background preloader

L’addiction aux jeux de hasard et d’argent

L’addiction aux jeux de hasard et d’argent
Le jeu est une activité humaine essentielle. Le jeu est universel, il apporte plaisir et récompense. La grande majorité des joueurs a une pratique « sociale » ou « récréative ». Pour quelques personnes, le jeu sera excessif ou pathologique. Quand peut-on dire d’un joueur qu’il est un joueur à risque, excessif ou pathologique ? Quelles sont les conséquences du jeu pathologique ? Que classe-t-on dans les jeux de hasard et d’argent ? Se classe dans la catégorie « Jeux de hasard et d’argent » : les jeux de loterie (loto, jeux de grattage, Rapido, Keno, etc.)les jeux de casinos (machines à sous, roulette…)les paris hippiques ou sportifs le poker. Est-ce que je suis un joueur excessif ? Je peux jouer sans me rendre compte des heures que j’y passe.J’accorde la priorité au jeu au détriment d’autres occupations. A quel moment je peux devenir un joueur pathologique Le parcours du joueur pathologique Combien de joueurs à risque ou excessifs en France ? ... Pourquoi chercher de l’aide ? » En savoir plus

http://www.ifac-addictions.fr/l-addiction-aux-jeux-de-hasard-et-d-argent.html

Related:  Adrien - Jeux d'argent et addictionAddiction aux jeux de hasard et d’argent

Information jeux d'argent De manière quasi invariable, on estime que cette pathologie concerne un peu plus de 2 % de la population adulte ; le consensus est admis sur ce chiffre par l’ensemble des études internationales. L’étude référence date de 1996 (Ladouceur, Jacques, Ferland et Giroux) et situe le taux de prévalence à 2.1 %. On remarque que les taux ont tendance à augmenter dans le temps signifiant aussi que plus il y a accès aux jeux de hasard, plus l’incidence augmente, comme tend à le démontrer l’expérience australienne, un pays qui détient un record en terme de nombre de loteries-vidéos et de joueurs pathologiques, estimés à 7 % de la population.

Du plaisir à l'excès : une brochure sur le jeu excessif A destination des joueurs ou de leur entourage cette brochure sur la question du jeu excessif vient d'être éditée par l'Institut fédératif des addictions comportementales (IFAC). Elle répond aux questions que chaque joueur peut se poser concernant sa pratique de jeu. Est-ce que je joue trop ? Est-ce que je suis dépendant du jeu ? Comment je peux réduire ma pratique de jeu ? Est-ce que je dois engager une démarche de soins ? Définition et typologie de la cyberdépendance Définition et typologie de la cyberdépendance Désignant, à l’origine, toute dépendance à l’ordinateur, ou plus largement à l’univers informatique, ce terme est aujourd’hui utilisé principalement pour désigner une dépendance qui s'instaure chez une personne faisant un usage distordu des moyens de communication offerts par Internet. Cette personne est dans la recherche constante de connexion au réseau informatique afin d’y établir une communication, d’ y trouver une information, du sexe ou du jeu virtuel. Elle éprouve une anxiété désorganisatrice si elle ne peut pas se connecter, et sa vie personnelle et sociale s'organise autour de la connexion. À l'image d'une toxicodépendance, le cyberdépendant manifeste un phénomène de manque et peut recourir au mensonge pour réduire l'importance de son addiction. La typologie de la cyberdépendance décline 4 quatre types majeurs :

Aide Info Jeu - Comment engager une demarche de soins En France, de plus en plus de professionnels de santé accueillent des personnes présentant un problème de jeu voire une dépendance aux jeux de hasard et d’argent. La plupart d’entre eux exercent au sein de services spécialisés prenant en charge tous les problèmes d’addiction : addiction à des substances psychoactives comme l’alcool, et également comportementales comme les jeux d’argent ou les jeux vidéo. Par ailleurs, certains psychiatres ou psychologues exerçant en ville peuvent également être une ressource. Ces lieux vous accueilleront sur rendez-vous et vous permettront de faire un premier point sur votre pratique de jeu et, si vous le souhaitez, de revenir et de mettre en place un suivi avec un professionnel qui vous aidera à modérer ou arrêter votre pratique des jeux d’argent.En plus d’une prise en charge psychologique, ces lieux permettent en général de rencontrer une assistante sociale qui vous aidera dans la gestion de vos difficultés financières .

Addiction au jeu : "au début,  c'est un excellent médicament" Parmi les Centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) de France, celui de Villeurbanne est considéré comme centre de référence depuis 2013. Yann Calandras, psychologue, y travaille depuis 10 ans. "En 2017, le centre a reçu 650 patients, et en 2016 ils étaient 700. La fréquentation a beaucoup augmenté ces dernières années, elle a doublé depuis que je suis arrivé, estime-t-il. Au total, 50 % des patients du centre de soin sont suivis pour une addiction à l’alcool, 25 % pour le cannabis, et 10 % concernant une addiction au jeu". Comment fonctionne le Centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie de Villeurbanne ?

USAGES - Les 3-7 ans En 2013, l'équipement des foyers en tablettes a explosé. Selon l'étude Junior connect de 2014, 46% des foyers avec enfants en possèdent au moins une et 80% des moins de 7 ans empruntent régulièrement la tablette ou le smartphone de leurs parents. Même si 75% d'entre eux utilisent la tablette pour jouer via des applications, elle devient aussi le support privilégié des enfants pour surfer. Un écran pour plusieurs usages ! La tablette rassemble en un même support la possibilité d'accéder à une multitude d'usages : jeux, consultation de sites, télévision, vidéos, appareils photos... autant de pratiques qui nécessitent un accompagnement spécifique et qui ne sont pas adaptées à tous les âges. - Préférez les applications qui favorisent des interactions "intelligentes".

Pourquoi devient-on dépendant? Le joueur qui a développé une dépendance aux jeux de hasard et d’argent finit le plus souvent par atteindre une phase de désespoir en voyant son univers s’écrouler. Il se retrouve isolé de sa famille, de son entourage et de son milieu de travail. Et c’est dans ces moments difficiles qu’il mesure pleinement les conséquences du jeu sur sa vie et qu’il entreprend une démarche pour s’en sortir. Mais avant d’en arriver là, plusieurs facteurs ont interagi pour développer et installer sa dépendance aux jeux de hasard et d’argent. L’illusion de pouvoir contrôler le hasardIl existe un élément sur lequel l’être humain n’a aucun pouvoir : le hasard.

Dépendant au jeu : un problème lié à l’homme ou à la machine Cet article intéressant du Lancet porte sur la responsabilité croissante des caractéristiques des jeux de hasard et d’argent dans l’addiction aux jeux de hasard et d’argent. Si l’addiction est bien reconnue comme étant la rencontre entre une personne, un objet d’addiction (comportement/substance) dans un environnement socio-culturel donné, force est de constater que l’augmentation de la prévalence des addictions questionne sur les caractéristiques liées à l’objet d’addiction. Si les dommages liés à l’usage des jeux de hasard et d’argent sont nombreux et peuvent survenir chez tout joueur, le développement du jeu en ligne et de nouvelles machines de jeu programmées différemment peuvent avoir un impact sur l’augmentation de ces problèmes de jeu.

Les dangers des jeux vidéo sur les enfants Les jeux vidéo sont un type très populaire de jeu pour de nombreuses personnes, surtout les enfants qui peuvent passer beaucoup de temps à regarder un écran de télévision ou d'ordinateur pour jouer. Vous devez savoir que la dépendance aux jeux vidéo peut avoir un impact négatif, en particulier dans le développement des enfants. Les parents ont besoin d'avoir une meilleurecompréhension au sujet des dangers des jeux vidéo, en particulier pour vos enfants. Danger sur la santé physique de l’enfant

SOS Joueurs En France, plusieurs centaines de milliers de personnes souffrent d'addiction au jeu. Vos témoignages aident à briser le silence des autres joueurs et de leur entourage, à les sortir de l'isolement. Des solutions existent, quelles que soient vos difficultés : "Il y a encore une vie après le jeu", nous a dit Isabelle, après avoir vécu l'enfer… Vous pouvez les déposer sur contact@sos-joueurs.fr. Dans le respect d'un strict anonymat nous ne publierons pas vos noms, prénoms, départements, ou professions. A vous de jouer ! Jouer de l’argent, perdre le contrôle… et c’est l’engrenage. Une nouvelle application baptisée « Jeu-contrôle », élaborée en partenariat entre le service d’addictologie (link is external) des HUG et le Groupement romand d’études des addictions (link is external) (GREA) avec le soutien du Programme intercantonal contre la dépendance au jeu, vient en aide aux personnes concernées par ce problème. « Cet outil de self-help (auto-aide, ndlr) est adapté des thérapies cognitivo-comportementales. Il vise à gérer le temps passé à jouer et l’argent investi », explique la Dre Sophia Achab, responsable de la consultation ReConnecte des HUG (lire encadré). L’application s’adresse également à un public qui n’est pas demandeur de soins, soit par honte, soit par méconnaissance des dispositifs de soins spécialisés. L’application a pour vocation d’accompagner les joueurs qui ne seraient pas dans une optique d’abstinence, mais plutôt de jeu contrôlé.

Related: