commencé à vouloir défendre leurs propres intérêts et à gouverner leur cité par eux-mêmes. Alors qu’ils étaient assujettis au pouvoir seigneurial, les citadins étaient considérés comme des sujets du seigneur, au même titre que les paysans et les vassaux. Toutefois, les habitants des villes, de plus en plus riches, ne voulaient pas se soumettre aux mêmes règles que les paysans, puisqu’ils ne vivaient pas de la même manière. Selon eux, les règles et le fonctionnement de la ville devaient se décider par ses habitants. La grande charte (la Magna Carta) en 1215 a pour effet de limiter le pouvoir du roi (cliquer pour agrandir)Source Plusieurs villes ont alors commencé à réclamer des droits au seigneur ou au roi, dont le droit de gouverner de manière autonome. Les premières communes Les habitants des villes se sont donc associés entre eux afin de gérer les affaires de la ville, indépendamment du seigneur.

http://bv.alloprof.qc.ca/histoire/histoire-et-education-a-la-citoyennete-(1er-cycle-du-secondaire)/l%27essor-urbain-et-commercial/les-communes.aspx

Related:  Villes médiévalesLa ville médiévaleHhisoire Moyen AgeMOYEN AGEMoyennage

Villes et sociétés urbaines en Occident (XI-XIVe siècle) Auteur : BelisaireVisualisations : 34142Modifié : 13/01/2013 à 16h23 Durant le haut Moyen Âge, les villes ont été plongées dans une certaine léthargie. Les cités antiques se rétractaient à l'intérieur de leurs murailles tandis qu'avait lieu un phénomène de ruralisation marqué. Le XIe siècle est celui du réveil des villes : les anciennes cités antiques s'étendent et voient leur population croître tandis qu'apparaissent de nouveaux centres de peuplement. Les villes deviennent aussi d'importants foyers de culture : si la culture s'était réfugiée au haut Moyen Âge dans les monastères, elle gagne les villes à partir du XIe siècle du fait de la création des universités, du maintien des écoles cathédrales, et de l'ascension des élites marchandes. Centre politique, économique et religieux, la ville médiévale, contrairement à ce que l'on pourrait penser, n'échappe pas au pouvoir seigneurial.

La ville et les marchands au Moyen-âge. Accueil --> Liste des articles d'histoire --> La ville et les marchands au Moyen-âge. Théorie Le Moyen Âge est l'époque où les villes connaissent un important essor. Au milieu du XIVe siècle, on estime que le cinquième de la population européenne vit en milieu urbain. Plusieurs facteurs expliquent le développement d'une ville : proximité d'une abbaye, d'un monastère, d'un château ou d'une résidence princière, siège d'un évêché, lieu de pèlerinage, présence de voies de communication (route, fleuve, port) favorisant le commerce et les échanges, volonté du seigneur de coloniser de nouvelles terres, d'installer des places fortes ou un comptoir commercial... Aspects de la ville

La justice seigneuriale au moyen age - Comptes Rendus - Peter21 Au Moyen Âge la justice est un droit essentiel, il permet à son propriétaire de trancher un conflit, de faire des établissements ou des bans. Dans la société médiévale, les catégories de justice sont nombreuses d’où ladifficulté d’en traiter. En effet il y a les justices du Roi, de l’Eglise, des villes et des seigneurs. La justice dans la seigneurie revêt de multiples aspects, de multiples facettes. La justice seigneuriale, banale outerritoriale s’exerce lorsqu’il y a un litige entre le seigneur et un vassal, principalement à cause du fief ou d’autres choses. Proprement dite , elle apparaît avec la seigneurie banale à la fin du Xe siècle.

Construis ta cité médiévale Au Moyen Âge, l'Europe est encore très rurale. Sur les terres du seigneur ou du monastère, de petits villages se regroupent autour d'une église. Pour assurer leur protection, leur seigneur a fait bâtir son château fort. Cloitre du mont saint michel L'arithmosophie ou numérologie spirituelle... Les nombres, en grande quantité dans les Saintes Écritures, sont investis par les Pères de l'Église d'une dimension spirituelle. En voici quelques-uns parmi beaucoup d'autres : -7. Toute la Création, car 7 est la somme de la Trinité et de 4, la matière créée, (4 éléments, 4 points cardinaux, 4 saisons, 4 phases lunaires, 4 fleuves du paradis terrestre...), représentant ainsi la perfection divine dans le cycle achevé de la Création. Les exemples sont innombrables dans la Bible.

LA VILLE DANS LA CHRETIENTE MEDIEVALE (XI - XIIIème siècles) : étude de Paris Objectif : Proposer un cheminement dans le thème 3 qui intègre la question des sociétés et cultures urbaines dans la présentation de la chrétienté médiévale. Ce travail s’appuie sur l’étude de Paris. Le travail sera réinvesti dans une seconde ville issue d’une aire culturelle différente (Tolède ou Sienne, Palerme…). Manuel de référence : édition Belin seconde 2010 (dont de nombreux documents présentés sont extraits). Travail entre 8 et 9 heures Plan interactif de la cité de Carcassonne Photos : J.-P. Therby, J. Justice seigneuriale Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Rôle[modifier | modifier le code] La justice seigneuriale a une importance primordiale au sein du village. Elle arbitre d'une part les conflits entre paysans, et d'autre part entre ceux-là et le seigneur. Dans ce dernier cas, elle n'est compétente qu'en matière de droits seigneuriaux, car pour toute autre cause, le seigneur doit se pourvoir devant une justice autre que la sienne.

Le commerce au Moyen Âge Introduction Au Moyen Âge, un commerçant spécialisé dans le type de marchandises orientales (poivre, noix, cannelle, huile...) était un homme riche. Avec le développement du grand commerce, la fortune et le pouvoir des « bourgeois commerçants » allaient toujours croissant. En effet, au cours du bas Moyen Âge, les petites associations, à caractère régional, d'artisans et de commerçants ayant des intérêts communs évoluent et prospèrent jusqu'à devenir des ligues européennes puissantes. Nous allons traiter dans cet article : Les voies de communicationsL'activité commerciale au Moyen ÂgeLa navigation L'alimentation Au Moyen Age, l'alimentation avait une grande importance, car les famines étaient fréquentes : une mauvaise saison, une guerre, et s'en était fini de la récolte. De cette importance est née une grande disparité sociale : la table du seigneur ne ressemble en rien à celle du métayer. Cette différence se caractérisait surtout par l'utilisation d'épices dans les préparations culinaires. L'alimentation était principalement composée de viandes, de pain et des dérivés de pâtisserie. Sauf pour les nobles, la cuisine médiévale est souvent une cuisine d'économie comme celle de nos grands-mères. Une cuisine faite de plats en sauce, de ragoûts et de pâtés.

La ville médiévale CR Thierry Dutour, La ville médiévale, Origines et triomphe de l’Europe urbaine, Paris, Odile Jacob, 2003, 315p. Thierry Dutour, maître de conférences à l’université de Paris IV-Sorbonne poursuit à la fois un parcours d’Historien et de sociologue. Il a publié Une société de l’honneur. LES MEROVINGIENS LE ROYAUME DE CLOVIS Le royaume franc à l'avènement de Clovis Grâce à un homme, le roi Clovis, un peuple divisé, au territoire peu étendu, va peu à peu bâtir le grand royaume franc. En trente ans, Clovis repousse sans cesse les limites de son territoire en s'attaquant aux Romains comme aux plus féroces des peuples barbares : les Alamans, les Burgondes, les Wisigoths pour finalement s'imposer du Rhin aux Pyrénées. A l'origine, les Francs sont divisés en deux groupes : les Saliens et les Rhénans. Pendant longtemps, ils sont les alliés des Romains, ce qui leur permet de profiter en douceur des difficultés que traverse l'empire romain d'Occident (476 : fin de l'empire romain d'Occident), pour progresser lentement vers le sud. A la différence des autres peuples barbares, les Francs ne perdent jamais contact avec leur patrie d'origine, la Belgique.

Related:  samsamdjedje