background preloader

Accaparement des terres / land grabbing

Facebook Twitter

Sign the Petiton. Dear Roger Ferguson, CEO of TIAA: We are writing to raise serious concerns regarding TIAA’s involvement in land grabbing, deforestation, and human rights violations, and we ask you to take a series of steps to address these concerns.

Sign the Petiton

Specifically, our concerns regard two distinct but closely related issues: - Through its wholly owned subsidiary TIAA-CREF Global Agriculture LLC (TCGA), TIAA is involved in land speculation in Brazil, using corporate subsidiaries to buy up land in apparent contravention of Brazilian law restricting land ownership by foreign individuals and corporations, according to a report from The New York Times. Moreover, NPR reported that this subsidiary purchased lands from a businessman accused of violently displacing local communities and fraudulently acquiring land titles.

A quoi servent les sols? Non à l’accaparement de terres pour le sucre de l’UE. Le sucre est la nouvelle plaie du Cambodge.

Non à l’accaparement de terres pour le sucre de l’UE

Exporté pour des millions d’euros vers l’Europe, il a déjà provoqué la destruction des forêts et l’accaparement des terres de 12.000 personnes. Demandons à l’UE de ne plus importer de sucre cultivé sur des terres spoliées. L’UE ne doit plus importer de sucre du Cambodge tant que celui-ci provoque la spoliation des terres et la misère des populations locales ! Les soldats du bataillon 313 « ont tout brûlé, même le riz dans les champs. Accaparement des terres: l’interminable bras de fer avec le groupe Bolloré - Page 2. Tous contre Bolloré.

Accaparement des terres: l’interminable bras de fer avec le groupe Bolloré - Page 2

Ce samedi 8 avril, un collectif d’associations de la société civile française et africaine appelle à manifester « contre la nouvelle Françafrique », et notamment contre le groupe Bolloré, très actif sur le continent africain. Il sera largement question de l’accident, en octobre 2016, d’un train de la société camerounaise Camrail (dont Bolloré est l’actionnaire majoritaire), dû à « une accumulation de fautes graves et de négligences », selon un rapport d’expert.

Mais pas seulement. Des paysans cambodgiens attaquent le groupe Bolloré en justice. Outre ses activités chez Vivendi et le groupe Canal + dans lequel il tente de peser sur la ligne éditoriale, Vincent Bolloré a constitué sa fortune dans les activités portuaires en Afrique avec le groupe « Bolloré Africa Logistics » et, depuis quelques années, dans l’exploitation à grande échelle des terres agricoles en Afrique et en Asie via le groupe Socfin.

Des paysans cambodgiens attaquent le groupe Bolloré en justice

Une cinquantaine de paysans cambodgiens estime que leurs droits ont été piétinés par Bolloré qui développe la culture de l’hévéa sur la commune de Bousra à l’est du pays. Cette plante sert à produire du caoutchouc. Pour développer cette production agro-industrielle, une co-entreprise franco-cambodgienne a été créée et porte le nom de « Socfin-KCD ». Elle est née avec l’accord du gouvernement cambodgien. Outre l’hévéa, cette entreprise produits aussi de l’huile de palme, une des activités en plein développement dans le groupe Bolloré au Cambodge, en Indonésie et dans plusieurs pays africains dont le Cameroun. HALTE AUX ACCAPAREMENTS DE TERRES : STOPPONS LA NOUVELLE ALLIANCE DU G7 ! Lancée en grande pompe par le G7 en 2012, la Nouvelle Alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition vise officiellement à lutter contre la pauvreté en Afrique en favorisant l’apport de capitaux privés internationaux.

HALTE AUX ACCAPAREMENTS DE TERRES : STOPPONS LA NOUVELLE ALLIANCE DU G7 !

Mais dans la pratique, ces investissements profitent avant tout à de grandes multinationales comme Monsanto ou Cargill et menacent l’accès à la terre, la sécurité alimentaire, et l’environnement des populations locales. Witter / ? Situation en Afrique.

Documentaires

Lutter contre la faim ou s'approprier les terres ? Le « land grabbing », fléau ou opportunité pour les pays en développement? Le « land grabbing » est une pratique qui depuis quelque temps nourrit les craintes de nombreuses ONG, chercheurs, agriculteurs ou simples observateurs, et suscite de multiples débats, comme lors du forum social mondial qui s’est tenu récemment à Dakar.

Le « land grabbing », fléau ou opportunité pour les pays en développement?

S’agit-il d’une opportunité pour les pays « accaparés » de stimuler leur production agricole locale, ou bien d’une forme de nouveau colonialisme comme beaucoup le laissent entendre ? Land grabbing. Agriculture in Malawi.

Land grabbing

LAND GRABBING : nouveau FLEAU mondial. Olivier DE SCHUTTER complice de l'escroquerie. L'ONU veut controler la ruee vers les terres agricoles, Le Monde, 15/06/09Jean-Pierre Stroobants (avec Antoine Le Bozec), Bruxelles correspondant.

LAND GRABBING : nouveau FLEAU mondial. Olivier DE SCHUTTER complice de l'escroquerie

Le land grabbing : une pratique d’une nouvelle ampleur. Par Christelle Doudies, assistante de recherche à l’IRIS, doctorante en droit international à l’UPMF de Grenoble La ruée vers les terres agricoles, une des manifestations de la crise alimentaire de 2008, est un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur au niveau international. Il y a un phénomène d’accaparement des terres par des investisseurs étrangers (Etat, multinationale) dans des Etats où la sécurité alimentaire des populations n’est pas toujours assurée. D’après Grain, ONG internationale dont l’objectif est de promouvoir la biodiversité agricole, ce sont prés de 15 à 20 millions d’hectares de terre qui ont été loués ou acquis à l’étranger par une douzaine de pays aux fortes réserves financières (Corée du Sud, Japon, l’Arabie saoudite, Emirats arabes unis, Chine).

Ian Scoones: Land Grabbing: What Has Changed? La ruée vers la terre. Accaparement des terres et déforestation (brouillon) Land grabbing hurts the world’s poor more than climate change, Fred Pearce argues. A version of this article originally appeared in The Observer.

Land grabbing hurts the world’s poor more than climate change, Fred Pearce argues

Investigative journalist and author Fred Pearce has a new book out this week: The Land Grabbers: The New Fight Over Who Owns the Earth, which explores “how Wall Street, Chinese billionaires, oil sheiks, and agribusiness are buying up huge tracts of land in a hungry, crowded world.” Here he answers questions about the book and his long career reporting on environmental challenges.

Q. U.N. warns us to eat less meat and lay off biofuels, or we’re in for it. We’re overconsuming ourselves into environmental oblivion.

U.N. warns us to eat less meat and lay off biofuels, or we’re in for it

Farming will eliminate forests, plains, and other wild areas nearly the size of Brazil by 2050 around the world if we can’t mend our agricultural, dietary, and biofuel-burning ways. This unsustainable drive for more growing land will result in rising hunger and more frequent riots as food prices increase. That’s the salty prognosis in a new report by scientists working for the U.N.’s International Resource Panel.

The amount of farmland has increased 11 percent since the 1960s, as growers struggle to meet growing populations’ ballooning demands for food and biofuel, according to the report. About 1.5 billion hectares, or 3.7 billion acres, is now being used globally to produce crops, and that figure continues to grow. Fire devastates roadside camp where Brazilian Indians face 'mass murder' A fire has devastated the Guarani's roadside camp in the Brazilian state of Mato Grosso do Sul. Le MEDIA INDEPENDANT sur l'ENVIRONNEMENT et le DEVELOPPEMENT DURABLE en Bretagne.

Accaparements des terres agricoles / 31 octobre 2012 - l'écoloCASTRES, le blog. Terra Eco | 29 oct 2012. José Bové : Déplacement en Hongrie pour dénoncer l’accaparement des terres et la gestion honteuse de la PAC. José Bové était en Hongrie, début octobre, à l’invitation du LMP, formation politique membre observateur du Parti vert européen. L’occasion de constater les dérives d’un régime populiste et corrompu qui attribue des terres agricoles de l’Etat à ses proches et maintient une scandaleuse iniquité dans la distribution des aides de la PAC aux paysans hongrois.