background preloader

Explorez les 668 commissions ministérielles... et leurs budgets

Explorez les 668 commissions ministérielles... et leurs budgets

http://www.lemonde.fr/politique/visuel/2013/06/05/explorez-les-668-commissions-ministerielles-et-leurs-budgets_3422776_823448.html

Related:  Gaspillage argent public

Au pays des frondes contre les projets "inutiles" Vraie bombe pour les nombreuses collectivités territoriales qui attendent de voir se réaliser leurs projets d'infrastructures de transports, le rapport remis par Philippe Duron au gouvernement, jeudi 27 juin, est une aubaine pour ceux qui s'opposent au bétonnage du territoire. Le député socialiste du Calvados préconise la fin du "tout-TGV" et du "tout-autoroutes", et propose notamment le report (l'abandon ?) de nombreux projets de lignes à grande vitesse, comme Bordeaux-Hendaye, ou de tronçons d'autoroutes, tel l'A51 entre Gap et Grenoble, contestés localement. Lire (édition abonnés) : "L'étau se resserre autour des finances des collectivités locales"

Vers un Nouveau Monde de données A l'occasion de la Semaine européenne des l'Open Data qui se déroulait à Nantes du 21 au 26 mai 2012, j'étais invité à faire une présentation sur le web des données, pour dépasser et élargir la problématique particulière de la réutilisation des données publiques. En voici la transcription. Nous sommes passés d'un web de l'information et de la connaissance à un web de données. "Les données sont le nouveau pétrole de l'économie", expliquait le consultant Clive Humby dès 2006. Non-cumul des mandats : le projet de loi adopté à l'Assemblée L'Assemblée nationale a voté, jeudi 4 juillet, l'ensemble des articles du projet de loi sur le cumul des mandats, qui interdit à un parlementaire d'exercer une fonction exécutive locale. Ils ont approuvé la date d'entrée en vigueur de la future loi à 2017, lors des prochaines élections législatives, repoussant un amendement écologiste proposant 2014 et 2015, années d'élections locales. Le report à 2017 constitue en effet pour le gouvernement un élément essentiel de "l'équilibre" nécessaire à l'acceptation du texte par les socialistes les plus réticents. Ils ont aussi adopté les articles d'un deuxième projet de loi, instaurant les mêmes incompatibilités pour les parlementaires européens, à compter de 2019, et qui sera aussi soumis à un vote solennel mardi. Les députés ont en revanche supprimé une disposition introduite la semaine dernière en commission : l'interdiction d'exercer plus de trois mandats parlementaires de suite.

Ce que coûtent (encore) Giscard, Chirac et Sarkozy aux Français - 18 février 2013 Une fois battus ou retirés de la vie politique, les anciens présidents de la République n'ont pas de souci à se faire sur le plan matériel. Elevés au rang d'«ex», ils continuent d'être pris en charge par l'Etat, qui leur assure un train de vie plus que confortable. Une exception très française. Au 77, rue de Miromesnil, dans les beaux quartiers de la capitale, Nicolas Sarkozy reçoit ses visiteurs avec un certain faste.

Données ouvertes en France Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les données ouvertes (Open Data en anglais) permettent à des entités comme l'État français, des collectivités territoriales, des entreprises (principalement publiques) ou autres organisations de rendre publiques certaines données. [modifier | modifier le code] Ces données doivent en principe répondre à certains critères pour être réellement ouvertes. Ces critères sont : La France aussi est un paradis fiscal Dominique Guellec, chef de la division des études pays au département science et technologie de l'OCDE, est catégorique: aucun pays de l'OCDE ne subventionne autant la recherche et développement des entreprises que la France. L'organisation a même mis au point un indicateur dit «de générosité», qui indique quel pourcentage de la R&D privée est pris en charge par les contribuables. Et à ce petit jeu, l'Hexagone arrive, et de très loin, en tête.

Scandale : Ils n’ont jamais été préfets, mais ils en touchent la retraite C’est un scandale français, un de ces abus qui alimentent la rancœur des citoyens contre les politiques. Un de ces arrangements entre amis que l’on cache soigneusement au citoyen, mais qui coûte cher au contribuable. Certains de nos hommes politiques et certains hauts fonctionnaires ont été nommés préfets par nos présidents de la République successifs, ils bénéficient d’avantages liés à cette fonction… mais ils n’en ont jamais exercé la moindre fonction. Parmi ces préfets fantômes, figurent deux stars de la politique, les députés et anciens ministres de François Mitterrand, Michel Vauzelle, 66 ans, et Michel Delebarre, 65 ans. Tous deux indiquent, sur le site informatique de l’Assemblée nationale, la même profession : préfet. Pourtant, le premier est avocat de profession et le second cadre supérieur de collectivités locales.

La recherche sur les gaz de schiste a besoin de démocratie Le 18 avril 1977, le président américain Jimmy Carter intervenait à la télévision pour annoncer que les Etats-Unis avaient épuisé leurs réserves nationales de gaz naturel. Il se trompait. Au même moment, le département américain de l’Energie menait le Eastern Gas Shales Project (Projet sur les gisements de gaz de schiste à l'Est, NdT), avec deux objectifs: évaluer le potentiel en termes de gisements de gaz des bassins schisteux du Dévonien et du Mississippien et concevoir de nouvelles techniques de forage, de stimulation et de récupération. Selon l'ancien vice-président de Mitchell Energy, Dan Steward, les principales conclusions du projet ont confirmé que «les schistes regorgeaient de gaz».

« Explosion » des dépenses publiques : propagande et vrais chiffres Alors que l’Elysée réunit samedi le deuxième Conseil stratégique de la dépense publique, Vincent Peillon aurait eu l’idée de proposer au gouvernement de geler pendant deux ans l’avancement des fonctionnaires, révèlent Les Echos. L’économie pour l’Etat ne serait pas négligeable : 1,2 milliard d’euros par an. A peine lancé mercredi, le ballon d’essai a été dégonflé : Peillon a démenti, Les Echos ont maintenu leur information... Et cent balles ont été remis du même coup dans la machine à débattre de « l’explosion » des dépenses publiques. Certes, les dépenses publiques sont passées de 35% du PIB au début des années 60 à plus de 50% à partir de 1991. Mais si j’ai mis des guillemets à « explosion », c’est que seules les prestations sociales ont énormément progressé ces vingt dernières années.

Pourquoi il ne faut pas clore le débat sur le gaz de schiste - Puits d'exploration de gaz de schiste en Pologne, en 2010. REUTERS/Kacper Pempe - Qu’est-ce qui se cache dans le gaz de schiste? On a entendu Jean-Louis Borloo reconnaître avoir commis une erreur en délivrant, par arrêté datés du 1er mars 2010, trois permis d’exploration. Et sans qu’une «publicité régulière» n’ait été faite, estime Corinne Lepage, ancienne ministre de l’Environnement. 287 – Mauvaise compréhension des dépenses publiques Sachez d’abord, si vous l’ignorez, que la valeur ajoutée des administrations est mesurée essentiellement par les salaires versés. En effet la valeur ajoutée administrative n’est pas, contrairement aux entreprises, la différence entre ce qu’elle vend (ses productions) et ce qu’elle achète (matières premières, sous-traitants…) Travail de décryptage de Robert Joumard d’Attac " La pression ou la part des administrations publiques dans l’activité devrait être mesurée par la part du PIB attribuée aux administrations publiques. Cette part qui s’est stabilisée à 18% depuis une trentaine d’années est beaucoup moins accusatrice pour le public que l’extraordinaire 50 % du PIB, qui sert manifestement des objectifs idéologiques, loin de toute cohérence méthodologique." Ce qui donne le graphique suivant ou l’on voit que la part des administrations publiques (État, Administrations centrales, Administrations régionales et sécurité sociale) est quasi stable depuis les années 1980 :

Est-ce que c'est vraiment mieux chez les Bisounours? Arc-en-ciel, envoyé spécial Les Bisounours n'ont pas la cote. Christine Boutin prévenait ainsi récemment, à propos de son opposition au mariage gay: «Nous ne sommes pas entendus quand nous sommes des Bisounours, alors nous allons passer à l'étape supérieure.» Le 2 avril, c'est le ministre du Travail Michel Sapin qui s'est défendu devant les députés d'être un Bisounours, lors du débat sur le projet de loi sur l'emploi à l'Assemblée.

Related: