background preloader

Délocalisations et mondialisation

Délocalisations et mondialisation
stratégies planétaires Délocalisations et Mondialisation la mégapole de Shenzhen en Chine le quartier de Pudong à Shanghai source: ministère américain du Travail Related:  La délocalisation des multinationales

Les implantations à l’étranger des entreprises industrielles françaises Les implantations à l’étranger des entreprises industrielles françaises Entre délocalisations et conquête de nouveaux marchés Emmanuel PLIQUET - Nicolas RIEDINGER Entre 2003 et 2005, parmi les entreprises industrielles de dix salariés ou plus, une entreprise sur dix s'est implantée à l'étranger soit en délocalisant son activité soit en implantant de nouveaux sites sans diminuer sa production en France en contrepartie. De multiples facteurs déterminent les stratégies d’implantation extérieure. Toutes choses égales par ailleurs, les grandes entreprises et celles qui appartiennent à un groupe s'implantent plus souvent à l'étranger. Face aux défis de la mondialisation, de plus en plus d’entreprises s’implantent à l’étranger. Les deux types d’implantations répondent à des logiques différentes Une délocalisation se définit comme le transfert d’une activité initialement réalisée en France vers un pays étranger pour une production identique. L’appartenance à un groupe est déterminante

Géographie : Fiche de cours Les échanges mondiaux Chine: grève chez un fournisseur d'Apple Un millier d'ouvriers d'un sous-traitant d'Apple et d'IBM dans le sud de la Chine ont fait grève cette semaine pour protester contre des heures supplémentaires imposées, des accidents du travail et des licenciements, selon une ONG basée à l'étranger. Ce nouveau mouvement de grève fait suite à plusieurs autres mouvements de protestation ces dernières semaines dans la province méridionale du Guangdong qui joue un rôle moteur dans les exportations chinoises. Des centaines de policiers, dont certains en tenue anti-émeutes, ont été déployés mardi à Shenzhen (sud) alors que les ouvriers sont sortis manifester dans la rue et ont bloqué une route nationale, a précisé China Labour Watch. L'usine de la société Jingmo Electronics emploie 3.000 personnes et appartient au groupe taïwanais Jingyuan computer.

Hollande et la désindustrialisation Les visites très médiatisées d'usines en souffrance et les discours volontaristes d'Arnaud Montebourg n'auront pas empêché les faillites, fermetures de site et rachats de se succéder depuis le début du quinquennat de François Hollande. Inventaire. Ce n'est pas le tout d'avoir un ministre du "Redressement productif" qui pose en marinière Armor Lux pour chanter les louanges du "made in France", un robot Moulinex en main. Des fleurons français qui changent de nationalité Depuis 2012, de nombreuses icônes de l'économie française ont en partie ou intégralement changé de nationalité. Début avril, le cimentier Lafarge fusionne avec son rival suisse Holcim et transfère son siege à Zurich. La France voit ainsi disparaître un à un ses champions nationaux, parfois avec la complicité active du gouvernement français, comme dans le cas de PSA. Des sites qui ferment Plus graves encore que les changements de pavillon, les fermetures d'usines s'accélèrent également. Des emplois qui partent en fumée

Les firmes multinationales – Le processus de multinationalisation Introduction : Plus de 83 000 firmes multinationales aujourd’hui, comptant 810 000 filiales étrangères, contre 7 000 à la fin des années 60. Elles viennent essentiellement des pays riches (sur les 100 premières, on compte environ 61 européennes, 18 américaines, 9 japonaises et 3 chinoises). Elles emploient 68 millions de personnes dans leurs filiales contre 21 millions en 1990. La progression de l’internationalisation productive des firmes est spectaculaire. Les ventes réalisées par les filiales à l’étranger ont dépassé le volume du commerce international à partir du milieu des années 1980. (Source : Christian Chavagneux, Une firme mondiale : mythe ou réalité, Alternatives économiques n° 189 actualisé 2012) I – Les raisons de l’internationalisation sont très anciennes Au 19 e siècle : Influence politique (émergence des états nationaux et suppression des barrières douanières internes). A la Fin du 19 e siècle : Evolution fondamentale – Les Facteurs Techniques : – Facteurs Economiques : 1.

cours économie générale Section 1 Pourquoi existe-t-il des échanges internationaux ? Les échanges internationaux permettent à chaque pays de se procurer de biens et de services qu’ils ne disposent pas (pétrole, café…), ou qu’ils ne produisent pas faute de compétence technique et technologique. (informatique, haute technologie, qualité de la main d’oeuvre…). Les théoriciens du libre échange veulent montrer que chacun a un intérêt à ouvrir ses frontières alors que les partisans du protectionnisme démontrent les limites du commerce international. §1 Les théories classiques des échanges internationaux 1°) Adam Smith et la théorie de l’avantage absolu Adam Smith (1723-1790) repose sa théorie sur le principe de la division internationale du travail : chaque pays va se spécialiser dans le domaine pour lequel il possède un avantage productif (prix plus bas) par rapport à ses concurrents. Critiques : - Si on se limite à ce procédé, les pays n’ayant pas d’avantage absolu seront exclus du commerce international. Eli F. R.

L'iPhone et l'enfant de 13 ans travaillant 16h par jour pour 0,70 dollars de l'heure Il est possible qu’un enfant chinois de 13 ans, travaillant 16h par jour pour 0,70 dollars de l’heure, se cache dans votre magnifique iPhone ou iPad. Et quand bien même nous ne soyons pas de ce cas extrême, les conditions sociales de tous ceux qui les produisent loin de chez nous demeurent épouvantables à nos yeux[1] Ainsi va le monde d’aujourd’hui. Votre iPhone a été fabriqué, en partie, par des enfants de 13 ans travaillant 16 heures par jour pour 0,70 dollars de l’heure Your iPhone Was Built, In Part, By 13 Year-Olds Working 16 Hours A Day For 70 Cents An Hour Henry Blodget - 15 janvier 2012 - BusinessInsider.com(Traduction Framalang/Twitter : HgO, goofy, Maïeul, Mogmi, oli44, Gatitac, popcode, Spartition, MaxLath, kadmelia) Nous aimons nos iPhones et nos iPads. Nous apprécions les prix de nos iPhones et iPads. Nous sommes admiratifs des marges de profit très élevées d’Apple, Inc., le créateur de nos iPhones et iPads. C’est un problème complexe. Ce n’est pas un jugement de valeur.

Ce n’est pas une crise, c’est une reconfiguration de l’économie mondiale Ce n’est pas une crise, c’est une reconfiguration de l’économie mondiale Note utilisateur: Détails Catégorie parente: Divers Catégorie : Divers Créé le 8 novembre 2011 Mis à jour le 12 mars 2013 Publié le 8 novembre 2011 Écrit par folamour Affichages : 1201 Depuis 2008, la crise économique, et plus encore aujourd’hui la crise de la dette, nous sont présentées comme s’il s’agissait de phénomènes météorologiques imprévisibles. Dès 2008, à peine avait-on désigné les responsables de la crise économique mondiale qu’on les a escamotés en expliquant qu’ils n’y étaient pour rien ou presque, qu’en somme ils ne savaient pas ce qu’ils faisaient, que la responsabilité est à ce point diluée dans le pouvoir économique qu’il serait archaïque, barbare, digne des persécutions de l’Inquisition, de vouloir frapper des coupables. I. Mesures antidémocratiques Il y a un parallèle intéressant à faire entre les « attentats » du 11 septembre 2001 et la crise de la dette des Etats. Conflit d’intérêts Mecanopolis Notes : 1.

100 % des multinationales françaises du CAC 40 ont des filiales dans les paradis fiscaux et judiciaires - C.G.T Saint Gobain Cognac Le magazine Alternatives économiques publie, cette semaine, une enquête qui montre que 100 % des multinationales françaises du CAC 40 ont des filiales dans les paradis fiscaux et judiciaires. Ces outils servent à mettre des bénéfices à l'abri de l'impôt mais aussi parfois à rémunérer en liquide des personnes qui facilitent l'obtention d'un contrat. www.alternatives-economiques.fr/paradis-fiscaux---le-cac40-et-les-paradis-fiscaux_fr_art_633_42326.html Des Bermudes à la Suisse en passant par Panama, toutes les grandes entreprises françaises possèdent des filiales dans les paradis fiscaux. Voir le tableau complet : les sociétés du CAC40 implantées dans les paradis fiscaux. Retrouvez notre enquête complète, avec l'analyse détaillée de la présence des banques françaises et anglo-saxonnes dans les paradis fiscaux, dans le prochain numéro d'Alternatives Economiques (en kiosque début avril). A lire aussi : le dossier documentaire sur le paradis fiscaux. Les principaux paradis fiscaux

Related: