background preloader

Bingo féministe et « mansplaining 

Bingo féministe et « mansplaining 
Hier, Sophie Gourion, une féministe que j’apprécie et que je suis sur Twitter, a eu un long débat à propos du marketing genré. Elle a écrit, il y a quelques mois, un article pour Slate sur cette stratégie « qui consiste à segmenter l’offre produit en fonction du sexe », »une façon indirecte de démultiplier les intentions d’achat, deux produits sexués devant ainsi se substituer à un seul produit mixte au sein d’un ménage ». Une des personnes avec qui elle discutait n’y voyait pas de sexisme et, surtout, pas un sujet de préoccupation pour les féministes; d’où ce tweet (écrit par un homme): @Sophie_Gourion le vrai combat du féminisme est dans l’égalité des droits, pas dans l’uniformité des produits ni de la comm.— [Anonyme] Juillet 13, 2012 Précisons que cette personne, avec qui j’ai discuté ensuite, se considère comme féministe et que mon objectif n’est pas de lui contester cette appellation. Tu crois que je suis en train de faire du mansplaining? Alors, vous voyez ce que je veux dire?

Splaining Splaining or 'Splaining is a form of condescension in which a member of a privileged group explains something to a member of a marginalised group -- most particularly, explains about their marginalisation -- as if the privileged person knows more about it. Examples include (but are not limited to) a man explaining sexism to a woman, or a white person explaining racism to a black person. Splaining is common among newcomers to an oppression discussion (though not limited to newcomers): often, within minutes of first hearing about a problem for an oppressed group, the splainer suggests that the group should "just" respond in a certain very obvious way. Etymology Edit The term "splaining" originated as "mansplaining", and "mansplaining" continues to be a widely used variant: see, for example, Urban Dictionary. On this wiki, "mansplaining" redirects to Splaining (this page). Splaining in feminism Some styles of splaining include: Geeksplaining Cognitive Dissonance Examples and further reading

Pas si grave | Polyvalence mon pote Je crois que le pire dans les violences sexistes, qu’elles soient physiques ou autres, c’est qu’on tente toujours de les minimiser. De te dire qu’ailleurs c’est pire, que tu exagères… C’est d’ailleurs très parlant, puisque comme dit Christine Delphy « Quand une féministe est accusée d’exagérer, c’est qu’elle est sur la bonne voie. » S’agissant du harcèlement de rue par exemple, il m’aura fallu de longues discussions sur Internet, et en particulier sur Twitter, pour mettre le doigt sur ce que ces comportements avaient de terrible et de glaçant sous leurs dehors de drague un peu cheap. Evidemment, ça m’énervait qu’on me parle mal parce que ma jupe était trop courte, mon pantalon trop moulant, ou t-shirt trop échancré et que de surcroît j’avais l’outrecuidance de ne pas répondre aux sifflements ou invectives supposément flatteuses. Quand j’en parlais avec mes copines, je demandais parfois avec un rire jaune « mais est-ce que ça fonctionne, leur technique de séduction, franchement ? Diane

Dr. B: Pourquoi la gay-pride est importante "N'ayez pas peur". Jean-Paul II"Aimez-vous les uns les autres". Jésus-Christ. ALORS VOILÀ - Une ville, c'est d'abord des rues. - "un papa, des roustons, une maman, des nichons" (quelle belle vision naturaliste et zoologique du genre humain!) Ou, nettement moins poétique: - "la france a besoin d'enfants, pas d'homosexuels". Il y a donc: nos rues,les adultes qui manifestent,des banderoles avec le mot "enfants" dessus. Les enfants...Dans nos villes, les rues sont bordées d'immeubles. Avec des désirs compliqués, parfois jugés honteux. Pourquoi la gay-pride est-elle importante? Une fois par an, les enfants de nos villes peuvent regarder derrière leurs fenêtres et voir des femmes et des hommes: nombreux, différents, dansant et chantant. Certains s'habillent en femmes quand ils sont hommes, d'autres s'habillent en hommes quand elles sont femmes. La gay-pride est importante. Pas seulement pour ceux qui sont en bas et qui défilent. La deuxième cause de familles brisées. Honte à nous tous!

Et toi quand est-ce que tu t’y mets ? 2. On l’appellera Simone Désacraliser l’avortement est un challenge bien difficile à relever aujourd’hui mais pourtant, Véronique Cazot et Madeleine Martin le font avec brio. Dans le premier tome de Et toi, quand est-ce que tu t’y mets ? l’auteure et la dessinatrice nous contaient merveilleusement l’histoire de Jeanne qui ne désirait pas avoir d’enfant. Dans ce nouveau tome, on retrouve Jeanne qui va épauler Lucie dans son parcours de la combattante pour avorter. Socialement, elle doit expliquer voire justifier son choix, notamment auprès de sa sœur Adeline, jeune mère de famille qui aime profondément pouponner. Médicalement, Lucie se retrouve confrontée à beaucoup de violence de la part des médecins. A travers de nombreuses saynètes, on suit le parcours de Lucie entourée de sa sœur Adeline et de Jeanne qui va devenir sa principale alliée. Véronique Cazot et Madeleine Martin signent ici une BD divinement libératrice. Et toi quand est-ce que tu t’y mets ?

Mansplain to Me I am routinely regarded, particularly by those who don’t know me, as a jerk. I know this because people in my office and my building remind me that this interpretation is widespread. They don’t do so cruelly; we all get along. But I am a curmudgeon and they are not and this is a sticking point. This isn’t new necessarily – I’ve heard this criticism at various times throughout my life – but I’m generally aware of what I’m doing that so turns off those around me. For instance, when I do not smile at every single person I see, I understand that what they’re seeing is a 6’3”, 245lb man with what seems to be a permanent scowl on his face. But one accusation that I do not understand it that of mansplaining. When I’ve asked for definitions from real women, they’ve mostly balked, having never heard the term. Update: The very first comment I got questioned whether I was serious.

La convergence. Twitter promet de très belles rencontres, ouais, mais aussi de se manger de sacrées surprises moins géniales. La semaine dernière, avec son 8 mars et son cortège de remise en question du féminisme et de sa légitimité, a été un festival de déni. Vraiment trop bien, les féministes de tout poil (haha) ont eu droit à tout : la culture du viol est un mythe, en France on a plus rien à revendiquer, y'a des problèmes plus importants, et j'en passe et des meilleures (sans oublier les blagues sur la vaisselle sans quoi le 8 mars ne serait pas complet). Exorcisons une féministe "fear le patriarcaaaaaarrgh" Dans le torrent de merde, j'ai dégoté des faux alliés parmi les twittos que je suis. Il y aurait des luttes prioritaires, on pourrait résumer ça comme ça. Le Capitalisme Espérer qu'en détruisant le capitalisme on provoquera l'effondrement des autres dominations est un leurre -voire même si j'osais- une croyance quasi bigote. Manif de femmes de 36 ans à cheveux verts qui dessinent pour vivre

Qu'en pensez-vous? - CALAS de l'Outaouais Téléphone819-771-1773 Sans frais1-866-757-7757 Nous sommes là pour vousdu lundi au vendredi, de 8h30 à 16h30 Tous nos services sont confidentiels Comme dans tous les domaines, il est important de s'informer pour mieux comprendre les implications et répercussions d'une agression sexuelle. À cet effet, nous vous invitons à répondre par vrai ou par faux aux affirmations qui suivent concernant les agressions à caractère sexuel. Les femmes mentent lorsqu’elles disent avoir subi l’agression à caractère sexuel. Faux Ce mythe illustre bien la faible crédibilité accordée aux victimes d’agression à caractère sexuel. Les femmes provoquent les agressions à caractère sexuel par leur comportement ou leur habillement. Il est impossible d’agresser une femme qui ne veut pas. Ce mythe entretien l’idée que la femme qui ne se défend pas physiquement ou ne crie pas est responsable de l’agression. L’agresseur est une personne qui souffre de graves problèmes mentaux ou psychologiques. Vrai

la vigie distingue La Vigie, c'est quoi ? Avril 2014 La revue "Travail, genre et société" publie dans son dernier numéro un dossier "Enseigner le genre". Tenants, aboutissants, contexte, mise en perspective, le dossier permet de mieux appréhender les enjeux liés à cette problématique, au travers d'articles aux titres explicites : "Histoire des femmes, histoire du genre", "Que reste-t-il de nos cours sur le genre ?", "Formation des enseignants : les résistances au genre", "Un enseignement unique en son genre", ou encore "Enseigner le genre : un devoir de dissidence" Lire le Sommaire Accéder à la Revue Mars 2014 Le Centre Hubertine Auclert a créé un kit de 5 affiches sur les pionnières du féminisme faisant le lien entre leurs combats passés et l’actualité de ces luttes. Ce kit, accompagné d’un livret explicatif sera largement diffusé, notamment dans les lycées et les CFA franciliens. Consulter la fiche présentation du kit dans l'égalithèque ! Consulter la fiche présentation du livret dans l'égalithèque ! Juin 2013

Nos amis et nous Nous comptons de bons amis parmi les hommes. Nous les fuyons comme la peste, et eux tâchent de forcer notre intérêt : qui ne reconnaîtrait là la démarche même de l’amitié ? Y. Florenne, aux premiers rangs de ceux-ci, n’arrête pas d’être amical du haut de sa colonne du Monde. C. Alzon, du haut de sa tribune du même ou de sa chaire de Vincennes, se proclame « féministe ». Tous ces amis, ces partisans masculins de la libération des femmes, ont plusieurs points communs : Ils veulent se substituer à nous. Ils parlent effectivement à notre place. Ils approuvent la libération des femmes, et même la participation des susdites à ce projet, tant que libération et femmes les suivent et surtout ne les précèdent pas. Ils veulent imposer leur conception de la libération des femmes, qui induit la participation des hommes, et réciproquement ils veulent imposer cette participation pour contrôler le mouvement et le sens : la direction, de la libération des femmes. Y. C. « Quel mouvement ? C.

Related: