background preloader

Micro algues

Facebook Twitter

En bref : une algue pour transformer la pollution en biocarburant. Biocarburant de 3ème génération, c’est déjà demain. D_Presentation_Microalgue_Biocarburants3G_FD_121212. (Microsoft Word - ESSAI DE MAITRISE - Algocarburants - Version finale 4 - R5\205) Carburant bio : un pétrole artificiel à partir d'algues. Et si l’après pétrole était… le pétrole de synthèse ? L’invention est d’origine espagnole et française, il s’agit d’un pétrole de synthèse à partir d’algues nommé Blue Petroleum. L’idée est séduisante, on pourrait enfin en finir avec notre dépendance vis-à-vis des pays pétroliers et donc combler une grosse partie du déficit commercial français.

Comment ça marche ? L’équipe de chercheurs franco-espagnols a trouvé une plante forte intéressante, il s’agit d’une algue pêchée en Mer Méditerranée et dans l’Océan Atlantique obtenue à partir d’une dizaine de souches tenues secrètes. Cette micro-algue permet de produire du biopétrole. Mais comment s’effectue la production de ce pétrole vert ?

Des micro-algues à la prolifération extrêmement rapide sont baignées dans 400 tubes remplit d’eau entre autres. Les schémas : Pour quels résultats ? Peut-on espérer voir ce pétrole à la pompe ? Quels avantages pour le Blue Petroleum ? Quels inconvénients pour le Blue Petroleum ? Un « bioréacteur » qui transforme des micro-algues en biocarburant. Alors que l’épuisement des ressources pétrolières se profile au cours des décennies à venir, les biocarburants apparaissent de plus en plus comme une source d’énergie alternative et durable Mais leur production à partir d’oléagineux ne permettra pas de répondre à tous nos besoins. Pour produire les 50 millions de tonnes d’équivalent pétrole nécessaires chaque année au secteur des transports en France, il faudrait cultiver du tournesol sur une surface supérieure (118 %) à celle du territoire national.

Et la production de biocarburants à partir d’alcools végétaux nécessiterait la même surface cultivable. D’autres solutions se profilent cependant, comme la production de biocarburants à partir de micro-algues. C’est ce que projètent d’industrialiser deux compagnies, l’une israélienne, l’autre américaine. Innovation technologique de l'année Les algues sont disposées dans des tubes transparents où elles sont exposées à la lumière du jour. TPE Les Microalgues, carburants de demain ? by Louis Zawadzki.

Qu'est ce qu'un biocarburant ? Qu’est ce qu’un biocarburant ? Grégory Launay - Dernière mise à jour : 3 janvier 2010 Comment peut-on les définir ? Aussi appelés agrocarburants ou encore carburant végétal, les biocarburants ne sont qu’une façon parmi d'autres d’exploiter la biomasse, c'est-à-dire la somme de l’énergie issu de la photosynthèse et stockée sous forme végétale : bois, paille, céréales, etc. La biomasse est l’énergie de base qu’a utilisé l’espèce humaine depuis quelle existe. Pour se nourrir tout d’abord (l’équivalent de 500 à 600 Mtep par an aujourd’hui, non comptabilisé dans le bilan énergétique mondial) puis pour l’essentiel de ses besoins énergétiques avant la première révolution industrielle et l’arrivée du charbon (pour l’alimentation, le bois de chauffage, etc.).

Production d’énergies renouvelables par filières en France en millions de tonnes équivalent pétrole – Source : Commissariat Général du développement durable 2009, chiffres 2008 Pourquoi en parle-t-on ? Poursuivons … Génération 3 et au-delà … Des PME françaises produisent du biocarburant aux algues Page 4 de 4 | Page 4. Comme on l’a vu, les micro-algues produisent jusqu’à dix fois plus d’huile que le colza. Mais à quel prix ? Un litre de biocarburant à base d’algues revient à près de 10 euros. LA solution serait de tirer profit de toutes les fonctions des algues. Rien ne se perd, rien ne se gagne, tout est utilisé ! Les protéines non utilisées pour la fabrication du biocarburant pourraient servir de compléments alimentaires et les résidus finaux fournir de l’énergie par méthanisation.

C’est pour atteindre cet objectif le projet, Green Stars (45 acteurs français – industriels, PME et instituts de recherche) se concentre à créer une filière où les déchets des uns seraient valorisés par les autres, le tout grâce aux algues. Il faudrait, cependant, 5 % du territoire consacré exclusivement à la culture des algues pour alimenter la France. La NASA aurait trouver la solution ? Jonathan Trent, ingénieur à la Nasa, a mis au point le projet Omega. Le principe serait d’installer des bassins géants à la surface des mers. Du biocarburant à base d'algues. Depuis octobre 2011, des ingénieurs de la Compagnie du Vent, associés à treize partenaires cultivent des algues sur d’anciens marais salants, à Gruissan dans l’Aude.

Le but de cette expérimentation sur le long terme est de fabriquer du biocarburant qui pourrait alimenter les véhicules dans le futur. Mis en service en octobre 2011, les bassins d’expérimentation de Salinalgue sont destinés à produire des microalgues pour une valorisation en bioénergies (biodiesel et biométhane) et autres bioproduits (colorant, alimentation aquacole), dans le respect de l’environnement.

L’objectif de Salinalgue* est de démontrer la faisabilité technico-économique de cette fi lière énergétique durable et innovante. (...)Que faut-il à l’algue pour se développer ? De l’eau salée, un fort ensoleillement propice à la photosynthèse et… du CO2. . (...)Résultats prometteurs(...) ÉNERGIE Un nouveau biocarburant à base d'algues. Microalgues_SB_v6. 6€ le litre de biocarburant à base d’algues. Alors que l’on parie beaucoup sur le développement des carburants verts, il n’est pas inutile de rappeler certaines réalités économiques qui en font, pour l’instant, des objets impropres à une consommation de masse.

Pas de solutions miracle en vue du côté des biocarburants, comme le précise AltDotEnergy qui revient sur la dimension économique de la production de carburants à partir d’algues. Les témoignages recueillis par l’excellent site d’info sur les énergies alternatives jettent un froid certain sur les enthousiastes de la voiture verte. John Benemann, directeur d’un programme international sur les biocarburants, explique où réside le problème : « Même si la R&D s’avère fructueuse techniquement et économiquement (c’est à dire quelles que soient les conditions de l’économie mondiale), je suis désolé de dire que le manque d’espace et d’eau font que les algues ne pourront pas résoudre le problème du réchauffement climatique ».

Le problème réside plus dans le prix de ce carburant vert. Produire un biocarburant à base de micro-algues et prouver son efficacité. La première usine au monde de biocarburant à base d’algues. Un grand pas en avant vient d’être franchi selon le journal Le Monde (1), et c’est une très bonne nouvelle pour tous les amateurs de sauts technologiques de haute volée. La première usine au monde de biocarburant vient de voir le jour à Alicante en Espagne, avec la start-up Bio Fuel Systems (BFS). L’installation est située à proximité d’une cimenterie rejettant le CO2 indispensable à ce type de fabrication. On aurait pu finir par craindre que les biocarburants à base d’algues, en dépit de leur exceptionnel rendement, ne devienne un serpent de mer, tel le Loch Ness écossais, du fait de la complexité de la transformation qui rendait sa rentabilité hypothétique. Le doute est donc levé pour la faisabilité technique de la production, à l’échelle d’une unité de fabrication, ce qui est tout à fait considérable.

Trois éléments sont nécessaires: Du phytoplanctonDu CO2Un bon ensoleillement Les biocarburants à base d’algue enfin rentables Les deux questions à se poser sont : Voir le reportage de TF1. Les micro-algues : un biocarburant au rendement impressionnant. ÉCOLOGIE – Vous y penserez la prochaine fois que vous irez à la plage ou que vous mangerez japonais. Certaines algues sont désormais abonnées aux mouvements de capitaux à grande échelle.

Et de là à parler d'un nouvel "or vert", ce n'est peut-être plus qu'une question de temps. Début janvier 2013, une entreprise australienne a prévu de vendre 200 millions de dollars d'obligations en Europe pour financer son expansion au Texas et au Brésil. Le genre d'information qui fait le quotidien de l'actualité économique si ce n'est que l'entreprise en question, Algae Tech LTD est entièrement tournée vers l'exploitation des algues. Plus précisément, de micro-algues, afin de produire des biocarburants. Le 17 janvier, bis repetita, côté américain cette fois. Le carburant du futur ? Alors que l'ONU réclame l'arrêt du superéthanol en Europe, les micro-algues constituent en effet l'une des solutions les plus étudiées pour remplacer le pétrole.

Sur le principe, la méthode pour les synthétiser est simple.