background preloader

Bolloré, Crédit agricole, Louis Dreyfus : ces groupes français, champions de l'accaparement de terres - Pillage ?

Bolloré, Crédit agricole, Louis Dreyfus : ces groupes français, champions de l'accaparement de terres - Pillage ?
Au Brésil, le groupe français Louis Dreyfus, spécialisé dans le négoce des matières premières, a pris possession de près de 400 000 hectares de terres : l’équivalent de la moitié de l’Alsace, la région qui a vu naître l’empire Dreyfus, avec le commerce du blé au 19ème siècle. Ces terres sont destinées aux cultures de canne à sucre et de soja. Outre le Brésil, le discret empire commercial s’est accaparé, via ses filiales Calyx Agro ou LDC Bioenergia [1], des terres en Uruguay, en Argentine ou au Paraguay. Si Robert Louis Dreyfus, décédé en 2009, n’avait gagné quasiment aucun titre avec l’Olympique de Marseille, club dont il était propriétaire, il a fait de son groupe le champion français toute catégorie dans l’accaparement des terres. Course effrénée à l’accaparement de terres L’exemple de Louis Dreyfus n’est pas isolé. Trois fois la surface agricole de la France Le phénomène d’accaparement est difficile à quantifier. L’Afrique, cible d’un néocolonialisme agricole ? Qu’importe !

http://www.bastamag.net/Bollore-Credit-agricole-Louis

Related:  Firmes "Multinationales"Y'en à marre !Déforestation / ReforestationBolloréPlanète à vendre coloniser & contrôler

Groupe Louis Dreyfus Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Dreyfus. Louis-Dreyfus SAS Le groupe Louis-Dreyfus est un groupe multinational de négoce présent dans 53 pays fondé par Léopold Louis-Dreyfus en 1851. Le groupe[modifier | modifier le code] Le groupe Louis-Dreyfus est un groupe familial, multinational, créé par Léopold, arrière-grand-père de Robert Louis-Dreyfus. Catastrophe de Fukushima : Tepco fait enfin son mea culpa © AFPUn rapport interne de Tepco reconnaît que la centrale était mal préparée à subir une catastrophe naturelle. (Archives) Le mea culpa s'est fait attendre plus d'un an et demi. La compagnie d'électricité japonaise Tepco, qui exploite la centrale de Fukushima, a avoué vendredi qu'elle avait minimisé le risque de tsunami par peur d'être contrainte de fermer ses installations le temps d'en améliorer la sécurité. Consécutif à un séisme de magnitude 9 et un tsunami géant, l'accident de Fukushima, le pire depuis celui de Tchernobyl en 1986, avait provoqué d'importantes émissions radioactives dans l'air, les eaux et les sols de la région de la centrale, située à 220 km au nord-est de Tokyo.

Vincent Bolloré désigné comme accapareur de terres et censeur d’internet au Palais de justice de Paris Actualisation - Jeudi 14 avril 2016 - La justice a donné tort à Bolloré, relaxant les journalistes poursuivis par la multinationale. Peut-on mener une enquête critique sur les activités du groupe Bolloré en Afrique et en Asie ? La reprise d’articles d’enquêtes sur Internet, comme dans les revues de presse, est-elle possible sans menace juridique ? Accaparement des terres Depuis quelques années, on assiste à une accélération sans précédent des acquisitions de vastes surfaces agricoles dans les pays d’Afrique (mais aussi d’Asie, d’Amérique du Sud, d’Europe de l’Est et d’ailleurs) par des acteurs transnationaux. Le phénomène très médiatisé de l’« accaparement des terres » est en fait un accaparement des ressources naturelles en général, notamment les forêts et l’eau. Il est le fait, à la fois, de pays soucieux de sécuriser leur approvisionnement agricole, mais aussi très souvent d’entreprises multinationales – parmi lesquelles des groupes agroalimentaires ou financiers français.

Guatemala - 60 ans d’ingérence US 8 octobre 2012 Article en PDF : L'économie du Guatemala est actuellement et historiquement entièrement orientée vers la satisfaction du marché extérieur (mines, barrages, call center, agro exportation, tourisme, pétrole, maquilas...). Comment expliques tu cela ?.. Depuis le gouvernement d’Álvaro Arzú, (1996-1999), on a assisté à un tournant dans les investissements privés nationaux et étrangers au profit des secteurs économiques liés aux industries extractives, à la production d’électricité, à l’agro-export et aux services. Ce tournant a eu lieu après la signature des Accords de Paix de 1996, accords qui ouvrent une porte à la stabilité politique pour les investisseurs.

Contre-offensive de Monsanto : Comment piéger les journalistes crédules - même de Médiapart ? Monsanto a lancé une campagne de communication pour essayer de semer le doute sur l'étude publiée il y a deux jours par le chercheur français, Gilles-Eric Séralini. Cette étude montrait que le produit phare du géant des biotechnologies, l'herbicide Roundup et un des maïs GM produits par cette même firme, le NK603, ont des effets catastrophiques sur la santé des rats lorsque ceux-ci sont étudiés tout au long de leur vie et non pas seulement durant ce délai de 90 jours qu'affectionnent les industriels. Dans un E-mail qu'a pu lire le Corporate Europe Observatory, un responsable de Monsanto a diffusé une liste de réactions compilées par une prétendue agence d'informations scientifiques, le Science Media Center (SMC) basé à Londres.

C'est bien le séisme et non le tsunami qui a causé la fusion des coeurs + Ultraman Kna a traduit et sous-titré, comme à son habitude, ce discours du Dr Robert Jacobs, historien à l'institut pour la paix d'Hiroshima, lors de sa participation à une table ronde à Astana au Kazakhstan. Pour les pressés, voici la transcription du discours que Kna m'a transmise : "Bonjour. Mon nom est Robert Jacobs et je suis historien à l'Institut pour la Paix de l'Université d'Hiroshima (Hiroshima Peace Institute), je vous parle d'Hiroshima, au Japon. Je suis honoré d'être en mesure de partager mes opinions avec vous à cette table ronde très appréciée.

Pourquoi Tintin n'a-t-il pas couvert le procès Bolloré contre Bastamag? On aurait pu s'attendre à voir des caméras, des micros affublés de gros logos, et des journalistes pugnaces prêts à interviewer les protagonistes à grands renforts de brouhaha. Le sujet est en effet d'importance et concerne l'activité des multinationales en Afrique ou en Asie pour prendre possession des terres et les convertir à l'agriculture intensive - en particulier des palmiers, à croire que le monde devrait se nourrir exclusivement de pâte à tartiner industrielle. Avec, à la clé, d'énormes bénéfices (de l'ordre de 400 % pour les spéculateurs qui ont, après la crise de 2008, investi massivement ce marché), mais aussi quelques dommages colatéraux, comme des paysans qui n'ont plus de terres, des exploitations ne respectant pas forcément le droit du travail, ou des atteintes à l'environnement du fait de la déforestation. Et pourtant... le hall du Palais de Justice est bien calme ce 11 février. Car heureusement, il y a encore une justice dans ce pays.

Ces manager à la pointe de l'innovation. by epc Oct 13

Related: