background preloader

Les informulés d'une rhétorique sexiste

Les informulés d'une rhétorique sexiste
Souligner la respectabilité de l’accusé, l’importance du personnage, l’étendue de son pouvoir, ses innombrables qualités, et lui chercher toutes les excuses possibles ; entourer la plaignante d’un soupçon systématique, l’accabler de reproches, lui prêter des intentions machiavéliques… Dès l’inculpation du directeur du Fonds monétaire international (FMI) Dominique Strauss-Kahn pour agression sexuelle sur une femme de chambre du Sofitel de New York, on a vu ressurgir, en France, les réflexes et les grilles de lecture archaïques qui dominent invariablement dans ce genre de mises en cause. « Nous ne savons pas ce qui s’est passé à New York samedi 14 mai, mais nous savons ce qui se passe en France depuis une semaine », dit la pétition lancée le 21 mai par les associations Osez le féminisme, La Barbe et Paroles de femmes (1). Or, dans le cas de M. Un corps féminin est un objet public Empathie à géométrie variable Spontanément, c’est à l’accusé que l’on s’identifie. Related:  Féminismes divers inclusifSexisme + Sexisme intersectionnel

Hommes/femmes: des rapports opposés entre les Etats-Unis et la France Harcèlement sexuel, sexisme, féminisme, drague... Aux États-Unis, «l'homme qui aime un peu trop les femmes», c'est celui qui ne les respecte pas. Ah l'Amérique puritaine, le fameux pays où vous allez au tribunal si vous faites un compliment sur la jupe de votre collègue! «Dans l'Amérique puritaine, on tolère infiniment mieux les jeux d'argent que les plaisirs de la chair», écrivait le conseiller général PS Gilles Savary, tandis qu’un blog de Rue89 renchérissait: «Espérons que, après cette affaire DSK, le puritanisme américain et leurs méthodes de traque sexuelle des élus ne viennent pas contaminer la France.» Il ne s'agit pas de dire qu'une certaine culture française de glorification du grand séducteur soit responsable de l'agression sexuelle présumée du Sofitel. Le harcèlement sexuel à l'américaine, une discrimination Dans ces procès, les plaignants décrivent souvent un quotidien fait d'insultes et de coups de téléphone obscènes, d'envoi de photos pornographiques ou d'attouchements.

STOP AU DÉNI J’ai retiré mon voile, et le sexisme m’a immédiatement rattrapée Après avoir longtemps été considérée comme un voile sur pattes, une “fille d’immigrés” et une “jeune des quartiers”, on a enfin fini par comprendre que j’étais une femme le jour où j’ai retiré mon hijab, il y a quelques mois. Malheureusement, le premier à l’avoir formulé était un homme sexiste; au risque de vous choquer, c’est la reconnaissance tardive de ma féminité et non son sexisme qui m’a marquée ce jour-là. J’ai toujours été une femme, je suis même née comme ça. Mais d’autres caractéristiques de ma personne ont très souvent pris le dessus sur ma féminité lorsque face à moi, un individu tentait de me définir ou de m’appréhender. Quelle que soit la configuration (à l’école, dans la rue, dans les transports en commun), quelle que soit la personne (un prof, un médecin, un voisin de train), il fallait toujours, lors d’un échange normal ou conflictuel, qu’on me renvoie à ma condition de femme voilée, d’origine immigrée et issue d’un milieu populaire. Du racisme au sexisme

Sexisme : Ségolène Royal prône la parité et la fin du cumul - Politique Ségolène Royal, candidate à l'investiture socialiste à la présidentielle de 2012, s'est dite dimanche favorable à la parité à l'Assemblée nationale pour lutter contre le sexisme qui y sévit, en mettant fin notamment au cumul des mandats. Evoquant lors d'une interview les remarques déplacées dénoncées par plusieurs élues de l'Assemblée nationale, elle a estimé que la sous-représentation des femmes en était responsable. "Pourquoi à l'Assemblée nationale il y a ces espèces de délire verbal ? C'est parce qu'il n'y a que 20% de femmes", a-t-elle expliqué. Un "ministère des Droits de la femme" Ségolène Royal a également appelé à "la fin du cumul des mandats". "Le mandat abandonné devra être réservé à une femme", a-t-elle proposé. Enfin, elle a annoncé que si elle était élue présidente de la République en 2012, elle créerait "un ministère des Droits de la femme et de la dignité des femmes". Le Nouvel Observateur avec AFP

Le « dévoilement » des femmes, une longue histoire française Dès l’origine, le colonialisme assoit une domination au nom de la « race » supérieure qui entend civiliser les « races » inférieures. Comme le soulignait Aimé Césaire, dans son Discours sur le colonialisme, « que l’on s’y prenne comme on le voudra, on arrive toujours à la même conclusion : Il n’y a pas de colonialisme sans racisme ». Dans son ouvrage L’Orientalisme, Edward Said s’est attaché à démonter les mécanismes idéologiques de cette domination. L’auteur y cible d’emblée la manipulation des mécanismes de la représentation : « Le filet de racisme, de stéréotypes culturels, d’impérialisme politique et d’idéologie déshumanisante qui entoure l’Arabe ou le musulman est réellement très solide, [1] (…) ». Le colonialisme va construire sa richesse en spoliant la richesse des autres : c’est une agression physique, psychologique et culturelle. Le projet colonial relève d’une mise sous tutelle, d’une violation de territoire mais aussi d’une violation des consciences. Féminisme « colonial »

La misogynie, arme de silenciation massive | Genre ! J’ai appris avec le militantisme que si je ne voulais pas me laisser bouffer intégralement par la colère, il fallait que j’en fasse quelque chose. Des mots, des idées, des actions, n’importe quoi, mais qu’il ne fallait surtout pas que je la laisse me bouffer de l’intérieur. Ce billet est le résultat d’une très grande colère. A la fin d’une récente intervention, une jeune femme m’a demandé comment, concrètement, les femmes pouvaient continuer à prendre la parole sur internet quand leurs opinions et leurs idées se heurtaient si souvent à de la dérision, du mépris, de l’agressivité, ou pire. Je venais d’évoquer, notamment, ce que signifiait pour moi et tant d’autres femmes d’être blogueuse féministe et de donner mon avis sur internet. Quand la journaliste et essayiste Laurie Penny explique que l’opinion d’une femme est comme la mini-jupe d’internet, ce qu’elle veut dire, c’est que dans l’esprit de beaucoup, une femme affichant sa pensée sur internet s’expose à des rétributions.

L’impuissance comme idéal de beauté Il est temps de se libérer de la dictature de la beauté Les normes de beauté sont arbitraires, injustes et misogynes. C’est pour rappeler cela que nous avons décidé de créer "L’impuissance comme idéal de beauté", une vidéo sur ce sujet d’une importance capitale. En effet, une très grande majorité de femmes ne sont pas satisfaites de leur corps. Ainsi, selon un sondage datant de 2013, 7 Françaises sur 10 changeraient quelque chose à leur physique si elles le pouvaient. On dit des femmes qu’elles constituent « le beau sexe ». Dénigrer le corps des femmes, c’est donc dénigrer les femmes elles-mêmes. Par ailleurs, alors que les idéaux de beauté masculins (muscles, grande taille,…) valorisent la force, les idéaux de beauté féminins nous affaiblissent. La beauté coûte cher et nous fait perdre notre temps et notre énergie. Noémie Renard, blogueuse à Antisexisme.net et Clémentine Vagne, réalisatrice

Le sexisme anti-hommes… et pourquoi il n’existe pas « Sexisme anti-hommes », « sexisme inversé » (s’il est « inversé », on reconnaît dans quel sens fonctionne le sexisme « normal » !), « misandrie »… Vous avez sans doute déjà entendu ces expressions, dans un raisonnement honnête ou pour contourner de manière pratique le problème de la misogynie. Elles désignent les oppressions dont seraient victimes les hommes, souvent attribuées aux féministes ou aux femmes en général. Signe distinctif de ces oppressions : elles n’existent pas… ou, du moins, elles ne sont pas ce que vous croyez. Une symétrie illusoire Il faut tout d’abord rappeler que le sexisme est un système. Siffler un garçon dans la rue, même si ce n’est pas très fin, ne peut pas être considéré comme « sexiste » au même titre que siffler une fille : dans le premier cas ce sera un incident isolé, dans le second cela rentre dans un contexte général d’objectification des femmes. Certes, les hommes sont eux aussi exposés à des modèles physiques irréalistes. En fait non. WordPress:

La Non-mixité Pour Les Nuls (et Les Autres) | L'Écho Des Sorcières Lorsque nous avons lancé ce webzine, nous nous attendions à des réactions sur notre non-mixité assumée. Réactions il y eut, même si moins que prévu. C’est pourtant dans le slogan, mais, si mes années de support technique m’ont appris quelque chose, c’est que personne ne lit jamais les petits caractères. Il nous semblait important de parler de non-mixité, je m’y colle. Une histoire d’occupation d’espace Les hommes constituent 75% des députés et des sénateurs, 80% des ingénieurs, 83% des chefs d’entreprises, représentent 63% de la présence télévisuelle, 80% des « experts » interrogés dans les médias… L’espace public, politique, économique, médiatique appartient aux hommes. Je prendrai ici comme exemple le sauna de ma piscine municipale. Le problème est le même lors des débats et discussions féministes. La non-mixité permet non pas de rétablir artificiellement une représentativité féminine, mais nous ouvre la voix en nous autorisant une parole sécurisée, donc libérée. L’absence de contrôle.

Le sexisme expliqué à ceux qui n'y croient pas - Une heure de peine... . Il y a des gens qui, simplement, refusent d'y croire : ça n'existerait pas, et puis c'est naturel, et de toutes façons, c'est la même chose pour les hommes. Freud racontait une histoire rigolote qui sonnait un peu comme ça, à propos d'un chaudron percé, mais passons : je ne suis pas là pour faire la psychanalyse du déni. Je vais plutôt essayer d'expliquer pourquoi le dernier argument, selon lequel les hommes aussi seraient discriminés, ne marche pas. Et pour cela, je vais me baser, one more time, sur la sexualisation dans les jeux vidéo. L'exemple de la sexualisation dans les jeux vidéo est intéressant parce qu'il a fait l'objet de réactions très claires dans le sens du "c'est pareil pour les hommes" : vous pouvez vous reporter aux commentaires des deux articles que Mar_lard a consacré à ce thème pour avoir quelques illustrations, ainsi qu'à ceux de mon dernier billet sur le thème. Il en va de même pour Ken. Ce n'est pas faux. Mais ce n'est pas tout.

Voici comment le harcèlement de rue est perçu à travers le monde « Reconnaître que nous sommes dans une relation de travail, pour développer une conscience de classe » – entretien avec Morgane Merteuil À l’occasion du débat autour de la loi « renforçant la lutte contre le système prostitutionnel », Mouvements publie un entretien avec Morgane Merteuil, secrétaire générale du STRASS (syndicat du travail sexuel). Nicolas Haeringer : Le débat autour de la loi visant à pénaliser les clients de prostituées, adoptée en première lecture à l’Assemblée Nationale, a mis en évidence de profondes divisions entre féministes. Ces divisions ne sont pas sans rappeler le débat sur l’interdiction du voile. Vous faites d’ailleurs le lien entre les deux, dans un texte écrit avec Rokhaya Diallo. Morgane Merteuil : Une partie du mouvement féministe s’accroche à des symboles. N.H. : Vous estimez donc que les abolitionnistes invisibilisent la parole des travailleuses du sexe, du moins celles qui revendiquent le droit d’exercer cette activité. M.M. : Oui. N.H. : Le manifeste pouvait entretien l’illusion d’une possible alliance entre clients et travailleuses du sexe. M.M. : C’est factuellement faux. N.H. : E.

Féministe et trans, c’est pas contradictoire ? | wakening princess La question peut être posée. Après tout, en tant que femme transgenre, je prends soin de moi, de mon corps, de mon image. J’aime les jolies robes, je me maquille, je m’épile. À vrai dire, non. C’est une approche très superficielle du féminisme. C’est en étant féministe, justement, que l’on ne croit pas que les individus sont déterminés par leurs organes génitaux, que l’on peut les considérer avant tout en tant qu’humains en dépassant leur simple classification en terme d’anatomie. Notre société est très binaire dans sa conception. Pourtant, c’est une simplification outrancière de la réalité dans laquelle on vit. La vérité, c’est que le fait même de prétendre à l’existence de deux sexes dits biologiques est une simplification. Au-delà de ces considérations sur le sexe dit biologique, apparaissent celles sur le genre. Être féministe, en définitive, c’est avoir conscience de la manière dont est orientée notre société autour de ces simples faits. WordPress: J'aime chargement…

Pour 75% des personnes âgées, il est impossible d'assumer le coût d'une maison de repos La facture moyenne d'un séjour en home s'élève à 1.487 euros, or la pension légale moyenne est de 776 euros brut pour les femmes et de 1.075 euros pour les hommes. Le trou mensuel à combler est donc de 464 euros pour les premiers et de 776 euros pour les secondes. Seules 25% des personnes âgées disposant de revenus les plus élevés sont en mesure de faire face grâce à leur seule pension au coût moyen d'hébergement en maison de repos, d'après les données croisées de Solidaris. L'enquête des mutualités Solidaris relève aussi la disparité du montant des factures moyennes entre régions (1.388 euros en Wallonie et 1.497 euros à Bruxelles), voir même entre provinces allant de 1.252 euros dans le Hainaut à 1.518 euros en Brabant wallon.

Related: