background preloader

Nos amis et nous

Nos amis et nous
Nous comptons de bons amis parmi les hommes. Nous les fuyons comme la peste, et eux tâchent de forcer notre intérêt : qui ne reconnaîtrait là la démarche même de l’amitié ? Y. Florenne, aux premiers rangs de ceux-ci, n’arrête pas d’être amical du haut de sa colonne du Monde. C. Alzon, du haut de sa tribune du même ou de sa chaire de Vincennes, se proclame « féministe ». Tous ces amis, ces partisans masculins de la libération des femmes, ont plusieurs points communs : Ils veulent se substituer à nous. Ils parlent effectivement à notre place. Ils approuvent la libération des femmes, et même la participation des susdites à ce projet, tant que libération et femmes les suivent et surtout ne les précèdent pas. Ils veulent imposer leur conception de la libération des femmes, qui induit la participation des hommes, et réciproquement ils veulent imposer cette participation pour contrôler le mouvement et le sens : la direction, de la libération des femmes. Y. C. « Quel mouvement ? C. Deuxième partie

http://lmsi.net/Nos-amis-et-nous

Related:  Droits des femmes, condition féminine, féminismeféminisme

Genre : Une catégorie utile d'analyse historique Genre : Une catégorie utile d'analyse historique Joan Scott Gender, n, a grammatical term only, To talk of persons or creatures of masculine or feminine gender, meaning of the male or female sex, is either a jocularity (permissible or note according to context) or a blunder. De la belle théorie à une pratique effective L’ampleur des agressions contre les femmes qu’a révélée le hashtag #MoiAussi ou #MeToo n’a laissé personne indifférent. C’est le cas de le dire. Ces hashtags ont eu le mérite d’avoir libéré la parole, parole qui a mis mal à l’aise un nombre incalculable d’hommes, et même de femmes, y compris des victimes de violences.

Autour des critiques du concept de sexe. Entretien avec Anne Fausto-Sterling 1Priscille Touraille : L’argument du « continuum sexuel » est l’un des arguments que vous avez défendu, au nom de la biologie, pour affirmer que « la nature nous offre réellement davantage que deux sexes » (Fausto-Sterling, 2012 [2000], 52). Le continuum semble néanmoins une notion assez floue et qui manque de précision sur ce qu’elle décrit exactement. Êtes-vous toujours d’accord pour dire que l’argument du « continuum » constitue la meilleure critique au concept de sexe, et la meilleure stratégie pour défendre un monde où les personnes définies comme intersexuées ne soient plus frappées d’inexistence sociale ? 2Anne Fausto-Sterling : Je ne pense pas que ce soit la meilleure critique mais l’une des possibles réponses qui fonctionne bien, sous certaines conditions et contre certains arguments, et devrait donc être utilisée selon le contexte. 3PT : Vous donnez l’exemple du volume des seins et du timbre de la voix.

Ce qu’est le féminisme radical Nous, La solidaire insurgée, constituons un groupe affinitaire féministe radical montréalais qui vise à réseauter les féministes radicales et à radicaliser les féministes. Nous organisons divers évènements, dont la prochaine rencontre annuelle Ya Basta, qui aura lieu en 2011, et nous soutenons la diversité des tactiques militantes féministes contre le patriarcat. Qu’entendons-nous par féminisme radical ? Qui va à la racine dans le but d’éradiquer le patriarcat et les systèmes d’oppression et de hiérarchie qui s’en inspirent tels que le capitalisme, l’hétérocentrisme, le racisme ou l’impérialisme.

Une heure de peine... Dans le dernier billet, au milieu de mon énervement - pour lequel je ne m'excuserais que lorsque sera reconnue l'indécence des attaques contre le genre - j'ai proposé ma traduction de l'expérience de la boîte qu'utilise Michael Schawble dans son introduction à la sociologie (j'ai une passion coupable pour les introductions à la sociologie, j'en fais la collection). Je me suis dit qu'elle méritait peut-être deux ou trois explications pour ceux qui voudraient en faire usage auprès de leurs proches. Je complète donc ici l'argumentaire qu'elle recouvre.

#BalanceTonPorc : elles parlent, ils mecspliquent… En moins de 48 heures, plus de 160 000 femmes (j'en suis) ont témoigné de harcèlement et d'agressions sexuelles dont elles ont été victimes. Ainsi le hashtag #BalanceTonPorc est devenu en moins de deux jours, un mouvement. Celui d'une libération de la parole de toutes celles qui, parfois depuis plusieurs années, voire décennies, gardaient sur le coeur ou bien réservaient aux conversations chuchotées dans l'intimité craintive de représailles, la vérité sur les violences dont elles ont fait l'objet. Et l'on découvrit ce que le déni renvoyait lâchement à des cas isolés, des rencontres malheureuses, des quiproquos (de mon c...) : on découvrit — ou fit semblant de découvrir — un fait social massif.

Grande traversée : Women's power, les nouveaux féminismes : podcast et réécoute sur France Culture Elles sont filles d'Olympe de Gouge et d'Angela Davis, de Simone de Beauvoir, de Judith Butler, de Virginia Woolf ou d'Audre Lorde. Depuis la révolution française, leurs aînées ont conquis peu à peu des fonctions qui furent longtemps réservées aux hommes, puis le droit à disposer de leur corps. Pourtant, en 2016, les femmes gagnent moins que les hommes et réalisent la majorité des tâches domestiques, avorter est encore tabou, la révolution sexuelle n'a pas aboutie, l'hétérosexualité reste la norme et tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son conjoint. Dans la sphère privée et dans la sphère publique les rapports entre hommes et femmes sont toujours inégalitaires. Alors, les féministes poursuivent leurs luttes pour atteindre l'égalité réelle politique, économique, culturelle, sociale et juridique. Les réformistes proposent de changer les lois.

HYÈNES EN JUPONS Un pas en avant, deux pas en arrière Un backlash, c’est un ressac. C’est le retour violent des vagues vers le large, après avoir frappé un obstacle. Depuis plusieurs jours, nous assistons à un retour en arrière, après que des milliers de femmes aient pris la parole sur les médias sociaux et dans les journaux pour témoigner des agressions sexuelles qu’elles ont vécues. À présent, les médias laissent la parole à une ligue d’hommes qui ne se gênent pas pour dire aux femmes, non sans paternalisme et condescendance, que ça suffit, qu’elles en ont assez dit, qu’elles sont allées trop loin. Parler de son agression sur Twitter ça passe, témoigner sans démasquer ou sans envoyer quelqu’un en prison c’est correct, mais commencer à nommer le problème, c’est-à-dire l’individu qui a commis l’agression, ça ne passe pas.

Genrer le capitalisme , la question de la mobilité sociale revient, depuis plusieurs années, sur le devant de la scène, que ce soit au sein de la recherche ou dans le débat public. Après les débats, toujours en cours, autour du déclassement, c'est vers l'accès aux élites que se tournent à nouveau les regards : sans surprise, la mobilité ascendante constitue un enjeu politique et idéologique fort. En signant un petit livre très accessible, Jules Naudet fait à cet égard un travail de vulgarisation bienvenue, qui se double de ses nombreuses interventions dans les médias ().

Related: