background preloader

Moi, ça va

Moi, ça va
Ca a commencé l’autre jour. J’étais tranquillement en train de me plaindre que j’étais obligé de me raser tous les jours à cause de la société, et que c’était vraiment pénible, et que c’était quand même un petit peu la faute des femmes tout ça lorsqu’elle m’a balancé ça à la figure. "Arrête un peu de te plaindre, toi, t’es pas oppressé". Je l’ai regardé de toute ma hauteur (et vu que je mesure 1m73 semelles comprises, c’était un peu plus qu’une simple hauteur physique), et je me suis préparé à lui balancer mon habituel discours dans ces cas-là. Un discours que j’ai appris d’autres. J’allais lui expliquer que oui, j’étais aussi oppressé.

http://uneheuredepeine.tumblr.com/post/53693897240/moi-ca-va

Related:  La place des hommes dans le féminismel'homme blanc cis heteroféminisme et apparenceHommes féministesÊtre un·e allié·e

Nos amis et nous Nous comptons de bons amis parmi les hommes. Nous les fuyons comme la peste, et eux tâchent de forcer notre intérêt : qui ne reconnaîtrait là la démarche même de l’amitié ? Y. Florenne, aux premiers rangs de ceux-ci, n’arrête pas d’être amical du haut de sa colonne du Monde. Le racisme anti-blanc n\'existe pas, mais il a gagné. Un passage de l'émission du Grand 8, du 16 octobre, illustre parfaitement le problème : on était déjà en queue de comète de l'affaire des pains au chocolat, et c'est Guiullaume Peltier, le junior de la Droite Forte, qui était invité chez les copines d'Audrey, de Roselyne et de Laurence. Elles ont parlé de la petite anecdote de Copé. Comme en France la politique c'est de la littérature, on a analysé le discours, décortiqué les stratégies, et on s'est mis d'accord. Evidemment c'est un appel du pied au FN, qui a popularisé le terme bien avant l'UMP.

Solidarité féminine: de la pin-up à l'androgyne Pour diverses raisons, j'ai récemment été amenée à réfléchir sur ma « performance » de la féminité. Principalement sur mon rapport à la coquetterie mais aussi, de manière plus générale, sur l'ensemble de mes comportements genrés. Je ne suis pas une coquette, et je mentirais si je disais que je ne pratique pas sciemment une contre-coquetterie parfois irrévérencieuse. J’ai horreur du « décorum-sapin-de-Noël » qu’on impose aux femmes, dans les contextes formels. Boys Don’t Cry! Les coûts de la domination masculine Delphine Dulong, Christine Guionnet et Érik Neveu (dir.) Delphine Dulong est enseignante-chercheuse en science politique à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne et directrice du Centre de recherches politiques de la Sorbonne/Centre européen de sociologie et de science politique. Christine Guionnet est enseignante-chercheuse en science politique à l’université Rennes 1 et chercheuse au Centre de recherches sur l’action politique en Europe. Érik Neveu est professeur de science politique à l’IEP de Rennes et chercheur au Centre de recherches sur l’action politique en Europe. « Sexistes les politiques, vraiment ? » Le Monde, 9 mars 2013

Je ne serai jamais qu'un allié (et c'est fantastique) - Carnet d'un rêveur Par Jonas Lubec, mardi 29 avril 2014. Lien permanent Pré-scriptum: J'ai hésité avant de poster ce billet. Il m'apparaît toujours comme étant quelque peu arrogant, ou gonflé.

De la masculinité à l’anti-masculinisme : Penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive. par Léo Thiers-Vidal Origine : Article paru dans Nouvelles Questions Féministes, Vol. 21, n° 3, pp. 71-83, décembre 2002 (Tous droits réservés) Dans cet article, je propose une réflexion sur la manière dont les chercheurs-hommes engagés dans la lutte contre l’oppression des femmes par les hommes peuvent optimiser leur efficacité politique et scientifique dans l’analyse des rapports sociaux de sexe[1]. En effet, lorsqu’ils prétendent produire des analyses non-biaisées et pertinentes, ils sont confrontés à une double difficulté : d’une part comprendre pleinement des analyses féministes qui désignent leur existence comme source permanente d’oppression des femmes ; d’autre part apprendre à gérer les conflits intérieurs qui en découlent de façon à leur permettre un regard productif, impliqué autant que distancié, sur leur construction et leur action oppressives. Analyse des rapports sociaux de sexe : le décalage genré

Sexisme anti-hommes, racisme anti-blancs : des armes pour faire taire les femmes et les groupes racisés. Devoir d’insolence antiraciste : Pétition à signer Pour signer la pétition cliquez ICI Le rappeur Saïdou du groupe Z.E.P (Zone d’expression populaire) et le sociologue et militant Saïd Bouamama ont été mis en examen pour « injure publique » et « provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence » sur une plainte de l’Agrif, un groupe d’extrême droite nostalgique de l’Algérie française. En cause, un ouvrage et une chanson du même nom, Nique la France, qui assènent en refrain :

A qui appartiennent les seins d’Angelina Jolie? Et ceux des femmes en général Chroniques Mis en ligne le 01/07/13 I Rédaction par Sophie Gourion Du bébé à Facebook, en passant par la publicité ou parfois par l’employeur, les seins semblent appartenir à tout le monde sauf aux femmes elles-mêmes. Analyse par Sophie Gourion, rédactrice web/journaliste web, auteure du blog "Tout à l'égo". « Moi je trouve qu'elle est débile ! De la masculinité à l’anti-masculinisme : Penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive. Origine : Dans cet article, je propose une réflexion sur la manière dont les chercheurs-hommes engagés dans la lutte contre l’oppression des femmes par les hommes peuvent optimiser leur efficacité politique et scientifique dans l’analyse des rapports sociaux de sexe[1]. En effet, lorsqu’ils prétendent produire des analyses non-biaisées et pertinentes, ils sont confrontés à une double difficulté : d’une part comprendre pleinement des analyses féministes qui désignent leur existence comme source permanente d’oppression des femmes ; d’autre part apprendre à gérer les conflits intérieurs qui en découlent de façon à leur permettre un regard productif, impliqué autant que distancié, sur leur construction et leur action oppressives. Analyse des rapports sociaux de sexe : le décalage genré Plusieurs chercheures féministes ont pensé le lien entre la position sociale des femmes et l’analyse féministe des rapports sociaux de sexe. Position sociale, androcentrisme et capacité d’analyse

Pour les blancs qui s’opposent au racisme : comment arrêter d’avoir tout faux! Première traduction sur ce blog Ayant partagée le lien originel de ce texte en anglais sur Twitter, je me suis fait la réflexion qu’une traduction pourrait être utile, tellement l’article est dense et l’anglais un peu soutenu. Ce texte traite de la position d’allié blanc opposant le racisme. Un corollaire pour le sexisme (que j’ai aussi partagé) existe chez le même auteur, mais les deux étant assez redondants et longs, j’ai décidé de traduire uniquement le premier. Je suis tombée sur cet article il y a un bon bout de temps de ça en naviguant sur les Internets, comme on dit… Bien que j’en ai lu plusieurs autres sur cette thématique (la thématique étant « Comment adopter un comportement correct d’allié?

Related: