background preloader

Bio et hyperproductive : la ferme magique d'un agriculteur québécois

Bio et hyperproductive : la ferme magique d'un agriculteur québécois
Jardinier-maraîcher ? Fermier de familles ? Jean-Martin Fortier lui même a du mal à qualifier son métier. Ce canadien de 35 ans exploite depuis 2005 la ferme des Jardins de la Grelinette, à Saint-Armand, à quelques kilomètres de Montréal, au Québec. Sa ferme est une micro-ferme. Elle mesure moins d’un hectare, loin de la taille moyenne d’une exploitation française qui est de 55 hectares. Avec sa compagne, ils appliquent des techniques découvertes en voyageant et travaillant dans des fermes notamment au Nouveau-Mexique et à Cuba. Terra eco : Pourquoi avez-vous souhaité travailler sur une très petite surface, ce que personne n’avait jamais fait au Québec ? Jean-Martin Fortier : Nous souhaitions démarrer notre production, mais nous n’avions pas les moyens d’investir beaucoup. Pouvez-vous résumer votre méthode de production, que vous appelez bio-intensive ? Puisque nous travaillons sur une petite surface, il nous a fallu intensifier au maximum notre production. Tout à fait.

http://www.terraeco.net/Bio-et-hyperproductive-la-ferme,48510

Related:  AGRICULTURE ET JARDINSagriculture urbaine & périurbaineMethodsmicro ferme

Le Pupitre International De vastes champs délimités par des rangées de cactus, de longues routes de sable, parfois goudronnées, interminables, encerclées par une végétation riche et luxuriante, qui laisse présager la fertilité impressionnante du sol, caractérisent le paysage du Punjab, État agricole du nord-est de l’Inde. Le Punjab fut le premier État du pays à mettre sur pieds les différents projets qui définissent maintenant ce que l’on appelle la « Révolution verte », programme gouvernemental d’investissements massifs dans le domaine agricole. Encore aujourd’hui, les effets de ces politiques se font ressentir et définissent les avancées et les problèmes du secteur agricole en Inde.

L' "agriculture urbaine" ou comment semer une inutile dispute L'agriculture urbaine Le dernier salon de l'agriculture a poussé la caricature jusqu'au bout : les carrés potagers cultivés sur les toits d’AGROPARISTECH seront les leviers de notre redressement productif agricole ! Le ministre s'est enthousiasmé pour les formes innovantes d'agriculture intra-urbaine.

Le bio est-il vraiment moins productif que le conventionnel ? Le bio est-il vraiment moins productif que le conventionnel ? L’argument est bien rodé et passablement ancré dans l’esprit de tout un chacun. Si nous ne passons pas massivement à l’agriculture biologique en France et dans le monde, c’est parce qu’ « on ne pourrait pas nourrir la planète ». Depuis quelques années, études, contre-études, proclamations et démentis se succèdent. mrmondialisation Quand l’humain s’inspire de la nature pour coopérer avec elle, des choses magnifiques peuvent se construire. En témoigne la Jellyfish Barge, un projet durable totalement hors du commun. Saviez-vous que d’ici 2050, la demande globale de nourriture aura augmenté de 60 à 70% ? Dans le schéma industriel actuel, il sera difficile de répondre à cette demande de manière durable. Les terres arables se font rares et celles-ci sont toujours plus accaparées pour subvenir à d’autres besoins : énergie, élevage, huiles,… Par ailleurs, l’or bleu, très consommé dans l’agro-industrie, se fait rare dans bien des contrées du monde. L’avenir inspire les pires craintes et le développement de nouvelles formes d’agricultures plus locales, moins gourmandes en énergie, apparait vital.

Agriculture urbaine, en mai on s’y met ! Agriculture au jardin Choisi (Céline Philbert / mairie de Paris) En mai l’environnement ne connait pas de jours fériés ! Pas de ponts pour les éco-actions ! Le jardinier-maraîcher. Manuel d'agriculture biologique sur petite surface L’agriculture biologique est un enjeu majeur pour notre santé et notre environnement. Mais cette agriculture est-elle viable ? Est-il possible de vivre de sa production de légumes biologiques en cultivant de manière artisanale une superficie d’un hectare ou moins? Jean-Martin Fortier, qui exploite depuis une dizaine d’années une microferme en Estrie, en fait la démonstration avec brio. Dans ce manuel de maraîchage biologique, il partage avec beaucoup de générosité et de transparence les principes, méthodes et astuces qui ont fait le succès de ses cultures et la rentabilité de son entreprise agricole.

Semences tardives et accaparement des terres Encore cette année, le printemps tardif a retardé le temps des semences dans à peu près toutes les régions du Québec, mais la chaleur des derniers jours a enfin permis aux agriculteurs du sud de la province de redémarrer leur machine de production. C’est toutefois encore avec un nombre de joueurs en baisse que s’ouvre la nouvelle saison agricole. D’année en année, le nombre de fermes diminue au Québec. Cette réalité n’est pas une nouveauté. Elle est observable depuis 1941 – au plus fort de l’effort de guerre – lorsque le nombre d’exploitations agricoles a atteint le niveau historique de 154 699 fermes au Québec. Depuis l’atteinte de ce sommet, le nombre de fermes n’a plus cessé de décliner, en raison notamment de l’urbanisation tentaculaire et de l’augmentation de la superficie moyenne des exploitations agricoles qui est passée de 47 hectares, en 1941, à 114 hectares en 2011.

Micro-agriculture biointensive Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Historique[modifier | modifier le code] Il s'agit d'une méthode développée au XXe siècle par le maître-horticulteur anglais Alan Chadwick; elle s'inspire en partie de l'agriculture biodynamique et de la méthode de maraîchage dite intensive française.

Related: